AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848763809
Éditeur : Philippe Rey (06/02/2014)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Tout commence en 1887 au fond de l'arrière-pays canadien : à la disparition de son père, le jeune Joe O"Brien, brusquement chef de famille, met tout en oeuvre pour assurer la subsistance des siens. Dur à la tâche, brillant, il comprend vite que rester enterré dans le Pontiac ne lui suffira jamais. Après la mort de leur mère, il organise avec l’aide d’un vieux jésuite le départ de la fratrie pour une nouvelle vie - les filles au couvent, un frère au séminaire, l’autr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
spleen
19 mars 2016
Une saga familiale qui nous entraine des forêts canadiennes aux rivages de la Californie de 1887 aux années soixante à travers l'histoire de Joe O'Brien , l'ainé de la famille qui, très jeune, décide de sortir ses frères et soeurs de la vie miséreuse qu'ils ont connu jusqu'à présent entre une mère faible et un beau-père alcoolique et violent.
Malheureusement pour le lecteur, même si la lecture n'est pas désagréable, il n'y a rien de vraiment original dans cette histoire , on suit en même temps que les histoires de famille, l'évolution de la société américaine avec la construction de la voie de chemin de fer et les deux guerres mondiales mais cela reste assez superficiel et maintes fois rabâché ...
Les différents protagonistes n'attirent pas spécialement la sympathie du lecteur et j'ai lu ce roman sans passion .
Commenter  J’apprécie          160
Albertine22
08 mai 2015
J'adore les pavés, les histoires au long cours qui nous happent et nous entraînent loin du quotidien. Peter Behrens a réussi à me bluffer, et pourtant je compte déjà de nombreuses sagas à mon actif.
"1887, Canada." , à peine avais-je lu le début de la quatrième de couverture que j'étais ferrée : l'époque et le lieu, tout me plaisait. L'histoire, c'est celle de Joe O'Brien, jeune homme d'origine irlandaise, qui vit dans le comté de Pontiac au Québec. L'endroit rappelle Notre-Dame-des-Lacs , le village de Magasin Général, la bande dessinée de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp. La vie y est rude, le climat extrême et pourtant, Joe s'en accommode. Il le faut, lui qui doit assurer la subsistance de sa famille, son père est mort et son nouveau beau-père est un alcoolique notoire, violoniste "possédé" qui s'incruste dans toutes les cérémonies pour y faire entendre son crin-crin. Comme son grand-père, puis son père, il sent en lui l'appel de l'ailleurs et au décès de sa mère, il s'en va, casant avec plus ou moins de bonheur ses frères et soeurs plus jeunes dans des exploitations agricoles ou des établissements religieux. Ceci fait, il s'accorde une semaine dans un hôtel à Coney Island pour mettre au clair ce qu'il veut faire de sa vie. Ce break, fortement alcoolisé, le conforte dans son choix : "une femme, des enfants, de l'argent, du pouvoir".
Joe est une "force qui va", il rencontre Iseult, une jeune femme, orpheline de bonne famille et lui fait partager au début de leur mariage son existence de constructeur de chemin de fer. Elle aime cet homme, animé par une volonté farouche de réussir, mais ne parvient pas toujours à le comprendre. Il recèle une part d'ombre qui périodiquement manquera de le faire sombrer. Devenu capitaine d'industrie, il s'installe à Montréal avec sa femme et ses enfants, Mike, Margo et Frankie dans une maison cossue. Tous ses rêves semblent se réaliser. L'Histoire, pourtant, s'invite à sa table, la guerre de 14 transforme Grattan, le frère dont il est le plus proche en un autre, à la fois auréolé de gloire et démoli. La deuxième lui vole son fils, Mike, et cette perte manque de le faire basculer dans la folie. Joe aime les siens au-delà des mots, mais il les aime si maladroitement que parfois son comportement les déroute.
Peter Behrens crée un personnage extraordinaire, façonné par une enfance difficile, mais Joe n'est pas le seul centre d'intérêt de ce roman. Les autres protagonistes ne sont pasen reste, la diaphane Iseult qui ploie tel un roseau sous la tempête mais ne rompt pas, Grattan et sa passion pour l'aviation et l'aventure, Mike et ses soeurs qui cherchent, comme leur père avant eux, à trouver un sens, une direction à leur existence. Ce livre nous livre aussi tout un pan de l'histoire du Québec, de 1887 à 1960. Nous voyons peu à peu le pays se construire, découvrons ses liens avec le Vieux Continent, partageons les us et coutumes qui s'installent au fil des générations, jusqu'au final, magnifique, rédempteur, sur l'île de Cap-Breton !
Un roman, à lire absolument !


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
claraetlesmots
17 mars 2014
1887, Canada. Les cinq enfants O'Brien dont la beau-père n'est qu'un bon à rien assistent impuissants à la mort de leur mère. Joe l'aîné décide qu'ils doivent se rendre aux Etats-Unis. Il a trouvé un endroit pour chacun de ses frères et soeurs même si tous se retrouvent dispersés au quatre coins du pays. Travailleur, Joe monte une société de chemin de fer. A Los Angeles où vit son frère Grantham, il rencontre Iseult orpheline depuis peu qui cherche dans cette ville à démarrer une nouvelle vie.
Je me suis plongée dans ce roman avec un enthousiasme non dissimulé. L'histoire del a fratrie des O'Berhens et la famille constituée par Joe et Iseult que l'auteur nous invite à suivre sur des décennies avait tout pour me plaire. Joe a pour ambition la prospérité de son entreprise, il s'agit d'une revanche sur son enfance. Malgré la naissance de leurs trois enfants, Iseult porte la blessure du décès de leur premier enfant dont elle impute la faute à Joe. Ce dernier peu enclin à montrer ses sentiments et ses souffrances quitte le foyer conjugal de temps en temps pour s'isoler et s'enivrer dans des chambres d'hôtels. Lui qui voulait le bien de ses frères et soeurs accepte mal l'échec que leurs vies prennent des tournants différents. Les enfants grandissent, Iseult ne reconnait plus l'homme dont elle était tombée amoureuse. Et l'Histoire inscrit son empreinte. Grantham participe à la Première Guerre Mondiale en se se préoccupant peu de son épouse et de sa fille. A son retour, il s'agit d'un homme différent qui ne cesse de clamer la cause Irlandaise.
Et à partir de ce moment, tout s'accélère. On passe très vite , trop vite, de la grande dépression de 1929 à la Seconde Guerre Mondiale avec une trame qui ne réserve aucune surprise pour la suite du roman.
Les enfants devenus adultes opèrent des choix avec lesquels Joe n'est pas d'accord. Ce qui aurait pu être une fresque passionnante tombe dans du déjà lu à maintes reprises. Mon enthousiasme n' a fait que s'amoindrir pour s'éteindre complètement.... Dommage !
Lien : http://fibromaman.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Fantine
29 septembre 2014
Saga familiale débutant en 1887 pour finir dans les années 60.
Au travers des figures emblématiques de Joe O'Brien, et, de sa femme Iseult, (mais plus particulièrement de Joe), Peter Behrens dresse le portrait typique du parfait américain, parti de rien, mais qui bâti sa fortune à force de persésérance.
C'est aussi l'occasion de découvrir une Amérique en pleine mutation avec la fin de la construction du chemin de fer, la guerre de 14/18, mais surtout, c'est l'Amérique de la crise de 1929, de la prohibition, et, de la seconde guerre mondiale qui est décrite.
Au fil des pages, on suit pas à pas la vie quotidienne de chaque membre du clan O'Brien, c 'est à dire leurs bonheurs ainsi que les épreuves qu'ils traversent, prennent à bras le corps avant de les affronter, puis, les régler ensemble.
Une belle saga familiale à l'épreuve de l'histoire ainsi qu'aux prises d'une Amérique en proie à ses démons.
A découvrir.
Commenter  J’apprécie          60
Bellonzo
04 septembre 2016
Pavé sympa que l'histoire de la famille O'Brien que le Canadien Peter Behrens nous raconte sur 572 pages rythmées et colorées, trois quarts de siècles et pour Joe O'Brien l'aîné, très jeune devenu chef de famille, les échelons de la fortune et du succès, notamment dans le bois et les chemins de fer. Cette saga est hyperclassique et ne prétend ni à l'originalité ni à l'inoubliable. Mais alors qu'il m'est arrivé de m'ennuyer ferme sur nombre de ce type de romans quasi feuilletonnesques j'ai trouvé que l'essor du XXème Siècle cadrait parfaitement avec l'évolution du personnage de Joe O'Brien, faisant du voyage un bon moment en compagnie du clan.
Joe, sa femme Iseult, ses trois enfants vivront pleinement leur époque, avec un maître mot, l'énergie. A travers les crises morales et financières, les deuils, les deux guerres qui n'ont pas épargné le Canada, mais qui ont-elles épargné? J'ai conscience que ce que j'écris là ne saurait être décisif quant à votre envie de lire Les O'Brien. Pourtant, des Rocheuses où l'on pose des traverses aux plages californiennes au surf balbutiant ce roman-fleuve (plus Yukon que Mississippi) m'a constamment incité à poursuivre cette histoire. Ce n'est pas le cas de toutes les histoires de familles. Ce n'est pas non plus l'avis de tous les lecteurs, certains trop virulents (le naufrage des O'Brien), d'autres trop laudatifs (d'une rare intensité). Moi, ce modéré moi-même, j'y ai pris pas mal de plaisir. J'admets aussi qu'on peut considérer avoir des lectures plus urgentes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
862 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre