AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782896940929
Éditeur : Alto Voce (08/04/2013)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Enfant, Deni ne savait pas qu’il était né dans une famille hors du commun. Sa mère américaine avait certes évoqué le passé de son père au Québec, mais l’arbre généalogique comportait encore bien des mystères. Un jour, il apprend enfin la vérité sur celui qu’il a toujours soupçonné de nager en eaux troubles : André Béchard était voleur de banques. Dans la tête du jeune homme germe alors une idée nourrie par son admiration pour cet homme à la violence mal contenue, ab... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
nathalie_MarketMarcel
  22 novembre 2019
Deni raconte son enfance, dans une maison près de Vancouver, avec son frère et sa soeur, avec une mère ennemie des produits chimiques et toujours inquiète et un père au comportement imprévisible et dangereux, mais qu'il admire profondément. Un homme aimant se bagarrer, rusant avec la police et aimant jouer avec les interdits La famille se déchire progressivement jusqu'à ce que la mère embarque les enfants et les emmène jusqu'aux États-Unis, sachant que le père ne pourra pas passer la frontière. Une fois adolescent, Denis fait connaissance avec le passé de son père – un braqueur de banques.
Un gros livre qui n'est pas un roman et qui est écrit plutôt platement. J'avoue avoir sauté un bon paquet de pages. Et pourtant, difficile de se désintéresser de cette histoire. Béchard raconte sa passion pour la lecture et l'écriture, tout petit, son goût pour inventer des histoires, sa fascination pour les histoires de fin du monde. Il raconte le couple formé par ses parents et surtout son père qui, lui-même, a toujours des tas d'anecdotes et d'histoires formidables à raconter – pour éviter de raconter sa propre histoire. Ce n'est qu'après la mort de ce père bien encombrant qu'il sera possible de remonter le temps et de rencontrer les grands-parents.
L'ensemble est assez touchant, d'autant que l'auteur réfléchit de façon intense sur le souvenir et la mémoire, sur la transmission, sur ce qui fait le fond d'une personnalité, sur la nécessite vitale de raconter l'histoire et de raconter des histoires. Il retranscrit très bien le climat d'instabilité, d'incertitude et d'inquiétude dans lequel baigne sa famille, alors même qu'il y a également beaucoup d'amour entre eux tous.
C'est aussi une histoire entre États-Unis et Canada, où l'on sillonne les routes, où l'on pêche.
Le plaisir de sacrer – de jurer en anglais, mais aussi en français, puisque le père de l'auteur est Québécois. Quand le petit garçon découvre le pouvoir de certains mots sur les autres.
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Errant
  21 septembre 2015
J'avais lu d'excellentes critiques suite à son passage à "Tout le monde en parle"... Méfions-nous des critiques! Essentiellement il s'agit d'un roman style biographique axé sur la relation tumultueuse entre le narrateur et son père, un criminel qui tente plus ou moins de se ranger pour élever sa famille. Pas inintéressant, mais pourquoi prendre 300 pages (c'est une estimation, le Kindle ne fonctionnant pas comme cela) pour décrire quelque chose qui en aurait facilement pris la moitié au plus sans rien perdre de substantiel... Ce n'est pas mal écrit, mais les redites diluent l'intérêt. Bref je ne le recommande pas à moins que vous portiez un intérêt particulier pour les relations père-fils un peu glauques.
Commenter  J’apprécie          10
GB
  13 juin 2014
Cette histoire est vraie. C'est l'histoire d'un jeune qui ne sait rien de la vie de son père et qui veut tout savoir. Malheureusement ce n,est qu'à la fin de sa vie que son père va lui conter sous forme d'histoires tout ce qu'il a fait avant sa naissance. Un sentiment d'admiration se développera chez le jeune, même si ce n'est pas toujours pour les bonnes choses. L'auteur gardera toujours en tête qu'il veut devenir écrivain même si son père n'y croira pas, du moins jusqu.à la toute fin. Vraiment excellent.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
LaPresse   30 septembre 2013
C'est le genre de lecture qu'on finit en se disant, OK, mon existence est une comptine. Je me targue moi-même parfois d'avoir eu des années 90 prolifiques[...]. Eh bien, je dois me rhabiller piteusement en constatant qu'en 10 ans, j'ai vécu l'équivalent d'une pause cigarette d'André Béchard.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaPresse   24 juin 2013
Impossible de résumer ces «mémoires» superbement écrites par l'auteur et journaliste canado-américain Deni Y. Béchard, qui découvre que son père a été voleur de banques.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   19 juin 2013
Ma mère m’avait déjà expliqué que la société était corrompue et touchait peut-être à sa fin, et j’avais ressassé ses paroles jusqu’à avoir l’impression que la destruction était imminente. Ce serait la meilleure des histoires. Il n’y aurait plus d’école, j’irais vivre dans les montagnes où je m’adonnerais à la pêche et à la méditation pour toujours, à moins que, en fin de compte, là ne fût pas ma destinée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
KaroSabineKaroSabine   20 août 2013
J'allais bientôt être libre, mais je n'éprouvais plus le besoin de m'enfuir. J'avais simplement soif de l'autoroute, de la liberté et du sentiment d'abandon qu'elle procurait, comme si le divin ne pouvait être atteint qu'en partant, en me perdant dans le pays.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   19 juin 2013
La faim me tenaillait comme un caïd de cour d’école. La faim dormait sur mon ventre comme un chat tiède. Quand je marchais sur la route, la faim aboyait comme le chien méchant d’un voisin, jusqu’à m’affoler.
Commenter  J’apprécie          30
KaroSabineKaroSabine   23 août 2013
Avait-il appris à vivre pour le seul plaisir de la faim - pour le défi, la victoire, pour la fuite? Faim de l'inatteignable, de ce qu'on n'obtiendra jamais. Faim de la solitude où, quelque acharnement qu'on mette à lutter contre soi-même, on sera toujours victorieux.
Commenter  J’apprécie          20
KaroSabineKaroSabine   20 août 2013
On prétendait que la vie d'écrivain était chaotique, destructrice et aventureuse, et j'avais l'impression qu'en choisissant cela sans cesse, une grande partie de ce que j'étais deviendrait acceptable.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Deni Ellis Béchard (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Deni Ellis Béchard
Claudia Larochelle reçoit Deni Béchard, Danielle Laurin et Katherine Pancol.
Les libraires en coulisses, une initiative de l?Association des libraires du Québec (ALQ) et de la coopérative des Librairies indépendantes du Québec (LIQ), ont présenté des rencontres passionnantes lors du Salon du livre de Montréal 2014 avec des écrivains, notamment Janette Bertrand, Michel Tremblay, Katherine Pancol, Gabriel Nadeau-Dubois et Emmanuel Carrère.
Réalisation et montage : Jessica Gélinas
autres livres classés : construction identitaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1183 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre