AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782924898383
La Peuplade (10/10/2019)
3.79/5   12 notes
Résumé :
Elle baigne aux lits des rivières. Le coeur musclé, sans jamais renoncer à rien, elle se construit une maison en dehors de sa bouche, elle devient ruisseau, lac, pluie, fleuve.
Vanessa Bell, par cette proposition poétique vive et opulente, rassemble féminité, maternité, sororité et nature sous le signe de l'eau, unies en une même résistance, une même célébration. Nés de cette rage sublime qui agite nos corps, ses mots transportent un puissant vent de courage... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
argali
  02 novembre 2019
Ce recueil de poésie parle de la femme, de la maternité et de ce que cela implique. Les poèmes sont courts et en vers libres. Parfois une phrase seule suffit pour tout dire tant ils sont riches.
Femme et rivière se confondent, ondoient, coulent ou bouillonnent.
Il faut prendre le temps pour appréhender au mieux la puissance de ces vers riches de plusieurs lectures. Souvent les poèmes se répondent les uns aux autres racontant une histoire où les émotions ont une place prépondérante. « N'ignorez pas vos colères, elles sont vos romances » écrit l'auteure, revendiquant ainsi cette rage qui agit comme une énergie créatrice.
De rivières parle de femmes fortes, de soeurs, de femmes meurtries, abusées, déchirées et de femmes aimantes. Elles les rassemblent sous le signe de l'eau, unies dans la résistance.
La parole de Vanessa Bell est féministe, engagée. Elle nous confie un récit personnel mais qui trouvera un écho en chacune de nous sous l'un ou l'autre aspect. C'est beau, dur, fort.
Commenter  J’apprécie          80
EvlyneLeraut
  01 janvier 2020
Eclats de lumière, fragments de vie décrochés des étoiles, ces myriades plongent dans une rivière où la transparence étonne la lucidité. Contemporains, vifs, étonnamment confiants, ces mots retiennent le frémissement de l'eau. Ecartent les pans des courants d'un dire souple et délivrent le juste, l'épuré. Ce qui reste sous le glacé d'une vérité. Un plongeon dans l'authentique. Des mains poussées dans le dos des fillettes grandissantes. La parole en porte-voix d'une vérité criante. le mot s'échappe de l'idée, galets émotionnels. Quelques signes tracés, ricochets d'un mémoriel se métamorphosant pour mieux revenir à la source-mère. « Mon dos a fendu /tu vois poindre la promesse d'un jardin anglais/ dehors des hardes, d'amants réclament sacrifices/ ici les vierges n'ont pas de bras pour l'amour/ je jure qu'il me reste un souffle long. Aériens, d'une beauté telle, qu'ils semblent cette orange que l'on pèle. Ne retenir que l'essentiel, le jus, sève de vie. Gardez cette offrande entre ses mains « Ces lambeaux sur mes genoux n'arrangent pas l'impuissance d'être mère. Pour m'aimer sois furieux c'est sous l'eau que j'accepte de me rendre. » Cascades existentielles, rivières initiatiques, leçons métaphoriques, les douleurs ici, sont bien plus que l'exutoire épelé, chapelle d'un dire affrontant l'écho indésiré. Lézardes sur les murailles sentimentales. Propulsant hors des courants un féminisme de gloire. « Pour la souvenance faites-vous charbon/ collez vos mains et aux torses /soyez royautés enjouées/ herbiers de faïence/ faites-vous mortes lasses en série/ redites votre droit/ de vous faire bercer. « De rivières » grottes paraboliques qui enfantent l'oeuvre -mère. « N'ignorez pas vos colères/ elles sont romances. Sans compromis-aimez. » le possible s'éveille. Nymphe des rivières, saule rieur. L'enfance n'est plus. Les femmes peuvent. « De rivières » de Vanessa Bell est une bouteille lancée dans la rivière des certitudes en advenir. Eblouissant, tremblant sous les essences, algues magiciennes, encre d'eau marine. Publié par les majeures Editions La Peuplade Poésie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pastille_bonbon
  20 février 2021
Vide et superficiel, cet exercice nous montre absolument ce qui cloche avec la poésie. On reste dans l'ignorance de tout ce qui est sérieux, dans le gnagna, dans l'artifice, etc. Une autre humaine avec aucune science et aucune logique, qui ne sert franchement à rien, qui ne serait pas capable d'articuler un propos réellement intelligent sous la forme d'un texte soutenu, alors on y va dans l'image vaseuse, la facilité déconcertante de l'ignorante qui croit savoir quelque chose, mais on ne peut que constater en lisant ceci qu'on beigne dans l'émotion vide et crasse, dans la petitesse de l'être qui se croit maitre des astres, c'est beau de n'importe quoi, mais au final, ça sent juste la faiblesse et l'idiotie.
Commenter  J’apprécie          20
flo_dlf
  15 juin 2021
Si vous n'acceptez pas de ne pas tout comprendre, passez votre chemin! cette poésie-là est de celles qu'il faut prendre le temps de déguster, accepter d'être passif pour se laisser imprégner. Certes parfois un peu hermétique mais la force qui s'en dégage nous porte... malgré tout
Commenter  J’apprécie          00
Fanou87
  24 janvier 2020
Se laisser porter. Envelopper. Attraper par ces phrases offertes en toute sincérité. Ressentir la colère, légitime, vouloir que les crocs soient vus et craints.
Ne pas tout comprendre mais accepter de se sentir vulnérable devant ces mots.
Se reconnaître dans certains et surtout dans d'autres.
De Rivières est une ode à la féminité et osons l'écrire au féminisme. Fille, femme, mère. Trois portraits portés aux nues par Vanessa Bell. Trois destins que l'on choisit ou pas mais toujours hissés par cette force venue des entrailles, de ce bas-ventre aussi.
Lire la poésie et la ressentir est une chose, la comprendre et l'offrir à d'autres en est une autre.
Ce billet relate mes sensations face à ces poèmes, vous aurez peut-être une toute autre vision que moi. Voilà la beauté de ce texte, porter cette voix haut et fort et la transmettre.
Lien : https://pagesversicolores.wo..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   09 avril 2020
n’importe que le soir tombe dans tes yeux
je te préfère
mon amour cheval
au ventre de bois gonflé

j’ai volé les papiers à l’église
ai léché toute leur encre
quelqu’un se terre derrière cette porte
je pense que tes mains y peuvent quelque chose
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   09 avril 2020
pour m’aimer
sois furieux
c’est sous l’eau que j’accepte de me rendre
Commenter  J’apprécie          60
Fanou87Fanou87   24 janvier 2020
“ à mes filles avortées
celles aux jambes graciles
vous charrierez dans vos poches
des bombes écarlates
déposerez au pied des montagnes
les couleurs de vos songes
veillez veillez encore
il existe des âges
pour chacun de vos ongles arrachés ”
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   09 avril 2020
tu t’ériges en chaleur
les bras innocents les bras bien hauts
tu pourras dire que ce n’est pas vrai
ce n’est pas toi

drapeau blanc sur saison sèche
je te rends tes saignements de nez
puisque tu y tiens
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   09 avril 2020
quels mots mâches-tu
quand j’émiette le silence
les avions s’éteignent
et tu pars

une glace dans chaque poing
tu ignores le fleuve
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Vanessa Bell (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vanessa Bell
« **Double V**, c'est un roman qui est né de l'envie d'écrire sur une relation entre deux soeurs, de suivre cette relation sur le voyage d'une vie. Il y avait aussi l'envie chez moi depuis longtemps d'écrire sur une peintre. » Laura Ulonati
---
**Double V** de Laura Ulonati
Naître soeur n'est pas inoffensif. Ainsi pour Vanessa Bell, peintre méconnue à l'aune de « la postérité de noyée » de sa cadette, Virginia Woolf. Ou pour Laura, romancière et aînée, qui veille sur les secrets, soustrait le poison des chagrins. Autant d'amours ennemies, de joies fébriles, de jalousies tristes, qui font les liens ambigus entre soeurs. Portrait en diptyque à la grâce époustouflante, ce récit subjectif de la vie de Vanessa Bell, exprime l'inquiétude d'exister et ce qui, parfois, permet de la conjurer : l'amour d'une soeur.
https://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/double-v
--- #litteraturefrancaise #rentréedhiver
+ Lire la suite
autres livres classés : sororitéVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1080 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre