AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266210432
Éditeur : Pocket (22/07/2010)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 102 notes)
Résumé :
Édition présentée et commentée par Jean Delabroy, professeur de littérature française à l'université de Lille III.

Beaumarchais, c'est Figaro. Irrésistiblement gai, insouciant, combatif, insolent, il électrise la trilogie de la famille Almaviva et la scène française depuis plus de deux siècles.
Dans Le Barbier de Séville, entre un tuteur grognon et une pupille dégourdie, il résume tous les valets de comédie par son impertinence et son génie de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
ninon16
  28 avril 2015
étant donné que j'avais fait une première critique sur le barbier de Séville qui est le premier tome de cette trilogie et que je vais me répéter un peu, j'ai décidé de regrouper ma critique de ces deux derniers volumes de la trilogie : le mariage de Figaro et la mère coupable.
Je suis assez peu habituée à lire des pièces de théâtre, mais j'avais eu une bonne surprise avec le barbier de Séville, et je dois dire que j'ai été au début du mariage de Figaro un peu déçue par les personnages que l'on retrouve changés par rapport à la fin de la précédente pièce. J'étais un peu perdue du fait de changement et les "exploits" du comte Almaviva m'ont fait monter les yeux au ciel plusieurs fois. J'ai réalisé que ces deux pièces étaient en quelque sorte les séries people de ce siècle (en quand même beaucoup mieux tourné, littérairement parlant), avec rebondissements en tous genres, escrocs, fatalité, et la mère coupable m'a finalement bien tenu en haleine.
Chaque tome apporte à chaque fois de nouveaux personnages que j'ai aimé découvrir : d'abord Suzanne et Chérubin, puis les enfants du Comte Almaviva et Rosine ainsi que du méchant qui va essayer de monter la famille du Comte les uns contre les autres.
Il y a toujours ce thème de la tromperie, de l'adultère et de l'amour impossible qui m'a parfois agacé autant qu'il m'a plu à certains moments. En ce qui concerne l'écriture de l'auteur, j'ai été également assez déroutée car j'avais parfois du mal à comprendre toute la tirade d'un personnage, je ne sais plus exactement à cause de quoi, probablement du vocabulaire. Malgré tout ces pièces restent assez faciles à suivre et l'écriture est élégante.
La trilogie tournant autant de Rosine, du Comte Almaviva, de Figaro et de Suzanne aura donc été une découverte intéressante, pas toujours comprise et qui rappelle parfois ce qu'on a l'habitude de voir à la télé (en plus vulgaire mais bien toujours sur les tromperies et le mariage..) mais néanmoins parfois amusantes et parfaite pour connaître un peu mieux le théâtre du XVIIIème siècle et Beaumarchais.
Lien : http://livresdecoeur.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Turquesamelie
  27 octobre 2017
Un beau tryptique de théâtre, où l'ambiance change d'un livre à l'autre. Certes il s'agit toujours de comédies, mais la trame est de moins en moins légère malgré les farces qui permettent aux "gentils" de sortir gagnants.
Le Barbier de Séville correspond à la jeunesse du comte et de la (future) comtesse Almaviva. le valet du comte, Figaro, aide celui-ci à pouvoir épouser celle qu'il aime malgré la jalousie du tuteur de celle-ci.
Dans le Mariage de Figaro le comte est devenu un mari volage prêt à essayer de prendre le droit de cuissage avec la future femme du valet qui lui a pourtant rendu bien des services
Enfin dans la Mère coupable le comte est prêt à marier sa fille non officielle à un véritable Tartuffe, quite à faire le malheur de son propre fils. Heureusement le fidèle Figaro et les autres veillent au grain mais ce dernier opus est presque plus proche de la tragédie que de la comédie
Commenter  J’apprécie          20
Blog_Oceane
  19 juin 2016
J'ai lu ce recueil de pièces de théâtre du 03/09/2015 au 12/09/2015.
Livre lu et un grand classique dans le genre comédie du XVIIIème siècle (le 2ème après Molière bien évidemment).
Beaumarchais est célèbre pour son personnage Figaro.
Un excellent personnage qui montrera de nombreuses critiques.
J'ai adoré le Barbier de Séville et le Mariage de Figaro. Je conseille à ceux qui aiment pas lire du classique car c'est sympa cela. x)
Ma note : 8.5/10
Commenter  J’apprécie          00
Jamais_Content
  11 février 2015
Ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais c'est divertissant.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   22 août 2012
Diable ! c’est une belle langue que l’anglais ! il en faut peu pour aller loin. Avec God-dam, en Angleterre, on ne manque de rien nulle part, – Voulez-vous tâter d’un bon poulet gras ? entrez dans une taverne, et faites seulement ce geste au garçon. (Il tourne la broche.) God-dam ! on vous apporte un pied de bœuf salé, sans pain. C’est admirable ! Aimez-vous à boire un coup d’excellent bourgogne ou de clairet ? rien que celui-ci. (Il débouche une bouteille.) God-dam ! on vous sert un pot de bière, en bel étain, la mousse aux bords. Quelle satisfaction ! Rencontrez-vous une de ces jolies personnes qui vont trottant menu, les yeux baissés, coudes en arrière, et tortillant un peu des hanches ? mettez mignardement tous les doigts unis sur la bouche. Ah ! God-dam ! elle vous sangle un soufflet de crocheteur : preuve qu’elle entend. Les Anglais, à la vérité, ajoutent par-ci, par-là, quelques autres mots en conversant ; mais il est bien aisé de voir que God-dam est le fond de la langue.

(LE MARIAGE DE FIGARO, Acte III, Scène 5)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
SoleneySoleney   27 février 2019
MARCELINE. — Je n'entends pas nier mes fautes, ce jour les a trop bien prouvées. Mais qu'il est dur de les expier après trente ans d'une vie modeste ! J'étais née, moi, pour être sage, et je le suis devenue sitôt qu'on m'a permis d'user de ma raison. Mais dans l'âge des illusions, de l'inexpérience et des besoins, où les séducteurs nous assiègent, pendant que la misère nous poignarde, que peut opposer une enfant à tant d'ennemis rassemblés ? Tel nous juge si sévèrement, qui peut-être en sa vie a perdu dix infortunées !
FIGARO. — Les plus coupables sont les moins généreux, c'est la règle.
MARCELINE, vivement. — Hommes plus qu'ingrats qui flétrissez par le mépris les jouets de vos passions, vos victimes ! C'est vous qu'il faut punir des erreurs de notre jeunesse ; vous et vos magistrats, si vains du droit de nous juger, et qui nous laissent enlever, par leur coupable négligence, tout honnête moyen de subsister. Est-il un seul état pour les malheureuses filles ? Elles avaient un droit naturel à toute la parure des femmes : on y laisse former mille ouvriers de l'autre sexe.
FIGARO, en colère. — Ils font broder jusqu'aux soldats !
MARCELINE, exaltée. — Dans les rangs même plus élevés, les femmes n'obtiennent de vous qu'une considération dérisoire ; leurrées de respects apparents, dans une servitude réelle ; traitées en mineures pour nos biens, punies en majeures pour nos fautes : ah, sous tous les aspects, votre conduite avec nous fait horreur, ou pitié !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SoleneySoleney   27 février 2019
SUZANNE. — Tu vas exagérer : dis ta bonne vérité.
FIGARO. — Ma vérité la plus vraie !
SUZANNE. — Fi donc, vilain ! En a-t-on plusieurs ?
FIGARO. — Oh ! Que oui. Depuis qu'on a remarqué qu'avec le temps vieilles folies deviennent sagesse, et qu'anciens petits mensonges assez mal plantés ont donné de grosses, grosses vérités, on en a de mille espèces ! Et celles qu'on sait sans oser les divulguer : car toute vérité n'est pas bonne à dire, et celles qu'on vante, sans y ajouter foi : car toute vérité n'est pas bonne à croire, et les serments passionnés, les menaces des mères, les protestations des buveurs, les promesse des gens en place, le dernier mot de nos marchands, cela ne finit pas. Il n'y a que mon amour pour Suzon qui soit une vérité de bon aloi.
SUZANNE. — J'aime ta joie parce qu'elle est folle ; elle annonce que tu es heureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MeduzanticMeduzantic   06 avril 2012
Quand je veux rire, c'est aux éclats ; s'il faut pleurer, c'est aux sanglots. Je n'y connais de milieu que l'ennui.
Commenter  J’apprécie          50
jeanparapluiejeanparapluie   14 juin 2013
Parce que vous êtes un grand seigneur, vous vous croyez un grand génie !... Noblesse, fortune, un rang, des places, tout cela rend si fier ! Qu'avez-vous fait pour tant de biens? Vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Beaumarchais (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Beaumarchais
Beaumarchais, agent secret au service de Louis XVI .Avec ces nouveaux "Secrets d?Histoire", Stéphane Bern révèle les extraordinaires destins de personnages aux existences tumultueuses, aux parcours aussi surprenants que fascinants. http://www.albin-michel.fr/ouvrages/secrets-d-histoire-tome-7-9782226325013
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
481 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre