AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laure Bernardi (Traducteur)Bruno Latour (Préfacier, etc.)
ISBN : 2081218887
Éditeur : Flammarion (08/09/2008)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 7 notes)
Résumé :
C'est en 1986, peu de temps après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, que paraissait en Allemagne La Société du risque. Livre pionnier, traduit en plusieurs langues, sa publication en français intervint au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 et de l'explosion d'une usine chimique à Toulouse.

Alors que l'on s'interroge plus que jamais sur le « risque zéro », l'assurance, la responsabilité et la prévention, l'ouvrage d'Ulrich Beck fournit ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Enroute
  10 septembre 2016
Pour Ulrich Beck, la société de classes à fait place à la société du risque. La première opposait les riches et les pauvres et raisonnait sur le « j'ai faim ! » ; elle avait pour objectif de donner l'aisance à tout le monde. La société du risque raisonne sur le « J'ai peur ! », étend les conséquences des risques à toute la population et vise à éviter à chacun le pire. Elle crée volontairement du risque et l'institutionnalise : le risque donne ainsi naissance à de nouvelles économies (lutter contre la pollution, filière de retraitement du nucléiare, laboratoires de contrôle, etc), sans chercher à l'éliminer. L'auteur s'appuie sur la manière dont les données scientifiques sont utilisées, à l'insu même des scientifiques, dont la bonne foi n'est pas nécessairement à remettre en cause, mais bien plutôt l'illusion de la société de croire ces données objectives et impartiales sous prétexte qu'elles sont scientifiques. La science contribue donc à soutenir la société du risque.
A titre d'exemples des critiques émises par l'auteur se trouve le fait que les chiffres (de la concentration de produits nocifs notamment) sont établis sans tests chez l'être humain, sans données sociales et biologiques sur les capacités d'absorption des populations (selon l'âge, le sexe, les lieux de vie, les habitudes de consommation...) et indépendamment de l'exposition à d'autres substances (qui peuvent annuler ou renforcer les effets d'une première substance). En autorisant des niveaux limites et en instituant des systèmes de type "payeur-polleur", la société trahit son institutionnalisation du risque. Il s'ensuit une société incontrôlable et apolitique du fait que les paramètres de l'évolution de la communauté ne sont plus que pseudo-scientifiques et éliminent toute composante sociale, y compris les hypothèses qui mènent à favoriser le suivi des paramètres d'un risque plutôt que d'autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
LauralsaceLauralsace   07 mai 2011
La répartition des tâches élaborée équivaut à un réseau de complicité générale, laquelle équivaut à une irresponsabilité générale. Chacun est cause et effet à la fois, et personne ne peut donc être cause de quoi que ce soit. Les causes se dissolvent dans l'interchangeabilité générale des acteurs et des circonstances, des réactions et des contre-réactions. C'est ce qui assure à la pensée du système évidence sociale et popularité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
bebzbebz   01 mars 2018
Le dilemme de la politique de la technologie:p453

...on aboutit donc typiquement à la situation suivante: problème contemporains nés de l'industrialisation, résultant d'investissement décidés hier et d'innovations technologiques datant d'avant-hier, contre lesquels, dans le meilleur des cas, on adoptera demain des contre-mesures qui seront éventuellement efficaces après-demain.En ce sens la politique se spécialise dans la légitimation des conséquences qu'elle n'a ni causées ni vraiment pu empêcher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bebzbebz   31 janvier 2018
Les taux limites de présence "acceptable" de substances polluantes et toxiques dans l'air, l'eau et l'alimentation sont à la répartition du risque ce qu'est le principe du mérite à l'inégale répartition des richesses:
Commenter  J’apprécie          20
EnrouteEnroute   08 septembre 2016
La destruction et les risques causés par l'industrialisation ne respectent pas non plus les frontières des Etats. Ils finissent par suspendre la vie d'un brin d'herbe de la forêt bavaroise à l'efficacité d'un accord sur la lutte internationale contre la polution.
Commenter  J’apprécie          10
EnrouteEnroute   08 septembre 2016
[Dans la société du risque] partir au loin est tout aussi inefficace que manger du muesli.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Ulrich Beck (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ulrich Beck
Futures of Modernity - Symposium in honour of Ulrich Beck, July 24th 2009 at the University of Munich Session 4: INDIVIDUALIZATION COSMOPOLITANIZED Keynote Speaker: Yunxiang Yan Discussants: Elisabeth Beck-Gernsheim, Navid Kermani, Erzbischof Reinhard Marx, Hans-Georg Soeffner, Ulrich Beck Chair: Angelika Poferl
>Processus sociaux>Changements sociaux>Causes du changement (acculturation, catastrophes naturelles, progrès techniques) (137)
autres livres classés : Société industrielleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre