Accueil Mes livres Ajouter des livres
Découvrir
Livres Auteurs Lecteurs Critiques Citations Listes Quiz Groupes Questions Prix Babelio
EAN : 9782375681060
272 pages
Editions du chat noir (22/02/2019)
3.84/5   76 notes
Résumé :
Certaines malédictions deviennent de plus en plus puissantes avec le temps... Suite à un accident, Emma a perdu l’usage de ses jambes. Sept ans plus tard, l’adolescente revient en Cornouailles, sur les lieux du drame : l’auberge familiale du Waterwitch, gérée par sa grand-mère mourante. Ce bâtiment a été construit avec le bois d’une épave, celle d’un navire au passé trouble, maudit raconte la légende. Parmi les sombres secrets qui hantent l’auberge se cachent des fa... > Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
3,84

sur 76 notes

Saiwhisper
  29 mai 2019
« Emmurées » d'Alex Bell fut l'une de mes meilleures lectures du mois d'avril. Alors, lorsque j'ai vu que l'auteure était présente en dédicace aux Imaginales, je n'ai pas hésité à aller la voir pour acheter un autre roman d'horreur fantastique. Mon choix s'est donc porté sur « Waterwitch », notamment grâce à sa superbe couverture et son édition qui est souvent un gage de bons titres. Je reconnais que j'ai aimé ma lecture néanmoins, on est loin d'« Emmurées » qui apportait une véritable ambiance et qui m'avait donné envie de tourner frénétiquement les pages…
Ce one-shot met en scène Emma, une héroïne handicapée, qui va voir sa grand-mère malade afin d'être à ses côtés dans ses derniers instants. le hasard a voulu qu'elle séjourne dans l'auberge Waterwitch, apparemment hantée. Là, elle va retrouver Jem et Shell, deux amis d'enfance. le scénario de base est plutôt correct, bien que classique. Dès les premiers instants où les trois jeunes gens ont mis les pieds dans l'hôtel, des faits inexpliqués ont eu lieu… Les choses sont ensuite allées crescendo, jusqu'à alors devenir extrêmes, voire mortelles… Hélas, j'ai trouvé les personnages un peu trop lisses pour m'y attacher… Alex Bell a fait en sorte de donner la parole à chaque membre du trio avec une narration plurielle, ce qui est très appréciable et permet d'avoir leur avis sur la situation. Ensuite, libre au lecteur d'essayer de comprendre ce qui est vrai ou faux… Pendant une longue partie du récit, on va par exemple se demander si la petite Shell est vraiment capable de pratiquer la sorcellerie, si elle a des visions pour une raison précise ou si elle est aussi folle et perturbée que le prétend son entourage… À mes yeux, elle a été la protagoniste la plus intéressante, car ce qu'il lui arrive est assez déstabilisant. C'est une demoiselle courageuse, entêtée et pleine de ressources. J'ai particulièrement accroché aux oiseaux qu'elle seule peut voir et qui la suivent, car ils m'ont rappelé le film d'Alfred Hitchcock… Lorsqu'elle est narratrice, le style devient plus enfantin, ce qui contraste vraiment avec l'horreur des scènes surnaturelles que Shell va traverser… Ce choix est plutôt pertinent.
Hélas, les deux autres héros n'ont pas su me conquérir. J'ai trouvé Jem gentil, mais bien trop survolé. Certes, il a l'air d'avoir de belles valeurs ainsi qu'un sentiment protecteur envers sa cadette toutefois, on ne le découvre pas assez à mon goût. J'ai eu l'impression qu'il se faisait voler la vedette par ses comparses, notamment par sa soeur. C'est surtout Emma qui m'a déçue : je pensais qu'on en saurait plus sur son accident ou que son passé aurait davantage d'impact sur l'histoire. Au final, elle ne fait que subir les événements ou assister ses deux camarades. Sa personnalité est également très effacée, si bien qu'à mon grand regret, je n'ai pas ressenti grand chose pour elle. Quant à la fameuse sorcière hantant l'auberge, j'aurais voulu qu'on creuse encore plus son passé ou qu'elle agisse de façon plus violente…
En revanche, le contexte dans lequel tout ce petit monde évolue m'a séduite. Pour construire son scénario, l'auteure est vraisemblablement partie du restaurant Smugglers Cott qui a été construit à partir du bois récupéré d'un bateau. À cela, elle a ajouté une touche d'horreur et de fantastique. La sorcellerie est déclinée sous plusieurs formes (vaudou, magie noire/blanche/verte/autre, lieux hantés, boules divines, etc.) et les manifestations macabres sont diverses, ce qui m'a bien plu. Alex Bell a également abordé quelques sujets très intéressants comme le handicap, le regard des autres, la violence familiale et les relations au sein d'une fratrie. le résultat est vraiment pas mal ! On est dans un huis-clos où le danger est constant. Les lecteurs en quête d'horreur pour ados seront certainement conquis par cette atmosphère mêlant légende marine et sorcellerie. Pour ceux qui cherchent vraiment à frissonner, mieux vaut passer votre chemin. J'ai lu des titres plus horrifiques que celui-ci…
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          22 2
Mladoria
  24 octobre 2019
Je me suis procuré ce titre par curiosité, d'abord parce que j'aime beaucoup les titres proposés par cette maison d'édition et ensuite parce qu'il faisait partie d'une sélection pour une lecture commune en octobre sur le thème frissons. Etant une grande trouillarde, je l'ai entamé avec aussi un peu d'appréhension et on va dire que la jauge "terreur" a été remplie dans une juste mesure pour moi (à noter je suis la seule du groupe de la lecture commune à avoir eu peur, sachant que mon seuil de tolérance aux récits horrifiques est très bas ça vous donne une idée).
Je vais commencer par ce qui m'a un peu bloquée dans ce roman. Déjà le style, alors je ne sais pas si c'est la traduction (j'en doute parce qu'ayant lu et beaucoup aimé d'autres livres écrit par Cécile GUILLOT en tant qu'auteure, j'avais bien aimé sa façon d'écrire) ou le style de l'auteure mais y'a comme un truc qui m'a coincée, trop sommaire, pas assez nuancé, un peu de va-vite dans le vocabulaire et les formulations. Bref, c'est flou mais ça m'a laissé un goût de trop peu (bon c'est le double effet kiss-cool après le grandiose du style de Pevel lu juste avant ? peut-être...). La fin qui est beaucoup beaucoup trop simple, voire simpliste au niveau résolution, je m'attendais à quelque chose de plus, comment dire choquant et à davantage d'explications sur le pourquoi de l'affaire, là c'est tombé un peu à plat et dans le basique. Un peu trop terre-à-terre cette fin après un histoire aussi palpitante et angoissante.
Et pour finir, le personnage principal, Emma, qui est complètement effacée et sert de support à l'histoire des deux autres, la pauvre elle sert pas à grand-chose si ce n'est à faire le lien au départ avec l'origine de l'histoire et encore et bon elle a le charisme d'un bulot. Hormis, ça, elle est sympa et voilà quoi XD
Bon voilà pour le petit côté moyen. Maintenant, ce que j'ai aimé et y'a quand même pas mal de choses. Les personnages (en dehors d'Emma, oui oui même le chien est plus intéressant ^^) m'ont vraiment intriguée : le duo frangin / frangine écorchés vifs, le père violent, la mamie dépassée par les événements, le toutou héroïque, et même les esprits qui imprègnent l'auberge... Ils m'ont vraiment embarquée dans l'histoire.
L'intrigue et l'idée de malédiction est super bien amenée, les différents aspects de la magie, les différents types de sorcières (même si j'aurai aimé en savoir plus sur chacune), les morts, les visions glauques à souhait et les scènes méga anxiogènes, brrrrrr j'en frissonne encore mais c'est proprement super comme ambiance de livre.
L'alternance de narrateurs que j'aime toujours autant, le changement de point de vue renforce le côté angoissant car certains voient ce que d'autres ne voient pas. le personnage de Shell est excellent et son évolution très bien menée.
Un bilan plutôt positif pour cette petite lecture Halloweenesque que je conseille aux amateurs de mystère, de magie, de bord de mer, de sorcellerie et de malédiction familiale. Petits frissons garantis.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          16 0
cecileterrestria
  28 juin 2021
J'ai envie de commencer par vous parler de ce roman en mettant en avant qu'un des trois protagonistes principaux est une jeune fille handicapée. Combien de héros de roman sont en chaise roulante et mettent en avant la difficulté quotidienne d'évoluer dans un monde de valides ? Peu n'est-ce-pas ? Et bien c'est vraiment l'un des éléments que j'ai adoré, élément complété par la présence d'un chien d'assistance qui a toute sa place dans l'intrigue et une vraie personnalité. C'est, à mon sens, un des gros atouts de ce roman.
Revenons à l'univers du livre. Dans une petite ville portuaire anglaise, on accompagne Emma qui retourne sur les lieux de son accident pour aller voir sa grand-mère malade. Cette dernière est propriétaire d'un hôtel, le Waterwitch, construit avec le bois d'un navire dit maudit. Dès le début, on comprend que le noeud de l'intrigue c'est cette auberge mais ce qui est brillant c'est que l'autrice prend le parti de proposer principalement des personnages sceptiques qui cherchent absolument une explication logique aux phénomènes. Inconsciemment, plus les héros cherchent la logique, plus le lecteur comprend que l'explication n'est pas là. Avec une écriture métaphorique très sensorielle, l'autrice dresse un univers froid, moite, brumeux, inquiétant, angoissant et qui ne fait qu'aller crescendo jusqu'à la fin. Les descriptions très visuelles nous plongent irrémédiablement dans une univers marin étouffant, sombre, celui de tous les cauchemars où finalement les fantômes des marins semblent presque sympathiques.
La plume de l'autrice est fine et joue énormément sur les peurs enfantines qui peuvent devenir de vraies phobies d'adultes, le champ lexical de la mer et de la navigation est donc bien sûr extrêmement présent mais, on s'y attendrait moins, celui des créatures rampantes et des insectes est utilisé en fil rouge également, ce qui, in fine, fait un combo très efficace. On sent que l'autrice a vraiment travailler ses métaphores filées et ses descriptions pour planter le cadre et installer une ambiance délétère et cauchemardesque qui joue sur les peurs viscérales.
Une autre qualité de ce roman réside dans les fausses pistes qui sont disséminées de droite et de gauche, cela peut paraître anodin dit comme ça mais c'est un des éléments qui rend une narration addictive et prenante, le lecteur veut savoir, il se projette pour essayer de comprendre et d'anticiper ce qui va arriver, notamment dans le cadre d'un terreur ou inconsciemment pour avoir moins peur et être moins surpris on a tendance à vouloir prévoir le prochain sursaut.
Les protagonistes principaux sont intéressants parce qu'ils amènent des problématiques périphériques telles que la maltraitance infantile, le handicape, la folie et la différence. Autant de thématiques prenantes qui font inévitablement entrer en empathie avec les héros du roman, résilients sans être des « super-héros », ils avancent inexorablement dans la vie comme ils peuvent, avec peu de moyens et seulement leur volonté pour essayer de s'en sortir et de surpasser les épreuves de leur vie, ils sont vulnérables et terriblement attachants.
Comme dans tout bon roman/film d'horreur ou de terreur, la maison est personnalisée, en dehors des êtres qui la hantent, elle bouge, change, évolue, respire et bouge ce qui ne fait bien sûr qu'accentuer l'effet d'étouffement et de danger imminent.
Voilà de nombreux éléments qui, pris séparément, paraissent logiques dans la construction d'un roman mais ce n'est pas si souvent le cas qu'ils sont utilisés ensemble et encore moins quand ils le sont avec naturel et, ici, ce cocktail est un pure réussite selon moi. J'ai lu ce roman d'une traite, il y avait longtemps que ça ne m'était pas arrivé, j'ai sursauté quand j'entendais un craquement ou que l'un de mes chats arrivait trop discrètement.
Bon, à ce stade de ma chronique, je crois que vous aurez compris que j'ai passé un excellent moment de lecture et que j'ai vraiment beaucoup aimé ce roman, mais ce n'est pas parce qu'on a adoré qu'il faut oublier de dire ce qui a moins plus.
