AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 288908289X
Éditeur : LA JOIE DE LIRE EDITIONS (17/09/2015)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 16 notes)
Résumé :
En 1943, en Flandre, Ward et Jef sont amis. Tandis que Ward décide de s'engager dans les troupes allemandes qui se battent sur le front de l'Est, le père de Jef l'oblige à rester. Renée, la soeur de ce dernier, est amoureuse de Ward. Mais lorsque celui-ci part, il est considéré comme un collaborateur par les autres villageois.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
latina
  16 juillet 2017
Dans ma quête estivale de romans pour grands adolescents, j'ai choisi encore une fois un lauréat du prix Farniente : « Nous voulons tous le paradis ».
Vous avais-je dit que le prix Farniente voulait promouvoir la littérature belge ? Et bien ici, c'est chose faite ; je ne connaissais pas du tout cette auteure flamande traduite en français : Els Beerten.
La narration des 3 enfants d'une famille là-bas tout au nord de la Belgique ainsi que de leur ami nous plonge dans un petit village flamand vivant au rythme d'une fanfare locale.
Des hommes et des femmes simples, essayant tant bien que mal de nourrir leur famille malgré la guerre.
Solidarité envers ceux qui manquent de tout, compassion envers ceux qui ont perdu des êtres chers, résistance envers les Allemands. le paradis, quoi !
Le paradis ?
Non ! Car l'oppresseur n'est pas celui que l'on croit. Les Allemands viennent chercher de temps en temps une famille pour l'emmener dans un camp. Ou bien une vache, celle qui donnait tant de bon lait. Mais ils ne paraissent pas si antipathiques que ça. C'est plutôt certains Flamands qui le sont, aux yeux des parents de Jef, Renée et Rémi. Ces Flamands qui voudraient enrôler les jeunes gens dans l'armée aux ordres des Allemands. Des collabos, comme on dit. C'est qu'ils ont des belles paroles pour attirer les jeunes dans leurs filets ! « le joug francophone doit cesser », « Notre peuple – flamand – est semblable au peuple allemand, à commencer par les langues qui se ressemblent », « il faut empêcher les bolcheviques d'envahir l'Europe, donc venons en aide aux Allemands » (après la chute de Stalingrad)...
Mosaïque de points de vue, ce roman nous fait voyager à travers différents moments de la guerre, du milieu jusqu'à la fin. Les jeunes évoluent, leur conscience se développe, la fierté et la honte se combattent l'une l'autre, sans oublier l'amitié et la naissance de l'amour. Et la musique !
Puzzle vivant, plongée dans le coeur des adultes, des presqu'adultes ou d'un enfant.
Sans descriptions écoeurantes, sans discours politiques barbants, sans analyses psychologiques exagérées, mais où le traumatisme affleure.
Chapeau pour cette auteure qui a réussi, sans tambours ni trompettes (enfin, si...), à toucher du doigt le cas de conscience de Flamands, simplement et honnêtement.
Puisse ce roman nous aider à comprendre la situation dans laquelle est emmêlée la Belgique où Flamands et Francophones vivent – encore – en bonne entente, malgré ce que certains politiques flamands issus de l'extrême-droite aiment proclamer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          385
adtraviata
  10 avril 2017
Nous sommes en Flandres, dans un petit village du Limbourg dont on sent les habitants tiraillés entre la résistance à l'occupation allemande, la collaboration plus ou moins active ou l'indifférence, le retrait pour sauver sa peau (et celle de sa famille). Cette dernière option est celle choisie par le père de Jef, Renée et Rémi mais il suit quand même les recommandations des résistants, il ne croit en rien aux promesses que font miroiter les Allemands aux Flamands pour attirer les jeunes combattants sur le front de l'Est.
Les héros de ce roman, c'st un trio de jeunes gens, Jef, qui ne sait trop quel sens donner à sa vie, Renée, sa soeur, passionnée de musique (elle a décidé de travailler la trompette, choix peu courant pour une jeune file de l'époque) et Ward, l'ami de Jef, qui tombera vite amoureux de Renée (et c'est réciproque), un saxophoniste très doué. Très vite, on comprend que Jef a commis un acte héroïque pour la Résistance, qui n'est pas encore précisément raconté dans cette première partie mais dont on sent qu'il « encombre » le jeune homme qui refuse d'être honoré pour ce fait. On devine aussi que Ward a fait le choix inverse, au grand dam de ses amis. Renée, Ward et Jef donnent tour à tour leur point de vue sur le événements, sans oublier la voix de Rémi, petit garçon de dix ans à qui personne ne veut rien expliquer mais dont les oreilles et le coeur ressentent bien plus qu'on ne veut le croire.
Ce choix polyphonique et les aller-retour entre les années de guerre et l'après rendent ce roman à la fois complexe, complet et subtil : de nombreux aspects de la Seconde guerre mondiale en Belgique sont évoqués, et particulièrement dans une Flandre qui encore engoncée dans des traditions religieuses prégnantes et dont une certaine frange, représentée par le VNV, voit dans cette guerre l'occasion d'exacerber le nationalisme flamand. (Pour ceux qui ne connaîtraient pas bien l'histoire belge, à l'époque, et pour le dire très rapidement, la Flandre était encore minoritaire sur le plan politique et économique, la situation a commencé à s'inverser après la guerre.)
C'est aussi un roman sur les choix que doivent poser les jeunes gens, comment Jef, Renée et Ward tentent de se construire dans une période troubl(é)e. Rien n'est simple et rien n'est manichéen : Els Beerten montre combien ces choix peuvent être compliqués et influencés par des éléments qui dépassent infiniment ces jeunes. Rémi sera lui aussi amené à grandir plus vite que prévu dans ces circonstances. On sent de la part de l'auteure une grande tendresse pour ses personnages, une belle sensibilité, manifestée aussi par les caractères attachants des parents de Jef, Rémi et Renée.
Ce livre conviendra aux jeunes lecteurs à partir de 15-16 ans, ils demanderont peut-être des explications sur le contexte ou sur certains détails, et bien sûr aux adultes. Il demande un peu d'attention, à cause des changements rapides de personnages et d'années, mais il est passionnant, les pages se tournent toutes seules. J'ai hâte de connaître la suite !
Lien : http://desmotsetdesnotes.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
orbe
  14 décembre 2015
Jef est un jeune homme qui doute. Plutôt que de continuer ses études, il prend le chemin de la mine. Sa soeur au contraire va choisir la musique.
Nous sommes en 1943 en Belgique. Les Flandres sont envahis par les allemands qui tout en exerçant une pression sur la population, tentent de faire croire qu'ils appartiennent au même peuple.
La famille de Jef choisit la neutralité. Elle refuse à la fois de rentrer en résistance et à la fois d'aller se battre pour l'Allemagne qui est mal menée sur le front Russe.
Mais Ward, leur jeune ami, nouvellement installé dans le village suite à un drame familial, s'enthousiasme pour l'idée d'aller faire barrage au communisme.

Leur amitié se fendille puis explose...
Un très beau roman tout en nuance qui apporte, à partir de portraits de jeunes gens, une vraie réflexion sur la guerre et la difficulté de juger les choix personnels.

La manipulation des adolescents pour les embrigader dans des combats nébuleux résonne avec l'actualité. On ressent le besoin de ces jeunes adultes d'être dans l'action et leur perméabilité aux opérations d'enrôlement.
La parole est laissée aux jeunes qui nous offrent quatre voix différentes avec des analepses qui permettent de dévoiler au fur et à mesure de la progression du récit, le drame antérieur. Tous les personnages sont intéressants.

Loin du jugement, l'auteur semble proposer une fresque qui dénonce les effets de la guerre sur la génération qui porte en principe l'avenir. La question du choix est biaisée par celle des influences. Les héros sont ballotés par les circonstances de la vie.

Un très beau panorama qui nous propulse dans les Flandres de l'entre-deux-guerres avec une histoire pleine d'actions et d'émotions.

A lire absolument !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Virgule-Magazine
  06 juillet 2016
Jef, missionnaire et instituteur belge, vient de mourir dans un accident de voiture au Congo. « C'est étrange, une vie d'homme », se dit son frère Rémi ; « On peut survivre à la guerre en Belgique, puis à la guerre au Congo, et finir en s'écrasant bêtement contre un arbre. » Retour dans le passé, en 1945, à la fin de la Seconde guerre mondiale : Rémi a dix ans, et son grand frère Jef vient de recevoir une médaille pour acte de bravoure. Renée, leur soeur, est sans nouvelles de son amoureux, Ward, qui a choisi le mauvais camp, pendant la guerre, en rejoignant les armées allemandes. Jef est un héros. Ward est un traître. Mais est-ce si simple ?
L'avis de Zoé, 15 ans : Porté par une narration multiple, ce roman est intéressant, car il ne s'attache pas qu'à l'Histoire, mais également aux pensées et sentiments des jeunes flamands de l'époque. 
L'avis de la rédaction : Les personnages se relaient pour nous révéler peu à peu le drame qui s'est joué dans leur village des Flandres pendant la guerre. Ce drame trouve sa suite et sa fin dans le tome 2, le Procès, déjà paru et que j'ai hâte de lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
profdoc_hashtag
  17 mai 2017
Deux amis adolescents vivent en territoire occupé et fréquentent des hommes qui tentent de les recruter pour combattre l'armée russe, et les conséquences dans le "présent" (1945) et le passé (adolescence).
L'alternance des narrations internes (les deux frères, la soeur, le meilleur ami) et les allers-retours dans le temps permettent de reconstituer l'histoire tout en s'impliquant, mais on perd parfois le fil si on ne lit pas attentivement pour analyser qui est le narrateur de tel chapitre et quand se situe la scène dans la diégèse.
Certains aspects, comme le refus de s'engager dans la collaboration ou dans la résistance d'une famille est vue d'un point de vue enfantin (la vache a été volée par les Allemands), même si une conversation au moment de vouloir s'engager dans l'armée d'un des ado remet un (tout petit) peu de perspective.
La suite à lire !
Commenter  J’apprécie          12

critiques presse (1)
Ricochet   25 janvier 2016
Un roman ample et ambitieux.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
orbeorbe   10 décembre 2015
Je n'ai jamais été un gamin courageux. C'est ma soeur qui grimpait aux arbres. Renée, une fille d'un an de moins que moi. Pendant ce temps, je lui criais de ne pas tomber. Rien que d'y penser, j'avais envie de faire dans mon pantalon. Et Renée se moquait à la vue de mon visage paniqué.
Commenter  J’apprécie          120
Virgule-MagazineVirgule-Magazine   06 juillet 2016
C’est étrange, une vie d’homme (...) On peut survivre à la guerre en Belgique, puis à la guerre au Congo, et finir en s’écrasant bêtement contre un arbre.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : musiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1848 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre