AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848659947
Éditeur : Sarbacane (09/02/2017)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 341 notes)
Résumé :
Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c'est l'été, et il n'a rien d'autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant et plein d'ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse, et lui, semblerait-il, aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s'est af... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (163) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  19 octobre 2017
Encore un roman d'amour ? Oui mais celui-là est surprenant.
Il est écrit en vers.
OK … Bien.
La mise en page suit la teneur du texte.
Super … Agréable.
Les flash-back permettent de rentrer en douceur et de surprendre le lecteur.
Ah oui vraiment !
Une double histoire d'amour, en fait c'est même plus que ça.
Eh bé !
Olga et Lenski c'est le grand amour. Eugène c'est le meilleur pote de Lenski. Tatiana c'est la frangine d'Olga. Vous y êtes. Bon. Ils ont dans les dix-sept ans sauf Tatiana qui en a 14. Un jour Lenski demande à Eugène de l'accompagner chez Olga. Pendant que les deux amoureux s'éclipsent, Tatiana et Eugène se retrouve à faire la conversation. Tatiana du genre renfermé trouve Eugène très à son goût mais lui à un problème avec son âge. Ils se retrouveront une dizaine d'années plus tard et là c'est Eugène qui n'en peut plus.
Une histoire à tiroir ou lorsque vous pensez en comprendre le déroulement, une autre vient s'y greffer. C'est très agréable à lire, en fait j'ai eu l'impression d'un bon bol d'air frais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
AudreyT
  19 décembre 2016
Parce qu'à 17 ans, il lui a dit qu'ils s'ennuieraient ensemble, Eugène a rejeté l'amour de Tatiana. Ils venaient de passer l'été dans le jardin de Tatiana, toute jeune adolescente de 15 ans. Jeune fille studieuse et persuadée que les livres nous racontent la vraie vie, elle voyait en Eugène le prince charmant. Mais la vie n'est pas un conte et leurs chemins se sont séparés. 10 ans plus tard, ils se retrouvent tous les deux par hasard dans le métro et se rejoue alors leur amour adolescent...
Quel magnifique roman !!! Quel coup de coeur immense !!! Merci Clémentine de nous offrir ce cadeau, ce livre original, déroutant, envoûtant, poétique, romantique... Les adjectifs ne faiblissent pas pour décrire les émotions que m'ont procuré cette lecture. C'est une histoire, une écriture qui restera longtemps, très longtemps en moi... Encore un immense merci !!! C'est avec ce genre de coup de coeur que je me dis que la littérature est pour moi un vrai trésor...
Commenter  J’apprécie          454
Mikasa34
  22 juillet 2016
J'ai plutôt mal débuté ma découverte de Clémentine Beauvais puisque le premier livre que j'ai lu de l'auteure était " Comme des images " et j'ai clairement détesté. Voici donc le second livre que je lis d'elle. Livre, que j'ai nettement plus apprécié, mais qui n'a pas eu l'effet escompté.
J'ai un peu la pression car, jusqu'à présent toutes les critiques de cette oeuvre sont dithyrambiques. Je vais donc être la première à faire une critique avec du négatif dedans. Ail ail ail ça va chauffer pour mes fesses! ;-) lol.
Je m'attendais à me dire "Waouh!" avec ce livre, mais ce n'est pas le cas.
Tout d'abord, l'écriture.
Elle est incontestablement très originale, c'est du jamais vu. Surtout pour de la littérature jeunesse.
En revanche, je ne comprends pas le parti pris de l'auteure. le pourquoi elle a fait ce choix d'écriture? Est ce que c'était juste histoire de se dire "je peux le faire"? Et bien oui elle l'a fait, mais alors pourquoi je ne comprends pas! Quand ça a un intérêt pour l'histoire je le conçois tout à fait et c'est même génial, mais là je ne vois pas l'intérêt. Peut être est-ce dû au fait que je ne connais pas les 2 oeuvres " Eugène Onéguine " dont s'est inspirée librement l'auteure? À savoir le roman d'Alexandre Pouchkine et l'Opéra de Piotr Ilitch Tchaïkovski. Inculte que je suis! Mais ça m'étonnerai que les ados connaissent aussi... sans vouloir dénigrer leurs connaissances bien sûr.
Voici donc mon interrogation et mon scepticisme quant au choix d'écriture de l'auteure. Cette fameuse écriture en vers. Heureusement que les passages qui riment sont peu nombreux, car je me suis perdue à chaque fois. Les rimes ayant pris le dessus sur le sens des phrases. J'ai du relire ces passages.
Il n'y a pas que les rimes qui m'ont perdues d'ailleurs. L'auteure écrit à elle, il, je et tu : c'est à s'y perdre par moments!
J'ai lu ce livre en 3 fois. J'ai eu du mal à me mettre dedans, il m'a fallu au moins les 50 premières pages. Et les 2 fois où j'ai repris ma lecture j'ai eu du mal à me replonger dans l'histoire alors, qu'en l'ayant quitté la fois précédente j'étais bien en immersion. Il m'a fallu un temps d'adaptation à chaque fois. Je n'étais pas à l'aise avec la présentation et disons le clairement ça me gonflait d'aller toujours à la ligne chercher la suite de la phrase. Mais bon, je dois admettre que passé ce temps d'adaptation, ensuite ma lecture devenait vraiment addictive. (Bizarrement...!)
Je suis donc mitigée sur l'écriture et la présentation de ce livre, car j'admets très volontiers le côté original (que je salue malgré tout) mais d'un autre côté cela m'a parasité. J'aurai préféré plus de simplicité. Trop conventionnel me diriez-vous? C'est pas faux, mais la simplicité a du bon des fois.
Les personnages et l'histoire.
J'ai beaucoup aimé Tatiana et Eugène. Ils sont vraiment très attachants et émouvants. C'est vraiment une belle romance douce et poétique. J'ai été très émue par moment mais j'ai aussi souri. Surtout quand l'auteure nous offre les pensées d'Eugène. J'ai adoré être dans sa tête! On a droit aux pensées de Tatiana également, mais celles d'Eugène sont vraiment drôles! Souvent en lien avec le sexe (c'est un homme, pardon Messieurs! ;-) ) et donc souvent cocasse. Une belle histoire simple mais en même temps originale car nous suivons la rencontre de Tatiana et Eugène, à leur adolescence, mais aussi en parallèle dix ans plus tard. Et j'ai trouvé ce concept très sympa.
C'est donc un avis un peu mitigé que je vous livre, j'ai été touchée mais aussi déçue. D'ailleurs à la fin j'ai été un peu frustrée et je me suis dit : "tout ça pour ça!? Agrrrr!". Mais après coup, et malgré tout, ça reste vraiment une jolie romance. J'ai apprécié le fond mais pas la forme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3316
orbe
  15 juillet 2016
Un roman théâtralisé très original qui nous propose une réinterprétation d'un classique.
Un homme et une femme se croisent dix ans après leur première rencontre qui avait déjà fait battre leur coeur mais qui avait été aussi marqué par un épouvantable drame.
Ils se retrouvent de façon improbable dans le métro d'une grande ville où chacun tente de se dessiner une trajectoire individuelle. Les traces et les liens qui les unissent vont les amener à se revoir.
Elle souhaite comprendre le passé alors qu'il cherche à saisir une nouvelle chance. le fil de vraies retrouvailles reste tenue car les rôles se sont inversés et le temps continue son chemin…
Un roman à deux voix même si celle de Tatiana est plus continue. le lecteur observe et écoute deux individus qui se tournent autour, à la manière d'un marivaudage, avec des objectifs un peu différents.
Eugène est obnubilé par l'attraction qu'exerce aujourd'hui sur lui la jeune femme qu'il a hier violemment repoussé alors que Tatiana ressent la nécessité de revenir sur ce passé inaccompli tout en souhaitant garder le cap qu'elle s'est choisie en étudiant l'oeuvre de Caillebotte.
Le narrateur est aussi présent pour commenter les pas de danse amoureux que mènent les personnages. A la manière d'un choeur antique il amplifie les dialogues et échanges et apporte une dimension de questionnement.

Un roman où les mots jouent sur la page afin de nous faire ressentir les déplacements des personnages et leurs émotions. Un opéra du langage qui donne à voir et à sentir.
C'est à la fois moderne et désuet, romantique et physique, mais dans tout les cas entraînant et vivifiant.
A tenter absolument !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Allantvers
  02 avril 2017
Mouais… désolée de ramener ma voix discordante dans ce concert de louanges, mais malgré toute ma bonne volonté (relâcher les codes littéraires c'est bien, reconnaître la littérature jeunesse c'est bien, l'amour c'est bien, revisiter un classique c'est bien) je n'ai franchement pas été convaincue. Et ne comprends pas du tout ce que ce livre fait dans la sélection d'un prix littéraire local (choisi par un libraire donc, dans le cadre d'un prix à destination d'un public adulte) qui l'a amené dans mes mains.
Bien sûr, il y a des points positifs, et pas seulement la forme très aérée avec parfois une phrase par page façon Safran Foer – Krauss qui fait que ça se lit très vite ! A commencer par l'envie de découvrir l'original de Pouchkine. La transposition moderne d'un roman classique est un exercice super casse-gueule, et dans le genre, l'auteure s'en sort bien. Dans le genre…
Parce qu'on reste quand même dans le registre de la littérature young adult : Les personnages sont touchants, mais façon Gavalda, mode émotion superficielle.
Il y a quelques jolis mots, les vers de mirliton c'est mignon. Mais quand je lis : « à l'apogée du duo des fleurs, Eugène se souvint des enseignements de Patrick Bruel : on peut pas mettre dix ans sur table comme on étale ses lettres au scrabble. O vérité cruelle ! » euh.. comment vous dire ? J'ai pas trouvé la rime. Je vieuconise, car je suis juste pas dans la cible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280

Les critiques presse (2)
Actualitte   31 août 2017
Fidèle à l’esprit du chef-d’œuvre d’origine, elle écrit en vers, et ponctue parfois le texte d’exercices de style qui ne font qu’ajouter à sa beauté sans jamais en entraver la fluidité : c’est un roman qui se lit comme un poème, un poème qui se lit comme un roman.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Ricochet   05 juillet 2016
Certes c’est une sacrée gageure de proposer ainsi l’adaptation contemporaine d’un classique de la littérature russe, pourtant avec force modestie, sensibilité et drôlerie.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations & extraits (93) Voir plus Ajouter une citation
meghanepiedmeghanepied   22 octobre 2017
Le crayon se remit à s'agiter. Ce crayon - 
          ce crayon peut rendre fou,
          mais il est       comment dire        compatissant.
          Il sait qu'il a une mission à remplir. Il y met du sien.
         Sans lui on se demanderait si l'autre est toujours 
         au bout du fil,
         ou s'il est parti en nous laissant tout seul:
         c'est l'angoisse de l'abandon que ce crayon déjoue.
         Grâce à lui on devine, un peu par synecdoque,
 des doigts qui courent. On sait qu'il y a quelqu'un qui quelque part écrit pour nous
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TeamTartifletteTeamTartiflette   13 octobre 2017
on s'ennuiera ensemble
Commenter  J’apprécie          10
TeamTartifletteTeamTartiflette   13 octobre 2017
On s'ennuiera, ensemble
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   14 décembre 2016
      s'il te plaît
           s'il te plaît s'il te
    plaît s'il te plaît  s'il te plaît
      s'il te plaît  s'il te plaît s'il te
plaît s'il te plaît  s'il te plaît  s'il te plaît                     mais non
            s'il te plaît s'il te plaît                   mais  mais     
 s'il te plaît  s'il te plaît   s'il te plaît               pourquoi pas  non
    s'il te plaît s'il te plaît  s'il te plaît             mais   mais pourquoi
           s'il te plaît  s'il te plaît s'il          mais   non mais  mais
        te plaît  s'il te plaît s'il te plaît         pourquoi mais mais
                   s'il te plaît s'il te        mais non   mais  mais
                    plaît s'il te plaît        mais  pourquoi   mais
            s'il te plaît s'il te plaît s'il       non  mais mais mais
                te plaît  s'il te plaît       pourquoi pas    mais non
     s'il te plaît  s'il te plaît s'il te plaît      mais  mais non mais mais
      s'il te plaît s'il te plaît  s'il te plaît      pourquoi pas non mais
       s'il te plaît  s'il te plaît  s'il te plaît     mais pourquoi mai
       s'il te plaît  s'il te plaît  s'il           non mais mais pourquoi
     te plaît s'il te plaît s'il te plaît           mais mais  mais non
    s'il te plaît  s'il te plaît s'il te           mais  mais  pourquoi pas
    plaît s'il te plaît  s'il te plaît          non mais pourquoi  non
      s'il te plaît  s'il te plaît           non mais  mais mais pourquoi
  s'il te plaît s'il te plaît s'il te              mais non   mais
 plaît s'il te      plaît s'il te                mais non mais   mais mais
   plaît                                non mais  mais non
  s'il te                                   pourquoi mais  mais
 plaît                                      non mais non
s'il te                                       mais pourquoi
plaît                                         non  mais pourquoi   
 s'il                                                      mais non 
  te                                                        mais 
  plaît                                                       non    
                                                             mais
                                                             non
                                                             mais
                                                           mais
                                                         pourquoi

p.231
         … songe à la douceur de deux visages délicatement prénommés
« silteplait» et «nonmaispourquoi» agréablement suggérés par Clémentine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
PalmyrePalmyre   27 novembre 2016
Je patiente,
mais quand on patiente, on ne fait que frôler la réalité.
Ça fait plusieurs semaines que je la frôle sans la toucher,
attendant que la porte du jardin m'y projette.
C'est bête
mais c'est seulement quand tu es là que j'ai l'impression
d'être là où je dois être.
Le reste du temps, je suis comme quelqu'un à la fenêtre
qui se regarderait vivre dehors
et qui aurait l'impression que ça arrive
à quelqu'un d'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Videos de Clémentine Beauvais (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clémentine Beauvais
"Songe à la douceur", le prochain roman de Clémentine Beauvais paraîtra le 24 août dans la collection Exprim'.
Cinq blogueurs l'ont déjà lu, voici leurs avis !
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Songe à la douceur

Dans le chapitre 1, quelle question revient souvent dans les pensées d'Eugène ?

Est-ce qu'elle l'aime ?
Est-ce qu'il couche avec elle ?
A t-elle un copain ?

14 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Songe à la douceur de Clémentine BeauvaisCréer un quiz sur ce livre
. .