La fin, c'est mon gros bémol, un peu trop facile en reprenant un schéma vu et revu, trop rapide, trop abrupte, elle ne clôture pas un des personnages les plus importants de l'intrigue, elle néglige d'expliquer des éléments importants (le rire ? Que deviennent les habitants de l'hôtel ? Emma ? le lien Emma/Jem ?)… Elle tranche comme un hachoir l'histoire qu'on a suivi avec une certaine frénésie, j'ai été un peu déçue…
L'autre bémol réside dans le traitement ésotérique du roman, là vous me pardonnerez, je l'espère, je vais chausser deux minutes ma casquette de professionnelle mais, si la partie chasse aux sorcières est bien documentée, il y a un manque flagrant côté ésotérisme moderne, les bâtons d'encens à la myrrhe m'ont bien fait rire par exemple. Vous me direz ça passe crème pour ceux qui ne connaissent pas mais, quand on s'est si bien documenté sur la chasse aux sorcière et le monde maritime, c'est vraiment dommage de tomber dans le folklorisme ésotérique le plus flagrant, et oui, le diable est dans les détails…
En conclusion, nous avons ici un roman terreur de très bonne qualité porté par une écriture maîtrisée très sensorielle. Il a la grande qualité d'aborder des thématiques trop rares en littérature comme le handicape, c'est vraiment très appréciable. Malgré une fin trop rapide et qui cède quelque peu aux facilités, ce roman est une invitation au cauchemar qui ne se refuse pas quand on aime les sorcières et les bateaux fantômes.
Transi dans la brume épaisse et les embruns poisseux, le lecteur frémi à la moindre ombre qui passe, et craint de finir englouti dans les eaux ténébreuses d'une mer ampli de créatures aux dents acérées toutes plus terrifiantes les unes que les autres. Une réussite pour ce terreur qu'il serait dommage de ne réserver qu'aux adolescents… Je ne peux que le recommander vivement !
Lien : https://labougiedevinayaka.w..
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          4 0
PoisonPourpre
  10 décembre 2021

𝕄𝕒𝕝𝕘𝕣é 𝕓𝕖𝕒𝕦𝕔𝕠𝕦𝕡 𝕕'𝕒𝕧𝕚𝕤 𝕟é𝕘𝕒𝕥𝕚𝕗𝕤 𝕤𝕦𝕣 𝕔𝕖 𝕝𝕚𝕧𝕣𝕖, 𝕛'𝕒𝕚 𝕧𝕣𝕒𝕚𝕞𝕖𝕟𝕥 𝕡𝕒𝕤𝕤é 𝕦𝕟 𝕓𝕠𝕟 𝕞𝕠𝕞𝕖𝕟𝕥. 𝕀𝕝 𝕤𝕖 𝕝𝕚𝕥 𝕣𝕖𝕝𝕒𝕥𝕚𝕧𝕖𝕞𝕖𝕟𝕥 𝕧𝕚𝕥𝕖 é𝕥𝕒𝕟𝕥 𝕒𝕤𝕤𝕖𝕫 𝕔𝕠𝕦𝕣𝕥.
𝕁'𝕒𝕚 𝕥𝕣𝕠𝕦𝕧é 𝕝'é𝕔𝕣𝕚𝕥𝕦𝕣𝕖 𝕗𝕝𝕦𝕚𝕕𝕖 𝕖𝕥 𝕝'𝕙𝕚𝕤𝕥𝕠𝕚𝕣𝕖 𝕠𝕣𝕚𝕘𝕚𝕟𝕒𝕝𝕖. 𝕁'𝕒𝕚 𝕒𝕕𝕠𝕣é 𝕝𝕒 𝕣𝕖𝕝𝕒𝕥𝕚𝕠𝕟 𝕖𝕟𝕥𝕣𝕖 𝔹𝕒𝕚𝕝𝕖𝕪 𝕖𝕥 𝔼𝕞𝕞𝕒 𝕒𝕚𝕟𝕤𝕚 𝕢𝕦𝕖 𝕔𝕖𝕝𝕝𝕖 𝕖𝕟𝕥𝕣𝕖 𝕊𝕙𝕖𝕝𝕝 𝕖𝕥 𝕁𝕖𝕞. 𝕁'𝕒𝕚 𝕒𝕕𝕠𝕣é 𝕝𝕖 𝕡𝕖𝕣𝕤𝕠𝕟𝕟𝕒𝕘𝕖 𝕕𝕖 𝕊𝕙𝕖𝕝𝕝, 𝕤𝕒 𝕗𝕠𝕣𝕔𝕖, 𝕤𝕒 𝕟𝕠𝕚𝕣𝕔𝕖𝕦𝕣 𝕖𝕥 𝕤𝕒 𝕗𝕠𝕝𝕚𝕖 ?!
ℙ𝕠𝕚𝕟𝕥 𝕓𝕠𝕟𝕦𝕤 à 𝔸𝕝𝕖𝕩 𝔹𝕖𝕝𝕝 𝕢𝕦𝕚 𝕒 𝕞𝕚𝕤 𝕛𝕦𝕤𝕥𝕖 𝕔𝕖 𝕢𝕦'𝕚𝕝 𝕗𝕒𝕦𝕥 𝕕𝕖 𝕕é𝕥𝕒𝕚𝕝𝕤 𝕘𝕝𝕒𝕦𝕢𝕦𝕖𝕤 𝕡𝕠𝕦𝕣 𝕡𝕠𝕦𝕧𝕠𝕚𝕣 𝕔𝕣é𝕖𝕣 𝕦𝕟𝕖 𝕤𝕦𝕡𝕖𝕣𝕓𝕖 𝕒𝕞𝕓𝕚𝕒𝕟𝕔𝕖 𝕞𝕒𝕘𝕚𝕢𝕦𝕖/𝕙𝕠𝕣𝕣𝕚𝕗𝕚𝕢𝕦𝕖.
𝕁𝕖 𝕧𝕠𝕦𝕤 𝕔𝕠𝕟𝕤𝕖𝕚𝕝𝕝𝕖 𝕕𝕖 𝕞𝕠𝕟𝕥𝕖𝕣 à 𝕓𝕠𝕣𝕕 𝕖𝕥 𝕕𝕖 𝕕é𝕔𝕠𝕦𝕧𝕣𝕚𝕣 𝕝'é𝕡𝕒𝕧𝕖/𝕝'𝕒𝕦𝕓𝕖𝕣𝕘𝕖 𝕕𝕦 𝕎𝕒𝕥𝕖𝕣𝕨𝕚𝕥𝕔𝕙 𝕞𝕒𝕚𝕤 𝕞é𝕗𝕚𝕖𝕫-𝕧𝕠𝕦𝕤 𝕕𝕖 𝕤𝕒 𝕞𝕒𝕝é𝕕𝕚𝕔𝕥𝕚𝕠𝕟!
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          2 0
FungiLumini
  31 octobre 2019
J'ai acheté ce livre un peu au hasard : je ne connaissais pas du tout l'autrice, je ne lis pas souvent des récits ayant trait à la mer, mais la couverture était superbe et je fais confiance aux éditions du Chat Noir pour nous dénicher des pépites ! J'ai enfin sorti ce roman de ma PAL grâce au Pumpkin Autumn Challenge, pour la catégorie Les Os/Eaux de Davy Jones.
Emma est en fauteuil roulant suite à un accident qui s'est produit dans la cave de l'auberge de sa grand-mère, le Waterwitch. Éloignée par ses parents, elle revient sur les lieux de son enfance lorsque sa grand-mère malade le lui demande. Elle a cependant interdiction de pénétrer dans l'auberge, sans vraiment savoir pourquoi. Petit à petit, des souvenirs lui reviennent, elle grappille des informations sur les légendes urbaines qui gravitent autour du bâtiment, construit avec les débris de l'épave d'un bateau maudit, et des fantômes qui l'habiteraient… et elle rencontre son meilleur ami d'enfance, Jem, et sa jeune soeur un peu étrange, Shell, dans une situation plus que précaire. Ils décident alors de vivre tous les trois au Waterwitch jusqu'à la fin des vacances, mais des événements inquiétants surviennent, de plus en plus fréquemment…
J'ai adoré cette lecture ! Il n'y a aucun temps mort, une fois qu'on entre au Waterwitch, on sait qu'on n'en ressortira pas indemne. Des objets bougent, se transforment, d'étranges phénomènes visuels et auditifs ont lieu, des accidents arrivent… et une présence particulièrement agressive demande vengeance, mais contre qui ? Un récit hanté plein de mystères et particulièrement prenant ! Chaque instant passé à l'intérieur semble rapprocher les personnages d'une folie sans retour.
Emma est un personnage en fauteuil roulant, accompagnée d'un chien d'assistance : fait assez rare dans la littérature pour mériter d'être souligné. On découvre avec elle toutes les difficultés d'un quotidien sans pouvoir marcher sans ressentir d'horribles douleurs. Les plus petits gestes du quotidien sont des épreuves à surmonter, s'habiller, se déplacer… le Waterwitch n'est d'ailleurs pas prévu pour les PMR, Emma ne peut donc monter ou descendre les escaliers, même quand elle entend ses amis hurler à l'étage…
La narration se découpe en trois points de vue : Emma, Jem et Shell. On revit parfois les mêmes scènes, mais avec une perspective différente, ce qui ajoute à l'ambiance pesante, malsaine : qui croire ? le lieu est-il réellement hanté ou les personnages deviennent-ils paranoïaques, voire fous ?
Si Emma est au départ la protagoniste de cette histoire, c'est ensuite Shell qui prend le relais. Sa mère était une sorcière et elle pense avoir hérité de ses pouvoirs. Elle voit des oiseaux que personne d'autre ne perçoit. Elle est d'ailleurs la seule au départ à voir les fantômes de l'auberge, que ce soit les marins, le capitaine ou la sorcière. Elle expérimente d'ailleurs des choses horribles pour son jeune âge. J'ai adoré ce personnage plein d'innocence mais aussi de pouvoirs qu'on ne lui a pas appris à gérer, qui tente de protéger son frère, tout en essayant de percer le mystère de la sorcière.
J'ai été étonnée que ce roman soit classé dans la collection Chesire : pour moi, il correspond plus à Griffe Sombre, pour sa noirceur, voire ses scènes d'horreur, sanglantes et particulièrement visuelles et son ambiance très sombre. C'est un livre que je ne mettrais pas entre toutes les mains !
Un coup de coeur pour ce roman : un page-turner haletant, une vieille légende qui prend forme sous nos yeux, une ambiance sombre et inquiétante, un récit dans lequel on ne sait plus que croire, où la folie et l'horreur rôdent à chaque coin de l'auberge. Âmes sensibles s'abstenir !
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          6 0

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Saiwhisper Saiwhisper   29 mai 2019
Quelque chose me frôla le pied et je me dis que ce devait être le gant de toilette et ne bougeai pas. L'eau m'arrivait aux chevilles, maintenant, et le gant était coincé sous mon pied gauche. Mais quelque chose me refrôla le pied droit. Et le talon. Que pouvait-il bien y avoir dans l'eau ?
Je fronçai les sourcils et ouvris les paupières.
Je baissais le regard, m'attendant à voir le gant, et peut-être une bouteille de gel douche.
Mais non.
L'eau me parut noire et durant un instant de confusion je me dis qu'on avait dû y verser de l'encre. Et puis, je compris enfin ce que j'avais sous les yeux.
La baignoire était remplie d'ailes.
Remplie d'ailes, remplie d'ailes, remplie d'ailes.
Pas d'oiseaux,d e becs ou de serres, juste des ailes trempées, en loques saccagées, avec des filets de sang tourbillonnant entre les plumes alors qu'elles flottaient mollement à la surface.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          5 0
Saiwhisper Saiwhisper   29 mai 2019
La dernière fois que j'avais vu mon père, c'était le jour de l'accident et le revoir maintenant était bizarre. Une part de moi voulait courir vers lui et une autre voulait s'enfuir, et les deux envies irrépressibles étaient sur le point de me déchirer en deux au milieu de la rue, comme si je n'étais qu'une poupée de papier. C'est comme ça quand on aime quelqu'un qui vous fait peur, je suppose le pire sentiment au monde.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          8 0
Saiwhisper Saiwhisper   10 juin 2019
Il avait deux ans que je l'avais eu, ce qui lui en faisait huit maintenant, ce qui commençait à faire beaucoup pour un berger allemand. Il avait parfois une démarche plus raide, et quand maman l'avait amené chez le vétérinaire le mois dernier, on lui avait dit qu'il avait un début d’arthrite. On lui avait suggéré de lui laisser prendre sa retraite et de trouver un nouveau chien d'assistance. Comme si nous pouvions le renvoyer à l'organisme d'où il venait, tel un bagage encombrant.
- Pas question, avais-je répondu. Je ne veux pas d'autre chien, je veux Bailey.
- C'est juste que, bientôt, il ne pourra plus faire toutes ces choses dont tu as besoin, avait insisté le vétérinaire.
- J'ai juste besoin qu'il soit mon ami. Je m'en fiche s'il ne peut plus m'aider. Je me débrouillerai... comme avant. Bailey est un membre de notre famille. Je ne vais pas le renvoyer. Il penserait que je l'ai abandonné.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          3 0
FungiLumini FungiLumini   31 octobre 2019
Cela aurait été plus simple s’il n’y avait jamais eu de bons moments. Si papa avait été horrible avec nous tout le temps, cela aurait été plus facile, d’une manière perverse. Plus facile de partir pour de bon, de couper les ponts, de ne plus rien avoir affaire avec lui. J’aurais aimé pouvoir penser qu’il était entièrement malfaisant. J’aurais aimé ne pas me souvenir de la peinture aux doigts, ou du jour où, lors de mon spectacle de fin d’année, il s’était assis devant et avait applaudi avec tout le monde, comme il paraissait fier et pour une fois, n’avait pas crié, ou juré ou frappé quelqu’un.
Si j’avais pu le détester, cela aurait été plus aisé. C’était l’aimer qui rendait tout ça insupportable.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          2 0
Saiwhisper Saiwhisper   29 mai 2019
- Mais mamie, dis-je gentiment, tu as toujours raconté que les aubergistes de Cornouailles inventaient des histoires de fantômes pour attirer les touristes.
- La plupart font sans doute ça, répondit-elle, peut-être tous, je ne suis plus si sûre. Mais je sais que le Waterwitch est différent. Il y a... une présence mauvaise. Oh, je sais à quel point ça doit paraître fou, je sais vraiment. Mais si tu avais vu ce que j'ai vu ces derniers mois, Emma, tu ne douterais pas un seul instant.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          3 0

Videos de Alex Bell (4) Voir plus Ajouter une vidéo
Chaque génération, un Gardien des tempêtes est choisi par l'île d'Arranmore. Son devoir est de protéger à tout prix la puissante magie de l'île, car elle est le dernier rempart contre les forces obscures qui menacent le monde. Qui sera le prochain élu ?
Fionn Boyle aurait préféré rester à Dublin plutôt que de passer ses vacances avec son agaçante grande soeur chez leur énigmatique grand-père, Malachy. Pourtant, à peine le garçon de onze a-t-il débarqué sur l'île d'Arranmore que d'étranges incidents s'enchaînent… Il découvre bientôt que l'endroit est magique et que son grand-père est le Gardien des Tempêtes. Mais le temps est venu pour le vieil homme de passer le relais, et l'île est sur le point de choisir un nouveau Gardien. Alors que la lutte pour devenir l'élu s'engage, les profondeurs d'Arranmore s'agitent. Attendant son heure depuis des siècles, une présence maléfique prête à tout pour raviver les feux d'une guerre ancestrale a été réveillée par l'arrivée de Fionn...
« Magique en tout point. » Eoin Colfer, auteur de la série "Artemis Fowl" (Gallimard Jeunesse) « Si envoûtant et sauvage qu'on a l'impression d'être emporté par la mer. » Katherine Rundell, auteure de "Coeur de loup" (Gallimard Jeunesse) « Drôle, sombre, et d'une beauté flamboyante. » Kiran Millwood Hargrave, auteure de "La Fille d'encre et d'étoiles" (Michel Lafon) « Un conte chaleureux débordant de magie, d'amitié, et d'humour. » Alex Bell, auteur de la série "Le club de l'ours polaire" (Gallimard Jeunesse)
------------------------------------------ Abonnez-vous à notre chaîne Youtube : https://tinyurl.com/ya2scuvg
+ Lire la suite
autres livres classés : malédiction Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
777 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvante Créer un quiz sur ce livre

.. ..