AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 236914372X
Éditeur : Libretto (07/09/2017)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Vathek, neuvième calife des Abassides vit aux confins de l'Orient à Samarah. Esthète et curieux, il entreprend la construction d'une tour pour y lire le ciel. Mais sa cruauté est aussi redoutée par ceux qui s'opposent à lui. Un jour, un marchand vient lui proposer deux sabres portant une inscription que nul ne peut déchiffrer. Un vieillard parvient à les transcrire confirmant que ces sabres sont destinés au souverain le plus puissant. Vathek s'en trouve flatté… mais... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Foxfire
  31 octobre 2017
Combien d'oeuvres connurent un immense succès au moment de leur sortie avant de tomber dans l'oubli ? Si le temps a parfois rétabli une sorte de justice literraro-karmique en faisant sombrer dans l'oubli des textes très dispensables, en est-il de même pour ce "Vathek" qui connut un grand succès lors de sa publication en 1786 ?
Ecrit dans une période d'engouement pour l'orient, ce court roman aurait mérité une plus grande postérité.
Ce conte, très joliment écrit (en français par un auteur anglais) propose un voyage très dépaysant dans un orient fantasmé plein de magie où se côtoient beautés et horreurs. Côté beauté, on a droit à de merveilleuses descriptions de magnifiques palais ou de vallées enchanteresses. Et côté horreur, le lecteur est servi ! Entre un héros prêt à sacrifier des enfants pour assouvir sa soif de pouvoir ou sa mère qui se livre à de la magie noire entourée de femmes monstrueuses, l'amateur de gothique sera ravi.
L'écriture est très agréable, très légère et élégante. Une belle poésie irrigue l'ensemble, que ce soit dans les passages tendres ou les passages horribles.
Je remercie Babelio et les éditions Libretto pour la découverte de ce petit roman gothique dont j'ignorais tout et qui méritait mieux que de tomber dans l'oubli. J'ai passé un très bon moment avec ce récit qui allie divinement bien horreur et merveilleux.
Challenge Multi-défis 2017 - 49 (item 2 : un classique du 18ème siècle)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
nebalfr
  05 juillet 2018
Je ne connais, hélas, pas grand-chose à la littérature gothique – je parle de la vraie, hein, pas celle qui écoute les Sisters of Mercy en jouant à Vampire, la Mascarade : le « roman noir » du XVIIIe siècle et du début du XIXe éventuellement. Au-delà du séminal Château d'Otrante de Walpole et du délicieux Moine de Matthew Lewis, je n'ai finalement guère pratiqué le genre que par la bande, au travers d'ouvrages qui empruntent au genre mais n'y correspondent peut-être pas tout à fait, comme le génial Frankenstein de Mary Shelley, ou, en France, je tends du moins à le croire, certains écrits du marquis de Sade. Cela fait longtemps que je suis supposé lire Ann Radcliffe, ou Melmoth de Charles Robert Mathurin, d'autres choses encore sans doute, sans jamais en avoir trouvé le temps…

Le fantôme de Lovecraft, parmi d'autres, m'y incite pourtant régulièrement. Et il en va forcément de même pour le (très petit) livre dont je vais vous parler aujourd'hui, Vathek de William Beckford, très prisé par le gentleman de Providence – parmi bien d'autres admirateurs, dont Lord Byron ou Stéphane Mallarmé (aheum, j'y reviendrai) ; à vrai dire, on a pu déterminer que Vathek avait eu sa part dans l'inspiration des récits des « Contrées du Rêve », et peut-être à deux degrés car Lord Dunsanylui aussi aimait sans doute le court roman dont s'agit.

Vathek, écrit en français en 1782, puis publié en anglais en 1786, est un autre de ces fameux romans gothiques « par la bande », une forte singularité le distinguant de ses petits camarades : en effet, il mêle au fond gothique tout un apparat oriental hérité des Mille et Une Nuits, via la traduction française d'Antoine Galland parue entre 1704 et 1717, et bientôt transposée en anglais – dans les deux langues, cela a été un énorme succès (au cas où, voyez ici). Mais, finalement, en cela aussi Vathek est une oeuvre de son temps – tellement XVIIIe qu'à sa lecture il vous pousse une perruque poudrée, qui dépasse toujours sous le turban.

Vathek est l'oeuvre littéraire la plus célèbre de William Beckford – un curieux personnage pour un curieux livre. Alors tout jeune homme, Beckford était aussi une des plus grandes fortunes d'Angleterre – sa richesse lui permettant de constituer une remarquable collection d'objets d'art. Passablement décadent, mais sans la poisse pénale d'un Sade, il a effectué un grand « tour » en Europe, ce qui lui a fait rencontrer du beau monde et lui a permis de multiplier les expériences. Parmi ces expériences, il y avait donc Vathek – court roman présenté par son auteur, non sans une certaine frivolité caractéristique, comme un léger jeu de l'esprit qui ne lui aurait pas demandé plus de deux ou tout au plus trois jours (et nuits) de travail. C'est douteux… Quoi qu'il en soit, Vathek demeurera, et de loin, l'écrit le plus célèbre de son dilettante d'auteur.

Vathek est un calife – ce qui n'a rien d'évident, au regard de cette translitération, mais c'est qu'elle est en fait très XVIIIe : elle renverrait au calife al-Wathiq, ce qui situerait l'intrigue à Bagdad et au-delà vers le milieu du IXe siècle de notre ère ; de même que le personnage de son frère et successeur, Motavakel, renverrait à al-Mutawakkil, là encore un vrai calife. D'autres noms sont peut-être plus douteux, comme Bababalouk disons, mais, là encore, Vathek est l'oeuvre de son temps.

Vathek, un calife, donc – mais surtout un enfant gâté… Un vrai despote oriental selon les termes de Montesquieu, aux caprices tyranniques, aux exigences absurdes ; plus anachroniquement, une histoire de pouvoir absolu qui corrompt absolument. Et ses colères sont fatales : son regard noir est à même de terrasser en un éclair ceux dont il juge qu'ils ne le servent pas assez bien ! Soit à peu près tout le monde. Il faut dire que ses sujets le détestent ; mais, surtout, ils en ont peur, et notre ami Machiavel juge que c'est bien suffisant. Le sale gosse a les avantages de ses défauts, cela dit – son hédonisme s'accompagne d'une appréciable curiosité pour le monde et tout ce qu'il contient, forcément suspecte sous l'empire de la religion ; en cela, sa mère, l'érudite Carathis, dont les connaissances ésotériques valent bien celles des plus grands mages, mais il en va de même pour son absence de moralité, sa mère donc a pu avoir à cet égard un rôle non négligeable.

Mais l'avidité et la soif de connaissance de Vathek décideront sans surprise de sa perte – en même temps que sa gourmandise et son despotisme. Un curieux personnage, le giaour (un terme injurieux pour désigner les non-musulmans), censément venu de l'Inde, lui vend des sabres magnifiques, ornés d'une écriture inconnue – un traducteur en dérive un sens positif, mais, le lendemain, les caractères ont changé, et ils impliquent alors une malédiction ! Un avertissement dont le calife Vathek ne saurait tenir compte : il obéit aux injonctions du giaour, qui l'invite à voyager (avec sa suite, forcément) vers la cité perdue d'Istakhar, où se trouvent les extraordinaires trésors des sultans de l'ancien temps, et même des sultans préadamites – ces trésors, mais aussi le pouvoir absolu, via la connaissance absolue. Mais, pour bénéficier de ces récompenses mirifiques (et de quelques autres, dont surtout la belle Nouronihar, la fille de son hôte l'émir Fakreddin, promise à un autre – mais que sont les lois de l'hospitalité pour le calife Vathek ?), il y a des conditions – nombreuses, précises… mais dont la principale, sous-jacente à toutes les autres, est la renonciation à l'islam, à Allah et à Mahomet. L'avide Vathek n'y voit guère d'inconvénient, sa mère Carathis pas davantage – et si le calife, par principe, peste contre les termes du contrat, contre l'invraisemblance consistant, de la part de qui que ce soit, à exiger de lui, calife, quoi que ce soit, il n'en obéit pas moins aux ordres…. qui sont en fait les ordres d'Eblis, autant dire du diable.

