AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782842602383
Éditeur : Theatrales (15/02/2007)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Quatre protagonistes en pleine crise. Sara, récemment quittée, et sa fille Rosa règlent leurs comptes avec cet homme absent. Claudia, femme autoritaire, a substitué le travail à l'amour en assujettissant l'existence de Jan. Ces quatre destins vont se croiser à l'aéroport, cible d'un attentat terroriste. Si le sujet est grave, Sergi Belbel le traite sur le mode de la comédie. Par téléphones portables interposés, la communication est cahotante, les relations évoluent ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Cosaque
  05 octobre 2015
Le téléphone, toujours et encore le téléphone, dans cette pièce tout passe par lui et rien ne lui échappe, enfin... presque. Les personnages s'y accrochent comme à une bouée dans un monde qui part à la dérive. le sous-titre de la pièce est assez trompeur, parce qu'il y a peu d'éléments qui prêtent à sourire, ne parlons même pas de rire... Sans doute que Belbel à la même définition de la comédie que Corneille : les héros ne meurent pas durant le drame. Ou tout simplement son sens du l'humour est-il très noir. Ou peut-être est-ce de l'ironie?
Les personnages évoluent dans un espace en transit ou seul ne compte que le déplacement, la circulation : bref, un aéroport international. Dans cette espèce de non-lieu, les personnages sont comme suspendus, l'environnement dans lequel ils évoluent leur est étranger. Tous les quatre n'ont que le smartphone pour exprimer leur désarroi, en parlant parfois à un interlocuteur et souvent à un serveur vocal, en écrivant ou photographiant. Pourtant des relations charnelles existent entre eux : mère/fille et fils/mère. le rythme de la pièce est nerveux plein de télescopages et de syncopes, les erreurs d'interprétations sont nombreuses entraînant une communication sur le mode paranoïaque. Cette agressivité larvée sur le point d'éclater en crise ouverte est stoppée net par l'explosion d'une bombe. Un attentat ! Dès lors c'est la panique qui prend le relai. On court en tous sens, sans but, en cherchant à obtenir des informations grâce à ces petites merveilles technologiques que malheureusement la conflagration a rendu inopérantes qui ne sont plus que des rectangles de matière inerte.
Le fil narratif de la pièce est difficile à suivre, car il est fait d'arrêts, de reprises, de superpositions, qui ne sont pas uniquement rendu par le jeu des répliques mais aussi par des indications scéniques nombreuses et fournies. Toutefois la cohérence temporelle est respectée : pas de flashback ou de système circulaire à la Ionesco. Les protagonistes ne sont pas tant confrontés à une dispersion temporelle qu'à une série de morcellement spatiaux dans lequel l'intégrité de leur propre corps est remise en cause. J'ai conscience que cela manque un peu d'éléments concrets, or c'est bien là la difficulté que m'a posé ce texte : l'interprétation abstraite m'apparaît rapidement alors que la manière dont elle pourrait concrètement exister sur un plateau est floue, difficile à visualiser. En tout cas, le pari est intéressant : utiliser le grigri technologique emblématique de notre temps comme moteur d'une action dramatique. Décidément les dramaturges d'outre Pyrénées sont imaginatifs et audacieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
CosaqueCosaque   05 octobre 2015
Les quatre personnages sont sur le point de d'appuyer sur la touche OK de leur portable. Tous les quatre hésitent. Tension. Soudain, Sara regarde Claudia, d'un air déterminé. Claudia comprend son regard.

SARA: Non.

CLAUDIA: Non.

ROSA : Non.

JAN : Non.

Sara et Claudia se lèvent. Sara jette le portable de Claudia par la fenêtre.
Claudia fait de même avec le portable Sara.
Rosa jette son portable par terre.
Jan jette son portable par terre.
Les portables de Jan et de Rosa vont se rejoindre dans la rue. Et juste au-dessus, deux portables atterrissent, comme tombés du ciel.
Les quatre portables éclatent en mille morceaux.
Jan et Rosa regardent les portables par terre, ils se voient, ils se regardent puis regardent vers le haut.
Sara et Claudia regardent vers le bas et se regardent entre elles.
Rosa regarde Jan, regarde par terre et rit.

FIN
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CosaqueCosaque   19 septembre 2015
CLAUDIA : Il faut que tu me jettes un coup d'oeil sur les portables dernière génération, ceux qui ne sont pas encore sur le marché. Le mien, c'est une vraie merde. Tu me l'as donné il y a trois mois et il est déjà dépassé. Il y a des tas de choses que mes amies peuvent faire avec les leurs et moi non. IMAGINE UN PEU LA HONTE ! Je ne peux pas me balader avec un machin pareil, tu comprends ça ? J'ai des amies quelconques et pourtant elles ont des téléphones bien meilleures que le mien, et ça, c'est INADMISSIBLE. Bref, tu sais ce qu'il te reste à faire, hein ? Tu m'entends ou pas ? !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : tragi-comiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16244 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre