AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070367681
Éditeur : Gallimard (09/05/1972)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 216 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture - Je me sens coupable, dit-il. Je me suis reposé bêtement sur les bons sentiments que cette fille me porte, mais ce n'est pas d'une moche petite tentative de séduction qu'il s'agissait. Nous voulions bâtir un vrai trio, une vie à trois bien équilibrée ou personne ne se serait sacrifié : c'était peut-être une gageure, mais au moins ça méritait d'être essayé ! Tandis que si Xavière se conduit comme une petite garce jalouse, si tu es une pauvre ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Sirenna
  03 décembre 2015
Un livre qui m'a profondément touché lorsque je l'ai lu à 25 ans.J’étais hypnotisé par cette merveilleuse écriture de Simone de Beauvoir que je trouvais d'une sensibilité et d'une intelligence sans égale.Quelle réflexion sur le couple ,sur l'amour et surtout sur cette jalousie qu'il faut combattre car elle n'est pas adaptée à cette histoire d'un trio amoureux qu'elle a accepté malgré elle.
L’héroïne (qui est aussi en partie Simone de Beauvoir )doit exister et accepter au nom d'une libération des mœurs une cohabitation amoureuse avec "l'autre"qui pourtant au plus profond d'elle la déchire,l'humilie,l’insupporte.Un livre magique à lire absolument pour ceux qui ne l'ont pas encore savouré à sa juste valeur.
Commenter  J’apprécie          649
mickaela
  17 octobre 2012
Amorale jusqu'au bout. J'ai aimé ce roman de Simone de Beauvoir particulier,et sombre . L'échec de ce trio était prévisible mais de là à imaginer une telle fin, j'avoue que la manière sournoise dont l'une élimine sa "rivale' m'a marquée car je savais que l'histoire était inspirée du ménage à trois constitué de Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir et Olga Kosakiewicz donc je n'ai pu m'empêcher de me demander quand commençait la fiction.
Commenter  J’apprécie          280
mfrance
  17 janvier 2016
C'est le premier livre publié de Simone de Beauvoir, qui a "transpiré" plusieurs années durant sur son écriture ! Mais quel résultat ! quelle maîtrise aussi bien dans l'écriture, que dans l'analyse des sentiments et la tenue des dialogues, ce qui m'apparaît être une de ses grandes qualités.
En effet, savoir conduire un dialogue ou une discussion, sans faiblesse dans le rythme, en donnant une impression de réel absolument stupéfiante n'a rien d'aisé, mais chez Simone de Beauvoir, cela semble couler de source !
Quel talent, qui n'a rien d'un hasard. Des années durant, l'auteur a gratté le papier, soumis ses essais à la critique vigilante et impitoyable de Sartre, détruit ses brouillons et inlassablement recommencé, jusqu'à cette Invitée, qui a reçu la bénédiction de son compagnon !
Il s'agit bien là d'une histoire vécue, mais transposée dans le milieu du théâtre, qu'elle connaissait assez bien, pour être amie avec Charles Dullin et donc être au fait de la "cuisine théâtrale", dont elle a su user de manière convaincante.
Comme sont convaincants les trois personnages principaux, minutieusement décrits, jusque dans leurs petites manies, ce qui les rend particulièrement vivants pour le lecteur.
Et l'aventure du trio paraît bien enthousiasmante au départ, mais au départ seulement, car on en ressent vite le fragile équilibre et les limites. Limites imposées par Xavière, avec ses bouderies, sa jalousie, ses humeurs imprévisibles, cette perfide volonté de faire souffrir aussi bien Pierre que Françoise ..... jusqu'où ira t'elle et comment Pierre et Françoise s'en défendront-ils ? Et Xavière ne cherche t'elle pas tout simplement à échapper à ces deux aînés, dont l'autorité naturelle contrarie son besoin d'exprimer ses fantaisies de très jeune femme, même si on sent chez elle une volonté manipulatrice ?
