AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072709067
288 pages
Éditeur : Verticales (03/01/2017)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 17 notes)
Résumé :
« Ça va Aman ? Je te fatigue pas trop, avec ma vie de Monsieur Tout le Monde ? Tu reprends une bière ? »

À Saint-Jean-des-Oies, une bourgade imaginaire de Vendée, c’est l’heure de l’apéritif chez Gérard Airaudeau. En veine de confidences, le voilà qui retrace son parcours d’ouvrier en milieu rural et d’autres histoires vécues par ses proches, voisins et collègues. Face à lui, Aman, un réfugié érythréen accueilli depuis peu, qui se demande, comme le l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  02 août 2020
Le temps d'une soirée, en attendant une réception, Gérard raconte 'son' Occident à Aman, jeune réfugié érythréen.
Son Occident, c'est la Vendée et ses spécificités socio-économiques, en lien avec son Histoire.
Un monde à part, vraiment.
La Vendée de Gérard, ce n'est pas le littoral avec ses grandes plages pour bronzer ou surfer, ni les spectacles du Puy du Fou où on en prend plein la vue contre plein de ronds.
Mais celle du bocage, rurale, ouvrière, agricole, et sa 'capitale', la Roche-sur-Yon. La chasse, la pêche, la cave, la gnôle, l'alcoolisme, le suicide, la religion, les curés, l'école privée, les cathos, le culte des Chouans, Ph. De Villiers, son ex-poulain Retailleau, le Puy du Fou, les usines, les ouvriers & les patrons, le chômage, Fleury Michon, La Mie Câline, Bénéteau, la CAVAC, le Crédit agricole, les syndicalistes, les paysans, les artisans, les traditions, le patois et l'accent, le chauvinisme, la xénophobie, la magie noire, les guérisseurs & sourciers, le jambon/mogettes...
Formidable conteur, le narrateur nous immerge dans la Vendée des années 1970-2000, celle que j'ai connue pour y avoir passé une partie de mon enfance, que je n'ai jamais perdue de vue parce que je n'habite pas loin, que j'y retourne, et que des proches y vivent encore.
« 𝐽'𝑎𝑖𝑚𝑒 𝑐𝑒 𝑐𝑜𝑖𝑛, 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑠𝑒𝑠 𝑢𝑠𝑖𝑛𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑐𝑎𝑚𝑝𝑎𝑔𝑛𝑒 𝑎𝑢 𝑚𝑖𝑙𝑖𝑒𝑢 𝑑𝑒𝑠 𝑖𝑛𝑡𝑟𝑎𝑛𝑡𝑠. »
Moi aussi, dans la vraie vie, et sous la plume de François Beaune, qui n'est pourtant pas natif de la Vendée, mais qui la décrit parfaitement, avec justesse, humour, et sans concessions. ♥
_____
• Merci au 'Canard enchaîné' (15/07/2020) pour l'idée - petit article élogieux consacré à la pièce adaptée de l'ouvrage.
A voir au théâtre de Belleville (Paris 11e), de juillet à septembre.
>> https://www.theatredebelleville.com/programmation/a-venir/une-vie-de-gerard-copie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Apikrus
  07 août 2020
Gérard Airaudeau, le narrateur, prépare la venue de la députée Marianne, qui semble vouloir s'intéresser aux gens de sa circonscription. Comprenez ici : les « vrais gens », ceux du peuple qu'elle est censé représenter. Gérard n'est pas dupe, il sait cette démarche de l'élue non désintéressée ; il pense cependant en tirer parti pour passer quelques messages. Gérard prépare aussi son ami Aman à cette visite, et en profite pour s'épancher auprès de lui, sur sa vie et celle de ses compatriotes vendéens, pour le plus grand plaisir du lecteur. Il n'est pas sûr qu'Aman, l'un des rares immigrés du coin (qui a fui la guerre d'Erythrée), apprécie autant.
Il faut dire qu'il est bavard, Gérard…
Malgré de multiples détours, au gré de ses pensées sinueuses, son monologue comporte un fil conducteur (évitons de parler de fil rouge dans cette Vendée rurale conservatrice qui honnit cette couleur associée en politique). Ce fil conducteur, c'est sa vie, et celle d'autres Vendéens.
Ce roman est l'occasion d'une galerie de portraits de personnages hauts en couleur, même s'il s'agit souvent de Madame ou de Monsieur 'tout le monde' ainsi que se définit lui-même Gérard.
Ces vies, Gérard les décrit simplement, sans langue de bois, et avec justesse : même si l'on sent poindre quelques jugements de valeurs dans son récit (notamment quand il compare son occident à l'Afrique d'Aman), celui-ci est souvent descriptif.
Cela donne une note humoristique à des anecdotes parfois tragiques. J'ai beaucoup aimé ce ton, même si j'ai parfois ri jaune de la noirceur de certains évènements.
François Beaune sait raconter, et a le sens des bons mots. Au-delà de son talent narratif, il a observé et fidèlement restitué de nombreuses spécificités vendéennes ; spécificités que je connaissais sans toutefois les identifier comme telles, tant elles m'apparaissaient 'naturelles' - en tant que frontalier de ce département durant mes 20 premières années (j'en ai conservé une appétence pour les choux, qu'ils soient verts, fleurs, rouges, ou pommes… et une forte aversion à l'égard de la bigoterie).
En matière de gastronomie, les mogettes sont à l'honneur. François Beaune évoque la présence dans chaque maison vendéenne, d'une cave pour boire - au garage, ou en sous-sol - et de deux cuisines - l'une pour le quotidien, et la plus classique cependant moins utilisée.
Question anthroponymie, le nom de famille de Gérard est typiquement vendéen, avec son "-deau" final. L'auteur a évité les noms locaux plus courants de 'Perrodeau' et de 'Couillandeau'… (moins faciles à porter*).
François Beaune dénonce aussi la manière dont le parc d'attraction du Puy du Fou est gérée (bénévolat forcé, idéologie), ainsi que la collusion entre les gouvernements de droite (celle du RPR et de ses héritiers) et la FDSEA, illustrée par le nombre de responsables de ce syndicat nommés Ministre de l'Agriculture.
Et malgré leurs réputations de culs-bénits, vendéens et vendéennes savent s'y adonner sans religiosité, mais ça, je l'avais déjà remarqué…
Je recommande très vivement ce savant mélange entre essai sociologique et Almanach Vermot ! Ceux qui connaissent la Vendée l'y reconnaîtront, les autres n'auront qu'à croire Gérard sur parole…
* à cet endroit…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
ComiteromansPoissy
  10 juillet 2017
Une vie de gérard en occident est le quatrième roman de François Beaune.
A l'heure de l'apéro et en attendant Marianne la députée socialiste vendéenne nouvellement élue et invitée à rencontrer de vrais gens, Gérard se lance dans un monologue faits de petits et grands évènements relatant sa vie et celles de quelques figures notables de Saint Jean des Oies. Parmi ces vrais gens invités à partager ce grand buffet solidaire, Aman, le réfugié érythréen que Gérard accueille chez lui quelque temps. C'est lui qui patient et pas sûr de tout comprendre, sera l'auditeur du discours fleuve de Gérard, tour à tour récit de vie, charge politique, réflexion philosophique ou pointe de tendresse.
Le style parlé cache une vraie virtuosité et une analyse du quotidien de millions de gens « ordinaires » dont Gérard se fait le porte-parole. On a envie d'en savoir plus sur ces vies minuscules qui pour être parfois caricaturales n'en sont pas moins touchantes.
L'auteur s'est illustré dans la collecte puis la publication d'histoires vraies qui ont été publiées sous le titre La lune dans le puits, histoires vraies de Méditerranée. Certaines de ces histoires vraies ont peut-être inspiré les anecdotes de Gérard.
La forme elle-même est amusante se confondant avec les menus de baptême ou de repas de famille où le repas n'en finissait plus entre amuse-gueules, trous normands, et pièce montée. le livre placé sous le parrainage de Coluche et de Rabelais donne le ton : humour, esprit de dérision et pertinence du propos.
Très bonne surprise!
Karine (Poissy)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
critiquette
  27 avril 2017
Une vie de Gérard en occident de François Beaune : lisez ce livre, l'un des plus excitants de la rentrée 2017 ! Vous allez vous tordre les boyaux ! Je dis boyaux, parce que dans ce roman, il est beaucoup question de tripes, de bouffe, de picole… Mais n'allez pas croire qu'on est là uniquement pour la gaudriole. Car le récit interroge de manière saignante l'état de la société et plus particulièrement la vie des petits villages ruraux (ici la Vendée).
La force de Beaune, c'est de faire entendre une multiplicité de voix, celles des « vrais gens », avec leurs lots de souffrance et de rigolades. Si les questions sont sérieuses (et politiques), la parole de Beaune est toujours truffée d'épisodes loufoques, dont je ne donnerai qu'un exemple ici : « ironie de la saucisse française », il faut réquisitionner tout le boyau halal disponible afin de confectionner des godiveaux pur porc !
Bref, Une vie de Gérard en occident est un casse-croûte réjouissant ! Qui a dit que les fictions françaises ne s'intéressaient pas au réel ? Beaune, par son style, son ancrage dans la réalité, nous prouve bien le contraire. Allez, mes potes lecteurs, allez biberonner cette écriture savoureuse. C'est à consommer sans modération !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mogador83
  18 février 2017
C'est un livre très particulier, conversation d'un cinquantenaire Gérard à un jeune réfugié africain Aman. Gérard parle de tout et de rien, de sa vie, de sa famille, de politique, de ses métiers très variés, de la Vendée, des voisins... c'est un vrai pêle-mêle pas facile à suivre et que j'ai lu de manière fractionnée. A la fois ce Gérard nous rappelle des oncles, des voisins de village, une autre génération un peu en décalage avec le monde actuel, et on s'attache à lui d'une certaine façon. Merci à la masse critique pour cette découverte qui m'a permis de sortir de ma zone de confort et des sentiers battus.
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
Telerama   08 février 2017
Le roman s'organise en courts chapitres, éclats, portraits, anecdotes, comme autant de miniatures toutes ponctuées d'une chute, le plus souvent douce-amère.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   23 juillet 2020
[ parents dans l'hôtellerie ]
[19]74, construction, c'est parti, mais pour avoir des aides, il fallait faire du deux étoiles, donc minimum vingt chambres. (...)
Les débuts, il faut dire, ont été difficiles. Surtout les quinze premières années. Moi je comprends pas ce qui arrive, pourtant c'est pas si compliqué, en gros il y a plus de ronds, c'est la dèche complète, mon père passe son temps à aller voir les tontons les tantines, récupérer du pognon avant effondrement, à hue à dia.
Il fallait voir l'ambiance. Gagner sa vie, chez nous, c'était pas mettre de l'argent de côté. Gagner sa vie, c'était subvenir aux besoins de ta famille, te payer ta bouffe, dormir. J'ai jamais connu mes parents parler d'enrichissement. Le bénéfice, c'était pour que l'affaire vive. Ce qui comptait, c'était d'avoir un instrument de travail, pour continuer de bosser. C'était pas des traders.
(p. 25)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ZilizZiliz   25 juillet 2020
Dans l'ensemble, je travaillais avec de braves gaillards [à Fleury Michon]. (...)
C'était sexuel à l'abattoir, et pas qu'en mots. Il faut dire avec toute cette viande. Pourtant en Vendée, sur le sujet, on était pas le département le plus ouvert au monde. Pour dire, 'Basic Instinct', tu l'as vu ce film j'imagine. Eh ben il a été interdit par ici, aux Herbiers. Début 90. Claude Sérillon, qui est du coin, avait eu la mairesse au téléphone, dans son journal de 13 heures. Je sais même pas si cette gourde avait osé voir le film. Moi je dis, il vaut mieux pas parler de ce qu'on sait pas. Comme nommer un rentier ministre du Travail. Ou mettre aux affaires étrangères un Breton.
(p. 75)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
ZilizZiliz   02 août 2020
Paysan, il faut être juste, c'est dur comme métier, et surtout c'est piégeux. Quand t'as acheté un gros tracteur, pour rembourser, il faut droguer la terre. Et un jour, tu meurs d'un carcinome du poumon, tu sais jamais pourquoi. Tu crèves là près de ton champ, dans le fossé d'irrigation, auprès des pesticides. Tu meurs et tes céréales, ton lait, continuent de se promener par le monde, en poudre ou en farine. Tu meurs à cinquante ans, et ensuite on te brûle. Horrible, ça, pour un paysan. Mais maintenant c'est la mode. On te brûle comme une vache folle, et on t'explique, à ton dernier 20 heures, que ton âme en fumée bousille la couche d'ozone.
(p. 183-184)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZilizZiliz   02 août 2020
Justine a eu son bac à dix-sept ans, elle était en avance. Les jumeaux eux ont pris leur temps. Je dirais qu'elle est plus subtile peut-être. Nos gars (...) c'est plus les Vendéens de base, qui parlent fort, un peu graveleux aussi, je sais pas de qui ils tiennent. Des fois je leur dis, arrêtez, vous êtes lourds, bande de fils d'imbécile ! Les jumeaux, je veux bien que ce soit une intelligence pour deux, maximum. Mais eux, parfois, on croirait des triplés.
(p. 157)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ZilizZiliz   24 juillet 2020
Quand ma grand-tante (...) parlait de l'île d'Yeu, c'était toujours pour raconter des anecdotes étonnantes, de fantômes ou de farfadets, mais surtout elle prenait plaisir à décrire les dernières années de la star de l'île, le maréchal Pétain prisonnier après guerre, son enterrement bizarre et surtout son escapade en cercueil, quand un ancien de l'OAS avait kidnappé son corps et mis la police en alerte. Tu te rends compte, elle disait, une chasse à l'homme mort !
Pour la Vendée très catho, Pétain c'est un sujet assez ambivalent. En plus dans notre famille, on se sent proches de lui. La bonne soeur qui a soigné le Maréchal faisait l'école à mes frères, et dirigeait l'office.
(p. 63)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de François Beaune (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Beaune
A l'occasion des "Correspondances de Manosque" François Beaune vous présente son ouvrage "Calamity Gwenn" aux éditions Albin Michel.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2442084/francois-beaune-calamity-gwenn
Notes de Musique : Youtube Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre