AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de gouelan


gouelan
  07 mai 2015
Un homme divorcé, d'origine algérienne, emmène ses deux filles en vacances sur l'île d'Ouessant.
Cette île du bout du monde, recèle des trésors pour qui sait être patient. Elle n'est pas trop au goût de Zola et de Sofia, qui rêvent du soleil de l'Algérie. Mais, pour leur père, cette île est chargée de sens.
Elle lui rappelle son ami d'enfance Yvon le breton, un autre immigré, en quelque sorte.

C'est un roman sur la nostalgie, la douleur de l'exil, la différence. Un père, un peu maladroit qui essaie de recoller les morceaux avec ses deux filles, «son île au trésor ». La magie de l'île opère.

J'ai aimé l'écriture poétique de l'auteur, avec ses phrases courtes et non dénuées d'humour. On ressent toutes les émotions de ce papa tendre, fragile et pudique. On ressent ses blessures du passé, qu'il tente de cacher au fond de lui, ne mettant pas de mots sur les maux, s'en tenant à la philosophie de son père :

« de mon père, je tenais cette philosophie : ne partager avec les autres que le meilleur et garder ses malheurs au fond, sous la godasse, jusqu'à ce que le temps les réduise en poussière, parce que le malheur est le plus grand dénominateur commun entre les humains. Alors il vaut mieux que chacun garde sa part pour soi, sinon notre besoin de consolation ne s'apaise jamais. »

Beaucoup d'émotions partagées dans ce court roman qui nous raconte l'histoire de ce père ayant du mal à se faire une place dans le coeur de ses filles. Pourtant, on sent bien l'amour qui les unit. Il ressemble à ce coquelicot :

« Un peu plus tard, mon regard s'égara sur un coquelicot né sur l'accotement de la chaussée, seul, résistant aux gouttes de rosée et aux coups de vent qui tentaient de le plier. Il était touchant. »

La vie est comme un coquelicot, éphémère et fragile. Il faut en prendre soin comme il faut prendre soin de ceux qu'on aime :

«… les coquelicots ne se cueillent pas, ma chérie, sous peine de mort. Ils se contemplent sur pied. À la moindre tentative d'enlèvement, ils se meurent, leur robe rouge se désagrège et leur sang se répand. C'est comme l'amour, dès qu'on y goûte il commence à fondre… »

Qui mieux que cette île désolée du bout du monde ; Enez Eusa, pour traduire les tourments de cet homme perdu, et pour lui redonner espoir, puisqu'elle ne manque pas de charme et de magie.

Salam Ouessant nous donne bien envie d'aller faire un petit tour sur cette île.
Commenter  J’apprécie          391



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (35)voir plus