AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de mirele


mirele
  11 janvier 2016
Je suis en train de finir Dark Eden...à grand regret. Je voudrais prolonger cette lecture envoûtante et troublante, qu'elle dure plus longtemps. Lecture envoûtante pour la description d'un monde à la fois autre et familier. Sur cette planète où la lumière provient des plantes et des animaux, tous nos repères sont chamboulés. L'auteur nous transporte dans une préhistoire fantasmagorique dont ses jeunes héros perçoivent toute la beauté ---alors que les anciens n'y voient qu'hostilité, ténèbres et dangers.
Lecture troublante aussi, qui m'interpelle presque à chaque page. Qu'est-ce qu'une société ? Dans quelle mesure faut-il vivre avec ses souvenirs ? Comment l'homme a-t-il inventé les vêtements? comment a-t-il domestiqué son premier cheval ? Qu'est-ce qui a poussé les premiers humains à partir, à quitter leur territoire natal et rassurant pour aller voir plus loin, voir ce qu'il y a derrière la montagne, explorer l'inconnu..
Le livre pose aussi la question, cruciale à mes yeux, de la religion. Dans Dark Eden, les humains abandonnés sur une planète hostile attendent désespérément le retour d'un vaisseau qui les ramènera sur Terre. Ils attendent depuis...200 ans. Les deux astronautes du début sont morts depuis longtemps, mais ils ont eu des enfants, qui ont eu des enfants qui attendent aussi le retour. Ils ont transmis à leur propre descendance les souvenirs de la Terre, mais déformés, incompris. Ainsi, ils célèbrent l'Universère, pour commémorer chaque année l'arrivée des premiers colons dans leur "vécule".Ils chérissent les reliques rouillées des père et mère fondateurs comme au Moyen-Age on honorait les saints. Mais cette religion naissante les sclérose Ils n'osent pas s'éloigner du Cercle qui marque le lieu du crash, de peur de manquer la navette que la Terre ne manquera pas de leur envoyer... Alors leur communauté grandissante vit entassée dans un petit périmètre, menacée par la famine, faute d'oser explorer de nouveaux territoires de chasse...
Ce sont les adolescents qui vont réagir. John, le personnage principal, n'accepte pas d'avoir faim alors que des animaux vivent hors du périmètre autorisé, loin, de l'autre côté de Noir, la montagne qui bouche l'horizon. Exilé pour rebellion, il est rejoint par d'autres jeunes. Leur petit groupe va alors réinventer l'élevage, la couture, les torches, toutes inventions découvertes par nos ancêtres mais inconnues des habitants d'Eden. Ce Paradis inversé, enfer pour les habitants plus âgés, les adolescents veulent en faire leur chez-eux, arrêter de se dire de la Terre, arrêter de dire que Terre viendra les chercher. Comme le dit le petit Jeff avec ses drôles de yeux pénétrants : "On est ici. On est vraiment ici."
N'ayant pas encore fini le roman, je me prends à espérer qu'aucun vaisseau de la Terre ne viendra les chercher à la fin. J'ai envie que ces jeunes gens explorent et apprivoisent leur planète. J'espère aussi qu'ils auront le courage de ne pas répéter les erreurs que nous autres Terriens avons commises, qu'ils respecteront la nature étrange et luxuriante qui les entoure, qu'ils vivront AVEC leur monde au lieu de le conquérir et de le saccager. Il faudrait peut-être pour cela qu'une petite parcelle du vivant d'Eden modifie le patrimoine génétique de ces humains ... alors ils pourraient vraiment se dire d'"ici" et ils y seraient enfin, au paradis.
NB Je lis avec surprise des commentaires surpris, voire choqués, sur la majorité sexuelle dans Dark Eden. Nous savons pourtant bien que nombre de sociétés autorisaient, encourageaient l'activité sexuelle des adolescents dès leur puberté. Beaucoup de nos rois et reines se sont mariés très jeunes... C'est une question de survie de l'espèce à des époques, pas si lointaines, où 30 ans était une âge déjà très avancé. Dans Dark Eden, la religion chrétienne et son puritanisme n'existe plus! La société est matriarcale, la femme n'est pas un être idiot et impur qu'il faut controler.
Commenter  J’apprécie          00



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura