AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246783925
Éditeur : Grasset (01/04/2011)

Note moyenne : 3/5 (sur 4 notes)
Résumé :
"Mehdi Belhaj Kacem a été proche d'Alain Badiou. Il est de ceux qui connaissent le mieux, et de l'intérieur, la mécanique et les ruses de son œuvre. Badiou l'a même tenu pour l'un de ses disciples les plus prometteurs. Et voilà que le disciple en est venu, par un cheminement dont il rend compte, ici, avec probité, à considérer que l'œuvre du maître contenait d'impardonnables impostures.
Après Badiou est un livre joyeux et cruel. Plein d'humour et de savoir. C... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
ChristianAdam1
  20 décembre 2013
Voici une critique très élogieuse que j'ai faite de ce pamphlet dévastateur écrit par MBK contre Alain Badiou :
Lien : http://www.critiqueslibres.c..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
trumantruman   21 mai 2013
De Rousseau à Lacan, le penseur extra-professoral qui engendre les plus grands professeurs de son temps, par on ne sait quelle immaculée conception, n'est rien de moins qu'un pédagogue sauvage. Au cours peu ou prou rodé d'avance (académique), il substitue une sorte de happening : Rousseau distribuant ses plaidoyers en pleine rue, Kierkegaard faisant de sa vie la première installation "realitysite" de l'Histoire, Nietzsche prenant sur soi la démence anthropologique que la philosophie professionnelle grime en "Sagesse"et en "rationalité". Quand Nietzsche proclame que "tous les noms de l'Histoire, c'est moi", justifiant le diagnostic de démence pour le sens commun, il ne dit pourtant rien d'autre que ce qu'à professé Hegel trois quart de siècle avant lui, et à la lettre. Le génie de Lacan aura consisté, en plus de l'ampleur 'Pavarotti" de son coffre proprement spéculatif, à proposer un type d'enseignement inouï, idiosyncratique, ne devant rien aux méthodes éprouvées auparavant en particulier aux méthodes universitaires académisées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
trumantruman   22 mai 2013
Il y' a chez Heidegger une totale forclusion de la science, des arts autres que le seul poème (rien sur la musique, presque rien sur la peinture), et des autres procédures génériques (rien sur l'amour, et quant au politique...). Le criticisme allemand, fort de son génie philosophique, a glissé avec Nietzsche et Heidegger dans la posture prophétique jetant ses décrets sur tout, et manquant de curiosité minimale pour les pensées autre que la philosophie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
trumantruman   23 mai 2013
Quand untel reproche à Deleuze de "mal écrire", c'est qu'il ne comprend rien au concept: l'écriture de Deleuze est toute entière au service du mouvement conceptuel, le plus ample - au niveau, disons, des harmoniques -, de toutes les créations philosophiques importantes du vingtième siècle. Ceux qui lui reprochent de mal écrire sont ceux qui ne savent tout simplement pas lire la philosophie, et donc n'y comprennent rien, en général.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
trumantruman   17 mai 2013
Depuis deux siècles l'art est donc: présentation positive du Mal. Cette fonction de l'art était évidemment déjà latente dans la Tragédie attique, ou dans l'art chrétien (narration, chant ou figuration du Calvaire).Mais la spécificité de l'art moderne, qui ne commence pas par hasard avec la Terreur révolutionnaire, est qu'il a épuré la katharsis artistique jusqu'à sa limite extrême - qui veut elle-même dire épuration mimétique, et non "purgation" pharmacologique:épuration d'épuration. Qu'il se soit épuré jusqu'à sa propre extrême limite endogène veut aussi bien dire: de Sade à Pasolini et Guyotat en passant par Lautréamont, Bataille et d'innombrables autres,l'art se sera confondu avec l’expérimentation en tous sens de la Transgression. Jusqu'à la date qui est la nôtre,où les possibilités transgressives de l'art,épuisées, ne se survivent que sous la forme du parodique généralisé, tournure affine avec la "culture"du nihilisme démocratique, qui est un culte incessant du "second degré", de l’autodérision, d'un interminable rire jaune-gras du lamentable et du nul. Appelons ça: la Métaphysique de Groland.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
trumantruman   17 mai 2013
L'humanité s'émerveille déjà de l'horreur dans toutes les formes d'art qui existent aujourd'hui, du cinéma à la performance, de la musique "savante" depuis Schönberg (Erwartung) à la musique de mass (rock, rap, death-metal,etc.). Elle s'en émerveille donc artistiquement. Elle ne s'en émerveille pas philosophiquement, puisque quand le philosophe en personne vient à s'en émerveiller du Mal, c'est comme tout le monde: par l'entremise d l'art. En tant que philosophe, il n'a pas droit de s'en "émerveiller". C'est-à-dire de s'en émerveiller philosophiquement. C'est-à-dire encore: lui créer un concept adéquat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Mehdi Belhaj Kacem (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mehdi Belhaj Kacem
Mehdi Belhaj Kacem@la Generale_Mehdi de cinq à sept_#5 Transgression
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
283 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre