AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782226240071
180 pages
Albin Michel (02/04/2012)
3/5   93 notes
Résumé :
« Mes filles, vous verrez comme c'est beau la Bretagne ! »

Mais qu'est-ce qui a bien pu passer par la tête de ce père divorcé pour traîner à Ouessant contre leur gré deux gamines qui fantasment sur le soleil algérien ? Dans sa vie, il est passé à côté de pas mal de choses : le Lyon de son enfance, son pays « d'avant », un amour de jeunesse, son ex-femme, et maintenant peut-être même ses adorables pestes de filles... Leur arrivée à Ouessant sous une pl... >Voir plus
Que lire après Salam OuessantVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
3

sur 93 notes
Depuis « Le gone du Chaâba », j'ai une tendresse toute particulière pour les livre d'Azouz Begag et je ne résiste pas quand j'en vois un...
Ici, en plus, ça se passe en Bretagne à Ouessant !
Un père divorcé a, pour la première fois, la garde de ses deux filles, pré-adolescentes, pendant les vacances.
D'origine algérienne, il pense d'abord les emmener en Algérie, mais redoute les fortes chaleurs de l'été, l'isolement dans le village de son enfance, l'absence de Wifi...
Donc il choisit Ouessant pour laquelle il a une tendresse depuis toujours.
Ouessant c'est beau, c'est sauvage, mais ...il pleut beaucoup, la maison de location est isolée, et la cohabitation n'est pas facile...

On retrouve ici le ton d'Azouz Begag, mélange d'humour, d'auto-dérision, de tendresse et de nostalgie.
Entre flash-back sur son enfance et sa famille et scènes de la vie quotidienne, le narrateur offre un portrait tendre et mélancolique qui se marie bien avec la lande bretonne et la pluie sur Ouessant.
Un joli roman, poétique, mélancolique sans pathos, sur la famille, les descendants d'immigrés et la difficulté d'être parent.
Commenter  J’apprécie          5610
Un homme divorcé, d'origine algérienne, emmène ses deux filles en vacances sur l'île d'Ouessant.
Cette île du bout du monde, recèle des trésors pour qui sait être patient. Elle n'est pas trop au goût de Zola et de Sofia, qui rêvent du soleil de l'Algérie. Mais, pour leur père, cette île est chargée de sens.
Elle lui rappelle son ami d'enfance Yvon le breton, un autre immigré, en quelque sorte.

C'est un roman sur la nostalgie, la douleur de l'exil, la différence. Un père, un peu maladroit qui essaie de recoller les morceaux avec ses deux filles, «son île au trésor ». La magie de l'île opère.

J'ai aimé l'écriture poétique de l'auteur, avec ses phrases courtes et non dénuées d'humour. On ressent toutes les émotions de ce papa tendre, fragile et pudique. On ressent ses blessures du passé, qu'il tente de cacher au fond de lui, ne mettant pas de mots sur les maux, s'en tenant à la philosophie de son père :

« de mon père, je tenais cette philosophie : ne partager avec les autres que le meilleur et garder ses malheurs au fond, sous la godasse, jusqu'à ce que le temps les réduise en poussière, parce que le malheur est le plus grand dénominateur commun entre les humains. Alors il vaut mieux que chacun garde sa part pour soi, sinon notre besoin de consolation ne s'apaise jamais. »

Beaucoup d'émotions partagées dans ce court roman qui nous raconte l'histoire de ce père ayant du mal à se faire une place dans le coeur de ses filles. Pourtant, on sent bien l'amour qui les unit. Il ressemble à ce coquelicot :

« Un peu plus tard, mon regard s'égara sur un coquelicot né sur l'accotement de la chaussée, seul, résistant aux gouttes de rosée et aux coups de vent qui tentaient de le plier. Il était touchant. »

La vie est comme un coquelicot, éphémère et fragile. Il faut en prendre soin comme il faut prendre soin de ceux qu'on aime :

«… les coquelicots ne se cueillent pas, ma chérie, sous peine de mort. Ils se contemplent sur pied. À la moindre tentative d'enlèvement, ils se meurent, leur robe rouge se désagrège et leur sang se répand. C'est comme l'amour, dès qu'on y goûte il commence à fondre… »

Qui mieux que cette île désolée du bout du monde ; Enez Eusa, pour traduire les tourments de cet homme perdu, et pour lui redonner espoir, puisqu'elle ne manque pas de charme et de magie.

Salam Ouessant nous donne bien envie d'aller faire un petit tour sur cette île.
Commenter  J’apprécie          471
Salam Ouessant, c'est … c'est …
C'est « Des racines et des elles ».
Oui c'est ça, le genre d'elles qui donnent… des ailes.
Des pulsations, quelques battements de coeur à coeur, quelques battements … d'elles pour s'élever et voyager à travers le temps.
Qui sont-elles?
Enfants, mère, premier amour, ex femme, dernier frisson…
Salam Ouessant ce sont toutes ces rencontres faites par Azouz Begag , mais pas seulement.

C'est aussi un questionnement sur le regard de l'autre et le regard sur l'autre, sur l'identité et la place des descendants d'immigrés (incroyable que certains puissent encore se poser la question aujourd'hui…), sur l'amour que tant de gens font rimer avec toujours (encore incroyable hein …) et du « crime » qu'est le fait de ne plus aimer, sur le divorce et les pères divorcés à qui on fait payer le désamour au prix fort (et il n'est pas question d'argent).
Salam Ouessant, c'est une histoire d'amitiés, une histoire d'amours où la légèreté flirte avec l'émotion. C'est une histoire simple de gens ordinaires dans ce qu'ils ont de plus noble : l'authenticité.

Et puis … il y a cet Océan toujours là, quelque part, et puis… Ouessant, ce bout d'un monde avec ses dégradés de gris et ses embruns venus des cieux.

Azouz Begag m'a profondément touché par son histoire qui n'a rien d'exceptionnelle, je ne saurai dire pourquoi mais, quelle importance puisque… touché.
Commenter  J’apprécie          5012
Un livre d'Azouz Begag, pas forcément son meilleur, mais demeure son talent de conteur : des phrases poétiques, des interrogations du narrateur, père divorcé et plein de doutes, sur la paternité, la famille, le divorce, l'héritage des parents, faits de mots, d'expressions, de culpabilité aussi ... culpabilité encore plus forte depuis le décès de son frère Malik, celui qui rêvait sa vie plus qu'il ne la vivait ... culpabilité et interrogations face à l'hostilité et aux questions des "Français de souche" : "vous êtes de Lyon, oui mais AVANT" ...

en souvenir de son copain Yvon d'Ouessant, celui avec qui il partageait une forte amitié, teintée de saudade, d'exil, et puis surtout, le seul qui l'a défendu quand il s'est fait tabasser à l'école, le narrateur choisit un séjour d'une semaine à Ouessant, quand ses deux filles ne rêvaient que d'Algérie et de soleil ...
Commenter  J’apprécie          390
J'ai dévoré ce petit roman avec beaucoup d'appétit. D'abord parce qu'il est vrai, et que le coeur de ce papa débordant d'amour pour ses filles un peu ingrates m'a touchée, ensuite parce que l'atmosphère d'Ouessant est tellement justement décrite et aussi parce que j'aime l'écriture de Azouz Begag et l'honneur qu'il fait à son pays, sans entrer dans la dégoulinante nostalgie. Une belle histoire!
Commenter  J’apprécie          360

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
Ouessant. Première nuit. J'avais commencé la lecture du seul roman que j'avais apporté, quand une pluie d'abord en biseau, puis en marteaux, s'est mise à cogner sur le toit. Les dieux faisaient une grande lessive d'été. Ils essoraient les nuages à pleines mains. Les fantômes de l'île voulaient nous renvoyer au bled. (...)

J'avais peur que mes filles paniquent sous les rafales, alors je me suis posté devant l'entrée de leurs chambres et j'ai fait le guet une bonne partie de la nuit, une lampe torche à la main.

Des éclairs fluorescents fouettaient le ciel, déchiraient les constellations en mille éclats de miroir, et, quelques secondes après une accalmie suspecte, on entendait des obus qui tombaient autour de notre maison, la bourrasque battait les vitres, inondait les massifs d'hortensias, le nain de jardin ruisselait, son visage flashait sous les éclairs (...)
Commenter  J’apprécie          150
Ce n’est pas parce que je n’ai jamais su dire de mots d’amour que je dois en payer le prix toute ma vie ! D’autres en disent à tout moment, mais ne les pensent pas un instant. Moi je n’en dis pas, mais je les pense tout le temps !
Commenter  J’apprécie          460
Avec Yvon, j'ai appris que les méandres de la mélancolie sont tortueux et que la douleur d'être loin de chez soi ne se mesure pas en kilomètres sur une carte Michelin. C'est une émotion à fleur de peau, un petit vertige de chaque jour qui ronge l'âme, une vague, qui creuse incessamment.
Commenter  J’apprécie          320
Une sirène de bateau hurle. Nous sommes à bord du Ville-de-Marseille.
Nous regardons le vieux port qui s'en va derrière, la Canebière qui remonte vers la gare Saint-Charles, nous passons devant l'île de Monte-Cristo et sa légende du prisonnier, nous disons au revoir à la Bonne Mère en imitant l'accent de Fernandel, de Raimu et de Marcel Pagnol. (...)

Sur le pont qu'une brise commence à fouetter, mon père a déposé nos valises en cercle pour nous protéger du froid et surtout pour surveiller les richesses destinées aux cousins de là-bas. Il a dû voir cette tactique de campement dans les films de John Wayne, quand les Comanches attaquent les caravanes d'immigrés irlandais. Ou peut-être a-t-il entendu parler de la smala de l'émir Abdelkader.
Commenter  J’apprécie          100
"J'aurais préféré aller en Algérie."
Elle a ajouté qu'une copine de sa classe y était actuellement en vacances avec sa famille, elle lui avait envoyé une superbe carte postale qui donnait envie d'y plonger, tant les paysages étaient beaux.
Et le soleil radieux.

L'Algérie ?
Sur le coup, pris de court, j'ai failli monter sur mes grands chevaux et crier à tue-tête pour défendre mon choix d'Ouessant. Quoi ? L'Algérie ?
Mais tu ne sais pas de quoi tu parles, ma fille !
Dans la fournaise de l'été africain, les températures dépassent les quarante degrés et on ne peut pas mettre le nez dehors entre 9 heures et 17 heures, la chaleur accable, les rayons de soleil fusillent à bout portant tous les audacieux qui posent le pied sur un trottoir de la ville et même les figuiers demandent la clémence au ciel en feu.
Dehors, dans le paysage calciné, les ruisseaux se sont brûlés et comme suspendus en l'air.

Mes filles se seraient vite ennuyées à l'intérieur de la maison vide que mon père avait construite du temps où ses bras avaient du répondant. Il n'y avait pas d'air conditionné, pas d'eau courante, pas de télévision. Nous aurions fini par nous quereller. Il n'en était pas question.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Azouz Begag (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Azouz Begag
A l'occasion du "Livre sur la Place" 2021 à Nancy, Azouz Begag vous présente son ouvrage "L'arbre ou la maison" aux éditions Julliard. Rentrée littéraire automne 2021.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2545393/azouz-begag-l-arbre-ou-la-maison
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : algérieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (178) Voir plus



Quiz Voir plus

Le gone du Chaaba

A coté de quel fleuve le Chaaba est-il?

La Seine
Le Rhône
La Loire

10 questions
265 lecteurs ont répondu
Thème : Le gone du Chaâba de Azouz BegagCréer un quiz sur ce livre

{* *}