Il y a déjà en gestation dans ce roman toutes les qualités qui exploseront dans les Mandarins, le chef d'oeuvre de Simone de Beauvoir, dix ans plus tard !
avec un seul bémol cependant ! la fin, (que je ne dévoilerai pas) mais qui, compte tenu de la personnalité de Françoise, l'héroïne, semble parfaitement anachronique. Il n'est pas admissible que cette femme, raisonnable, mesurée et intelligente, se comporte ainsi, même au comble de la jalousie et de la fureur !
Simone de Beauvoir a t-elle souhaité se débarrasser de ce livre et passer enfin à autre chose ?
La question est posée. Lisez et faites-vous votre propre opinion !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Nebulas
  12 février 2016
C'est une histoire qui se déroule à Paris juste avant le début de la Seconde Guerre mondiale. Pierre et Françoise forment un couple libre, bien que Pierre agisse un peu plus librement que sa compagne… Ils rencontrent une jeune femme, Xavière, qui habite une ville à la campagne. Xavière s'ennuie en cherchant quoi faire avec son avenir. Françoise décide de l'aider à trouver un métier. Elle invite Xavière de rester chez elle et Pierre à Paris.
Xavière est une femme un peu étrange et seule. Elle est difficile à plaire, elle est une femme jalouse et, de temps en temps, elle agit puérilement. Elle exprime sans cesse son mécontentement vis-à-vis sa vie et vis-à-vis des autres. Au début, Françoise ne prend pas la situation trop au sérieux et elle préfère ignorer ces caractéristiques enfantines de son invitée. Cependant, après quelque temps, quand elle voit Pierre s'intéresser de plus en plus à Xavière, elle ne peut plus dédaigner toutes les petites conneries de son hôte. Ce sont les paroles et les petites critiques de Xavière qui font finalement Françoise penser de sa propre existence, de son travail et surtout de sa liaison avec Pierre.
Après beaucoup de développements psychiques, Pierre, Françoise et Xavière finalement entrent dans un ménage à trois. C'est une situation très compliquée. Pour Pierre, c'est une circonstance attirante, « être un homme aimé par deux femmes au même temps ». Pour Françoise, bien qu'elle se soit assez charmée par la jeune femme, c'est à vrai dire une manière de ne pas perdre son Pierre. Pour Xavière, c'est une façon d'arriver à son vrai but : d'avoir Pierre pour elle-même. (Je suis conscient que j'ai présenté les choses de manière simpliste, je m'excuse, mais je ne suis pas une Simone de Beauvoir…).
Un roman qui traite beaucoup de thèmes, évidemment l'amour, mais aussi la liberté personnelle, la fidélité et cetera… C'est aussi un livre plein d'analyses des sentiments humains ; c'est un étalage de l'émotion, de l'espoir, de l'amour, de la haine, du désespoir et des doutes. Malgré toutes les méditations et considérations personnelles, le livre reste facile à lire. C'est un livre bien épais, environ 500 pages, mais je l'ai terminé assez vite, seulement en moins de quelques jours. En effet, c'est une histoire captivante. Je trouve le style de l'écriture très accessible. Les personnages sont crédibles et convaincants.
Cependant, je dois avouer que, même après toutes les indications et explications dans des centaines de pages, je ne comprends pas encore vraiment l'attirance de cette jeune femme fatale pour ce couple plus mûr. On a beau être un couple libre, vu son comportement de manipulation, il serait plus facile de haïr cette femme jalouse et frustrée que de l'aimer…
« L'Invitée » est un livre qui vaut la peine et qui offre une fin bien surprenante. C'est le premier roman de Simone de Beauvoir. Il a été publié en 1943. On dit que ce livre a été inspiré par sa propre histoire d'un ménage à trois, avec Jean-Paul Sartre et une autre femme, une Olga Kosakiewicz. (Merci Wikipedia.fr !).

Lien : http://nebulas-nl.blogspot.n..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
M_a_r_c
  03 novembre 2017
Publié en pleine seconde guerre mondiale, en 1943, L'Invitée est le premier roman de Simone de Beauvoir.
Dans sa première oeuvre romanesque, la compagne de Jean-Paul Sartre met en scène un trio fondamental. Au centre du roman, Françoise. Une femme d'une trentaine d'années qui s'essaie à l'écriture et qui, malgré une vie apparemment réussie, se morfond. Pierre ensuite. Son compagnon. Accaparé par son travail de metteur en scène et d'acteur. Xavière enfin. Une jeune fille qui viendra s'immiscer dans leur couple.
La force – apparente – de ce couple envié de leur entourage ? Leur liberté. Une liberté que Françoise et Pierre s'octroient volontairement l'un à l'autre, aucun n'ayant sur l'autre d'exclusivité amoureuse. Cette force deviendra aussi leur faiblesse avec l'apparition de Xavière. Françoise sympathisera avec cette jeune provinciale fuyant Rouen, sa ville natale, jusqu'à la laisser intégrer le couple qu'elle forme avec Pierre, transformant celui-ci en une relation triangulaire inévitablement inégale. Et donc à tout moment douloureuse, que ce soit pour l'un ou pour l'autre.
A la manière d'un véritable Don Juan, Pierre, sans activement en profiter, vit cette liberté conjugale de manière pleine et entière, indépendamment ou presque des sentiments qu'il peut nourrir pour celle qui partage sa vie. le roman ne verse à aucun moment dans l'érotisme, mais l'attitude de Pierre est sans aucun doute possible celle de quelqu'un qui ne considère une liaison charnelle comme rien d'autre qu'une aventure sans importance. A fortiori dans la relation l'unissant à Françoise. Parallèlement, cette dernière, si elle a tout autant que lui consenti à cette liberté, l'appréhende d'une toute autre manière, avec une peine plus grande – et probablement plus féminine que masculine – à dissocier le corps de l'esprit.
Pierre, constituant en quelque sorte l'archétype du mâle conquérant – et, faut-il le dire, quelque peu imbécile sinon primaire – ne considère donc Xavière que comme un objet au sein de sa relation avec Françoise. Françoise, elle, souffre progressivement de l'intrusion de la seconde dans le couple qu'elle forme avec le premier. Une souffrance qu'accentuent non seulement la désinvolture du regard de Pierre sur cette situation – même si, faut-il le lui gréer, elle n'en est pas nécessairement une au regard du mode de fonctionnement qu'ils semblent avoir choisi – mais aussi le caractère éminemment ambigu de Xavière, capable de mépris et de dédain un instant comme de s'effondrer le suivant pour une banale remarque à peine désobligeante.
Une souffrance renforcée encore par l'indécision de Françoise, qui tantôt se prend de pitié pour Xavière et tantôt l'abhorre. Qui tantôt en veut mortellement à Pierre de son détachement et tantôt se montre admirative ou même passionnée devant lui.
L'Invitée est un roman fortement autobiographique, dans lequel Françoise joue le rôle de Simone de Beauvoir, Pierre celui de Jean-Paul Sartre et Xavière celui des nombreuses femmes qui firent irruption dans leur couple, et plus particulièrement Olga Kosakiewicz, à qui le roman est d'ailleurs dédié. Témoignage probable de la difficulté de Simone de Beauvoir, à l'instar de son héroïne, de choisir ou d'accepter ou de mettre fin à cette situation.
Un choix que l'auteure a fini par faire faire à son héroïne, à qui il faudra toutefois d'innombrables atermoiements pour finalement décider de… mais de quoi ? Seules les ultimes pages du roman le révèlent, raison pour laquelle je n'en dirai pas plus.
Conclure de ce mystère préservé que je vous conseille de lire L'Invitée serait aller un peu vite en besogne. le roman a terriblement vieilli. Peut-être moins, cependant, en la forme que sur le fond. le style de Simone de Beauvoir est certes d'une autre époque, mais même désuet, il n'est nullement possible de le dénigrer. Sur le fond par contre, le roman, dans un monde où tout va désormais trop vite, apparaîtra comme d'une terrible lenteur et les états d'âme de Françoise comme des faiblesses impardonnables. Alors pourtant que…
Bref, j'ai achevé ce livré sur une note mitigée. Je l'ai achevé sans passion ni impatience, mais en lui trouvant malgré tout un je-ne-sais-quoi – et même plus – faisant qu'il valait la peine de lire du début à la fin ces 500 pages contant d'une écriture serrée une histoire où il ne se passe finalement que fort peu de choses. Prendre le temps ou ne pas prendre le temps de…

Lien : https://livrelecteur.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
tamara29tamara29   21 août 2016
Vous êtes tellement dans l'instant que n'importe quel avenir vous apparaît comme un rêve ; c'est du temps même que vous doutez.
Commenter  J’apprécie          260
mickaelamickaela   15 octobre 2012
« Elle ne cherchait pas le plaisir d'autrui. Elle s'enchantait égoïstement du plaisir de faire plaisir. »
Commenter  J’apprécie          290
jeeves_wiltjeeves_wilt   18 septembre 2016
Elle regarda Gerbert avec un peu d'agacement; un amour, c'était tout de même moins simple qu'il ne pensait. C'était plus fort que le temps, mais ça se vivait quand même dans le temps et il y avait instant par instant des inquiétudes, des renoncements de menues tristesses; bien sûr tout ça ne comptait guère, mais parce qu'on refusait d'en tenir compte: il fallait parfois un petit effort.
P154
Commenter  J’apprécie          70
AllaroundthecornerAllaroundthecorner   22 janvier 2018
Non, elle ne trouvait rien d’autre que ce regret abstrait de n’avoir rien à regretter. Sa gorge était serrée, son coeur battait un peu plus vite que de coutume, mais elle ne pouvait même pas croire qu’elle était sincèrement lasse du bonheur ; ce malaise ne lui apportait aucune pathétique révélation ; ce n’était qu’un accident parmi d’autres, une modulation brève et quasi prévisible qui se résoudrait dans la paix. Elle ne se prenait jamais plus à la violence des instants, elle savait bien qu’aucun d’entre eux n’avait de valeur décisive. « Enfermée dans le bonheur », murmura-t-elle ; mais elle sentait une espèce de sourire au-dedans d’elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
maylamayla   19 décembre 2011
Leurs penséesn ça me fait juste comme leurs paroles et leurs visages : des objets qui sont dans mon monde à moi. Elisabeth s'étonne que je ne sois pas ambitieuse; mais c'est aussi pour ça. Je n'ai pas besoin de chercher à me tailler dans le monde une place privilégiée. J'ai l'impression que j'y suis déjà installée.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Simone de Beauvoir (78) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simone de Beauvoir
George Sand, Joséphine de Beauharnais, Marguerite Duras, Simone de Beauvoir, Marie Curie, Colette, Édith Piaf, Sarah Bernhardt? Dans le dernier ouvrage de Jeanne Teisson, vingt femmes d?envergure et de talent sont réunies à travers les siècles par un point commun : les hommes qu?elles ont aimés étaient plus jeunes... Et ils les ont passionnément aimées.
Retrouvez l'ouvrage en magasin ou sur notre e-shop : https://bit.ly/2UqgZMa
#Sauramps #jeanneTeisson
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Simone de Beauvoir

Comme beaucoup de femmes des années 40, Simone de Beauvoir a adopté un accessoire (ou une coiffure) qu'on lui a vu sa vie entière. Lequel ?

Un chapeau à voilette
Un turban
Un canotier

10 questions
175 lecteurs ont répondu
Thème : Simone de BeauvoirCréer un quiz sur ce livre
.. ..