AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782075080330
Gallimard Jeunesse (13/06/2019)
4.2/5   55 notes
Résumé :
Une île maudite peuplée de sorcières, de trolls et de loups damnés : la suite tant attendue du Club de l'Ours Polaire.Personne n'est jamais revenu vivant du Mont des Sorcières, or c'est justement là que se dirige le père de Stella... Accompagnée d'Ethan, Shay, Dragigus et de Gideon, un explorateur du Club du Chat de Jungle pas très coopératif, la jeune fille doit à tout prix lui venir en aide.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,2

sur 55 notes
5
5 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Ileauxtresors
  26 juillet 2019
Stella et ses amis étaient sortis grandis de leur première expédition. Cette dernière les avait révélés à eux-mêmes et rendus célèbres… La vie n'est pourtant pas un fleuve tranquille. La révélation de l'identité de Stella lui cause bien des tourments : étant donnée leurs pouvoirs terribles, les princesses des glaces inspirent la crainte et beaucoup voient d'un mauvais oeil l'une d'entre elles rejoindre le cercle très fermé et masculin des explorateurs. Et surtout, un vautour monstrueux plane au-dessus du jardin, comme une épée de Damoclès, envoyé par la terrible sorcière Jezzybella. Convaincu que celle-ci ne renoncera jamais à traquer sa fille, Félix se met en route pour le Mont des Sorcières – une contrée hostile, dont personne n'est jamais rentré vivant. Éperdument inquiète, Stella se lance sur ses traces, accompagnée de ses fidèles compagnons Dragigus, Shay, Ethan et de toute une ribambelle de créatures plus improbables les unes que les autres. le chemin est semé d'embûches. Arriveront-ils à temps pour venir en aide à Félix ?
Mon fils cadet, qui a terminé son CE1 et ne craint plus de se lancer dans des romans un peu longs, a énormément apprécié ce deuxième volet de la série. Nous l'avons amorcé ensemble, en lecture à voix haute, mais après 50 pages, il n'a pas supporté le suspense et dévoré la suite seul, quasiment d'un trait ! Les péripéties se succèdent en effet sans temps mort, rendant la lecture addictive jusqu'aux toutes dernières pages.
Ce roman plaira sans doute beaucoup aux enfants qui, comme mon garçon, aiment rêver et s'évader dans des mondes imaginaires où tout est possible – ou presque ! Rien que la splendide couverture représente tout un monde, non ? Nous avons également beaucoup apprécié l'humour des dialogues et des situations, souvent produit par le choc des personnalités singulières qui composent cette expédition. de fait, la manie de Dragigus d'invoquer des statistiques macabres qu'il maîtrise sur le bout des doigts, ou l'habitude un peu contre-productive des fées de la jungle de déclamer leur chant funèbre lorsque les choses se corsent, sont très drôles.
Cela dit, comme pour le tome 1 d'ailleurs, je n'ai pas été aussi enthousiaste que mon fils. Je suis partagée quant à l'univers fantastique foisonnant qui fourmille de créatures et d'objets merveilleux imaginés par l'inventive Alex Bell. le charme du roman vient en bonne partie de là, mais c'est presque trop à mon goût, tout ce folklore détournant parfois l'attention du fil de l'intrigue. le tout m'a parfois semblé manquer de cohérence – lorsque piranhas et morses se côtoient, ou lorsque des révélations finales apparaissent en contradiction avec certains éléments de l'histoire, comme le souvenir des pieds brûlés de Jezzybella témoignant des blessures infligées par les parents de Stella, ou la marionnette ensorcelée des premières pages, dont l'origine est inexplicable si l'on tient compte de ces révélations…
Mais une fois encore, l'essentiel est que le roman plaise à sa cible première, les enfants, et la magie a opéré sur mon fils. Et on ne peut que se réjouir de lire une série portant de belles valeurs d'émancipation féminine, de courage, de solidarité et d'ouverture par-delà les stéréotypes.
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Lunartic
  28 septembre 2019
Un tome deux qui m'a autant charmée, si ce n'est plus, que le premier. Je n'aurais jamais cru cela possible tant son prédécesseur plaçait la barre haute et pourtant, le Mont des sorcières a su largement relever le défi et dépasser mes faramineuses expectations en matière entre autres de fantastique, d'aventures acrobatiques, rocambolesques, tout bonnement inoubliables qui se gravent en effet de façon indélébile dans notre mémoire à tout jamais, d'humour improbable, culotté et d'une franchise absolument imparable, de noirceur qui sait résolument se tapir dans sa propre ombre et attendre patiemment son heure et de féerie sans pareille. Je remercie encore une fois infiniment les éditions Gallimard Jeunesse pour l'envoi de ces deux livres juste exceptionnels qu'il vous faut lire séance tenante ! Vous verrez qu'après cette critique littéraire sous le signe d'intarissables éloges à tire larigot, vous n'aurez plus d'excuses ! Sur ce, direction le mont des sorcières en compagnie de notre team de choc ! Prenez place sur le somptueux dirigeable du Club du Chat de Jungle et attention à ne pas tomber par-dessus bord au cours de ce premier vol mouvementé !
Pour commencer, ce que j'ai grandement apprécié avec ce second tome, c'est que l'on continue justement à creuser la mythologie et l'organisation de cet incroyable univers en nous faisant rencontrer à tour de rôle des créatures et animaux imaginaires tous plus ahurissants et époustouflants les uns que les autres et en nous faisant découvrir la manière de fonctionner et de penser d'un autre club d'explorateurs, à savoir celui du Club du Chat de Jungle. Après avoir pu esclaffer aux dépens des membres du Club de l'Ours polaire et de leur passion invétérée pour leurs moustaches et de la pédanterie et de l'entêtement pouvant généralement être tourné en ridicule (pour le plus grand plaisir de nos zygomatiques) de ceux du Club du Calmar géant, place au Club du Chat du Jungle qui est à mes yeux celui qui a su le mieux réviser ses priorités vu que ce qui importe le plus selon les explorateurs appartenant à cette association, c'est... LA NOURRITURE !!!! Oui, je mets cela en gras, en rouge, en majuscules et je le souligne par-dessus le marché parce que... parce que... Manger, c'est la vie ! Est-ce que j'ai sérieusement besoin d'argumenter ? Personnellement, Alex Bell a su me faire rêver et baver d'envie avec la mention des nombreux piques-niques donnés par le Club du Chat de Jungle en toutes circonstances. Certes, mon âme reste fidèle au Club de l'Ours polaire, ou le club qui est à mon sens le plus rationnel tout en ayant lui aussi son petit grain de folie et ses imperfections dans son système et sa philosophie qui le rendent unique en son genre et si attrayant, mais je pense néanmoins que le Club du Chat du Jungle a su s'emparer de mon coeur... et également de mon estomac ! Cet adage bien connu ne vaut pas que pour les hommes, après tout ! Y'en a marre du sexisme à tout bout de champ, non mais !
A ce niveau-là, ma petite Stella d'amour est une véritable adversaire de ce fléau qui a décidément la peau dure, de nos jours plus que jamais : dans ce tome-ci, elle se montre encore plus frondeuse, baroudeuse, entreprenante, ingénieuse, inspirante et épatante qu'auparavant, encore une chose que je n'aurais pas cru pensable mais ça, c'est mal connaître Stella Floccus Pearl, ou l'une des héroïnes les plus fascinantes que j'ai eu la chance de rencontrer au fil de mes péripéties d'encre et de papier à ce jour. Ce que j'aime le plus chez elle, c'est le fait qu'elle a conscience de ses défauts, qu'elle connaît plus ou moins ses démons et qu'elle essaye sans relâche d'être la meilleure version d'elle-même pour honorer ceux qui font preuve de bonté, de solidarité et de profonde et sincère amitié à son égard et aussi afin d'éclairer la nuit sans fin des plus ignares. Bref, Stella souhaite simplement être une personne qui apporte sa pierre à l'édifice en ce bas monde et qui puisse se regarder dans le miroir sans effroi, et elle le fait à la fois avec un tel panache face à ces vieux bougres d'explorateurs et une vulnérabilité dans laquelle on ne peut que se reconnaître vis-à-vis de ceux qui comptent vraiment qu'on ne peut que s'identifier à cette merveilleuse héroïne et l'aimer, la soutenir de toutes nos forces. Dans la catégorie "protagoniste féminine badass as hell tout en étant profondément humaine et attachante", nous avons Cadi, introduite ici et que j'ai juste a-do-ré ! Elle est tellement enthousiaste, déterminée, forte et aussi surprenante qu'une boîte de chocolats (on ne sait jamais sur quoi l'on va tomber, ou l'une de mes citations préférées de tous les temps ♥) que je l'ai immédiatement adoptée... et un enfant de plus sous ma coupelle, un ! Il faut croire que mon coeur est aussi gigantesque que l'imagination sans frontières d'Alex Bell ! Je n'entrerai pas dans le détail en ce qui concerne cet aspect particulier du récit parce qu'il faut assurément que vous découvriez cela par vous-même (ceci n'est pas une opinion ou une suggestion, c'est un ordre !) ; je dirai simplement qu'avec le Club de l'Ours polaire, vous allez en prendre plein les yeux. Littéralement. Des images plus enchanteresses les unes que les autres vont naître sous vos mirettes ébahies au cours de la lecture et vous n'allez définitivement pas en revenir ! Je ne plaisante pas : le retour sur la terre ferme sera extrêmement douloureux ! Vous êtes prévenus-!
Au fond, je dirais que j'ai été ravie de retrouver ou de faire la connaissance de l'ensemble des protagonistes de cette majestueuse et en tout point captivante, à l'exception peut-être d'Ethan. Force est d'avouer que je n'ai ABSOLUMENT PAS approuvé son comportement au cours de ce tome-ci. Je sais bien qu'Ethan n'est pas un mauvais bougre ; néanmoins, cela n'empêche pas qu'il a sérieusement intérêt à se reprendre sinon je vais me fâcher rouge. Dans tous les cas, cela sent mauvais dans l'air pour lui et c'est tellement dommage car je trouve toutes ces complications totalement inutiles à la bonne avancée de l'intrigue et au bon développement de nos vaillants et formidables personnages. Si jamais il subit les représailles de ses actions, et je peux vous garantir que cela arrivera à un moment ou un autre, eh bien, ce sera bien fait pour lui ! Avoir un caractère exécrable à cause d'un passif difficile, c'est une chose, mais mettre à chaque fois les pieds dans le plat comme un immense crétin, c'en est un autre et à mon sens, guère pardonnable ! Oui, je règle mes comptes avec Ethan dans cette chronique car j'en ressentais un puissant besoin et surtout car je trouve que ce personnage complexe, plein de verve et qui a encore de l'herbe sous le pied comme on dit mérite beaucoup mieux que cela. J'espère sincèrement que l'autrice rectifiera le tir en ce qui concerne le traitement de ce personnage et d'un autre aussi - mais je n'en parle pas ici, vous le découvrirez par vous-même, niéhéhé ! Cependant, j'ai toute confiance en Alex Bell pour arranger les choses. Je ne sais pas pourquoi elle a choisi de mener sa barque ainsi mais je suis sûre qu'il y a une bonne raison à tout cela et je compte bien sur le tome trois que j'attends tel le Messie (sans exagération de ma part) pour me la révéler !
Un dernier point que je désirais aborder avant de clore cette critique littéraire, c'est celui des illustrations du récit réalisées par l'artiste Tomislav Tomic. J'avais oublié de vous en parler dans ma chronique livresque du premier tome mais je trouve le travail de ce dessinateur-illustrateur absolument somptueux. Ses illustrations qui prennent généralement toute une double-page sont à proprement parler remarquables, époustouflantes ; c'est comme se jeter à pieds joints au beau milieu du plus ébouriffant, déjanté et extraordinaire des contes de fées. Et puis, ce fourmillement de détails plus pointilleux et élaborés les uns que les autres, je trouve ça justement épatant ! Un autre élément essentiel de cette trilogie qui selon moi rend son contenu d'autant plus crédible, palpable, immersif et addictif, ce sont les règlements des quatre clubs que l'on doit aux bons soins de l'autrice à la fin de chaque ouvrage. Cela permet une meilleure acclimatation du lecteur aux règles abracadabrantes et tout bonnement hilarantes, complètement loufoques et impensables, de chaque société d'explorateurs et de pouvoir concrètement décider laquelle nous correspond le mieux et pour laquelle on serait prêt à braver tous les interdits afin de conserver son honneur et redorer son blason. Comme vous l'aurez compris plus haut, mon club à moi, c'est celui de l'Ours polaire (même s'il arrive à un certain organe de ma personne de lui faire de minuscules infidélités...) et je le revendique fièrement ! N'hésitez pas à me dire quel est le club qui a su s'emparer de votre coeur et se rapprocher le plus de votre personnalité et de vos idéaux si jamais vous lisez un jour la saga (et j'escompte bien que vous le ferez !), cela me ferait vraiment super plaisir d'en être informée !
Pour conclure, je dirais que le Mont des sorcières a TOUT de plus que son pourtant exceptionnel prédécesseur : plus d'action, d'émerveillement, d'ébahissement, beaucoup plus de noirceur et d'angoisse que ce que la fin de Stella et les mondes gelés pouvait nous laisser présager aussi - très sincèrement, rien ne pouvait nous préparer à ce que l'autrice nous réserve dans ce second tome. S'ajoute à cela que le degré de dangerosité grimpe également d'un cran et je peux vous assurer que je n'avais pas signé pour ça ! Je ne suis pas venue pour souffrir, okay ? En clair, le Mont des sorcières m'a autant fait fondre qu'un coeur de glace face à la puissance intemporel de l'Amour avec un grand A qu'il m'a donné des sueurs froides et l'envie irrépressible de pleurer toutes les larmes de mon corps. Voilà, voilà, rien que ça. Vous ne pouvez pas savoir à quel point je suis heureuse d'avoir commencé cette trilogie qui fait désormais indéniablement partie de mes séries littéraires doudous, vous savez, celles vers lesquelles on revient toujours tant cela nous est vital et nécessaire. Certes, je ne l'ai pas encore finie mais je peux affirmer sans hésitation, même sans en avoir lu son dénouement (moment que je redoute autant que je l'espère de tout mon être - je suis sûre que vous connaissez ce sentiment d'excitation nouée de stress que procure la conclusion d'une saga qu'on a tant aimée, quel déchirement désastreux, n'est-ce pas ?), que cette saga s'est faite une place de choix dans mon coeur et qu'il ne sera pas aisé de l'en déloger.
Lien : https://lunartic.skyrock.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sharon
  05 juin 2020
Stella est officiellement devenue une exploratrice, la première jeune fille à être devenue une exploratrice, ouvrant la voie, du moins, on peut l'espérer à d'autres jeunes filles. Hélas, la réussite de son expédition, conjointe avec trois autres explorateurs, ne lui a pas attiré que des amis, surtout après les révélations sur ses origines. Puis, elle est menacée par la sorcière qui a tué ses parents, et qui n'a pu la tuer. Aussi Félix, explorateur et père de Stella, veut tout mettre en oeuvre pour que la menace cesse - à ses risques et périls. Et c'est presque malgré eux que Stella, Ethan, Shay et Dragibus se retrouvent à nouveau en mission, mission que le club de l'ours polaire leur avait pourtant refusé explicitement.
Est-ce le contexte dans lequel j'ai commencé la lecture de ce livre ? J'ai eu plus de mal à me plonger dans l'intrigue. Si je trouve toujours l'univers aussi inventif, j'ai trouvé que c'était presque trop : trop de personnages, trop de fonctions, d'usage de ses personnages, au point que, parfois, j'avais l'impression que l'on perdait le fil de l'intrigue. J'avais presque envie de dire aux personnages : "sortez de votre bain, cessez de déguster votre petit déjeuner, et accomplissez votre mission". le roman comportait pourtant des innovations plus intéressantes (à mes yeux) que d'autres, seulement agaçantes, comme les toutes nouvelles fées rencontrées grâce au Club du Chat de Jungle. de même, le personnage de Gideon n'est pas suffisamment exploité - pourquoi introduire un nouveau personnage si c'est pour l'utiliser si peu ?
Parlons, d'ailleurs, un peu, des autres personnages, que j'ai trouvé développé de manière paresseuse. Nous faisons du sur place ! Ethan a régressé depuis la fin du tome 1, devenu à nouveau totalement insupportable, exerçant sa cruauté contre un autre membre de l'expédition sans que personne ne parvienne à le faire changer d'avis - du coup, les autres personnages baissent nettement d'un cran dans mon estime livresque. Stella se coupe les cheveux en quatre pour... eh bien, pour pas grand chose, heureusement, Félix, "disparu" depuis quasiment tout le début du livre, vient remettre les choses en perspective, bien que son discours ne soit pas aussi libérateur qu'ait pu l'être celui d'un Dumbledore. Non, nous sommes plus dans la morale - celle que j'apprécie modérément - que dans l'ouverture aux autres et à la différence. J'ai presque envie de vous spoiler un fait que l'on apprend sur la vie privée de Félix, sauf qu'à sa révélation, la seule chose à laquelle j'ai pensé c'est : ???? J'y ai vu davantage d'opportunisme que de logique dans la construction de l'intrigue. D'ailleurs, j'ai eu l'impression que la logique était réellement partie lors du dénouement qui, j'en ai eu l'impression, contredisait largement ce que nous savions à la fin du tome 1.
Oui, la lecture de ce tome 2, manquant de cohérence et de souffle, fut pour moi une petite déception, au point que je m'attends à tout pour le tome 3. Bref, si vous souhaitez lire des sagas de Fantasy jeunesse, lisez plutôt Fablehaven : Seth, l'un des héros, est un personnage qui commet des erreurs, à cause de ses défauts mais aussi de ses qualités et l'intrigue est véritablement bien construite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Cendre_
  17 mars 2021
Mon ressenti est plus ou moins le même que pour le tome 1 : outre que le fait que la couverture soit encore une fois très belle, c'est mignonnet mais c'est bien tout. Ce qui est dommage car j'espérais plus d'approfondissement au fil des tomes mais ce n'est pas le cas. Par conséquent, je lui ai mis note plus basse que le tome précédent. Quand on écrit une série, on s'attend à ce que les nouveaux tomes permettent d'apporter un plus à l'histoire de base mais ici rien de tel.
On a une palette d'aventures et de péripéties, et visuellement on s'imagine de superbes paysages. Cet univers permet totalement de rêver et de s'évader aux jeunes lecteurs.
Mais (car oui, il y a un "mais") tout est trop simple pour nos explorateurs en herbe selon moi. Il y a trop de coïncidences pour qu'on ne se questionne pas sur leur probabilité. Ils réussissent haut la main leur mission. A aucun moment je ne les ai perçus vraiment en difficulté (le passage avec le plus suspens c'est pour savoir s'ils allaient réussir à descendre du dirigeable sans échelle, c'est dire…). "La Montagne des Sorcières, un lieu très dangereux dont personne ne revient jamais vivant".... laissez-moi rire. J'avais déjà cette impression de facilité dans le tome 1 et ça ne s'arrange pas ! Je ne sais pas qui étaient les explorateurs qui sont tous morts sur ce Mont mais ça devait franchement être des branques.
Le tout est donc très peu crédible. Oui, on est sur du jeunesse, alors on ne peut pas en demander autant qu'à un livre pour adulte et puis il faut que les enfants puissent s'identifier aux héros sans qu'ils paraissent inaccessibles. Je suis tout à fait d'accord. Mais les héros doivent aussi être sujets d‘admiration, quelque part. Qu'il y ait « du challenge », comme on dirait. Et certaines sagas le font très bien comme Fablehaven ou Harry Potter (les premiers, qui sont pour un public plus jeune que les suites). S'ils réussissent sans panache, ou sans "briller" par leur ingéniosité, ce n'est pas très intéressant même si c'est distrayant. Ça me fait penser à la chanson des Fatals Picards sur les animaux "Et ils rencontrent un hareng sur une route.... - enfin ça m'étonnerait parce qu'un hareng sur une route... Enfin bon on s'en fout c'est pour les enfants, de toute façon" : on ne demande pas à ce que ce soit totalement réaliste, mais il y a tout de même un minimum attendu.
Au niveau des personnages, l'auteure nous sélectionne un petit groupe de héros avec des connaissances, des origines et des personnalités diverses, c'est qui est très bien. Mais à part pour un effet comique, les capacités de chacuns sont malheureusement très peu exploitées. Par exemple, si je prends Ethan, le magicien du groupe, il ne pratique qu'un seul sortilège tout au long du livre (changer les gens en grenouilles, oui, oui) et se sort de multiples situations rien qu'avec cet unique tour de passe-passe. Idem pour Dragius qui semble être une Encyclopédie sur pattes, car il est capable de citer des stats très précises sur toutes les morts possibles des explorateurs. Et au lieu d'exploiter ce puits de science pour les sortir de manière intelligente de situations de danger, l'auteure se cantonne à faire intervenir ce personnage juste pour déblatérer ses stats sans intérêt. Alors oui c'est le running gag mais là encore on aurait pu exploiter quelque chose et on en l'a pas fait. Bref, trop d'occasions manquées pour rendre le livre moins "fade".
Donc ils réussissent tout parce que… bah… c'est les héros, ils ne peuvent pas échouer. Et le pire c'est que quand ils réussissent à contourner un danger, l'auteure fait en sorte qu'un personnage se comporte avec une bêtise crasse et BIM les monstres qu'ils avaient réussi à éviter se pointent (ouais sinon c'est trop facile)(mais en même temps ils les battent fingeur-in-ze-noze quand même)(en les transformant en grenouille).
Pour résumer les crapahutages de Stella et Cie, ça se résume à 1. les méchants ne sont pas si méchants 2. une coincidence qui tombe à pic retourne la situation et leur sauve la mise au dernier moment 3. Transformation PowerRangers Grenouille !
Bon avec tout ça vous vous dites « OK, elle a détesté le livre» mais non car il y a quand même du bon. C'est fluide, le bestiaire et les lieux sont originaux, les personnages attachants et il ne faut pas oublier que c'est pour les enfants. Donc ce qui leur plait à eux n'est pas forcément ce que moi je recherche non plus. Et disons que pour l'âge visé (je table sur 8-11 ans), ca passe bien et les jeunes lecteurs seront heureux de suivre ces aventures féériques avec des petites touches d'humour.
Pour résumer, l'auteure a beaucoup d'imagination, il y a plein de bonnes idées, mais malheureusement, elles sont très mal exploitées. Bref, je ne pense pas lire le dernier tome, ou alors vraiment à l'occasion. Ce n'était pas un moment lecture désagréable mais pas non plus fifou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
missreglisse
  11 novembre 2020
J'attendais avec impatience de lire la suite des aventures de Stella : j'avais adoré cet univers, rempli de magie et de créatures fantastiques. Dans ce deuxième tome, Félix, le père de Stella, est porté disparu depuis qu'il est parti au Mont des Sorcières : personne n'en est jamais revenu vivant. Stella, très inquiète, décide de prendre les choses en main. Elle est prête à tout pour retrouver son père : même à voler un dirigeable et à atterrir sur une île dont elle ignore tous les dangers. Ce voyage n'a rien de reposant : entre lapins vénéneux, sorcières cruelles et autres monstres féroces, les jeunes explorateurs n'auront pas le temps de s'ennuyer !
On est à fond dans le roman d'aventure, avec de l'action et des épreuves. Les créatures crées par Alex Bell sont plus fascinantes les unes que les autres, et l'univers qu'il a imaginé fait rêver ! L'amitié est également très présente dans ce roman, car un lien très fort unit Stella et ses amis.
Stella est une vraie féministe en herbe : elle montre à tous qu'une fille peut être aussi courageuse qu'un homme. Elle croit en ses rêves et elle n'y renoncera jamais ! Elle a une chouette personnalité : j'aime beaucoup cette jeune fille pétillante et pleine de joie de vivre.
J'ai également flashé sur la couverture : regardez cette merveille 🤩 !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
IleauxtresorsIleauxtresors   23 juillet 2019
Stella devait admettre qu'ils formaient un étrange groupe. Ce n'était pas tous les jours qu'on voyait quatre explorateurs, quatre fées de jungle, une chasseuse, une apprentie sorcière, un chameau, un sac de grenouilles caoutchouteuses flap-flop, un tyrannosaure nain et un morse avec un casque colonial.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Alex Bell (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alex Bell
Chaque génération, un Gardien des tempêtes est choisi par l'île d'Arranmore. Son devoir est de protéger à tout prix la puissante magie de l'île, car elle est le dernier rempart contre les forces obscures qui menacent le monde. Qui sera le prochain élu ?
Fionn Boyle aurait préféré rester à Dublin plutôt que de passer ses vacances avec son agaçante grande soeur chez leur énigmatique grand-père, Malachy. Pourtant, à peine le garçon de onze a-t-il débarqué sur l'île d'Arranmore que d'étranges incidents s'enchaînent… Il découvre bientôt que l'endroit est magique et que son grand-père est le Gardien des Tempêtes. Mais le temps est venu pour le vieil homme de passer le relais, et l'île est sur le point de choisir un nouveau Gardien. Alors que la lutte pour devenir l'élu s'engage, les profondeurs d'Arranmore s'agitent. Attendant son heure depuis des siècles, une présence maléfique prête à tout pour raviver les feux d'une guerre ancestrale a été réveillée par l'arrivée de Fionn...
« Magique en tout point. » Eoin Colfer, auteur de la série "Artemis Fowl" (Gallimard Jeunesse) « Si envoûtant et sauvage qu'on a l'impression d'être emporté par la mer. » Katherine Rundell, auteure de "Coeur de loup" (Gallimard Jeunesse) « Drôle, sombre, et d'une beauté flamboyante. » Kiran Millwood Hargrave, auteure de "La Fille d'encre et d'étoiles" (Michel Lafon) « Un conte chaleureux débordant de magie, d'amitié, et d'humour. » Alex Bell, auteur de la série "Le club de l'ours polaire" (Gallimard Jeunesse)
------------------------------------------ Abonnez-vous à notre chaîne Youtube : https://tinyurl.com/ya2scuvg
+ Lire la suite
autres livres classés : sorcièresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1252 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre

.. ..