AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757820273
Éditeur : Points (14/10/2010)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 12 notes)
Résumé :

Un club de football met à l'amende un de ses joueurs au motif qu'il rend trop souvent la balle à l'adversaire. Résultat : il ne la passe plus à personne. Un patron décide d'organiser une compétition permanente entre ses salariés. Résultat : une partie d'entre eux commencent à saboter le travail de leurs collègues. Constatant que certains patients victimes de graves complications cardiaques décède... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
jeranjou
  23 mars 2013
Vous êtes plutôt "carotte" ou "bâton" ?

Ecrit en 2009 par Maya Beauvallet, « Les stratégies absurdes » vous démontrent en près de cent cinquante pages comment faire pire en croyant faire mieux. Cette auteure est maître de conférences à Telecom Paris Tech et s'est spécialisée en économie publique.
Dans notre belle société, la "logique de l'honneur", expression employée par Beauvallet, a disparu peu à peu face à la logique de compétition dans notre monde moderne. Les indicateurs de performance sont devenus un outil essentiel des managers bénéficiant des données des systèmes d'information croissants utiles à la gestion des entreprises.
Les hommes sont des êtres compliqués et peu prévisibles, des « orgues changeantes », disait Montaigne. L'homme s'adapte donc et modifie son comportement en fonction de nouveaux critères ou incitations mises en place par la hiérarchie. Les résultats peuvent s'avérer négatifs, voire désastreux dans certains cas de figure.
Maya Beauvallet va donc nous exposer des stratégies absurdes à travers des exemples concrets et largement documentés. S'appuyant sur des études diverses, elle s'attache à dénoncer l'effet pervers des indicateurs ou incitations pécuniaires qui peuvent nuire aux systèmes existants. Dans le pire des cas, les personnes se focalisent entièrement sur l'indicateur et ses rouages, s'en soucient davantage que leur travail réel et orientent finalement leur effort vers cet indicateur en priorité.
Je peux vous donner l'exemple de « la stratégie du sabotage ». Pour gagner une course, soit vous courez plus vite que les autres, soit vous empêcher les autres de gagner. C'est exactement ce à quoi sont confrontées les entreprises qui choisissent de valoriser la performance relative de leurs salariés.
En effet, les salariés ont deux types de tâches : réaliser leur propre travail et aider les autres. En s'appuyant sur une étude réalisée en Australie, plus l'écart de rémunération, entre le meilleur et le moins bon, est grand dans un même domaine de compétence, plus les salariés tendent à concentrer leur effort sur leur propre tâche au détriment de l'entraide envers un autre salarié. On peut dire dans ce cas qu'ils privilégient l'effort individuel à la solidarité collective, qui naturelle au départ, se désagrège petit à petit.
Si on fait le parallèle avec la famille, c'est exactement ce qu'évitent de faire les parents. Comparer ses enfants n'améliore en rien les relations entre eux, bien au contraire.
Un autre exemple plus étonnant encore, à partir de travaux suisses de l'université de Zurich, montre que les incitations financières accordées à des bénévoles réduisent leur temps de travail et leur efficacité plutôt que de l'augmenter, comme on pouvait l'espérer. Comme quoi le comportement humain est beaucoup plus complexe qu'une vulgaire « machine à produire » !
Symptôme flagrant de notre époque, plaire à son supérieur hiérarchique devient la priorité bien avant la satisfaction du client ou du travail accompli. En outre, les effets moutonniers et l'absence de prises de risques prennent le pas sur la valeur travail et la créativité.
Dans cet essai extrêmement pertinent, Maya Beauvallet réussit le tour de force d'intéresser le lecteur du début à la fin en abordant des domaines variés et parlants. Ce livre montre à quel point les entreprises veulent remplacer le lien social qui unit ses salariés par un pilotage en mode automatique axé sur de simples indicateurs, parfois binaires. La conséquence principale de ces nouveaux principes joue sur le facteur motivation, une valeur humaine difficile à appréhender et qui peut s'effondrer très facilement. Qui n'a pas connu ce phénomène dans sa société depuis une dizaine d'années ?
La lutte ne fait malheureusement que commencer face ce fléau du 21ième siècle que sont les indicateurs ou encore compte-rendus d'activité (CRA pour les familiers de la chose). le plus en vogue des indicateurs en temps de crise étant la fameuse « masse salariale » qu'il faut à tout prix réduire à coup de ruptures conventionnelles plombant l'assurance chômage un peu plus !
Bonne lecture à tous et bon courage pour l'avenir.

PS : Je vous conseille de lire la savoureuse citation sur « le bâton et la carotte ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3415
JCLDLGR
  17 septembre 2018
Comment décourager les meilleurs pourrait résumer ce livre. C'est avec le principe de peters (qui consiste à désigner comme manager celui qui va franchir son seuil d'incompétence), une des critiques les plus drôles et les plus pertinente du management actuel ! le livre est sorti en 2009 et le sujet est de plus en plus d'actualité. En moins de 150 pages, l'auteur nous livre une critique bien assaisonnée des décisions managériales absurdes, que ce soit en terme de décisions, de reporting, d'évaluation ou autres, détournée par les intéressés, pour faire apparaître des bons résultats, mais en en faisant le moins possible... c'est à partir de là que j'ai décidé de changer mon mode de management !
Commenter  J’apprécie          30
Verbiage
  01 septembre 2013
Et si la rémunération à la performance nuisait à la performance ?
Comment des personnes à qui l'on a fixé un objectif clair, mesurable, finissent-elles par l'atteindre tout en nuisant au but initial ?
C'est à cette analyse que se livre Maya Beauvallet, maître de conférence en économie à Télécom ParisTech, qui dénonce exemple après exemple, une certaine idéologie du management qui, souhaitant rationaliser la mesure de la performance des salariés en oublie la nature humaine et abouti à des effets inattendus voire contre-productifs.

Lien : http://www.verbiage.fr/les-s..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
jeranjoujeranjou   22 mars 2013
On est passé d'un monde de la "logique de l'honneur" au monde enchanté des indicateurs et des incitations. Le vocabulaire de la performance a remplacé les notions de devoir ou d'engagement. [...]

On veut se persuader que les indicateurs sont des outils simples et efficaces. Et ils le sont, redoutablement même. L'expérience prouve en effet que les hommes modifient toujours leur comportement suite à la mise en place de tels dispositifs. Le problème est qu'ils ne modifient pas toujours dans le sens que l'on avait imaginé d'abord.


D'où le titre : "Les stratégies absurdes"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
jeranjoujeranjou   26 mars 2013
La modestie est parfois le meilleur antidote aux catastrophes.

Le roi Gustave II, un peu mégalomane, demanda un jour qu'on lui construise le plus beau bateau de guerre du monde. Le "Vasa" devait compter plus de soixante canons et une centaine de sculptures. On le lui construisit.

En 1628, après six ans d'effort , l'imposant bâtiment fut enfin mis à l'eau. Il coula. La superstructure était trop lourde et le centre de gravité trop haut.

Il demeura près de 400 ans au fond du port de Stockholm avant d'être renfloué, restauré et transformé en musée pour les touristes.


Une histoire belge en suède, on aura tout vu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
jeranjoujeranjou   23 mars 2013
La carotte et le bâton suffisent peut-être pour faire avancer un âne récalcitrant (et encore…), mais les hommes, eux, s’arrangent souvent pour attraper la carotte et éviter le bâton tout en vous faisant croire le contraire.

Commenter  J’apprécie          253
jeranjoujeranjou   24 mars 2013
Quand on ne sait plus très bien ce que l'on observe.

L'indicateur est aux managers ce que le tableau de bord est aux pilotes : il leur permet, en théorie, de contrôler leur action et d'orienter leurs mouvements.

Mais encore faut-il que les instruments de navigation soient bien réglés.
Commenter  J’apprécie          70
JCLDLGRJCLDLGR   17 septembre 2018
en 1970 un professeur d'économie publique, Richard Titmuss, avait comparé les systèmes de don de sang en Grande-Bretagne et aux USA. Dans la plupart des cas les donneurs américains étaient payés alors que leurs homologues britanniques ne l'étaient pas. Et pourtant les USA manquaient régulièrement de dons du sang, contrairement à la Grande-Bretagne. Pourquoi ?
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : IndicateursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
407 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre