AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2748521277
Éditeur : Syros (16/06/2016)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Ithaca, État de New York : une petite ville paisible sur laquelle plane l’ombre d’un serial killer. Mais malgré la paranoïa ambiante, certains jeunes ont encore la naïveté de croire au grand amour : Fox est raide dingue de Mia. Il a économisé tout l’été pour lui offrir LA bague de ses rêves, à 384,50 dollars. Et c’est bien sûr le jour où il prend l’argent sur lui qu’il se fait dépouiller. Le très impopulaire Arnie Spencer entre alors en scène et lui suggère de cambr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Ichirin-No-Hana
  02 juillet 2016
Mon ami Arnie de Jérémy Behm est le deuxième roman (le premier étant Little Sister de Benoît Séverac) de la maison d'édition Syros sorti cette année que je lis et je pense le dernier. Encore une fois, le résumé nous vend un récit original et dynamique et une histoire qui finalement n'est pas ou peu développée dans l'histoire. Comme dans Little Sister, l'histoire d'amour (complètement insipide) prend beaucoup trop de place. Non, mais sérieux, j'ai cru que j'allais m'arracher les cheveux pendant les chapitres de Mia tant elle est nunuche à un point inimaginable. Les personnages n'ont aucune personnalité et sont hyper manichéens. La construction du récit fait que finalement tout est plutôt prévisible et le final perd donc tout son intérêt, ce qui est bête surtout quand le roman se dit « thriller ».
Bon et sinon l'arnaque du siècle : sur le bandeau « trash, décapant, jubilatoire », et l'on trouve derrière le roman « un roman ravageur à la Tarantino », alors là il faudrait tout de même m'expliquer parce qu'on ne retrouve rien de tout cela et on est loin, très loin, de l'univers de Tarantino.
Le seul truc bien que je retiens de son roman est l'écriture très dynamique et avec beaucoup de punchlines basées sur des références geek très intéressantes et qui font sourire. Finalement, en réfléchissant, je me rends compte que le roman aurait été pu être une lecture agréable si je n'avais pas été autant énervée. Sérieux Syros, arrêtez d'arnaquer vos lecteurs avec des résumés mensongers et en vendant des ambiances qui n'existent pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Luna26275
  04 mai 2017
Fox est amoureux et rien ne semble pouvoir le distraire du haut de son petit nuage, même pas le serial killer qui rode en ville en répandant une once de frayeur et de paranoïa sur les citadins. Le jeune homme souhaite par-dessus tout offrir une bague à sa bien-aimé, Mia. Une bague pour laquelle il a économisé pendant plus d'un mois, en effectuant toutes sortes de corvées et de tâches ménagères. Mais, Fox est loin d'être le garçon populaire et courageux, alors qu'en Craig et sa bande viennent le racketter, il revient bredouille, dépouillé de ces 400 dollars, durement acquis. Ses rêves volent en éclats et rien ne peut le consoler. Rien ? Pas tout à fait, car quand Arnie, le petit gars riche qui snobe tout le monde sous prétexte que son père est avocat, lui tombe dessus pour lui faire une proposition des plus alléchantes, Fox ne résiste pas. Arnie lui a demandé de venir cambrioler le coffre-fort de son père, dans lequel une somme importante d'argent l'attend, ce qui lui permettra d'acheter la bague pour Mia.
Accompagné de son ami Cliff, Fox va donc cambrioler la maison du père d'Arnie. Mais il est loin de se douter de ce qui les attend une fois là-bas…
Un petit roman rapide à lire, avec certains passages assez trash et d'autres amusants. Un bon ensemble qui constitue une agréable lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Marlene_lmedml
  31 juillet 2016
Alors le pari pour moi avec ce roman c'était de sortir de mon cadre de lecture habituel, j'avais envie de me lancer dans la littérature jeunesse totalement décalée et je ne pouvais pas mieux tomber avec Mon ami Arnie.
Ce que je dois relever direct c'est que pour apprécier au mieux l'histoire délirante de Fox et ses amis j'ai pu lire l'interview de Jeremy Behm, en quatre question il nous parle de son roman, de ce qu'il avait dans la tête en écrivant cette histoire assez trash. Et qui ce destine à un public jeunesse mais pas que puisque j'ai passé un excellent moment avec ce roman et que mon adolescence est maintenant bien lointaine ^^
Une histoire simple qui s'avère finalement plus compliquée que Fox l'aurait imaginé... Une histoire d'amour, un cambriolage et tout cela dans le collimateur d'un tueur en série...
Avec Mon ami Arnie armé vous de votre second degré pour être à même de comprendre où l'auteur voulait en venir avec cette histoire. Il a su créer des personnages haut en couleur, très différents les uns des autres. Des adolescents très éclectiques. Fox est un jeune homme passe partout, on pourrait ne pas le remarquer et pourtant c'est bien parce qu'il cherche à s'effacer qu'il devient si intéressant, il a forcément quelque chose de sympa à offrir. Cliff, lui, c'est tout le contraire, fort en gueule il s'affirme aux yeux des autres, issue d'une grande fratrie il a toujours dû s'imposer pour exister...Alors c'est là que c'est intéressant car leur amitié est très forte malgré leurs différences.
Arnie, quant à lui est un personnage en retrait, mis de côté au lycée il n'a pas d'ami, il est jugé par son statut de gosse de riche alors il se retrouve totalement seul. C'est là que l'auteur relève un point important, la relation de l'argent sur le bonheur, quelque chose qui m'a toujours fait réfléchir et je suis bien de l'avis de Jeremy Behm en disant que l'argent ne fait pas forcément le bonheur. Arnie est un personnage torturé, qui ne cherche qu'à se faire des amis...Et à exister aux yeux de quelqu'un.
Les autres personnages ont tous un petit quelque chose qui les rend uniques et importants pour le dénouement de l'histoire.
Chaque chapitre alterne le point de vue d'un personnage, que ce soit un de nos adolescents mais aussi le point de vue de notre tueur en série...Là encore l'auteur nous décrit un personnage très complexe qui explique ses actes avec précision et une psychologie totalement fascinante.
Mon ami Arnie pourrait vous faire penser à une histoire très simple au premier abord si vous ne chercher pas à vous mettre dans la peau de nos personnages. A ce moment là tout se met en place, tout est réfléchi et bien pensé. La plume de Jeremy contribue à développer une ambiance pesante et angoissante et c'est tout à fait ce que je cherchais avec ce roman, je cherchais aussi à plonger dans un univers jeune et décapant. Nos héros ne sont absolument pas clichés, au contraire, rien que Fox qui m'a beaucoup plu, dans cette recherche de perfection aux yeux de Mia sa bien aimé. Cliff cet ami qui serait prêt à tout pour son pote Fox. Ça colle très bien au psychisme adolescent, où tout est possible si on décide que ça le sera.
C'est un thriller jeunesse écrit avec justesse, je conseille à tous les lecteurs dès 14 ans, Jeremy Behm a adapté sa plume et son style pour que son récit soit accessible et compréhensible pour bon nombres d'adolescents, il joue beaucoup avec le second degré et les personnalités de ses personnages atypiques.
Un roman dans l'air du temps qui fait référence à pas de chose que les jeunes connaissent, que ce soit les réseaux sociaux, les séries et films en vogue que les jeunes adorent :) Et que pour ma part j'aime beaucoup aussi.
En bref, dans Mon ami Arnie, humour, auto-dérision et frisson sont au rendez-vous. Un dénouement très intriguant avec un final qui me laisse espérer avoir des nouvelles de nos héros dans un futur roman :)
Lien : http://chroniqueslivres.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
asnico
  12 mars 2017
Il y a peu de thrillers dans la littérature adolescente. Mon ami Arnie en fait néanmoins partie. le roman met en scène plusieurs lycéens dans la ville d'Ithaca sur laquelle plane l'ombre d'un serial killer surnommé « The Pretender ». Il ne s'attaque qu'à des femmes, plutôt jeunes.
Ouais d'accord mais quand on est lycéen, on est en général « cool » et on connaît ses premières amours. C'est le cas de Fox qui est dingue de Mia à qui il veut offrir une bague de fiançailles mais manque de bol, il se fait racketter ses 384 dollars par Craig et sa bande avant de pouvoir atteindre la bijouterie.
C'est là qu'Arnie, en conflit avec son riche père avocat, va entrer en scène et proposer à Fox et à son meilleur pote Cliff un « bon plan » pour se faire un max de blé en moins de deux... Bien évidemment, tout ne va pas se passer comme prévu.
Le roman est bon dans l'ensemble mais j'ai été perturbée par les changements de narrateur dans chaque chapitre, il m'est arrivée de devoir retourner en arrière pour voir qui était le « je ». Je n'ai pas non plus vu l'intérêt de situer l'action aux Etats-Unis avec des lycéens au nom limite ridicule alors que l'auteur est français. Malgré un démarrage un peu long, on reste cependant happé par l'action et les rebondissements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
EternelAdo
  03 juin 2016
Un éboueur découvre le cadavre d'une jeune femme, énième victime d'un tueur en série qui rode à Ithaca... Alors que certains vivent dans la peur, nous rencontrons Fox, un jeune homme amoureux au comble du bonheur. Car c'est le grand jour! il a économisé suffisamment d'argent pour offrir une bague à sa petite amie Mia. Après les cours il se rendra à la bijouterie mais c'est sans compter sur Craig et sa bande qui l'ont pris pour cible de leur racket depuis 2 ans, 4 mois et 18 jours et qui le coincent dans une ruelle le jour ou il transporte son rêve en billets verts. Dévasté par ce coup du sort, il se voit proposer par Arnie, un camarade, de cambrioler la maison de son père, un avocat véreux. En voilà une drôle d'idée!!! Et pourtant la somme d'argent en jeux pourrait tout arranger pour Fox qui finit par accepter...
Jeremy BEHM fait une entrée fracassante dans la littérature ado/adulte en nous proposant un bon thriller qui donnera des sueurs froides aux jeunes lecteurs cet été.
La couverture, très réussie, est pleine de promesses : Un jeune psychopathe, des couleurs à la Tarantino et un titre qui aurait très bien pu être "Arnie un ami qui vous veut du bien". Eh bien je vous laisse en décider par vous même mais pour moi tout y est!
Je l'ai lu d'une traite en gardant à l'esprit le coeur du prologue à savoir la présence d'un tueur en série. J'ai spéculé tout au long de ma lecture sur son identité et impossible de m'arrêter avant d'en avoir le coeur net! C'est très bon, parfois drôle, écrit avec fluidité avec une alternance de narrateur qui sert le rythme surtout dans la deuxième partie où la tension est à son comble. Malgré le petit nombre de pages (env. 200), Jeremy BEHM réussit à nous présenter des personnages travaillés que l'on aime ou déteste tout de suite. L'auteur nous offre même une fin qui laisse la porte ouverte à une suite ou en tout cas à toute notre imagination... C'est un de ces romans qui vous marquent après leur lecture! Je le recommande vivement à partir de 14/15 ans et aux éternels ados ;)
Vous pouvez aussi retrouver toute l'actualité de mon blog sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/eternelAdo
Lien : http://journalduneternelado...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (1)
Ricochet   06 juillet 2016
La violence est très présente, tellement présente qu’elle en devient parodique : c’est trop et cela nous fait rire.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   23 février 2019
4h07… 4 h 07, et les yeux de Hank Meynard s’écarquillèrent tandis qu’il découvrait… l’horreur ! Il plaqua son poing sur sa bouche et mordit dedans très fort, réprimant un hurlement d’effroi. Non, ce n’était pas possible, ce genre de chose ne pouvait pas lui arriver, pas à lui… Dans cinq secondes, il allait se réveiller dans son lit, avec sa femme blottie entre ses bras, et il pousserait un soupir de soulagement en réalisant que tout ça n’avait été qu’un cauchemar.

1… 2… 3… 4… 5… Non, c’était toujours là. Comment faire pour se débarrasser de cette vision ? Rembobiner le temps ? Oui, oui, c’était ça, il devait rembobiner, remonter jusqu’au moment où tout était encore normal, terriblement, mortellement… normal ! Il prit une grande inspiration, ferma les yeux et fit machine arrière.

3 h 57… Après avoir enfilé ses bottes en caoutchouc et son gilet jaune fluo, Hank Meynard sortit de la petite baraque en préfabriqué et s’étira, bâillant à s’en décrocher la mâchoire. Un instant, il resta là à observer les montagnes d’ordures qui s’élevaient à perte de vue devant ses yeux bouffis de sommeil, dominant de toute leur impressionnante hauteur la petite ville endormie d’Ithaca en contrebas.

L’aube n’était pas encore là mais, si l’on observait attentivement le ciel, on pouvait en percevoir les prémices, la voûte céleste se teintant d’un léger voile mauve. En d’autres circonstances, le panorama aurait même pu avoir quelque chose de poétique. Mais après tout, ce n’était qu’une foutue décharge !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   23 février 2019
À peine eus-je pris la décision d’emprunter le raccourci que je le regrettai amèrement. Pile à mi-trajet, adossé contre un mur, les bras croisés, se tenait le grand blond à dégaine d’échassier qui s’appelait Craig. Je tentai de rebrousser chemin, mais il était déjà trop tard. Derrière moi venaient d’apparaître ses trois lieutenants qui me bloquaient maintenant le passage. Le piège s’était refermé sur moi.

La plupart du temps, je me farcissais ma ration quotidienne de gaz d’échappement en me rendant au bahut par l’avenue principale, mais quand par malheur j’étais en retard, il m’arrivait d’opter pour la petite contre-allée. Elle était sale, grise, moche et empestait les poubelles du restaurant chinois attenant, mais au moins elle permettait de gagner cinq bonnes minutes.

Et ce matin, je l’avoue, je m’étais un peu trop attardé au lit, sous la douche, en déjeunant, bref, je m’étais un peu trop attardé partout, en souriant aux anges comme un idiot, au grand étonnement de mes parents qui n’avaient pas l’habitude de me voir rêvasser de la sorte. Il faut dire qu’aujourd’hui était un jour spécial. Aujourd’hui, elle serait à moi… Du moins si je réussissais à garder mon argent à l’abri des mains avides de la bande d’enfoirés qui me cernait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   23 février 2019
Voilà, le moment me semble idéal pour me présenter. Je m’appelle Fox. Inutile de chercher, ce n’est ni un surnom ni un diminutif. J’ai hérité de ce prénom ridicule parce que ma mère est une fan de la série X-Files et qu’elle a réussi à convaincre mon père de m’appeler comme le héros.

En même temps, ce n’était pas difficile. Mon père dit amen à tout ; témoins, le premier tome de l’Encyclopaedia Universalis, le calendrier des pompiers de cette année et le dépliant de la secte des Hare Krishna qui traîne sur la commode du salon depuis six mois. Encore heureux que je ne sois pas né aujourd’hui, parce que maman, qui est maintenant accro à la série télé Vikings, m’aurait certainement appelé Ragnar. Vous imaginez l’angoisse ? Mais je m’égare. Revenons donc deux ans, quatre mois et dix-huit jours après la première fois où j’ai été contraint de filer mon premier dollar à cet enfoiré de Craig, c’est-à-dire… maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
asnicoasnico   08 mars 2017
Sauvegarder les apparences toujours; laisser croire aux parents que leurs enfants resteront éternellement d'innocents bambins dont le seul plaisir coupable est l'ingestion massive de glace au chocolat. (p 43)
Commenter  J’apprécie          60
CielvariableCielvariable   23 février 2019
Oh, je sais ce que vous êtes en train de vous dire : j’aurais pu au moins tenter quelque chose avant d’obtempérer, histoire de faire valoir mon statut de mâle dominant face à ces ordures. Par exemple, j’aurais pu dire à Craig qu’il perdait son temps à essayer de se raser ; il n’avait encore que du duvet, et la seule chose qu’il récoltait au bout du compte, c’était davantage d’acné à chaque passage de lame. Ensuite, j’aurais évité son crochet du droit et répliqué par un uppercut qui l’aurait étalé face contre terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : racketVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15058 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre