AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290077054
Éditeur : J'ai Lu (07/05/2014)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 53 notes)
Résumé :
Les jeunes femmes d’aujourd’hui croient-elles encore aux contes de fées ?

C’est peu probable pour ce qui concerne Pascaline Villers.
À vingt-six ans, celle que tout le monde surnomme Cali a cessé de rêver au prince charmant. Elle se contente d’un job pas franchement à la hauteur de ses espérances dans un hôtel parisien poussiéreux et tue le temps comme elle peut.

Aussi, quand sa meilleure amie, la pétillante et dévergondée Dap... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
lisamclivres
  06 janvier 2013
Un conte de fées érotique
Pretty Woman
- Dis-moi un nom d'une personne qui ne soit parti de rien et qui ait trouvé le grand Amour ?
- Un nom, elle veut un nom, mais j'en sais rien moi... Cette salope de Cendrillon ?!

Présentation des personnages :
Le Prince : Daniel Sitrange
Homme d'affaire français qui vit à New York.
Il a 37 ans.
Dans son travail et dans sa vie privée, le changement est de mise !
La Princesse : Pascaline Villers dit Cali
Elle a 26 ans.
Jeune femme sachant obéir, sans poser de questions, à des ordres, et très malléable.
L'amie de la Princesse : Daphné Lefèvre
Un peu plus qu'une amie, elles partagent beaucoup de choses…
C'est elle qui lui donnera sa place au… bal
La Sorcière : Clémence Lannier.
Petite amie de Daniel.
Mannequin. Elle a la vingtaine, blonde (couleur de cheveux préférée que l'on prête à Daniel).
La Marraine : Mickaëlla Duivel
Le Magicien : Alexis Duivel
Les Lutins du Magicien :
Bertrand le coiffeur
Jill l'esthéticienne
Mélanie la vendeuse de vêtements de luxe
Madame Jeanne vendeuse de lingerie
La chronique de Lisa McLivres :
Il était une fois, une jeune femme prénommée Cali. Sa vie n'est pas des plus passionnante, et elle passe son temps entre son travail dans un petit hôtel sans prétention et ses « quatre heures » coquins avec son amie Daphné. Ne connaissant aucuns tabous et avec un appétit certain pour le sexe, Cali va se voir offrir un cadeau des plus incroyables par son amie. Prendre sa place pour aller au bal le plus attendu dans la région et…. euh non pardon, prendre sa place lors d'une soirée libertine où elle pourra concilier l'utile à l'agréable ! Une soirée de débauche sans limites, pour assouvir ses envies sexuelles et pour se faire un bon petit pactole pour arrondir ses fins de mois.
Mais, ce ne sont pas les douze coups de minuit qui vont venir interrompre son rêve, mais plutôt l'arrivée d'un Magicien, Alexis Duivel, qui va la démasquer et refermer le piège sur elle. Pour pouvoir lever la malédiction qui s'est abattue sur Cali pour avoir impunément infiltré La Société sans en être membre, elle va devoir accepter l'impensable, autant dire vendre son âme au Diable….
Vous aimez les contes de fée ?
Quand Angela Behelle a écrit cette histoire, je ne sais pas si elle s'est imaginé qu'une lectrice comme moi allait y voir l'un des plus beaux contes de fées qu'elle n'ait jamais lu !
Alors oui, c'est un conte un peu particulier, d'un autre genre… Mais pour moi Daniel et Cali étaient mon Prince et ma Princesse rêvés, tout au long de la lecture.
De sa baguette magique, l'auteure nous transporte une nouvelle fois dans un monde de volupté, de luxure, de domination (non, non, pas de BDSM n'ayez pas peur !), d'amour, de romantisme, de sexe et de sensualité.
Pour celles qui n'aiment pas les contes de fées, qui ne croient plus au Prince charmant, etc… Fermez les yeux… et imaginez plutôt une histoire comme … Pretty Woman ! Une femme qui offre ses services à un homme d'affaire aussi séduisant que riche. Une relation d'employeur à employée sans commune mesure, dans laquelle tous deux vont se perdre. Quand le sexe comme outil de travail devient vite une essence vitale à ces deux corps. Quand les différences, les mondes opposés sont autant d'écueils qui empêchent les héros de se livrer. Quand les blessures du passé de l'un guérissent grâce à l'écoute et la tendresse de l'autre, vous deviendrez esclave de l'histoire et ne pourrez pas refermer le livre avant de l'avoir fini.
La magie opère également avec la présence du charismatique Alexis Duivel (tome 1), haut dirigeant de la Société, que l'on découvre mûri, apaisé mais toujours terriblement impressionnant voire, dangereux ! C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé ce personnage, qui prend une part essentielle dans cette Société et qui va ici se faire tantôt bourreau, tantôt guide. Doté d'un « nez » exceptionnel, on le sait déjà, il sait également découvrir le potentiel de Cali dès qu'il la voit.
Cette jeune femme, de par sa haute formation en hôtellerie de luxe, dispose d'un tempérament idéal aux yeux D Alexis : elle est malléable, et capable d'obéir à des ordres sans poser de questions. Tout à fait le profil qu'il recherche pour le « travail » qu'il lui réserve.
Pour toutes celles qui ont lu les deux tomes précédents, vous allez retrouver toute la panoplie de personnages qui constituent La Société, avec Micky en plus, qui va endosser le rôle de « Marraine » en s'occupant de Cali. Elle va d'ailleurs dire l'une des plus belles phrases du livre : « […] chaque ordre doit être vécu comme un mot d'amour, une caresse, et servir à la jouissance et non à la soumission […] ».
Alors maintenant, imaginez….. Cali façonnée pour garder une allure impeccable et sensuelle quoiqu'il arrive, Daniel exigeant donneur d'ordres mais qui est tout de suite intrigué par cette jeune femme qui ne correspond pas, ou plutôt trop, à ce qu'il attendait.
Imaginez… un hôtel luxueux, une suite qui va servir de lieu de décompression pour ce riche homme d'affaire enseveli sous le travail et les responsabilités. le contrat qui les lie sera à sens unique : j'ordonne, tu obéis ! Alors, lectrices, vous allez entrer dans un univers de sensualité à vous couper le souffle !
L'auteure, de sa plume toujours parfaite, va nous offrir encore une fois des scènes de sexes à vous pâmer, avec une dose de romantisme en plus qui pour ma part m'a fait fondre à chaque fois !
Oui pour moi romantisme et sexe sont compatibles, et j'ai trouvé exactement ma dose dans cette lecture !
Comme dans les autres tomes, les personnages ont du relief, du caractère et des blessures qui les rendent attachants au possible ! Daniel restera longtemps (peut-être à vie qui sait!) l'un de mes héros masculins favoris.
Mesdames, vous succomberez vous aussi j'en suis sûre devant son charme et son sex-appeal exponentiel (oui je n'ai pas encore réussi à le quantifier…).
Plusieurs «complications » vont venir contrarier la bonne marche de ce contrat : la jalousie, l'orgueil, l'argent, la peur… Et tout cela pour notre plus grand plaisir !
Je me suis délectée de cette histoire, que j'ai lu et relu, et mon coeur a chaviré à chaque fois avec cette fin si…. Je ne vous le dirais pas ! Lisez ce livre et vous la connaîtrez….
Pour finir je dirais juste que, pour les amoureuses de contes de fées et d'histoires érotiques, on commence le livre en se disant « Il était une fois… » et on n'espère qu'une chose c'est qu'on finisse par « Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. ». Mais les contes de fées n'existent pas alors… leur histoire se termine-t-elle vraiment comme cela ?
Voici une petite vidéo du livre!! Enjoy
http://www.youtube.com/watch?v=cK8v_rPnsMI
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Nyx
  27 mai 2013
Une fois n'est pas coutume je regroupe les quatre chroniques sur un même billet. Pourquoi changer ainsi mes habitudes ? Parce que j'ai lu ces histoires presque coup sur coup et que du coup j'avais un autre regard sur mes lectures que si j'avais fait durer. J'avais non seulement tout les éléments en tête mais je tirait en plus des liens entre les différentes histoires, etc. Pas facile pour moi dans ces conditions de faire une chronique par tome sans digresser sur les tomes suivants !
La Société c'est un groupe de personne qui a décidé de monter un réseau offrant des prestations de hautes qualités et très particulières pour des clients ultra-sélectionnés. Allant de la "simple" coupe de cheveux au massage relaxant, très relaxant, la Société vous permettra de vous épanouir sensuellement dans le luxe le plus total.
Tout repose sur des façades innocentes et légitimes et, outre l'argent qui coule à flot, une loi du silence.

Dans le tome 3 on va retrouver cette fois une héroïne qui est moins naïve que les deux premières. Plutôt libertine, du moins très ouverte sur les questions du sexe, Cali n'hésite pas à prendre la place de sa copine dans une soirée libertine où son rôle avoué est de jouer les serveuse mais également les poupées de luxe (pas vraiment prostituées, il y a vraiment une nuance très nette). Mais, surprise par les dirigeants de la Société elle va se retrouver dans une drôle de situation (d'ailleurs je dois avouer que la scène avec Lorenzo, même si elle sert nettement à introduire ce jeune homme pour le tome 4, m'a profondément dérangée, bien plus que les scènes prof/élève du tome 1 !). Alexis va alors lui proposer un marché : pas de suite à l'affaire si elle accepte de remplir une mission pour la Société. En échange elle aura une place de gouvernante dans un palace, ce que sa formation lui permet. Cali va accepter et se retrouver avec un mâle qui sombre un peu plus dans les stéréotypes de ce type de littérature que les précédents (patron qui s'est élevé à la force du poignet (pas de sous-entendu), outrageusement beau et sexy, bien pourvu, un dieu au lit, etc.). Mais si l'univers de la Société est toujours présent, les deux personnages n'en font pas partit ! Cette relation est plus dominante que celle du tome 2 et le côté malléable de Cali peut surement un peu dérangé.

Le point commun de toutes ces histoires, outre les trames classiques des romances érotiques, c'est bien le style de l'auteur. le vocabulaire est toujours le même, les tournures de phrases et les expressions se retrouvent toutes les 20 pages en moyenne ce qui fait qu'après 4 tomes je n'en pouvais juste plus. Outre le fait que ce soit d'un niveau familier et cru, j'ai eu beaucoup de mal avec le fait que l'auteur insiste lourdement sur certains points. Parler de relations sexuelles, orales ou non, ce n'est pas évident parce qu'il faut éviter de faire toujours la même chose et de sombrer dans la routine. Mais ce qui est valable dans le couple l'est aussi dans une série. du coup les héroïne qui "s'ouvrent" à la sodomie, avec les mêmes mots/expressions, les descriptions de fellations qui se ressemblent toutes etc. (le pire ? toutes les héroïnes sont des femmes fontaines et trop d'insistance sur ce fait m'ont fait remarqué que d'un point de vue technique, ça mouille et que si l'auteur essaye de s'occuper de ce détail parfois, c'est souvent qu'elle l'oublie !). J'avoue que ça fait beaucoup. Il n'y a pas de variété et cette insistance lourde a plus eu tendance à m'agacer qu'autre chose. le style est assez simple et directe mais je pense que le but principal de ce genre de littérature ce n'est pas ça non plus, mais plutôt les scènes sensuelles, qui, en elles-mêmes, tiennent leurs promesses.
Pourtant en soi ce sont des histoires qui ne sont pas "mal" et qui ont des bons points (j'avoue avoir préférée l'histoire n°3 pour son héroïne plus assumée et prête à faire ce qu'il faut, quitte à souffrir, en restant réaliste et lucide sur le monde et sa place dans ce monde).
