AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782702167472
528 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (06/11/2019)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 130 notes)
Résumé :
Stalingrad est sans doute le tournant capital de la Seconde Guerre mondiale. Sa chute aurait livré à Hitler les pétroles du Caucase. Et quel symbole que de prendre la ville qui portait le nom du "petit père des peuples"... De ces enjeux résulta un des plus gigantesques - et des plus atroces - affrontements militaires de l'Histoire. La Wehrmacht en ressortit brisée ; l'Armée rouge y forgea la légende d'un communisme libérateur.


Pour conter cett... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  19 avril 2014
Dantesque, titanesque, exceptionnel.
Stalingrad, l'une des batailles les plus célèbres de la seconde guerre mondiale, une victoire soviétique sur les armées d'Hitler, mais à quel prix ?

En cinq parties, à partir de l'opération barberousse le 21.06.41 (le monde retiendra son souffle) et sa relance en juin 1942 (l'opération bleue), on aborde la bataille de Stalingrad (Cette ville fatale) proprement dite à la page 173, poursuivie par l'opération uranus (le piège de Joukov ou l'isolement de la sixième armé allemande) qui amènera sa fin.

Toutes les facettes de la batailles sont évoquées. de son origine à ses répercussions (rapidement évoquées) lors de la reddition en 1945, vous saurez tout des tenants et des aboutissants de ce morceau d'histoire.
Plus qu'un récit historique classique, un véritable roman de guerre où tous les points de vue sont abordés, des états majors allemand et russe aux simples soldats mourant d'inanition dans les décombres de Stalingrad.
Presque 600 pages d'une bataille quasiment continue, avec ses morts à chaque page, le livre ne glisse ni sur les exactions et les crimes de guerre des deux côtés, pillages, exécutions sommaires, viols, la terrible notion de lâcheté russe et ses exécutions de masse, ni sur les dissensions au seins des deux armées.
Des chiffres qui donnent le tournis, donnant toute l'ampleur de la bataille.

A travers des sources multiples et variées (journaux de marche, PV d'interrogatoire, rapports d'aumôniers, journaux personnels, archives russes et allemandes) l'auteur nous livre par une écriture claire, limpide même, et une belle progression de l'action, sans impression de redite, un magnifique récit qui se lit vraiment comme un roman.
Dantesque, titanesque, exceptionnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10811
Apikrus
  06 mars 2020
Grâce au Pacte germano-soviétique signé le 23 août 1939 par Ribbentrop (1893-1946, exécuté à Nuremberg) et Molotov (1890-1986) en présence de Staline, les troupes allemandes purent rapidement conquérir l'ouest de l'Europe (après l'attaque de la Pologne le 1er septembre 1939, conquise en 5 semaines).
Quelques années plus tard, c'est d'abord à cause du front oriental que le Reich commença à s'effriter, avant de s'effondrer.
* * * * * * * *
Résumé de l'ouvrage :
Le 1er février 1943 à Stalingrad, le Maréchal von Paulus (1890-1957) capitulait avec plus de 90 000 soldats de l'Axe face aux troupes soviétiques.
Cette issue d'une bataille qui dura plus de six mois marqua un tournant sur le front Est et dans la guerre, sur les plans militaire et psychologique.
L'emplacement de Stalingrad (actuelle Volgograd), au bord de la Volga, était stratégique, comme axe de communication et pour l'accès à des ressources pétrolières. Une usine de tracteurs y avait été convertie pour produire des chars T-34.
L'auteur décrit les combats et les stratégies déployées lors de cette bataille. Tout en affirmant l'importance de cette bataille, il montre aussi des prémices de la défaite allemande plusieurs mois plus tôt (dont l'arrêt de l'avancée allemande près de Voronej au début de juillet 1942).
Staline commit des erreurs stratégiques (avant, pendant, et après le lancement par Hitler de l'opération Barbarossa, le 21 juin 1941) :
- Lors des Grandes purges débutées au début des années 1930, en particulier sous la Grande terreur de 1937, Staline avait décapité l'armée soviétique, par paranoïa et pour installer son pouvoir. En 1939, seulement 303 des 706 officiers de grade supérieur ou égal à celui de Général de brigade avaient été épargnés.
- Il a négligé les informations sur les préparatifs d'invasion de l'armée allemande, puis celles de l'attaque de juin 1941 : les soldats soviétiques restèrent alors sans consignes, ou reçurent l'ordre de ne pas réagir face à ce que Staline ne voulait voir que comme de simples provocations ; une partie du matériel de guerre soviétique fut détruit avant d'avoir pu être utilisé, en particulier la majorité de ses avions au sol.
- L'armée était supervisée par des Commissaires politiques incompétents en matière militaire. Ce double commandement ralentissait la diffusion des décisions et empêchait de nécessaires prises d'initiatives par les gradés. Le 9 octobre 1942, peu avant le début de l'opération Uranus, un commandement unique fut cependant rétabli (ordre n° 307), reléguant les Commissaires politiques au second plan.
Outre la propension commune de Staline et d'Hitler à ne pas écouter les bons conseils, le sacrifice des vies des soldats qu'ils commandaient et de leurs partisans fut un axe commun de leurs stratégies, de même que la pratique de la « terre brûlée », pour ne rien laisser à l'ennemi.
Staline et Hitler avaient aussi tendance à refuser le recul de leurs troupes, même lorsque les circonstances le dictaient. Staline lança l'ordre « Plus un pas en arrière ». Son refus d'évacuer Kiev, malgré l'avis de Joukov, entraîna la capture de 650 000 soldats soviétiques. Il eut cependant la sagesse de faire déménager vers l'est (souvent dans l'Oural, au-delà de la Volga) les installations industrielles qui pouvaient l'être. Quelques mois plus tard Hitler exigeait de von Paulus qu'il résiste jusqu'au bout à Stalingrad, d'où sa promotion du 31 janvier 1943 au grade de maréchal, la veille de sa capitulation...
Durant la seconde guerre mondiale, plus de 15 millions de personnes ont été tuées sur le front Est, soit plus des deux tiers du camp soviétique.
Heureusement pour lui, Staline disposait de grandes réserves de chair à canon (malgré les morts au Goulag). Il bénéficia aussi de l'aide des Alliés, qui fournirent en particulier de la nourriture.
Et Hitler commit des erreurs qui furent fatales à son régime, notamment :
- Il décida de l'ouverture d'une trop longue ligne de front du nord au sud – difficile à défendre et à ravitailler – de la Baltique à la mer Noire, puis dès décembre 1941 du golfe de Finlande à la mer d'Azov.
- Il différa à octobre 1941 le lancement de l'opération Typhon, de conquête de Moscou, laissant ainsi des troupes de l'Axe se faire piéger par l'hiver.
- Il ne sut pas profiter pleinement d'oppositions au régime communiste, préférant tuer les populations qu'il considérait comme sous-humaines (juive et slave), et négligeant ainsi l'effet fédérateur de la lutte contre le nazisme tout en encourageant la combativité d'adversaires. Pour un soviétique acculé, mieux valait mourir au combat qu'être capturé par les Allemands, la mort étant l'unique issue dans les deux cas. Cette mort était d'autant plus assurée que pour décourager les désertions, l'armée soviétique tuait les siens qui avaient été prisonniers des Allemands. Beaucoup de soldats soviétiques ne sont pas morts pour défendre leur 'Patrie', mais parce qu'ils furent obligés de se battre jusqu'au bout, ou furent exécutés par des compatriotes. Les armées de l'Axe firent cependant quelques recrues en territoires conquis, les « Hiwis » (abréviation de Hilfwillig) souvent cantonnés aux tâches subalterne (notamment creuser des tranchées, ou des tombes).
- Il dispersa souvent ses troupes sur plusieurs objectifs simultanés.
- Il refusa tout recul de troupes alors que c'était nécessaire et encore possible. Le refus persistant d'Hitler de la reddition des troupes encerclées de von Paulus après décembre 1942 n'entre cependant pas dans cette catégorie d'erreurs. En effet, ces troupes étaient devenues perdues pour le Reich, et Hitler cherchait alors simplement à immobiliser des troupes soviétiques le plus longtemps possible, dans l'attente de la mise au point d'armes nouvelles susceptibles de lui redonner un avantage décisif sur le front Ouest (nucléaire).
- Il renforça les troupes de fantassins à Stalingrad avec des tankistes, lesquels firent ensuite défaut.
Il y eut aussi des grains de sable dans les rouages de la conquête allemande, pas seulement au sens figuré :
- Par temps sec : la poussière encrassait le matériel, qui ne pouvait être réparé rapidement si loin des bases.
- Par temps pluvieux, ou en période de dégel ("raspoutnitsa") : rondins et cadavres - les militaires ont l'esprit pratique - ne suffisaient pas à éviter l'embourbement.
- Le froid ne faisait pas partie des plans d'Hitler, puisqu'il avait programmé la victoire avant l'hiver : les soldats allemands n'étaient pas vêtus pour affronter de grands froids, ni leur matériel adapté.
La bataille de Stalingrad pourrait se résumer en une vaste boucherie, à l'image de celle de Verdun mais avec quelques dizaines de milliers de morts en plus (700 000 victimes à Verdun, de février à décembre 1916).
Fin août 1942, la Luftwaffe bombarda abondamment la ville avec ses occupants, militaires et civils (civils que le pouvoir tarda à évacuer, pour inciter la milice à défendre la ville). Richthofen (1895-1945, cousin du « Baron rouge ») qui participait au commandement de ces opérations était expérimenté en la matière ayant été chef d'état-major de la Légion Condor lors du bombardement de Guernica (avril 1937), puis commandant de cette force aérienne (1939).
Les soldats allemands étaient habitués aux combats à distance sur de grands espaces. Lors de l'assaut au sol de la ville, ils durent livrer des combats de rues, dans les ruines. Tchouïkov (1900-1982) avait ordonné à ses troupes de se tenir à moins de 50 mètres de celles des Allemands. A la mi-septembre 1942, les décombres de la gare centrale de Stalingrad changèrent quinze fois de mains en cinq jours !
L'aviation soviétique n'était pas aussi bien équipée que l'allemande. Les pilotes des U-2 russes attaquaient la nuit et coupaient les moteurs pour finir en vol plané avant de larguer leurs cargaisons de bombes, d'où les nombreux sobriquets donnés à cet engin : 'machine à coudre', 'moulin à café', 'serpent de garde', et encore 'bombardier de minuit'. Leur relatif silence était devenu aussi effrayant que le son des sirènes des Stukas allemands, avions surnommés les 'miauleurs', ou les'musiciens' par les russes. En face, les 'orgues de Staline', lance-roquettes multiples aussi appelés 'Katiouchas', participèrent aux 'concerts'…
En septembre 1942, sur proposition de Joukov (1896-1974) et du général Vassilievski (1895-1977), Staline décida de l'opération Uranus.
Il s'agissait de percer la ligne de front à plusieurs dizaines de kilomètres au nord de Stalingrad, de contourner les armées de l'Axe concentrées à l'ouest de cette ville puis de les encercler, afin de les couper de leurs approvisionnements.
Stalingrad et ses défenseurs servirent alors d'appât, mais cette ligne de front devait résister et les troupes de l'Axe demeurer contenues à l'ouest de la Volga. L'appât faillit être avalé, mais la ligne tint bon !
Les premiers combats de l'opération Uranus débutèrent dans la nuit du 19 novembre 1942, notamment par des attaques sur les bataillons roumains considérés comme maillons faibles dans la ligne de front. L'effet de surprise fut total. Hitler avait sous-estimé les capacités soviétiques de contre-offensive, et s'entêta à ne pas écouter les militaires présents sur le terrain. Côté russe, le secret des opérations avait été remarquablement conservé ; ils avaient même fait construire 17 faux ponts de franchissement sur le Don, pour détourner l'attention des allemands de la construction de 5 vrais ponts destinés à la contre-offensive en préparation.
Malgré les pertes, Uranus fut un succès pour les Russes.
La Sixième Armée de la Whermarcht dirigée par Von Paulus se trouva encerclée dans la 'Kessel' (mot allemand signifiant 'chaudron'). A la fin de 1942, cette poche mesurait environ 60 kilomètres d'est en ouest et 40 kilomètres du nord au sud, avec trois aérodromes, celui de Pitomnik en son centre et ceux de Goumrak et Stalingradski plus à l'ouest.
Les troupes de l'Axe étaient coupées de leurs bases arrières : nourriture, matériel, munitions, et carburant leur firent de plus en plus défaut, malgré la Pont aérien de ravitaillement (et d'évacuation des blessés) promis par Hitler. de fait le nombre d'avion reliant le « Kessel » à l'extérieur est resté très réduit au regard des besoins des troupes encerclées.
Avec l'arrivée de l'hiver 1942, le froid contribua à l'épuisement des troupes de l'Axe. Faute de combustible il devenait de plus en plus difficile de faire fondre de la neige ou de la glace. le nombre de soldats morts d'épuisement et de sous-nutrition augmenta. Les poux de multiplièrent. Les maladies infectieuses se développèrent (hépatites, dysentrie, puis typhus). Pour les blessés, l'évacuation était une rare chance de survie.
Cette guerre et la bataille de Stalingrad furent aussi psychologiques, avec une instrumentalisation de l'information.
Les autorités travestissaient la réalité auprès des populations, pour ne pas leur saper le moral. Les commandements militaires faisaient de même à l'égard de leurs troupes.
Tout soldat soviétique dénigrant l'action des autorités politiques ou militaires, ou déplorant simplement sa situation, pouvait être accusé de défaitisme, autrement dit de propagande fasciste, et condamné à mort pour ce motif (ou au Goulag, même si depuis longtemps l'application de cette dernière peine ne nécessitait pas de motif).
Après l'opération Uranus, les russes utilisèrent des haut-parleurs pour démoraliser les troupes encerclées de l'Axe, en passant des chansons nostalgiques rappelant leur pays ou de la propagande. Par exemple, ils diffusèrent des sons évoquant le tic-tac d'une horloge, ponctués de l'annonce « un Allemand meurt toutes les 7 secondes », ainsi que des messages incitant les soldats se rendre, leur promettant la vie sauve. L'envoi de tracts de l'autre côté de la ligne de front était aussi courant.
Ailleurs dans le monde (les forces de l'Axe était mobilisées, les forces de l'Axe piétinèrent aussi :
- en Afrique :
o en juillet 1942, les forces Alliées (britanniques en particulier) arrêtaient l'avancée des forces de l'Axe en Egypte (italiens et allemands) ;
o le 8 mars 1943, Erwin Rommel (1891-1944, suicide) - dit « le renard du désert » - quittait l'Afrique, et le surlendemain il demandait en vain à Hitler de retirer de ce continent ce qui restait de l'Africa Korps (Rommel fut ensuite affecté au renforcement du Mur de l'Atlantique, et termina la guerre sur la bataille de Normandie).
- en Europe de l'ouest :
o en novembre 1942, une semaine avant le déclenchement de l'opération Uranus, des troupes allemandes envahissaient le sud de la France ;
o le 10 juillet 1943, les forces alliées débarquaient en Sicile (opération Husky), ouvrant un second front pour celles de l'Axe.
Le 10 janvier 1943, les russes lancèrent l'Opération Cercle, attaquant les troupes de l'Axe au sud-ouest du « Kessel ». Celles-ci ne purent pas résister, en raison de leur épuisement et des manques de matériel, carburant, et munitions.
Le 16 janvier 1943, l'aérodrome de Pitomnik passait aux mains des russes. Après cette date, quelques parachutages de marchandises furent péniblement organisés pour les troupes de l'Axe.
Le 26 janvier 1943, le Kessel fut coupé en deux petites poches de résistance à Stalingrad.
Le 1er février 1943, le Maréchal von Paulus capitulait mais la poche dans le nord de Stalingrad résistait quelques heures supplémentaires.
Le 2 février la bataille de Stalingrad était terminée : elle avait causé 380 000 morts dans la Whermacht, et 490 000 côté soviétique.
Plus de 90 000 allemands furent capturés. Pour eux le calvaire n'était pas terminé : mal soignés, mal nourris, certains subirent les velléités de vengeance de russes ; la plupart des soldats allemands qui survécurent furent expédiés au Goulag. Seuls les plus hauts gradés furent regroupés dans un camp près de Moscou, où ils bénéficièrent d'un traitement de faveur. le Maréchal von Paulus fut libéré en 1953 (puis mourut en 1957).
Le nombre et sort des de Hiwis capturés par les soviétiques à l'issue de la bataille reste plus incertain : une dizaine de milliers fut soit exécutée, soit envoyés au Goulag.
Le 20 juillet 1944, des allemands organisaient un attentat contre Hitler, mais échouèrent.
Le 9 mai 1945, l'Allemagne capitulait sans conditions face à l'Union soviétique.
* * * * * * * *
Mon avis :
En avant-propos l'auteur explique qu'il s'est notamment appuyé sur des témoignages et des notes ou consignes, notamment des écrits de médecins militaires ou d'aumôniers côté allemand, et de Commissaires politiques côté soviétique.
Cet essai historique est écrit de manière très « journalistique » ; il est riche en informations et l'on ne s'ennuie pas à le lire. Quelques anecdotes me sont cependant apparues comme superflues dans un essai, comme la description du parcours d'une adolescente paralysée suite à un bombardement. La véracité de certaines citations de personnages connus reste en outre à démontrer, l'auteur citant ses sources globalement en bibliographie finale.
Le récit détaillé de certains mouvements de troupes et en outre parfois fastidieux, même si de nombreuses cartes aident à la compréhension (pages18, 86, 155, 340, et 396), et que le lecteur conserve une bonne vision d'ensemble.
Je vous recommande vivement ce livre qui se lit comme un bon roman.
Vous pourrez compléter cette lecture par celles de « Stalingrad » (roman de Théodore Plievier) et par les récits de Vassili Grossman, romancier abondamment cité par Beevor et présent sur cette bataille (« Vie et destin »).
Merci à Babelio et à l'éditeur (opération Masse Critique).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
akhesa
  14 juillet 2014
Un livre de reference sur cette bataille de la seconde guerre mondiale.C'est un ouvrage de synthese qui nous presente les enjeux qui constituent cet affrontement entre deux regimes totalitaires:le regime stalinien et le regime nazi.
J'ai beaucoup apprecie les pages ou Beevor nous raconte le quotidien des soldats,on peine a imaginer a quel point leur vie fut atroce lors de cette sanglante bataille.L'horreur est bien rendue par l'auteur qui sait distiller des anecdotes suffisamment parlantes pour en prendre conscience.Comment les soldats furent pousses au sacrifice,victimes de la violence des autres soldats comme celle de leur propre camps.On decouvre leur strategie de survie et le destin funeste de nombre d'entre eux.
Ce livre fait le lien entre l'analyse tactique des evenements et le roman,tres documente,ponctue de détails et desceiptions succintes qui reflètent la vie quotidienne des combattants;une reconstitution minutieuse
A lire
Commenter  J’apprécie          321
gilles777
  31 mai 2020
Une histoire de l'attaque des allemands, en 1942, sur le front de l'est, du siège de Stalingrad et de la déroute finale face aux armées soviétiques.
Que dire ! Un travail de recherche fabuleux qui nous renseigne sur les stratégies, les tactiques et les problèmes de logistique, tout en ne nous épargnant pas le sort des populations civiles, celui des prisonniers, ainsi que les conditions atroces pour les soldats, hormis certains des officiers supérieurs.
Ce fut une hécatombe des deux côtés, et surtout du côté soviétique.
On voit à quel point, deux des pires dictateurs de l'histoire ont sacrifié leurs populations et écoutaient peu les conseils et les avis de leurs généraux, en se pensant supérieurs sur tous les aspects.
On a l'exemple parfait de la citation "Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument."
J'ai adoré. Un livre qui renseigne et qui fait réfléchir.
Commenter  J’apprécie          195
patrick75
  19 avril 2012
La bataille de Stalingrad comme si vous y étiez .Cet affrontement terrible entre deux armées, dans les ruines de cette ville, durera plusieurs mois.
Ce sera également le point d'arrêt de l'avancé des troupes Allemandes en Europe, leur première défaite .A partir de Stalingrad, les troupes de la Wermacht ne cesseront de se replier.
Hitler aurait du lire Tolstoi,il aurait compris ce qui l'attendait de l'autre côté de la Volga, mais celui-ci faisant parti d'une race de "sous-hommes", certainement que ses livres avaient été brûlées.
Cet ouvrage s'adresse malgré tout aux passionnés de cette période car il peut devenir vite lassant d'entendre parler d'une colline"prise"et "reprise" un nombre incalculable de fois.
Commenter  J’apprécie          240
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   21 avril 2014
Un flot constant de nouvelles recrues avait redonné à la plupart des divisions leur effectif normal. Pour un « bleu », se joindre à une unité de combattants éprouvés avait une meilleure chance de survie en profitant de l'expérience de ces vétérans qu'en se retrouvant parmi des soldats n'ayant pas encore connu le baptême du feu. Et lorsque la nouvelle recrue avait accepté l'idée que la survie était une notion relative plutôt qu'absolue et avait appris à vivre pour l'instant présent, la tension nerveuse initiale se dissipait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
fnitterfnitter   20 avril 2014
Noël n'aura pas lieu cette année pour les raisons suivantes : Joseph a été mobilisé, Marie s'est engagée dans la Croix-Rouge, L'Enfant Jésus a été évacué à la campagne avec son école, les Rois Mages n'ont pu obtenir de visas faute d'un certificat d'aryanité, l'étoile a été interdite par la Défense passive les bergers sont de garde et les anges sont devenus standardistes. Il ne reste que l'âne, et qui donc voudrait passer Noël avec un âne ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
aleatoirealeatoire   16 août 2016
Les blessés et les malades ne recevaient qu'une mince tranche de pain rassis par jour. Le manque de bandages était particulièrement grave pour les cas de gelures. "Souvent, nota Achleitner, des doigts et des orteils restaient dans les vieux pansements que nous retirions." Epouiller les patients était presque impossible. En défaisant les pansements, les infirmiers se retrouvaient soudain avec une masse de poux ayant sauté des membres du patient sur leurs propres bras. Quand un homme mourait, on pouvait voir la vermine quitter son corps en cortège, à la recherche de chair vivante. (...).
Les installations sanitaires - ou ce qui en tenait lieu - étaient innommables. Elles consistaient essentiellement en un seau hygiénique pour plusieurs dizaines d'hommes atteints de dysenterie. (...).
Un médecin se vit arracher une petite édition de luxe de Faust, reliée de cuir et imprimée sur papier bible, par un soldat soviétique qui voulait utiliser le papier pour rouler ses cigarettes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          156
fnitterfnitter   21 avril 2014
Le risque constant de se faire tuer les incitait à ne plus tant craindre les commissaires politiques et les indicateurs du service spécial. Quelle différence y avait-il entre une balle allemande et l'ultime ration fournie par l’État soviétique : les « neuf grammes de plomb » du NKVD ?
Commenter  J’apprécie          380
fnitterfnitter   20 avril 2014
Les tankistes allemands furent horrifiés lorsqu'ils s'aperçurent qu'ils avaient tiré sur des femmes. Les Russes, eux persistent à juger ces scrupules étrangement illogiques, alors que, le même jour, les bombardiers de Richthofen avaient massacré des milliers de femmes et d'enfants.
Commenter  J’apprécie          370
Videos de Antony Beevor (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antony Beevor

La chronique de Gérard Collard - La Seconde guerre mondiale
La présentation du livre "La Seconde guerre mondiale" de Antony Beevor par l'éditeur : de par sa dimension véritablement planétaire, La Seconde guerre mondiale, le plus grand confl it de l'histoire par ses destructions, le nombre de ses victimes et les bouleversements provoqués dans l'ordonnancement du monde, a dominé le paysage mental de plusieurs générations d'êtres humains. Malgré l'extraordinaire profusion de livres, de films et de documentaires sur le sujet depuis presque soixante-dix ans, notre connaissance du conflit reste fragmentaire et souvent déformée par le prisme de l'« histoire officielle » propre à chaque nation. Antony Beevor, en déployant l'exceptionnel talent de conteur qui a fait de Stalingrad, de La chute de Berlin et de D-Day des best-sellers internationaux, réunit ici les éléments disparates de la petite histoire pour composer la mosaïque de la Grande Histoire telle qu'elle ne nous est jamais apparue, chaque élément prenant la place qui lui revient réellement. Sur la base de documents anciens comme d'archives inédites, avec le style limpide et la compassion qui le caractérisent, Antony Beevor nous emmène de l'Atlantique Nord au Pacifique Sud, de la steppe sibérienne au désert de Lybie, de la jungle birmane à Berlin sous les bombes, des lambris dorés des chancelleries à Leningrad assiégé, sans rien nous épargner des horreurs de la guerre, qu'il s'agisse des Einsatzgruppen à l'arrière du front de l'Est, des prisonniers du goulag enrôlés de force dans ...
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Campagnes et bataillesVoir plus
>Histoire de l'Europe depuis 1918>Histoire militaire 2de guerre>Campagnes et batailles (59)
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1975 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..