AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Tonie Behar (Autre)
EAN : 9782368126127
384 pages
Charleston (26/01/2021)
4.16/5   177 notes
Résumé :
ENTRE 1860 ET 2020, UNE PLONGÉE ROMANESQUE DANS LES COULISSES DU MONDE DE LA MODE

1860. Joséphine est une « grisette », une des milliers de petites mains qui travaillent dans les coulisses du monde du linge et de la mode. Douée pour créer des petits bijoux fantaisie, elle rêve de pouvoir ouvrir son propre commerce. Mais à une époque où le mariage est une étape incontournable de la vie de femme, elle sait qu'il lui faudrait épouser un homme riche pour ... >Voir plus
Que lire après La chanson du rayon de luneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (101) Voir plus Ajouter une critique
4,16

sur 177 notes
5
58 avis
4
29 avis
3
11 avis
2
2 avis
1
0 avis
Parmi tous les livres qui figuraient dans ma PAL d'août, il y a un roman que j'avais extrêmement hâte de commencer, c'est "la chanson du rayon de lune" de Tonie Behar. Déjà parce que je suis tombée amoureuse de la couverture, et puis aussi parce que l'auteure fait partie de ces écrivains dont j'attends chaque nouvelle sortie avec impatience.
Dans ce roman, nous suivons Amanda, une jeune femme de 33 ans qui vit sur les grands boulevards à Paris et vit et a monté sa boîte de création des bijoux fantaisie. Elle est en couple avec Alexandre, avocat plein de bagout. Un jour, alors qu'elle fait ramoner sa cheminée, elle tombe sur un coffret renfermant une bague magnifique, "le rayon de lune" et une correspondance amoureuse datant de 1860 entre une grisette, Josephine et un avocat, Antoine. Commence alors pour Amanda une merveilleuse plongée dans le Paris de Napoléon III, à la découverte des débuts de la mode et l'émancipation d'une femme qui bousculera les codes de son époque et réalisera ses rêves. Mais, quelques temps plus tard, alors qu'Amanda est séparée d'Alexandre,  disparu sans un mot, emportant avec lui la bague du coffret, celui-ci est retrouvé mort en bas de son immeuble. Tout semble la désigner comme la coupable idéale. le temps lui est compté pour prouver son innocence ! Heureusement, elle recevra une aide inattendue en la personne de Jonathan, un personnage pour le moins mystérieux mais au charme dévastateur.
J'ai envie de dire Wahou ! Mais quelle merveille que ce roman. Tous les ingrédients sont réunis pour passer un moment exceptionnel de lecture, avec une histoire entre passé et présent, de l'epistolaire, une plongée historique dans le Paris de 1860,du suspens, une quête, de l'amour, de l'amitié et du féminisme ! Ajoutons à cela des personnages passionnants qui vous accrocheront le coeur comme Josephine, ce petit bout de femme, partit de rien et qui va prouver, dans cette société patriarcale et masculine, qu'une femme peut s'accomplir par elle même ! Et Amanda est un magnifique portrait de femme du 21ème siècle, épanouie, sûre d'elle et qui croit en ses rêves. Et quel plaisir de recroiser Violette, Max, Mira et Doria, tous ces personnages issus de précédents romans de l'auteure et auxquels je m'étais tant attachée.
Vraiment une histoire qui a su m'enchanter, me faire rêver, m'émerveiller. Un récit mené tambour battant, qui ne vous laissera aucun répit, aucun temps mort jusqu'aux révélations et résolution finales. Une lecture qui vous fera passer par toutes les émotions grâce à la plume douce, fluide, poétique, romantique, nostalgique et tellement vivante de l'auteure. Quel bonheur de se plonger dans un roman de Tonie Behar. J'avais déjà adoré son précédent, mais je dois avouer que celui-ci le surpasse encore et croyez moi je ne pensais pas cela possible.
Je referme le livre en me disant que c'est trop court, que j'étais si bien avec tous ces personnages que je n'ai pas envie de déjà les laisser à leurs vies. Et c'est à ça que l'on reconnaît un coup de coeur, passer sa journée à attendre le moment de pouvoir se replonger dans son livre, essayer de ne pas le lire trop vite et en même temps ne pas pouvoir s'empêcher de veiller jusqu'à ce que les premières lueurs de l'aube viennent nous rappeler que le réveil est proche.
Un livre dont je sais déjà que je le relirai un jour, parce que vraiment il est aussi beau que son titre si poétique le laissait présager. Un livre que je vous invite à découvrir si vous n'avez pas déjà succombé. Une auteure à lire et à relire tant elle sait raconter de belles histoires qui vous emportent loin, très loin. Un immense coup de foudre qui me fait encore sourire en repensant à toutes les belles images que ce roman tour à tour drôle, sensible, engagé, lumineux et rempli d'amour a su faire naître dans ma tête.
Commenter  J’apprécie          70
En 2020, Amanda est une femme engagée et indépendante. Sa marque de bijou rencontre un grand succès, elle s'épanouit dans sa vie d'entrepreneuse. En amour, c'est autre chose elle n'est pas vraiment sur la même longueur d'ondes qu'Alexandre son petit ami du moment. Un jour, elle découvre dans son vieil appartement haussmanien, un coffre contenant une bague et des mystérieuses lettres d'une ancienne locataire. En 1860, Joséphine est une « grisette », une petite main qui travaille dans les coulisses du monde de la mode. Son plus grand rêve serait d'ouvrir sa propre boutique de bijoux fantaisie. Malheureusement, son époque ne lui permet pas d'assouvir ses ambitions, il lui faudra trouver des solutions pour arriver à ses fins...

Amour, féminisme et suspens sont au programme de ce magnifique roman. Dans une double temporalités, nous suivons deux jeunes femmes ayant les mêmes passions mais ne vivant pas à la même époque. La vie de Joséphine nous est racontée sous forme de lettres échangées avec son amant. On y découvre toute la difficulté d'être une femme au XIXème siècle, l'argent et les affaires sont une affaire d'hommes, les femmes quant à elles n'existent que par le prisme de leur mariage! A travers cet échange épistolaire, Amanda est fascinée par la rébellion de cette féministe avant l'heure ! S'ajoute une enquête dans laquelle Amanda est suspectée d'avoir assassiné son ex petit ami. Des rebondissements et des révélations inattendus donnent beaucoup de rytme à cette histoire et je n'ai pas vu le temps passer. C'est un roman dans lequel j'avais envie de rester encore un peu et j'ai bien eu du mal à le refermer. Ces personnages féminins attachants nous montrent toute l'étendue du poids d'une société patriarcale sur les ambitions féminines. J'ai découvert et apprécié la douceur de la plume de Tonie Behar et j'attends donc avec impatience le prochain !
Commenter  J’apprécie          120
Automne 2019, Paris. Amanda est épanouie entre sa vie professionnelle de créatrice de bijoux et sa vie personnelle. Alors qu'elle vient de découvrir un coffret rempli de lettres de 1860, entre les amoureux Joséphine, jeune grisette à la gouaille sans pareille et Antoine, avocat habitant non loin de son atelier, elle prête à son amant Alexandre la magnifique bague qu'elle y a également trouvée, pour expertise. Quelques semaines plus tard, et alors qu'elle est sans nouvelles de lui, il est découvert, mort, au pied de son immeuble...

Quel plaisir de lire ce roman à double temporalité, qui se double d'une enquête sur le décès d'Alexandre! J'ai adoré me plonger dans le Paris et le Deauville des années 1860, que ce soit pour étudier la condition féminine, le manque d opportunités et d indépendance, mais également pour avoir l impression de se promener dans les nouveaux magasins, les lieux de villégiature à la mode, découvrir certains aspects historiques méconnus! Amanda est très attachante comme l ensemble des habitants de l immeuble (et j'ai appris en fin de roman que ces autres personnages faisaient parfois l objet d'un roman aussi!), où l entraide est très présente. On va de rebondissements en rebondissements concernant l enquête puisqu'elle fait aussi des découvertes de son côté. Mais le personnage le plus intéressant reste Joséphine, les hauts et les bas de sa vie, ses amours contrariées avec Antoine, qui fait parfois preuve de lâcheté (et qui a pu m exaspérer) même s'il se rachète et évolue via les causes qu'il plaide, car Joséphine le sensibilise notamment au sort des femmes d'extraction modeste comme elle, et des animaux (et on assiste à la création de la SPA dont l'auteure l imagine bienfaitrice).
Commenter  J’apprécie          110


Aujourd'hui sort le nouveau roman de Tonie Behar, La chanson du rayon de lune aux éditions Charleston. Un réel coup de coeur que je ne peux que vous conseiller de lire 💕

Amanda, jeune entrepreneuse, rêve de pouvoir dessiner et créer ses nouveaux bijoux devant un joli feu de cheminée. Malheureusement, celle-ci est condamnée. Elle ne veut pas abandonner son rêve et va tout de même demander au ramoneur de casser l'enmûrement. Celui-ci va alors découvrir derrière une boîte datant de plus d'un siècle. Que peut-elle bien contenir ? Quels secrets renferment-elle ?

J'ai apprécié que l'histoire se déroule de nos jours et en 1860. le côté récit épistolaire m'a beaucoup plu. J'en ai lu à plusieurs reprises mais pas encore de cette période.
Cela nous permet d'en apprendre plus sur des faits historiques comme des anecdotes sur Napoléon III mais aussi découvrir des tranches de vie de cette époque et notamment pendant la guerre de 1870.

J'ai aimé découvrir les similitudes entre la vie de Joséphine et celle d'Amanda. Les moments où Amanda part sur les traces de l'ancienne vie de Joséphine m'ont touché. J'avais l'impression d'être avec elle et de découvrir également ces moments passés.

Un roman qui aborde les thèmes des mariages arrangés très souvent pratiqués à cette époque-là et des amours impossibles mais bien d'autres sujets tels que la place des femmes dans la société mais aussi l'écologie.

J'ai beaucoup aimé le personnage de Joséphine, femme avec du caractère qui sait ce qu'elle veut. de grisette (ouvrière en confection) à l'atelier de Mme Adèle, elle va petit à petit évoluer et vivre une partie de son rêve. Elle m'a énormément touchée et comme Amanda j'ai été émue lorsque j'ai découvert l'endroit où elle vivait.

J'avais déjà eu un coup de coeur pour "Si tu m'oublies" de Tonie Behar. J'ai donc été contente de trouver dans ce dernier roman des références à Violette qui était le personnage principal et la soeur de notre protagoniste. Nous retrouvons également les autres habitants du 19 bis boulevard Montmartre comme Mira, concierge, également présente dans le recueil de nouvelles Noël Actually. Je trouve cela intéressant de pouvoir revoir les personnages dans un "autre contexte" et en apprendre plus sur eux. Bien qu'ils n'aient qu'un rôle secondaire pour la plupart, ils apportent ce petit côté humour et vie de tous les jours qui est agréable.

Une enquête policière prend également place dans ce roman ce qui rajoute un petit suspense supplémentaire aux secrets familiaux déjà présents.

J'ai aimé ce retour dans le temps, flâner dans les rues de Paris, suivre les grisettes dans l'atelier de Mme Adèle...j'ai ressenti une certaine nostalgie quand j'ai refermé ce livre. Vous savez, ce sentiment indescriptible lorsqu'on a un coup de coeur et qu'on est obligé de quitter ces personnages qui nous ont profondément marqué.

J'ai éprouvé des difficultés à vous parler de ce livre sans trop vous en dévoiler mais si comme moi vous aimez les romances historiques, laissez vous transporter dans celle-ci des années 1860 à 2020.

"C'est mon bonheur. On ne peut pas être triste quand on est ami avec les livres"

Commenter  J’apprécie          50
Aujourd'hui j'ai terminé un magnifique roman mais quitté Joséphine et Amanda à contre-coeur. J'aurais voulu que des pages viennent s'y ajouter, encore et encore!
Et ce Paris du Second Empire que l'auteure nous raconte : un vrai délice! Je me suis vue, avec une belle robe à crinoline (juste une fois, pour essayer!) aller visiter ces nouveaux Grands Magasins afin de ravir mes yeux! Puis, finalement, j'ai vite déchanté pour préférer ma condition de femme de notre époque. du moins en France.
Car ce roman est bel et bien un hommage à toutes ces dames qui se sont battues dans un monde régi par les hommes, une époque durant laquelle l'idée de « soit potiche et tais-toi car tu m'obéiras », qu'elles soient épouses, amantes, célibataires, innocentes, était de rigueur.
Je ne suis pas prête d'oublier Joséphine, grisette vivant sous les mansardes dans sa chambre minuscule. J'ai beaucoup aimé le parallèle entre sa condition et celle d'Amanda en 2020, dans les moindres détails.

Si la bonne idée vous venait de le lire, j'espère que ce roman vous enchantera et vous emportera également! A travers un travail de recherches impressionnant et un style d'écriture fluide et enivrant, deux histoires lieront deux femmes pour toujours.
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (109) Voir plus Ajouter une citation
Tu sembles surpris que je ne sois pas mariée. Tu crois qu'après la désillusion que tu m'as causée, j'allais volontairement mettre ma vie entre les mains d'un des vôtres? Père, mari, amant ou patron, vous avez tous les pouvoirs. La leçon est apprise : je resterai fille.
Commenter  J’apprécie          80
Je sais bien que pour ton monde, je ne serai jamais une honnête femme, mais une ouvrière enrichie par la grâce de ses charmes, comme toutes les autres filles du quartier [...] tout un peuple de femmes qui n'a pas droit à votre respect, même si vous partagez avec nous les moments les plus joyeux de vos vies. [...]
On dirait que les hommes de ton milieu ne conçoivent pas de rire, aimer et manger avec leurs épouses, comme si ces activités étaient trop dégradantes pour leur condition.
Commenter  J’apprécie          30
Jonathan avais ainsi appris que 10 000 juments étaient maintenues debout dans des stalles pendant les onze mois de leur gestation, avec une sonde urinaire qui recueillait leur urine vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour en extraire la progestérone. Ces animaux qui ne sortaient jamais, ne pouvaient ni bouger, ni se coucher, avaient des œdèmes aux pattes et développaient souvent des infections urinaires douloureuses car on ne leur donnait que 17 litres d'eau par jour pour concentrer leur urine, alors qu'un cheval en a besoin de 40. Au bout de leur martyre, c'est à dire le poulinage, elles étaient abattues dans le meilleur des cas, ou si leur état le permettait, repartaient pour un second tour de calvaire. Traumatisées, souffrant dans leur chair, elles étaient dans un état de douleur, d'épuisement et de dépression indescriptible. Alors que la progestérone végétale existe et est tout aussi efficace, le sinistre laboratoire Pfizer continuait à torturer les juments pour son seul profit*.
* Cette "ferme" existe bel et bien. Malheureusement, ce ne sont pas 10 000 mais 100 000 juments qui y sont torturées chaque jour par les laboratoires Pfizer. J'ai réduit leur nombre pour rendre plus réaliste le sauvetage réalisé par Jonathan. Dans la vraie vie, personne n'est encore venu à leur secours. Pour faire bouger les choses, vous pouvez signer la pétition proposée à la fin du roman. Merci d'avance. Tonie
Commenter  J’apprécie          00
Pour tromper mon ennui et ma solitude, figure-toi que je me suis mise à lire. Le soir, confortablement installée sur ma bergère au coin du feu, avec ma Grisette roulée en boule sur mes genoux, je dévore des romans ! J’ai découvert les livres de Messieurs de Balzac, Dumas, Hugo, Zola, Flaubert, Musset, Sue et George Sand qui, paraît-il, est une femme ! C’est mon bonheur. On ne peut pas être triste quand on est ami avec les livres.
Commenter  J’apprécie          20
Sais-tu que, par curiosité professionnelle, je me suis intéressé à votre statut? Juridiquement, vous n'avez pas plus d'autonomie qu'un nouveau-né.
De la tutelle du père qui a sur vous tous les droits, vous êtes censées passer à celle du mari qui en aura encore plus et surtout celui de s'approprier votre fortune , si par hasard vous en avez une. Ainsi de la manière la plus injuste, tous les biens de ma femme m'appartiennent et j'ai le droit d'en disposer à ma guise sans la consulter. Quand vous n'avez point de mari, la société se charge d'y suppléer : patron, amant protecteur, asile, hôpital ou couvent.
On s'accorde communément à dire que vous êtes vénales ? C'est parce que l'argent est aux mains des hommes et que vous devez passer par nous pour y avoir accès.
Manipulatrices ? N'étant pas libre d'agir par vous-même, vous vivez votre destin par procuration.
Fragiles ? Parce que vous n'avez aucun autre droit que celui de nous obéir.
De haut en bas, la société est construite sur le pouvoir des hommes.
Et puis il y a toi qui tente de suivre la voie très étroite de l'indépendance, mais là encore on te met mille bâtons dans les roues.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Tonie Behar (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tonie Behar
Le nouveau roman de Tonie Behar, "On n'empêche pas une étoile de briller" sera disponible le 20 avril en librairie et en ebook.
Plus d'informations https://bit.ly/onnempechepasuneetoiledebriller
Pour vous procurer le livre : - Notre site : https://www.editionsleduc.com/produit/2820/9782368128145 - Fnac : https://livre.fnac.com/a16434009 - Amazon : https://www.amazon.fr/dp/236812814X - Cultura : https://www.cultura.com/p-on-n-empeche-pas-une-etoile-de-briller-4127873.html
Retrouvez-nous sur et sur les réseaux sociaux : - Instagram : https://www.instagram.com/lillycharleston/ - Facebook : https://www.facebook.com/Editions.charleston - Twitter : https://twitter.com/LillyCharleston - LinkedIn : https://www.linkedin.com/showcase/editions-charleston/
+ Lire la suite
autres livres classés : modeVoir plus
Les plus populaires : Roman d'amour Voir plus


Lecteurs (432) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
5195 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..