Lien : http://nyx-shadow.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
evenusia
  29 janvier 2013
Après avoir accepté la proposition de sa meilleure amie, Daphné, de prendre sa place de serveuse lors d'une soirée libertine de la Société, Cali se retrouve démasquée et doit faire face aux foudres d'Alexis Duivel, dirigeant de cette organisation secrète. Pas de doute, il va falloir payer. Pour dédommager et faire oublier l'incident, Cali accepte de se mettre au service d'un client très particulier de la Société.
Daniel Sitrange a 37 ans et dirige un véritable Empire. Ce business man vit à New York, travaille sans relâche, constamment au téléphone ou devant son ordinateur à surveiller des opérations en bourse et autres affaires. Il va se rendre à Paris pour tenter d'obtenir la signature d'un contrat important.
Pendant quatre semaines, Cali va devoir s'efforcer de satisfaire toutes les exigences de cet homme aussi beau qu'énigmatique. Ce poste de gouvernante va lui permettre de sortir de la médiocrité de l'hotel où elle travaille et de son petit studio. D'autant plus que si elle s'acquitte de sa mission comme il faut, elle n'aura plus aucune dette envers La Société.
Après un premier tome sulfureux (voir mon avis) qui a mis la blogosphère en émoi, avec des avis très partagés, puis un deuxième tome plus sage, voici le tome qui devrait contenter tout le monde !
Totalement dans l'air des romances érotiques actuelles, nous avons le mâle alpha dominant qui vit à mille à l'heure, mène ses affaires de main de maître et ne prend jamais le temps de s'arrêter. Cali est l'incarnation même de la douceur et du dévouement. Si elle aime son travail, qu'elle pratique avec professionnalisme, elle n'est pas vraiment attirée par l'argent même si elle sait en apprécier les avantages. Après une première impression d'autorité, Daniel Sitrange va lui inspirer plus un sentiment de compassion qu'autre chose car malgré sa richesse et toutes les personnes qui gravitent autour de lui, celui-ci n'est entouré que de superficialité. Cali va prendre très à coeur son nouveau job de gouvernante et faire son maximum pour adoucir le séjour de cet homme solitaire qui travaille sans relâche. Lui obéir ne sera pas un problème, sa formation dans une école hotellière de haute renommée lui a appris à se mettre au service des autres de façon professionnelle et à faire face aux situations les plus difficiles.
Auprès de Cali qui va se soumettre complètement à sa volonté, Daniel va connaître la franchise, la spontanéité et l'honnêteté qui lui font cruellement défaut auprès des gens qui l'entourent. Il va se laisser aller auprès d'elle et se sentir en confiance. Il va solliciter sa présence de plus en plus, créant ainsi un lien qui ira bien au-delà de la relation de patron-employée.
C'est un véritable conte de fées qu'Angela Behelle nous sert ici. Dans une ambiance très parisienne, nous retrouvons les lieux feutrés et élégants gérés par La Société, ainsi que les personnages familiers dont nous avons fait connaissance lors des tomes précédents. Les inconditionnelles de la romance seront ravies, celles qui veulent des scènes sensuelles le seront aussi. Cette auteure a un vrai talent pour nous faire tourner les pages sans jamais nous arrêter.
Un seul regret toutefois, (la suite sur le blog)
Lien : http://evenusia.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Andyflo
  02 janvier 2013
J'avais envie d'une lecture érotique en ces jours où il fait froid et gris, et La Société s'est imposée à moi. J'avoue que la plume d'Angela Behelle, dans ce domaine, est si fine que je trépignais d'impatience de lire le tome 3, À votre service. Je me suis donc installée près du feu avec un plaid douillet et mon roman, et j'ai passé un moment de pur délice.
Cali est une jeune femme qui s'ennuie, alors le jour où sa colocataire lui propose de prendre sa place lors d'une soirée de la Société en tant qu'hôtesse, celle-ci accepte sur le champ. Mais elle va se faire démasquer, et Alexis Duivel, pour la punir, va lui confier une mission : être la gouvernante particulière d'un riche homme d'affaires, Daniel. Elle doit se plier à la moindre de ses exigences, mais Cali va accepter sa part du marché. Cela ne va pas se révéler une simple mission, Daniel est quelqu'un de puissant, au sex-appeal indéniable, qui va exercer sur elle une attraction très forte. Prise dans ses filets, elle va avoir du mal à séparer ses sentiments de son travail alors qu'elle sait qu'une fois sa mission remplie, Daniel passera à autre chose, comme il a l'habitude de le faire.
Encore une fois, Angela Behelle sait très bien nous mener là où elle le désire. C'est une montée du plaisir et de l'émotion qui va crescendo. On est happé par le récit, et je suis sûre qu'on ne peut rester indifférent à la puissance du style de l'auteure, qu'on soit amateur du genre ou pas. Dès le début, on entre dans une danse de la séduction et de la sensualité, qui nous émeut et nous fait frémir. le récit est un hymne au plaisir, à l'amour et à l'abandon de soin, et c'est un vrai bonheur de se laisser porter par les mots emplis de volupté de l'auteure.
L'héroïne, ici, est quelqu'un qui assume ses envies, le sexe sous toutes ses formes tant qu'il n'est pas avilissant. Elle est intelligente et a la tête sur les épaules, ce qui peut faire souvent défaut aux femmes de ce genre de littérature.
Lire la suite...
Lien : http://www.place-to-be.fr/in..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Missnefer13500
  13 octobre 2014
Ce sera une chronique commune pour tous les opus lus
J'ai donc lu 6 tomes de cette saga composé de 10 tomes (semble t il, d'une auteure française qui fait un tabac sur les réseaux sociaux que l'on adule ou encense c'est selon) Pour moi avec un opus qui se décline à l'envie à partir du premier avec des histoires en fait très similaires
On peut dire que les lieux et les personnages sont différents et que le reste semble un sacré copié collé
Pourquoi donc suis j 'allée jusqu'au 6eme ?
Pure curiosité et l'espoir que çà s'améliore
je constate donc que ce style littéraire très tendance est un style assez facile, je me demande d'ailleurs vu le nombre d'auteurs comment ils s 'en sortent.
les scènes de sexe se ressemblent toutes, et notre auteur se plait à nous les décrire ,très précisément
Si ce n'est qu'au bout d'un moment , c'est assez lassant
Et comme le dit Nyx (je la rejoint sur d'autres points de sa chronique d'ailleurs)
certaines scènes sont assez dérangeantes par la manière dont c'est raconté et sa répétitivité surtout celle concernant une certaine pratique sexuelle. C'est presque comme si l'auteur voulait persuader toutes les rétives à cette pratique qu'elles ont tord et ne savent pas ce qu'elles perdent.
Pour plus de précisions, dans ce genre d'histoire c'est les personnages qui m'intéressent et je doit dire que dans le premier opus, j'ai trouvé que le celui de Mickaela manquait de crédibilité , tout comme Alexis d'ailleurs.
Comment un professeur peut se laisser autant manipuler par un étudient de 18 ans de surcroit?
Comment un jeune de 18 ans voire de 20 peut être aussi mature?
Pour le reste de petites autres choses que je n'ai pas trouvé crédibles, je ne peux les citer sans spoiler et je préfère laisser aux lecteurs se faire leur propre opinion qui peut s'avérer d'être à l'opposé de la mienne .
Et pourtant j'ai poursuivi..
Cette société secrète qui a pignon sur rue, s'adresse uniquement à des nantis . Elle comble leurs plaisirs les plus simples : coiffeur, esthéticienne.. et le plus secret comme le libertinage, le BDSM...
Pourtant dans certains des opus, çà m'a dérangé et je n'ai pas trouvé les règles de cette Societé Omega conforme aux préceptes de son fondateur. C'est comme si l'auteur s'était égaré en cours de route, où qu'elle ne maitrisait pas vraiment tout, à moins bien sur que ce soi moi qui ait compris de travers.
Dans la fille du boudoir (tome 6 et celui qui m'a le plus déplu),l' hôtel me fait plus penser à une maison close qu'un lieu dédié au libertinage.
Mon préféré A votre service parce qu'il sonne vrai.
J'ai beaucoup aimé les personnages ,et ici on appelle un chat un chat.
Pascaline est au service de Daniel c'est clair,elle est payé pour ses services et malheureusement elle n'a pas le choix.Le reste de la romance est romantique à souhait.
Que dire des autres opus, j'ai assez apprécié la romance ente Lou et et Liam dans La gardienne de l'Omega, celle de Mina et Philippe ( Mission Azerty) et beaucoup moins celle d' Emeraude et de Yann ( l'inspiration d'Emeraude)
Il reste encore quelques tomes à cette saga mais je passe mon tour
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Pixie-GirlPixie-Girl   17 janvier 2013
— Si tu ne cesses pas de donner du « Monsieur » à chaque phrase, je
t'étrangle, menace-t-il, un sourire aux lèvres.
— Je suis désolée, c'est... plus fort que moi, je bredouille, ahurie.
— Par ailleurs, j'apprécierai que tu me livres le fond de ta pensée, je
sais que tu en brûles d'envie parfois. Sache que je ne suis à cheval sur
aucune étiquette et que je n'attends pas forcément de toi que tu joues les
gouvernantes zélées même si je sais aussi que tu peux l'être.
— C'est que je crains toujours d'outrepasser mes fonctions et de vous...
contrarier.
— Je préférerais que ce soit le cas, affirme-t-il très sérieusement en
sondant mon âme de son regard clair. Je n'ai pas réclamé une potiche et
je doute que tu en sois une.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Pixie-GirlPixie-Girl   17 janvier 2013
— Ton Prince Charmant ne t'enlevait pas dans ses bras pour te déposer au milieu d'un lit immense et ne te faisait pas tendrement l'amour ? insiste-t-il en faisant semblant de s'indigner.

Je chuchote que non.

— Et pourquoi ce crétin ne faisait-il pas ça ?
— Parce qu'il avait mis tellement de temps à monter les étages que
généralement, mon réveil sonnait et que je me suis toujours réveillée
avant, je réponds en réprimant un rire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Pixie-GirlPixie-Girl   17 janvier 2013
— Je crois que vous avez fait un excellent choix pour ce collier qu'il soit d'adieu ou d'autre chose.

Je m'éloigne vers la sortie mais il me rappelle avant que je referme la
porte.

— Combien de bijoux de valeur possèdes-tu ? me demande-t-il
gentiment.
— Aucun, Monsieur Sitrange, lui dis-je sans amertume.
— Et combien d'hommes mets-tu à ton cou ?
— Autant que de bijoux, ce qui me permet d'être aussi lucide sur l'un
que sur l'autre.

Je souris malicieusement et je m'en vais. J'ai à peine fait trois pas qu'un
éclat de rire sonore me parvient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Pixie-GirlPixie-Girl   17 janvier 2013
Le ton est donné ! Si Monsieur Daniel Sitrange se contente de ce genre
de services, je n'y vois aucun inconvénient. Mon seul problème est de
contenir les élans de mon propre ventre qui ont légèrement imbibé ma
petite culotte.
Bon sang, que j'avais envie de lui !
Parfois, je me demande si je suis tout à fait normale.
Commenter  J’apprécie          40
Pixie-GirlPixie-Girl   17 janvier 2013
il est déjà là en compagnie d'une femme d'une trentaine d'années et de deux hommes, un jeune blond à l'allure sportive dans son costume gris tout neuf et un autre que je qualifierais volontiers de têtard à hublots avec ses drôles de lunettes rondes. Celui-là a tout l'air d'un banquier ou d'un comptable.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : bdsmVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
279 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre
.. ..