AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290098485
Éditeur : J'ai Lu (03/09/2014)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 83 notes)
Résumé :
« Le plus difficile n’est pas de découvrir sa véritable nature, c’est de connaître ses limites. Jusqu’où est-on prêt à aller ? Voilà bien une question que je ne m’étais jamais posée. Et pourtant… »

Andréa est professeure d’anglais dans un lycée parisien. Partagée entre son métier qu’elle adore et son travail de traductrice de romans, elle mène une vie tranquille et insouciante jusqu’au jour où l’appartement vide juste en face de chez elle accueille un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
Chrichrilecture
  31 mars 2017
Bof
Une histoire beaucoup trop romancée qui manque d'imagination. Plus un roman sentimentale qu'érotique qui fait passer une fois de plus femmes pour des idiotes. Je pense que l'auteur aurait pu inverser les rôles, et avoir plus d'imagination. On dirait du réchauffé
Commenter  J’apprécie          260
Vidia
  05 septembre 2014
Avant de lire cet avis, préparez tomates, oeufs ( même si j'en suis allergique), cailloux et autres aliments ou objets a me jeter à la figurine. Il paraît que chacun son avis et son opinion, que nous sommes dans un pays libre d'expression, mais on ne sait jamais.
Dans un élan de curiosité ( je sais c'est pas bien, j'en ai payé le prix) j'ai jeté un oeil a ce bouquin qui d'avance ne m'attirait pas des masses. Mais lors de discussion ce livre revenant sur le tapis, en bien ou en mal, alors j'ai voulu voir ça par moi-même. J'avais déjà été refroidi par cette auteure avec La société, je ne voulais pas retomber dans ce genre de lecture. Certaines m'ont dit qu'il n'y avait rien a voir, d'autre qu'on retrouvait des similitudes avec La société, j'ai donc pris mon courage a deux mains pour regarder ça et... Seigneur, mes aïeux, j'aurai mieux fait de passer mon chemin.
Ce genre de littérature ou roman, ce n'est vraiment, mais alors vraiment pas pour moi ! Je vous le dis tout de suite, j'ai survolé le livre et je ne l'ai pas lu jusqu'à la fin.
Nous faisons donc la connaissance de Andréa Robert, jeune femme de 28 ans qui est le parfait cliché de «  métro, boulot, dodo ». Ça vie est aussi ennuyeuse que celle de mon poisson rouge dans son bocal. Des pages entières de monologue pour apprendre qu'elle est enseignante, traductrice et surtout seule ! Déjà, je n'aime pas les pages et pages de noirs, pensées, descriptions, j'ai besoin de dialogues pour rythmer tout ça, pour apporter de l'énergie, mais au début comment en avoir quand l'héroïne n'a personne avec qui causer ?
Ensuite, on apprend que la pancarte jaune hideux face à elle a disparu, et c'est par cette pancarte que tout commence ! Oh l'appartement en face d'elle a été acheté et tadam le voilà ce voisin, le héros masculin de l'histoire. Démarre donc un petit jeu entre eux à s'observer de fenêtre à fenêtre et de comportements qui commencent à changé du côté d'Andréa. Mouais, personnellement j'habite en immeuble et même s'il y a un beau mec pas loin j'ai autre chose a faire que le reluquer et le surveiller et ce n'est absolument pas mon genre de porter des tenues légères pour me faire remarquer. Je n'ai jamais autant secouée la tête de dépit lors du passage où elle enfile un déshabillé rouge pour provoquer son voisin.
Rapidement, peut-être trop même, voilà que notre Marc, voisin d'en face, fait du charme à Andréa et qu'on découvre que c'est un voyeur extrême que personnellement ça m'aurait fait flippé. Il connaît tous les moindres détails de sa vie, ( d'un autre côté avec la monotonie d'Andréa il ne va pas peiner), ses manies et habitudes. Et là, bouquet, il lui demande de ne pas mettre de rideaux mais au contraire dé débuter un petit jeu.
Je dois dire qu'il aura pas perdu de temps celui-là. Il ne passe pas trois heures à se décider. Franchement, j'aurai été à la place d'Andréa j'aurai porté plainte contre un malade comme lui, mais non, là, elle est tellement sous le charme, digne d'une adolescente fleur bleue qu'elle va céder à ses requêtes. Et c'est là que moi j'abandonne parce que merci les requêtes qu'il lui fait au moins ça le mérite de pimenter la vie d'Andréa.
Bref j'ai donc survolé toutes ses scènes de requêtes et donc de ouais on va appeler ça du sexe, même si une joue et l'autre mate comme un pervers ( ouais désolée, j'ai pas trouvé un autre mot pour le qualifier, voyeur peut-être ? ) pour apprendre en lisant a travers les lignes que Monsieur allait se marier tout en continuant à fricoter avec sa voisine. Bah tiens c'est pas beau la vie en 2014 ! Excuse de Marc, c'est un mariage d'intérêt mais bien sûr il remplit son devoir conjugale. Goûte d'eau qui m'a fait arrêtée rapidement ma lecture, ( quoi que si je compte les pages avancées et survolées au final j'ai pas lu grand chose) il épouse sa nana et couche avec Andréa en l'épousant elle aussi d'une certaine manière, disons en pratiquant une certaine position sexuelle que la demoiselle ne connaissait pas. C'est donc là que j'ai arrêté de lire en poussant un profond soupir.
Alors déjà que les relations d'un mec dominant qui dicte des ordre à une nana tellement en manque, ou amoureuse, ou je ne sais quoi pendant que lui regarde et joue, c'est pas pour moi. Personnellement je préfère les héroïnes a fort caractère, qui sont capable de mettre KO un mec en trois phrases et se laissent pas mener par le bout du nez, ou devrais-je plutôt dire par leur libido affamée et prête à les pousser n'importe où. Les romans du genre Fifty, la soumise et toute la clique comme ça des mecs dominants je ne supporte pas ça. Un mec peut-être dominant au lit sans entrer dans les extrêmes et faire des demandes qui me font froids dans le dos. Et je ne supporte pas ces nanas la bouche en coeur et incapable de dire non tout ça parce qu'elle pense a leur orgasme. Sérieux le sexe ce que c'est capable de faire faire. >
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Andyflo
  16 juillet 2014

Le livre n'est pas encore sorti que je l'ai déjà lu deux fois tellement j'ai adoré ! Voisin Voisine est un one shot, et je dois dire que cela fait du bien.On n'a pas à se languir de la suite à paraître ni à se triturer les méninges sur ce que l'auteure va bien pouvoir inventer ! Angela Behelle nous offre ici une romance contemporaine à la limite de l'érotique, sans jamais tomber dans le « trop » ou le « trop peu ». En effet, tout est savamment dosé.
Je ne vous raconterai que très peu de choses sur l'histoire afin de vous laisser toute la surprise. Andréa vit seule dans un appartement parisien et voit, un beau jour, un homme emménager juste en face de chez elle. Cet homme la captive tout de suite et, lui, passe également son temps à l'observer. Très vite, un jeu dangereux va s'instaurer entre eux, mais Andréa est loin de se douter du tournant que va prendre sa vie.
Si vous aimez les romances contemporaines où s'invite un soupçon de volupté, Voisin Voisine est fait pour vous. Si La Société vous paraissait trop osée, ce livre devrait vous rabibocher avec le style de l'auteure, j'en suis convaincue. Seules les scènes de sexe les plus importantes et qui servent l'histoire sont décrites, les autres sont suggérées avec talent et douceur.
Les personnages sont d'une extrême complexité, et je dois bien avouer que j'ai mis beaucoup de temps à les cerner ! Andréa est une jeune femme forte, indépendante qui va du jour au lendemain remettre sa vie et son quotidien entre les mains d'un homme, Marc Gautier. Cela pourrait faire grincer des dents, et, pourtant, on arrive à comprendre son choix, son besoin de lâcher prise et de satisfaire l'homme qu'elle aime plus que tout. Elle l'a dans la peau, et rien de peut changer cela. Marc n'est pas tout à fait l'homme bien sous tous rapports une fois que l'on creuse un peu, mais cela, il l'assume pleinement et joue cartes sur table avec Andréa dès le début. Il lui laisse faire son choix en toute connaissance de cause, ce qui ajoute à son capital sympathie. Surtout que très vite, on va se rendre compte qu'il est tout autant piégé par ses sentiments qu'Andréa, mais j'ai eu l'impression que sa fierté ne le poussait pas toujours à faire les bons choix. Alors on va le détester, le haïr, l'aimer plus que tout, notre coeur va s'embarquer sur des montagnes russes, j'en ai encore le tournis.
L'intrigue, même si je ne peux vous la révéler, n'est pas des plus banales, au contraire. Personnellement, je n'en ai jamais lue une comme celle-ci, Angela Behelle a su ajouter sa patte, sa délicatesse et son côté un brin maso, il faut bien l'avouer. Mais voilà, c'est son grain de folie qui fait que je suis aussi accro à sa plume !
C'est un roman sensuel, délicat, délicieusement dérangeant, mais surtout totalement envoûtant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Missnefer13500
  11 novembre 2014
La série de l'auteure "la Société " m'avait laissé par moment un petit gout amer , trop de scènes répétitives de sexes, de même phrases, de fait le style de l'auteur m'avait moyennement plu et les personnages femmes soumises , attirées , frustrées , addict au sexe Et folles Amoureuses de leurs tortionnaires je les trouvées un peu tête à claques
Pourquoi j'ai remis çà alors ?
Vous allez pensez que je suis maso
mais il se disait sur la blogosphère que c'était un genre différent et je ne l'ai pas acheté on me l'a offert
une amie très friande de ce genre de lecture les achète, les lis et me les donne, dans le lot y a des pas mal parfois , et je sais que c'est de la lecture facile
Alors vu que je suis en période " impossible de me concentrer sur des thèmes sérieux"
Je rame Sur IL de Derek van Armen et pourtant , c'est pas parce qu il me déplait ( mais c'est assez dur)
La page de couverture est sympa et laisse la place à l'imagination
Déjà un bon point me dis je
Pour le reste, dès les premières lignes , je me suis dit pas possible , Andréa en prof elle nous remet çà !
Nous avons même l'étudiant , Fabien, comme tout jeune homme de son age qui craque pour sa jolie prof particulière
(Ok elle ne le voit pas tout de suite)
Jeune femme sage et sérieuse qui s'ennuie dans une vie de metro-boulot-dodo comme beaucoup d'ailleurs
Mlle habite un joli immeuble,dernier étage, en face un appart inhabité jusqu'à l'arrivée d'un mec beau comme un Dieu à tomber Marc le héros
Et nous voilà embarqués dans un jeu pervers très culotté ( quoique), je sais pas jusqu'où dans la vraie vie ce jeu est possible, quoique..
Jouer les pervers un moment avant que la personne concernée s'en aperçoive c'est possible, je connais quelqu'un a qui c'est arrivé
Mais le jeu a cessé illico sous des menaces, et des rideaux plus adaptés
Bon allez c'est possible donc ,c'est qu'elle s'ennuie et voudrait bien mettre ce Marc dans son lit (il est canon excuses acceptées)
donc tout est bon à prendre
jusqu'à la déclaration
attention spoiler : Marc est un libertin plutôt voyeur ( nous revoilà dans un des thèmes de la Société)
et il se marie, mariage de convenance dans son milieu ou bien sur notre Andréa n'a nulle place
La je crisse.
Une des scènes du mariage est choquante : Andréa se plie à toutes ses exigences.
Elle espère, elle y croit , elle devient l'amante, la maitresse, celle qui attend , prend les miettes, pendant que Marc se pavane sous son nez avec sa femme
Ou est l'amour dans tout çà ?
quelques étreintes volées,dans des endroits clos, on ne peut partager des instants en plein air, rien d' autre chose que du sexe
Pour autant,tellement réaliste ,cette relation aldutérienne, de celui qui prend , veut tout et celui qui attend, aime et croit en une évolution vers un Amour affiché au grand jour
et c'est ainsi qu'au fil des pages j'ai pu apprécier cette histoire, parce qu'elle m'a renvoyé à une histoire vraie, celle racontée par une amie, entendue autour de la machine à café, un appel à l'aide dans la rubrique de Femina
Oublié le jeu pervers des premiers chapitres
J'ai lu la souffrance dans les yeux d' Andrea, dans ce de Marc aussi et finalement , je les aimés ces 2 tordus
Ils sont parvenus à m'émouvoir, j'ai failli verser une barbichette , allez on peut trop rien dire sans poiler davantage, moi même , m'y attendais pas
Donc après la soupe a la grimace que j'ai fait au début , j'ai retrouvé le sourire et je dirais de ce roman qu'il est addictif, émouvant
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Ninie067
  24 septembre 2014
Terminé il y a tout juste quelques heures, je vous écris de suite mon avis histoire de ne pas oublier l'essentiel. J'avais lu l'extrait disponible sur le site de l'auteur, c'est ce qui m'a fait lire ce roman dès sa sortie. Il faut dire que le titre assez accrocheur sans trop en révéler m'avait attiré, et puis il faut dire qu'on a surement toutes au moins un voisin canon. Moi j'ai la chance d'avoir deux voisins célibataires ;) donc j'en profite pour apprécier la vue même si je suis mariée.
Je n'ai pas vraiment eu la chance de le lire d'une traite, j'ai eu plusieurs fois l'inconvénient de devoir poser ma tablette afin de continuer mes commandes pour les couvertures de livres dont on m'a proposé de faire la création ou bien tout simplement de devoir couvrir les livres et remplir les papiers pour les enfants qui ont repris l'école. Je peux vous assurer que c'était une véritable plaie d'être obligée d'abandonner la lecture à certains moments de l'histoire.
Andréa est une jeune professeur d'anglais dans un lycée. Sa vie est toute tracée. elle mène une routine assez stricte... Métro, boulot, dodo, jusqu'au jour où elle remarque que l'appartement qui était à vendre dans l'immeuble voisin et qui donnait directement sur sa fenêtre, n'était plus à vendre. Les travaux de réaménagement de l'appartement avancent et le nouveau voisin arrive sur la pointe des pieds, avant de tout fracasser dans la petite vie tranquille d'Andréa.
Commence alors un jeu de dupes entre les deux personnages, Andréa se laissera facilement tromper par la flatterie des premiers jours avant de succomber au charme infernal de Marc. Alors que Marc tentera des manoeuvres assez scabreuses afin de l'inciter à se donner encore plus facilement à lui. Andréa découvrira les joies de l'exhibition, du sexe au téléphone, et d'autres choses qui pourraient choquer la décence, jusqu'à apprendre la vérité sur Marc, qui jusqu'alors ne se confiait pas vraiment à sa voisine, au contraire il cherchait plutôt à lui cacher pas mal de choses sur sa vie.
Dans la première partie du livre, avant la fameuse découverte d'Andréa, je n'avais qu'une envie c'était de la secouer, histoire qu'elle se réveille un peu et qu'elle assume cette part de sensualité qui s'éveillait en elle à l'approche de Marc. Et après la révélation, ben c'était pire, j'avais envie de la trucider, mais pas parce qu'elle avait décidé de sauter le pas et de fricoter avec Marc, non, j'avais envie de la trucider parce qu'elle ne savait pas ce qu'elle voulait au final, elle avait décidé de s'amuser avec Marc en connaissance de cause, mais au final j'avais l'impression qu'elle ne faisait que se lamenter.
Alors d'accord ça ne doit pas être évident. Et le sujet abordé est assez délicat, mais moi je n'ai qu'une chose à dire, j'ai apprécié ma lecture, encore une fois l'auteur m'a surprise parce que je ne m'attendais pas du tout au sujet abordé. Ce roman mérite la bonne note de 5 étoiles, car j'ai aimé l'histoire, les personnages, mais surtout que c'était un plaisir de retrouver la plume de l'auteur.

Lien : http://thereadinglistofninie..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Ninie067Ninie067   24 septembre 2014
Je reste un long moment les yeux ouverts sur le plafond de ma chambre. Je crois bien que je n’ai pas dormi de la nuit. La visite de Marc m’a tellement bouleversée que je ne sais plus trop à quoi m’en tenir. Je me demande s’il imagine réellement l’état de confusion dans lequel il m’a laissée en partant de chez moi comme il y est venu, juste après m’avoir embrassée.

Son baiser !

J’en garde sur mes lèvres une saveur incomparable. Des trois garçons qui ont rempli mon existence jusqu’à présent, aucun ne m’a troublée à ce point. Aucun ne m’a embrassée ainsi non plus en m’abandonnant ensuite, pantelante, au milieu du salon. Il m’a fallu de nombreuses minutes pour m’en remettre, après son départ. Je ne suis d’ailleurs pas certaine de m’en être totalement remise. J’ai atteint un stade critique où je risque l’autocombustion à chaque instant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
ChrichrilectureChrichrilecture   12 février 2017
J’allume mon ordinateur pendant que le café coule dans un chuchotement continu. J’adore ce petit bruit familier. Il me souhaite la bienvenue. Je n’ai pas de chien, pas de chat, pas de lapin nain, pas même de poisson rouge, alors c’est la cafetière qui me salue chaque matin. Si je persiste dans mon célibat, je finirai par causer avec la télé.
Commenter  J’apprécie          271
FloliseuseFloliseuse   30 mars 2017
Mon corsage et mon soutien-gorge ne résistent pas à son offensive fougueuse, ça ne fait qu’aiguiser mon désir. Ses lèvres se referment autour de mon téton qui pointe durement. Je manque de défaillir sous la succion qu’il m’inflige, mais j’en veux plus, je le veux lui, sans attendre. J’ai trop attendu. Je tire nerveusement sur sa chemise pour trouver enfin le chemin de sa peau. Je soulève les fesses tandis qu’il remonte ma jupe et traque ma petite culotte déjà noyée. Ses baisers ne m’accordent aucun répit, son corps pèse sur le mien, je perçois la dureté de son érection contre moi et j’aime ça, à en devenir folle. Je soupire, je gémis, je l’implore de me prendre. N’y tenant plus, Marc se libère de son pantalon, et, d’un coup de reins vigoureux, plonge aussitôt au plus profond de moi, sans retenue, sans réserve. Un cri reste coincé dans ma gorge tant cette sensation me bouleverse, mes ongles s’enfoncent dans ses épaules auxquelles je m’accroche. C’est pire encore que ce que j’imaginais. Pire ou meilleur, je ne sais pas, je ne sais plus. J’ai entendu le gémissement rauque de Marc dans mon cou. Il se redresse et me dévisage avec gravité. Je suis incapable de répondre de vive voix à son interrogation muette. Tout ce que je peux faire, c’est plaquer mes mains sur ses fesses pour l’attirer plus loin en moi et nouer mes jambes autour de sa taille pour lui offrir tout ce qui est encore possible. Son regard me brûle, son étreinte se resserre et ses hanches entament un va-et-vient plus lent entre mes cuisses ouvertes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SossolectureSossolecture   30 mars 2017
— Quel homme résisterait à s’emparer de la virginité de la femme qu’il convoite ?
— Cette virginité-là n’est pas la même, contesté-je, légèrement inquiète.
— En effet, elle suppose une vraie confiance et un don de soi absolu. On ne peut l’accorder ni la prendre à la légère. Ses paroles chargées de sens s’insinuent dans mon cerveau. Marc constate avec satisfaction que j’ai bien compris le message. Ses doigts soulignent la rougeur de ma joue.
— Je ne te contraindrai à rien, Andréa. Tu choisiras seule de m’accorder ce privilège.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Pixie-GirlPixie-Girl   03 septembre 2015
— Je ne suis plus sage depuis que je t’ai rencontré, tu le sais bien. Tu as une influence déplorable sur moi.
— Pourquoi ai-je le sentiment que tu ne demandais que ça.
— Parce que je suis stupidement tombée amoureuse d’une fenêtre derrière laquelle se cache un homme étrange qui fait de moi ce qu’il veut, même à distance. Parce que dans son regard, je me suis sentie enfin vivante.
Commenter  J’apprécie          90
autres livres classés : voyeurismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
400 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre
.. ..