Vathek est un roman très court, une centaine de pages, mais aussi un roman très dense : il se passe beaucoup, beaucoup de choses à chaque page – au point à vrai dire où le déroulé des événements est parfois un brin confus, surtout dans les premières pages. La halte chez l'émir Fakreddin ralentit un peu le rythme, avant que le merveilleux gothique ne transfigure une dernière fois le roman à Istakhar. Ceci étant, le fantastique n'était certes pas absent au début du roman, loin de là : les événements étranges s'y enchaînent à toute vitesse – étranges, et grotesques. À vrai dire, ce roman gothique l'est décidément à la matière du Château d'Otrante – la surnature implique son lot de scènes cocasses, qui valent bien ce heaume gigantesque tombant du ciel pour écraser le pauvre Conrad dans les premières pages de la fantaisie italienne de Walpole. Les maléfices du giaour, comme les projets pharaoniques (ou babéliens) de Vathek, ont à ce stade quelque chose de drôle avant tout, ou bien plus drôle en tout cas qu'effrayant.

Mais, dans les dernières pages, quand le surnaturel est plus démesuré que jamais, la cité d'Istakhar ayant quelque chose d'une ville onirique à la façon de celles de Dunsany plus d'un siècle après, l'émerveillement se mêle bel et bien de cauchemar – encore que ce soit probablement surtout l'ironie qui domine, une ironie qui, sous couvert de moraline au premier degré, se montre sans doute en vérité passablement subversive ; et, ici, c'est au Moine ou aux réjouissantes hypocrisies d'un Sade, par exemple dans les versions « exotériques » de Justine, que l'on est tenté de penser. Finalement, l'humour demeure, sous l'impitoyable condamnation de (ce sale gosse de) Vathek, de (sa satanique mère) Carathis, et de (son inconstante favorite) Nouronihar tant qu'on y est.

Finalement, c'est cet alliage en apparence incongru entre le merveilleux orientaliste et l'humour, davantage que la peur, davantage que la morale qu'on devine bien vite totalement hors-jeu en dépit des risibles discours de ceux, nombreux, qui condamnent, frontalement ou plus souvent à demi-mots pleutres, le calife impie, c'est cet alliage donc qui fait la saveur de Vathek – mais aussi son originalité, à l'époque et sans doute encore aujourd'hui. Et il faut y ajouter une plume (française !) délicieusement XVIIIe siècle.

Rien d'étonnant dès lors à ce que le roman ait eu son lot d'admirateurs notables – j'en ai cité quelques-uns plus haut. Mais, dans le cadre de cette édition, il faut donc mentionner Stéphane Mallarmé, dont on reproduit ici une assez longue postface (une vingtaine de pages)… Mais, là, problème : j'ai trouvé ça totalement incompréhensible, et à vrai dire totalement illisible, béotien de moi ; j'avais l'impression de bouffer trois space cakes à chaque paragraphe, et il faisait bien trop chaud pour ça – bref, j'ai déclaré forfait au bout de cinq pages. Nébal, béotien.

Ce qui n'a rien de grave. Vathek demeure une lecture charmante sans cela – une curiosité, oui, mais sans doute un peu plus que cela, et en tout cas une appréciable virée dans un Orient fantasmé au prisme d'un gothique ludique et narquois.
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Tatooa
  29 septembre 2017
Tout d'abord un grand merci aux éditions Libretto et à Babelio pour ce livre reçu dans le cadre Masse Critique.
J'allais écrire c'est un très "joli" conte, mais en fait, non... Joli n'est pas le mot. Glauque, oui. Noir, oui. Gothique quoi, arfeu ! Mais joli, non.
C'est dans un français impeccable que ce texte a été écrit (par un anglais, donc), quoi que par moments étrangement tourné, de mon point de vue. Soutenu par de nombreux dialogues et des descriptions allègres des turpitudes de Vathek et compagnie, on fait le voyage à leurs côtés sans même s'en rendre compte, et voilà qu'on est arrivés !
J'avoue, j'ai parfois été surprise devant l'outrance du récit, qui y va quand même à fond dans le glauque. Je ne connais pas bien les romans gothiques de l'époque, du coup je ne peux pas comparer, c'est vrai. Mais Beckford n'y est pas allé de main morte quand il s'agit de nous décrire à quoi est prêt (sont prêts, pardon, puisque sa mère est du lot) Vathek pour obtenir ce qu'il croit être richesse et pouvoir absolu au bout du chemin. Cynisme, ironie et humour noir sont de la partie, pour le plus grand plaisir du lecteur (le mien du moins !).
Le ton est plutôt "léger", en plus, pour une lecture glauque, c'est assez étonnant comme style.


C'est donc un peu déboussolée que je ressors de cette lecture, qu'en d'autres temps j'aurais fait d'une seule traite, tant on ne s'ennuie pas une seconde. Je viens de découvrir un auteur dit "classique" que je ne connaissais pas du tout, sans avoir l'impression d'avoir lu du classique. C'est vraiment le top pour découvrir la littérature de l'époque ! J'avais déjà eu une surprise du genre avec "L'étranger des Carpathes", il est vrai. Le genre "gothique" 18ème/19ème est surprenant, il n'y a pas de doute !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          175
Luniver
  19 novembre 2017
Les contes, uniquement des histoires pour les enfants ? Si on ne regarde que les histoires où la princesse épouse le prince charmant, peut-être (et encore, même eux doivent se rendre compte qu'on se moque un peu du monde). Mais quand on se penche d'un peu plus près sur les histoires originales, on se rend vite compte qu'on est loin des contes de fées auxquels on a été habitués.
« Vathek » n'échappe pas à la règle, et propose un environnement plutôt effrayant : alors que l'auteur nous emmène d'abord dans l'âge d'or de l'Orient, chez un sultan qui jouit de tous les plaisirs de la vie, on se retrouve confronté ensuite à un terrifiant prince régnant dans un palais sous-terrain, des magiciens qui sacrifient toute morale pour découvrir les secrets de l'univers, des éfrits, des sbires qui s'adonnent au cannibalisme avec joie, … le petit peuple n'a guère que sa foi inébranlable en Mahomet pour faire face à toutes ces horreurs, mais la sainteté même semble souvent ne pas faire le poids devant cette monstruosité qui s'abat sur eux.
Ce conte a été un vrai régal pour moi : outre le charme dépaysant de l'Orient, j'y retrouve tous les ingrédients que j'apprécie : une histoire qui s'enrichit de mythes à la fois connus et présentés de manière originale, le Bien qui ne gagne pas systématiquement contre le Mal, des héros qui peuvent échouer dans leur quête, … La morale est parfois un peu trop sauve à mon goût, mais enfin, il y a sûrement quelques codes du genre à respecter malgré tout !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Aline1102
  14 septembre 2016
Ma version de ce roman se trouve dans le même ouvrage que le château d'Otrante (mon édition regroupe trois romans gothiques), mais cette lecture-ci n'avait rien à voir avec le roman de Walpole !
J'ai préféré Vathek, qui est mieux mis en page et plus accessible. La lecture en est moins fastidieuse et on s'y retrouve mieux entre les différents personnages, pourtant assez nombreux.
Il y a un petit air des Mille et une nuits dans cette histoire et même si, à notre époque, Vathek ne semble pas très exotique, il a dû étonner les lecteurs du XVIIIe siècle.
Toutes les saveurs de l'Orient sont là : les parfums, les épices, la cuisine... Tout cela donne presque envie de voyager.
Mais même si cette lecture a été plus sympathique, on ne peut pas dire que Vathek soit un personnage agréable. Tyrannique et un peu bête, il ne rêve que d'une seule chose : devenir le Caliphe le plus puissant au monde. Aucun sacrifice ne lui paraît trop grand pour atteindre ce rêve et il se lance donc dans des aventures assez rocambolesques.
Beckford tire de ce conte oriental une morale très intéressante : d'après lui, les malheurs de Vathek et de ses proches viennent de l'envie de puissance du Caliphe. S'il s'était contenté de "rester à sa place", aucun mal ne lui serait arrivé... Tout cela fait très "victorien", selon moi, mais étant donné la date de la première édition de Vathek ce n'est pas étonnant : la morale de l'époque étant très différente de la nôtre, il est normal de retrouver ce genre de leçon à la fin d'un tel ouvrage (même si cela m'a quand même étonné que tout se termine comme cela).
Bon, je ne désespère pas : je ne suis pas une cause perdue pour les romans gothiques. Prochaine étape : Frankenstein.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   23 septembre 2017
Essouflés d'avoir monté si vite onze mille degrés, au désespoir que leurs seaux soient presque vides, ils n'étaient pas plus tôt arrivés que l'éclat des flammes et l'odeur des momies offusquèrent tous leurs sens à la fois : ce fut dommage, car ils ne virent pas le sourire agréable avec lequel les muets et les négresses leur passaient la corde au col ; mais tout n'était pas perdu, car ces aimables personnes ne se réjouissaient pas moins d'une telle scène. Jamais on n'étrangla avec plus de facilité ; chacun tombait sans résistance et expirait sans pousser un cri ; de sorte que Vathek se trouva bientôt environné des corps de ses plus fidèles sujets, qu'on jeta sur le bûcher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LuniverLuniver   10 novembre 2017
Tel fut, et tel doit être le châtiment des passions effrénées et des actions atroces ; telle sera la punition de la curiosité aveugle, qui veut pénétrer au-delà des bornes que le Créateur a mises aux connaissances humaines ; de l'ambition, qui, voulant acquérir des sciences réservées à de plus pures intelligences, n'acquiert qu'un orgueil insensé et ne voit pas que l'état de l'homme est d'être humble et ignorant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TatooaTatooa   26 septembre 2017
- Serait-ce là Gulchenrouz ?
- Souverain du monde, répondit-elle (Nouronihar), épargnez mon cousin, dont l'innocence et la douceur ne méritent pas votre colère.
- Rassurez-vous, reprit Vathek, en souriant. Il est en bonnes mains ; Bababalouk aime les enfants et n'est jamais sans dragées ni confiture.
Commenter  J’apprécie          61
stekasteka   30 août 2014
(Préface de Stéphane Mallarmé)
Voilà une rare aventure littéraire, sinon seule : le transport, avec sa fleur où nul déchet, que subit intact un Livre, d'une littérature à une autre.
Traduction, pas cet ordinaire moyen; mais publication directe du texte même.
Commenter  J’apprécie          50
DanieljeanDanieljean   21 avril 2016
Vathek, neuvième Califea de la race des Abbassides, était fils de Motassem, et petit-fils d’Haroun Al-Rachidb. Il monta sur le trône à la fleur de l’âge et les grandes qualités qu’il possédait déjà faisaient espérer à ses peuples que son règne serait long et heureux. Sa figure était agréable et majestueuse mais quand il était en colère, un de ses yeux devenait si terrible qu’on n’en [pouvait soutenir les regards] et le malheureux sur lequel il les fixait, tombait à la renverse et quelquefois même expirait à l’instantc : Aussi, dans la crainte de dépeupler ses états et de faire un désert de son palais, ce prince ne se mettait en colère que très rarement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox






Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
611 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre