AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782723497930
168 pages
Glénat (29/10/2014)
3.63/5   27 notes
Résumé :
Au fond d’un gouffre : personne ne vous entend crier

Trois jeunes amis passionnés de spéléo, Kévin, Caro et Emma, décident de partir explorer les ruines d’une mine désaffectée. Sur place, ils découvrent, baigné dans la lumière de l’aube, un décor apocalyptique et surréaliste, presque poétique... Un régal à explorer ! Mais à peine entrent-ils qu’ils font une chute vertigineuse à travers un puits mal scellé. Pris au piège au fond d’un gouffre où pas un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,63

sur 27 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

LePamplemousse
  01 juin 2022
Trois amis, passionnés de spéléologie, vont aller explorer une mine abandonnée.
Bien entendu, ils vont rapidement être en difficulté et comme ils n'ont prévenu personne de leur destination, on comprend qu'ils sont dans une situation dramatique.
J'ai beaucoup aimé cette histoire où le suspense monte peu à peu et où des évènements presque fantastiques vont intervenir pour aggraver encore plus la situation.
Le dessin, entièrement en noir et blanc, accentue le coté dramatique et terrifiant de leur aventure.
Je n'ai pas eu de coup de coeur, mais c'est peut-être parce que je suis une accro aux films et romans d'horreur et que là, je n'ai pas été vraiment étonnée par l'histoire, même si la fin apporte un petit élément de surprise.
Commenter  J’apprécie          263
Meygisan
  12 janvier 2020
Sunlight apparaît comme un survival des plus classiques si on se limite à la seule première grille de lecture. Trois jeunes se retrouvent coincés au fond d'une mine et ne doivent compter que sur l'entraide, le soutien et leur capacité de survie pour s'en sortir.
Mais il ne s'agit pas seulement de cela, car ce point de départ des plus conventionnel dans le genre n'est en réalité que le support à une réflexion bien plus profonde sur le sens de la vie. ATTENTION SPOILERS.
Par ce récit, Christophe Bec réussit le non moins exploit de transcender la définition même de survival, et ainsi à élever le genre à un autre niveau.
En effet, il a l'intelligence de ne surtout pas se limiter aux codes du genre, mais de s'en servir pour argumenter son propos. L'intrigue ne sert qu'à illustrer le combat interne et permanent de son personnage principal, Eva, ainsi que de toute une catégorie de personne atteinte du même syndrome...
Christophe Bec propose ainsi plusieurs niveuax de lecture de son histoire.
Premier niveau: la base qui sert de support, et de déclic dramatique, la chute des jeunes dans ce puits, au milieu d'une mine désaffectée, abandonnée, loin de toute civilisation, est ce qui va déclencher à la fois leur réflexe de survie, mais ce qui va également les mettre plus en danger que ce qu'ils ne sont en réalité, et même aggraver la situation jusqu'à un point de non retour. Bec insufflera ainsi à son récit toute une dimension psychologique propice au genre, les expériences traumatisantes subies par les jeunes réveillera d'anciennes blessures ou les poussera à des comportements qui ne feront qu'empirer leur situation.
Second niveau de lecture: le prologue annonce dès lors la couleur en présentant et en se focalisant sur l'héroïne, Eva, dont on devine très vite qu'elle souffre de quelque chose. Son rapport aux hommes en dit long sur son rapport à la vie et quelques éléments permettent au lecteur de deviner assez vite la nature de sa souffrance. Autre point important présent dans l'introduction et qui amorce la réflexion concernant le troisième niveau de lecture: une réflexion au sujet de la vie après la mort alors qu'Eva vient de subir un accident, dont on ne sait rien, mais qui la laisse dans un état entre la vie et la mort... On n'en saura pas plus avant la conclusion, et pour cause...
Troisième niveau de lecture: Prise au piège avec ses amis au fond de la mine, Eva vit une expérience dont l'auteur se garde bien d'en divulguer tous les aspects et la véritable nature. On se rendra compte au fil du récit, que toutes les expériences vécues par Eva, pour survivre au fond de la mine, sont déformés par sa propre expérience. Celles ci servent en réalité à l'auteur de point d'ancrage au combat que se livre Eva quotidiennement. L'accident de la mine ne se fait alors que l'écho d'un événement traumatisant qu'elle a vécu, et qu'elle garde enfoui dans sa mémoire ( et qui a redéfini sa personnalité même). Son combat se déroule alors à deux niveaux, et Bec choisit donc les codes du survival basique, avec tout ce que cela peut engendrer de violence, de sang, de douleur, pour illustrer la souffrance interne d'Eva. n'en déplaise aux féministes, les scènes où Eva est représentée nue, ne sont ici présentées que pour amplifier cette souffrance. En effet, sa nudité ne représente rien d'autre que sa fragilité et symbolise le poids la douleur face au vide, au néant, face à la mort qui s'approche à petits pas.
Quatrième niveau de lecture: à un moment du récit, on nous explique qu'Eva a en réalité vécu une EMI, une expérience de mort imminente, dûe en partie aux nombreuses médications qu'elle prend. En réalité, c'est toute une réflexion sur le sens de la vie après un drame qui est ici posé par Christophe Bec. Il ne s'agit pas de prouver que son personnage a divagué ou pas, mais bien de s'interroger sur la valeur qu'on veut donner à la vie. En début de récit, Eva nous est présentée comme quasiment morte, dans un état qu'elle définit elle même comme un no man's land entre la vie et la mort. Non seulement elle parle de son état actuel ( au sortir de l'accident de la mine) mais aussi de son état au quotidien face à la maladie. cet état de semi mort, ou de semie vie, peut se lire sur deux niveaux. Soit il représente l'expérience d'EMI, la victime étant coincée entre la vie et la mort, consciente de choses qui se déroulent "des deux cotés". Soit il représente l'après vie qu'Eva peut construire malgré le drame qu'elle a vécu.
Cet état représente ni plus ni moins qu'un choix, celui qu'Eva devra faire, et que l'accident de la mine portera à sa conscience....
Ce choix constituera la conclusion de ce récit que je vous laisse découvrir, je l'espère avec autant de plaisir que j'en ai eu. le plaisir ne concernant pas spécialement le contenu de cette conclusion, puisqu'on s'y attend un peu quand même, mais se situe dans la manière et le talent de Christophe bec à le mettre en scène. C'est tout simplement magnifique. Et ce qui aurait du être depuis le début, un drame psychologique profond se transforme en quelque chose d'autre de plus grand, qui élève le genre, comme je le disais en début de critique, au delà du simple survival.
Le scénario s'étend sur 160 pages, et prend donc le temps à la fois d'installer l'atmosphère claustrophobe et angoissante, la psychologie des personnages et l'intrigue ( si on peut parler d'intrigue). Ce récit emprunte autant au thriller horrifique qu' au drame psychologique, et Bec parvient merveilleusement bien à jongler avec les deux genres pour livrer là une magnifique réflexion. Son propos est majestueusement servi par les graphismes de Bernard Khattou, que ce soient les décors, les personnages et leurs expressions de visages qui illustrent parfaitement leur désarroi et leur terreur face à la mort proche; mention spéciale aux quelques scènes "silencieuses" parsemant judicieusement le récit, qui ne font que souligner l'éloignement, le confinement et la solitude des trois jeunes prisonniers.
Bravo Messieurs, c'est du tout bon!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Maks
  11 janvier 2016
Excellente BD, assez conséquente (159 planches), en noir et blanc et ici le côté noir et blanc donne encore plus fort dans l'angoisse et le suspense.
Un huit clos palpitant, les personnages sont très bien dessinés surtout les expressions de visage, pour ce qui est du scénario c'est bien aussi, et le tout se fini sur un double cliffhanger inattendu !
À lire de toute urgence.
Commenter  J’apprécie          90
sassenach
  15 janvier 2020
Eva, Caro et Kevin sont tous les trois passionnés de spéléologie et amis de longue date. Quand Kevin obtient des informations sur une mine isolée et désaffectée permettant un accès à de nombreuses galeries, parfois inondées, leur intérêt est éveillé. François, qui leur a fourni les données sur la zone, leur demande de ne parler à personne de leur expédition, celle-ci s'effectuant en toute illégalité. Alors, quand les trois amis tombent dans un puits de mine mal fermé, personne ne sait où ils sont et ils n'ont aucun moyen de signaler leur accident. L'angoisse commence à grandir et la réalité ne semble plus si réelle que ça …
De nombreuses maisons d'édition lancent des collections basées sur le fantastique ou le frisson et ce titre fait partie de la collection Flesh & Bones de Glénat, « la collection des sensations fortes ! ». Comme j'aime ce genre, je craque toujours pour les titres qui sortent dans le genre et forcément, il arrive que je sois déçue. Avec ce Sunlight, ce fut plutôt le cas, même si j'ai trouvé la lecture facile et rapide. Mais de là à dire que cela m'a donné des sensations fortes, quand même pas ! Pourtant, sans être claustrophobe, je dois dire que je ne pense pas que je me sentirais à l'aise en faisant de la spéléologie donc l'idée de départ avait du potentiel « frayeur » à mes yeux. Mais peut-être est-il difficile de faire de l'original avec ce sujet, compte tenu que plusieurs films ont été faits à ce propos (et que j'ai bien sûr vus). Là, il s'agit d'un groupe de trois amis coincés au fond d'un puits de mine et dont l'espoir de sortir de là est mince (mais les pages de départ de l'album en disent trop pour moi … ça m'a vendu l'histoire dès le départ !). Il y a aussi un léger mystère cousu de fil blanc à propos d'Eva, qui ne sert pas vraiment à faire avancer l'histoire. le dessin noir et blanc est plutôt agréable, actuel, dynamique, dans la lignée des comics, avec des décors réalistes et des personnages bien reconnaissables. Donc, niveau graphisme, j'ai bien adhéré ! Par contre, moi qui m'attendais à une histoire plus originale, plus effrayante, j'en ai été pour mes frais !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
boubously
  07 février 2015
2 femmes et un homme fans de spéléologie sont à la recherche de sensations fortes. Ils vont accidentellementsitué tomber dans un trou situé dans une vieille mine abandonnée et de là, la survie va devenir leur unique priorité. Un bon huit clos ou l'auteur fait monter le stress progressivement, ce comics très filmographique est assez passionnant malgré un démarrage un peu long. La tension est omniprésente et la fin quelque peu surprenante. Les dessins en noir et blanc sont réussis et retranscrivent bien l'ambiance angoissante de ce récit. Comme quoi on peut faire une bonne bd sans forcément mettre des monstres et des scènes d horreur a tout va. Surprenant...
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (2)
Sceneario   16 janvier 2015
Sunlight est d'une efficacité incontestable. Les passionnés d'horreur et de suspense seront comblés.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Auracan   03 novembre 2014
Cent-soixante pages de suspens dont plus des deux tiers dans la mine, voici le programme imaginé par le scénariste Christophe Bec et mis en images par le dessinateur Bernard Khattou. Le confinement est propice à des confidences qui sont distillées par touches, et le scénariste a su trouver le rythme pour faire de ce huis clos un drame psychologique des plus raffinés.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
pilou62200pilou62200   27 avril 2016
....Mais, j'ai toujours su que je plaisais aux hommes. Alors, j'ai tout misé sur ça...
Mon physique et mon petit cul...qui rend fou les mecs.
C'est ce qui m'a souvent permis de péter plus haut que mon cul justement et d'accéder à des choses que je n'aurais jamais obtenues sinon.
Puis, un jour, ça s'est retourné contre moi. D'une façon extrêmement cruelle...
Foutue soirée...
Foutue boite de nuit...
Foutu virus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MeygisanMeygisan   12 janvier 2020
Je suis passé de l'autre côté et aujourd'hui je sais. Je sais qu'il y a autre chose. Autre chose que le néant.
Commenter  J’apprécie          30
MeygisanMeygisan   12 janvier 2020
Tout le monde au cours de sa vie s'est un jour posé cette question existentielle. Existe t'il une vie après la mort? Je suis là, coincée dans un no man's land entre la vie et la mort, et je n'ai toujours pas la réponse.
Commenter  J’apprécie          00
MeygisanMeygisan   12 janvier 2020
Les morts gardent tout pour eux, égoïstement, comme s'ils avaient peur de revenir du côté de la vie. C'est peut être ça leur secret. Finalement de l'autre côté, c'est mieux qu'ici.
Commenter  J’apprécie          00
MeygisanMeygisan   12 janvier 2020
La frontière entre la vie et la mort n'est pas aussi étanche que ce qu'on peut penser. Si l'on prend la peine d'y réfléchir, d'observer, tout prend une autre teinte.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Christophe Bec (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Bec
Carthago 13
autres livres classés : spéléologieVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2417 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre