AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782330014087
352 pages
Actes Sud (11/01/2013)
3.38/5   108 notes
Résumé :
Tom et Abby Stuart avaient tout pour être heureux : un mariage parfait, une vie confortable et une merveilleuse petite fille de douze ans, Caitlin. Jusqu’à ce que Caitlin disparaisse sans laisser de traces. Pendant un temps, le couple s’accroche à tous les espoirs, toutes les fausses pistes, mais cette vaine attente et le poids de la culpabilité finissent par avoir raison de leur union.
Quatre ans plus tard, au lendemain des funérailles organisées en sa mémoi... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
3,38

sur 108 notes
5
6 avis
4
10 avis
3
9 avis
2
2 avis
1
0 avis

Tom, Abby et Caitlin ont mené une vie heureuse paisible jusqu'à ce terrible jour. Caitlin est allée promener son chien Frosty dans le parc, près du cimetière. Mais seul le chien est rentré de cette balade. Quatre années d'attente, de recherche, d'espérance, d'illusions et de désillusions et finalement de renoncement auront mis un terme à tout espoir de la revoir vivante. Tom s'en veut de l'avoir laissée ainsi seule, il s'en veut de ne pas l'avoir assez protégée. Comme l'a décidé Abby, il est temps pour eux d'essayer de tourner la page, de se rendre à l'évidence qu'elle ne reviendra pas et qu'ils ne la reverront plus jamais. Elle a ainsi décidé d'ériger une stèle commémorative en l'honneur de leur fille. Depuis sa disparition, le couple bat de l'aile, Abby s'est tournée vers la religion, quant à Tom, il a essayé de chercher de nouvelles pistes, il était à l'affût dès qu'une petite disparaissait aussi et a essayé par tous les moyens de retrouver sa fille. Mais, en vain... Soudainement, une jeune fille est retrouvée dans la rue, tenant des propos injurieux, sale, hirsute. Une cicatrice sur le genou vient à penser qu'il pourrait s'agir de Caitlin. Puis, les empreintes digitales viennent bien confirmer cette hypothèse. Méconnaissable au bout de quatre longues années, la petite fille de 12 ans a bien grandi. Et, contre toute attente, elle fait promettre à son père de ne pas lui demander où ni ce qu'elle a fait pendant ces années...

Même si la quatrième de couverture révèle une bonne partie de l'histoire, cela n'a en rien gâché tout le plaisir que m'a procuré ce polar. David Bell a pris le temps de planter ses personnages, de décrire le ressenti tout au long de ces années, les effets que cette disparition a eu sur eux et leur couple et la part de responsabilité de chacun. Difficile de se mettre dans la peau des protagonistes et de deviner leur malheur, leur espoir, leur déception... S'attachant particulièrement aux seconds rôles, l'auteur étoffe toute une galerie de personnages attachants ou assez troublants. Avec un suspense croissant, une histoire prenante et surprenante , une écriture haletante et accrocheuse, ce polar singulier au final assez déroutant se cueille ... comme une fleur de cimetière...

Commenter  J’apprécie          430

Je viens juste de finir ce livre et je l'ai adoré. Nous rencontrons Tom et sa épouse Abby. Leur fille de douze ans n'est jamais rentrée de sa balade au parc avec leur chien. Quatre ans plus tard, Abby a trouvé du réconfort dans la religion, elle essaie de tourner la page et commence à imaginer le futur. Tom, lui, n'a jamais perdu espoir de retrouver sa fille vivante. Quand Caitlin est retrouvé par la police, les retrouvailles ne sont pas aussi faciles que prévu.

Ce roman est plein de suspense de la première page jusqu'à la dernière. J'ai vraiment aimé le personnage de Tom qui est vraiment très attachant. Nous pouvons ressentir sa détresse face à sa fille qu'il n'a pas vu pendant quatre ans. Caitlin souffre du syndrome de Stockholm et c'est vraiment effrayant. L'enquête est vraiment très bien construite et petit à petit, page après page, nous découvrons la vérité sur la disparition de Caitlin. le personnage de John est vraiment effrayant mais la psychologie de son crime vraiment très bien décrite (notamment le Kidnapping où comment il a fait pour que Caitlin n'essaie jamais de s'échapper et reste avec lui...). Je suis maintenant curieuse de découvrir d'autres romans de David Bell.


Lien : https://missmolko1.blogspot...
Commenter  J’apprécie          320

Edité dans la collection Babel Noir, « Fleur de cimetière » n'est pas un polar mais une approche psychologique d'un crime, en l'occurrence un enlèvement d'une fillette de douze ans. Celle-ci, disparue depuis quatre longues années, réapparaît au lendemain de la cérémonie donnée en sa mémoire, alors qu'Abby la mère a depuis longtemps abandonné l'espoir de la retrouver, son père Tom ne s'est pas résigné. Ils avaient perdu une fillette et se retrouve confrontés à une étrangère qui refuse de parler de sa disparition. Débute alors pour les parents une longue reconquête de leur fille mais Caitlin est-elle encore leur enfant ?

Haletant du début à la fin, ce roman est un suspense noir et inquiétant et qui laisse au lecteur un sentiment de malaise parfaitement orchestré par son auteur. Comment réagir face à une enfant qui est devenue une étrangère et ne parle que de repartir d'où elle vient, retrouver son ravisseur qu'elle dit aimer ?. Que s'est-il donc passé pendant ces quatre ans, qu'est-ce qui a tant fait changer cette fillette pleine de vie ? A la fois, drame conjugale, enquête policière, recherche désespérée d'un père en quête de vérité face à l'hostilité de ceux qui l'entourent et l'inquiétante omniprésence d'un demi-frère bien trop encombrant.

Commenter  J’apprécie          160

Un polar un peu différent de ce qu'on a l'habitude de trouver sur le marché.

Ici, pas de suspens haletant et insoutenable ou bien des flots d'hémoglobine toutes les six pages .

Une fillette de douze ans disparait pendant quatre années. Alors que sa mère a abandonné tout espoir contrairement à son père, celle qui est devenue une jeune fille réapparait, bien changée evidemment.

Son père, le narrateur de cette histoire, va tout faire pour essayer de comprendre ce qui s'est passé, malgré le mutisme volontaire de sa fille.

On ne peut s'empêcher de penser au syndrome de Stockholm, quand on réalise que la jeune Caitlin n' a aucune intention de témoigner contre son ravisseur, et surtout qu'elle n'aspire qu'à le retrouver.

L'ambiance de ce polar atypique est particulière, à la limite du malaise par moments, car finalement, on se rend compte qu'un événement de ce genre a une influence sur la vie de tous les protagonistes, même si en apparence tout semble bien se terminer.

A découvrir...

Commenter  J’apprécie          110

Analyse très bien menée d'un cas de syndrome de Stokholm. Thriller : une gamine de 12 ans tombe amoureuse du pédophile qui l'a enlevée. Thriller psychologique brillant, mené sur un rythme très lent, les rapports entre les parents, que la perte de cette enfant a séparés, et surtout le personnage du père, bouleversé, maladroit, impulsif et injuste font de ce livre bien plus qu'un simple polar. Ecriture très agréable, livre qu'on ne lâche pas avant la dernière ligne, qu'on aimerait même ne pas lâcher après... (Il est vrai qu'on reste un peu sur sa faim).

Commenter  J’apprécie          111

Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation

Je ne sais pas combien de temps je suis resté assis là. Sûrement pas longtemps, car je ne me souviens pas de m’être fait tremper par la pluie. Mais à un moment, j’ai levé les yeux, et mon père était là, debout devant moi, le visage rongé d’inquiétude. J’ai cru qu’il était fâché parce que j’étais resté sous la pluie, mais aucun de ses gestes ne reflétait la colère. Au lieu de ça, il s’est penché pour me prendre dans ses bras et m’a serré très fort contre sa poitrine. Je me suis abandonné à son étreinte, nichant ma tête au creux de son cou. J’ai respiré son odeur familière, et à cet instant, j’ai su ce que s’était d’être chez soi. A l’abri. En sécurité. Et longtemps après la mort de mon père, alors que cet évènement était le seul souvenir tangible qui me restait de lui, je m’en suis servi comme d’un modèle, une sorte de guide pour me rappeler ce qu’un père devait être.

Commenter  J’apprécie          70

Let me tell you something about my daughter.

My daughter disappeared, and there were time I wondered if she was somehow responsible.

Caitlin wasn't like most kids - she wasn't immature or childish. She wasn't ignorant. In fact, she possessed a preternatural understanding of how the world worked, how humans worked. And she used that knowledge to deceive me more than once, which is why sometimes - I am ashamed to admit - I questioned her role in what happened.

Commenter  J’apprécie          63

Pastor Chris was like a celebrity at the altar. His straight white teeth gleamed, and despite his slightly thinning, slightly graying hair, he still looked youthful and vibrant. At forty-five, a couple of years older than Abby and me, he ran obsessively, even competed in the occasional marathon, and his body was trim and sleek under his perfectly fitted suit. He believed than God rewarded those who maintained their bodies and that exercise kept the spirit sharp, so it was no surprise that the addition of the workout facility to the church complex had been his idea.

Commenter  J’apprécie          30

Did I really believe that Caitlin had run away? I like to tell myself I never did. But I have to admit there were nights - lying in bed, staring at the ceiling - when the results of those Internet searches cycled through my brain like trains themselves. And I had to ask myself, there in the dark: What was Caitlin really thinking or doing? Did anybody - even me - really know?

Commenter  J’apprécie          30

Quoi qu’il en soit, en ce samedi fatidique – que je ne viendrais à considérer comme tel que plus tard –, ma femme Abby était de sortie pour la soirée, et j’étais en train de faire revenir des steaks dans une poêle, me débrouillant comme toujours pour asperger le dessus de la cuisinière d’une généreuse quantité de graisse, tandis que des frites surgelées cuisaient dans le four : le repas typique du père à qui on a laissé sa fille.

À l’heure du dîner, je suis sorti dans le jardin, m’attendant à trouver Caitlin et les autres enfants dans les parages, ou du moins à entendre leurs voix. Mais non. Debout dans l’ombre de fin d’après-midi du grand érable planté devant notre maison, j’ai regardé d’un côté puis de l’autre, à la recherche de Caitlin et de sa petite bande. J’allais crier son nom quand je l’ai enfin aperçue.

Elle se tenait au bout de la rue, à l’intersection agrandie quelques années auparavant. Je l’avais reconnue de loin car elle portait ce jour-là un haut rose vif, dont la couleur électrique contrastait violemment avec les tons bruns et orange de l’automne. Je me dirigeais vers elle, la main levée pour lui faire signe, lorsqu’elle est descendue du trottoir d’un pas rapide.

Je ne saurai jamais si elle avait vu la voiture.

Commenter  J’apprécie          00

Video de David Bell (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Bell
Vidéo en anglais. Trailer de "Cemetery Girl" de David Bell
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2503 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre