AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070367649
Éditeur : Gallimard (05/03/1976)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 93 notes)
Résumé :
A trop se décanter, le passé perd cette intensité qui nous l'a fait vivre le coeur battant et qui donne aux souvenirs leur saveur humaine à défaut de la froide impartialité historique. C'est pourquoi, au risque d'encourir le reproche de manquer du recul nécessaire, Simone de Beauvoir a choisi de continuer dans La Force des choses l'autobiographie entreprise dans Mémoires d'une jeune fille rangée et La Force de l'âge. Vie publique, vie privée se confondent au cours d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
Loutre_des_Rivieres
12 janvier 2013
La force des choses est la troisième tome de l'autobiographie de Simone de Beauvoir. La deuxième guerre mondiale est désormais terminée. Elle laisse la France dans la misère et dans une situation politique bien compliquée. Simone de Beauvoir évoque donc sa vie durant cette période, sa relation particulière avec Sartre, ses écrits, ses études pour le deuxième sexe, ses nombreux amis (Vian, Camus, Giacometti...), son amour pour l' écrivain américain Nelson Algren et enfin ses nombreux voyages, notamment en Afrique noire, au Maghreb, aux Etats Unis et en Scandinavie.
L'ouvrage est un peu plus politique que les deux premiers tomes mais tout aussi intéressant. Quelle vie extraordinaire !
Commenter  J’apprécie          80
DD78
09 juin 2013
Quel plaisir de retrouver l'auteure dans le cheminement de sa vie, ici à l'après-guerre. Car en plus de découvrir l'évolution d'une femme, avec son succès et sa vie publique, c'est en fait toute une époque clé de l'histoire qu'elle nous fait revivre: l'euphorie suivant la libération, la découverte des camps de l'horreur, l'unité et le pouvoir des anciens résistants; puis les doutes, la montée du communisme, les prémices de la guerre froide...
Si dans les romans précédents elle et Sartre ne se voulaient que spectateurs, c'est bel et bien en tant qu'acteurs qu'ils ont influencé cette période de l'histoire, toujours entourés de personnages prestigieux dont les noms font rêver: Giacometti, Camus, Picasso, Boris Vian, et même une rencontre avec Hemingway...
Mais ce que j'aime aussi dans ce livre, c'est leur découverte du monde au cours de leurs multiples voyages (Etats-Unis, désert saharien, Afrique noire): de quoi laisser rêveuse une amoureuse des voyages telle que moi !
Commenter  J’apprécie          50
sabdumais
27 juin 2011
Le dernier chapitre m'a complètement renversé. Je l'ai beaucoup relu. Personnellement je trouve ces mémoires trop politisées pour mes goûts, mais tels furent ses penchants et engagements.
Commenter  J’apprécie          40
olivberne
27 août 2012
Suite (et presque fin) de l'autobiographie de Simone de Beauvoir, très politisée, qui témoigne du monde de l'après-guerre, de ses rapports avec le communisme et toujours de sa vie privée avec ses (nombreux!) amants.
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
AllaroundthecornerAllaroundthecorner26 mai 2017
Je me disais aussi : « Il y a des gens plus malheureux que moi », mais je ne trouvais pas cette vérité consolante, au contraire ; cette frêle tristesse en moi, c’était comme un résonateur qui captait un concert de plaintes ; un désespoir universel s’insinuait dans mon coeur jusqu’à me faire souhaiter la fin du monde.
Commenter  J’apprécie          30
AllaroundthecornerAllaroundthecorner27 mai 2017
Non seulement ma vie, ce n’était pas moi qui la tissais, mais sa figure, la figure de mon époque et de tout ce que j’aimais, dépendait de l’avenir. Si je pensais que l’humanité s’acheminait vers la paix, la justice, l’abondance, mes jours n’avaient pas la même couleur que si elle courait vers la guerre ou piétinait dans la douleur.
Commenter  J’apprécie          00
AllaroundthecornerAllaroundthecorner26 mai 2017
Le néant m’avait toujours épouvantée ; mais jusqu’ici je mourais au jour le jour sans y prendre garde : soudain, d’un coup, tout un grand morceau de moi-même s’engloutissait ; c’était brutal comme une mutilation et inexplicable car il ne m’était rien arrivé. Mon image dans la glace n’avait pas changé ; derrière moi, un passé brûlant était encore tout proche : cependant, dans les longues années qui s’étendaient devant moi, il ne refleurirait pas ; jamais. Je me retrouvais de l’autre côté d’une ligne qu’à aucun moment je n’avais franchie : je restais confondue d’étonnement et de regret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AllaroundthecornerAllaroundthecorner25 mai 2017
Maintenant je sais que c’était idiot, parce que des bras n’ont aucune chaleur, quand ils se trouvent de l’autre côté de l’océan, et que la vie est trop courte et trop froide pour qu’on renonce à toute chaleur pendant tant de mois.
Commenter  J’apprécie          50
AllaroundthecornerAllaroundthecorner26 mai 2017
J’en étais moins bouleversée que je ne l’aurais été deux ans plus tôt : impossible à présent de changer mes souvenirs en feuilles mortes, c’était des écus d’or sonnants.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Simone de Beauvoir

Comme beaucoup de femmes des années 40, Simone de Beauvoir a adopté un accessoire (ou une coiffure) qu'on lui a vu sa vie entière. Lequel ?

Un chapeau à voilette
Un turban
Un canotier

10 questions
148 lecteurs ont répondu
Thème : Simone de BeauvoirCréer un quiz sur ce livre