AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072771798
496 pages
Éditeur : Gallimard (22/08/2019)

Note moyenne : 2.87/5 (sur 26 notes)
Résumé :
L'Europe est un continent disparu, le rêve d’un autre temps, le rêve d’un autre monde. Anomalie géographique perdue dans la grande mer gelée des Alpes, la principauté fantastique du Karst semble scellée pour toujours, et avec elle la mémoire des anciens empires. Mais depuis New York, où s’est réfugiée une diaspora karste, plusieurs personnages ambigus tentent d’en restaurer la splendeur.
Une banquière ambitieuse, un écrivain maudit et un philosophe enquêtent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
jongorenard
  28 septembre 2019
Fable politique pour adulte, "Le continent de la douceur" nous narre l'histoire du Karst, petite principauté imaginaire et oubliée des Balkans dont toute ressemblance avec d'autres principautés n'est sans doute pas tout à fait fortuite. Il commence avec un premier chapitre très drôle et une impressionnante galerie de personnages fictifs qui font de l'accrobranche et dans laquelle débarquent Jean-Claude Juncker, Manuel Barroso ou Dominique Strauss-Kahn ! Puis on fait la connaissance de Flavio et d'Olivier, deux enfants, amis ou ennemis, qu'on verra grandir au cours du récit. On découvre aussi le couple Ida-Jan, Ida, la richissime banquière à la folle histoire romanesque et Jan, le golden boy de Wall Street, beau gosse pas très futé qui arrêtera de collectionner les femmes pour les timbres ! On suit également le personnage de QPS, intellectuel à la croyance toujours renouvelé dans le libéralisme et avatar de BHL sans en être une caricature, opposé à Griff, un écrivain nationaliste qui devient fou et fasciste. Cela donne une collection de personnages pittoresques, drôles ou risibles fonctionnant par couple et ayant tous un lien avec le Karst. La suite du récit m'a un peu inquiété par moment avec des plongées dans les mathématiques ou l'histoire européenne et une érudition très marquée. J'ai redouté de ne pas accrocher ou de me perdre dans les digressions historiques, sociales ou économiques très documentées sans toujours bien comprendre où l'auteur voulait en venir. Mais le baroque de la trame romanesque, qui m'a fait penser à des albums de Tintin, permet de s'en sortir. Riche et dense, le récit, qu'il me faudra sans doute relire, foisonne de références, de symboles, d'objets cachés et d'énigmes qu'on s'amuse à décrypter. Aurélien Bellanger réussit le tour de force de complexifier l'histoire européenne déjà bien compliquée en y ajoutant celle d'une principauté imaginaire. Et ce mélange entre ce qui est connu, historique ou réel et ce qui est fictif, imaginaire ou inventé, fonctionne magistralement, sans suture visible. Car l'auteur maitrise parfaitement la langue, le vocabulaire, la grammaire, le rythme du récit avec des chapitres courts et parfaitement calibrés. Sur le plan politique, il propose une fable satirique à la Voltaire qui questionne, sans vitriol ni lourdeur, se moquant gentiment de ses personnages, tout en douceur. Au fond, Aurélien Bellanger, en racontant l'histoire d'une principauté qui n'existe pas, nous offre une vision décalée de l'histoire européenne dans laquelle il dit beaucoup de choses sur la situation et les oppositions actuelles et qui rend finalement la lecture de cette fable politique teintée d'humour caustique très réjouissante. Et on finit par oublier que l'on avait pu se perdre par moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Petit-Jean
  13 juillet 2020
Je me souviens avoir été très admiratif de la Théorie de l'information du même auteur. Un livre puissant qui donnant une véritable vision sur la France actuelle à travers les trajectoires parallèles du pays et de Pascal Erlanger (double de Xavier Niel).
Ici, je n'ai malheureusement pas retrouver le même souffle dans les aventures de Jan, le prince héritier de la petite principauté imaginaire du Karst (capitale Karstberg) nichée dans les Alpes slovènes et d'Ida, la descendante de la famille Spitz qui dirige la banque Venezia depuis New York.
Il y a aussi Flavio, dont on se demande longuement comment son histoire d'enfant mélancolique confié à un couple de personnes âgées se raccroche au reste du roman.
Mais malgré cet imaginaire très riche, on s'ennuie ferme et je me suis presque fait violence pour continuer la lecteur de ce roman... Ceux qui veulent découvrir cet auteur préféreront La Théorie de l'information qui a presque quelque chose de houellebecquien...
Commenter  J’apprécie          00
Tu_vas_voir_ce_que_tu_vas_lire
  30 septembre 2019
Grande oubliée des redécoupages successifs de l'Europe des balkans, la principauté du Karst, minuscule royaume perché sur un rocher aux confins des Alpes, attend patiemment que revienne son heure de gloire. Anciennement connu pour son rôle dans de grandes avancées mathématiques du XXe siècle ou pour son industrie mythique de machines à calculer, le pays va renaître sous l'impulsion de quelques Karstes exilés à New-York, et affirmer brillamment son influence sur la finance et la géopolitique mondiale.
Si elle est totalement imaginaire et plaisamment folklorique, au point d'évoquer la Syldavie d'Hergé, l'histoire du Karst se greffe cependant au récit des derniers grands bouleversements qu'ait connu l'Europe : la guerre de Yougoslavie et ses répercussions. Mêlant politique-fiction, théorie mathématique et récit initiatique, Aurélien Bellanger tisse une intrigue touffue et foisonnante dans laquelle le Karst, spectre tenace d'une Europe d'avant l'Union, agit comme un grain de sable dans la mécanique de la construction européenne. le Continent de la douceur, s'il prend des airs de vaste parodie où s'agitent des personnages mégalomanes et burlesques, se révèle ainsi peu à peu comme une ambitieuse entreprise de questionnement du rêve européen, et de ce qui fonde l'unité de ses nations.

Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DiPonDi
  23 avril 2020
Le texte est par moments très enlevé, amusant et chaque petit chapitre amène son petit lot de surprises. Très petit, souvent. Certes, l'Europe prête à la dérision et c'est fait avec beaucoup d'humour mais au-delà d'une centaine de pages, je m'arrête. le sentiment me prend de me trouver sur une plage humide à marée basse, devant une multitude de petits tas de sable édifiés par des vers. Chacun plus original, plus haut ou plus large que son voisin. Mais le lendemain, quand je reviens à cet endroit, la marée est passée. Il ne reste plus rien à voir et très peu de souvenirs.
Commenter  J’apprécie          10
Bill
  06 octobre 2019
Dans ce roman Aurélien Bellanger crée tout un univers, une Europe imaginaire basée sur la vraie, avec des personnages tourt droit sortie de la réalité, qu'on reconanît dans leurs familiarités médiatiques et leurs excès mais qui sous la plume deviennent quasiment mythiques. 
Une principauté blottie au coeur des balkans lui sert d'écrin, un peu de Suisse par son sommet économique au milieu des montagnes, un peu de Monaco pour le blling-bling 
Les destins des deux héros qui se croisent sans se toucher ou si peu jusqu'à l'apothéose finale, à la façon de Brett sinclair et Danny Wilde, mais dont les vies ne servent que d'ancrage régulier au milieu de celle des adultes qui composent le corps du récit.
Mais un récit qui part dans toutes les directions et qui enveloppe au point où non seulement je l'ai lu trè slentement, mais pendant cette semaine, je n'ai rien pu lire d'autre, de peur d'être extirmée de ce cocon où l'auteur m'enroulait petit à petit.
Les derniers chapitres, au rythme plus rapides, m'ont permis de me réveiller doucement mais de quitetr à regrets ce rêve d'une Europe des arbres, des principautés et d'un bonheur rêvé ... 
J'avais beaucoup aimé L'aménagement du territoire et le Grand Paris, avec ce roman, Aurélien Bellanger atteint une autre dimension ...   
Que sera le prochain ? 
Lien : http://les.lectures.de.bill...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LeMonde   27 août 2019
En moins de dix ans, l’écrivain s’est imposé, grâce à une grande confiance en lui-même et à d’épais romans dénotant une intense curiosité intellectuelle. « Le Continent de la douceur » en atteste à nouveau.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
croquemiettecroquemiette   23 août 2019
Certains diront, un jour, que tout aura été sa faute. Les cinq ans de guerre et les cent cinquante mille morts. Les plus grands massacres commis en Europe depuis la seconde guerre mondiale. La démonstration de l'impuissance de la Communauté européenne, la réduction à néant du fantasme de l'Europe-puissance. Un génocide, un continenticide. Le Karst avait proclamé son indépendance le même jour que la Slovénie et la Croatie, au printemps 1991. Les probabilités qu'une guerre se déclenche avaient été jugées très faibles par les trois républiques sécessionnistes. Ida n'avait rien anticipé, rien deviné de la guerre - ce n'était pas le type d'OPA hostiles auxquelles elle était intellectuellement formée. pp 245-246
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Petit-JeanPetit-Jean   13 juillet 2020
Apollo 11 s’était vengé de Spoutnik et Gagarine frôlait l’échec et mat. Les ingénieurs russes hésitaient encore entre l’avion spatial et la station orbitale, mais le cœur n’y était visiblement plus. Le choix retenu, aux dernières nouvelles, était d’abandonner la navette Bourane – tempête de neige – au profit d’une station ravitaillée par des vaisseaux Soyouz – « soyouz », qui signifie « union », comme dans « Union soviétique », mais que les Russes eux-mêmes appellent le camion de l’espace, comme si leur rêve spatial était fini depuis longtemps. Ou comme s’il s’était insidieusement transformé en un rêve plus prosaïque et plus mesquin, un rêve très proche de celui qui s’incarnait à l’autre bout du continent européen, dans l’Europe de la CEE et de la libre circulation des biens : un continent de camions immaculés lâchés sur les orbites basses des autoroutes transnationales et confrontés à des défis techniques pas moins exaltants que ceux que relevaient les prestigieux Soyouz : franchissement des mers intérieures, des cols alpins et des grands centres urbains congestionnés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Petit-JeanPetit-Jean   13 juillet 2020
— Les métiers bancaires sont aujourd’hui si imprégnés de mathématiques, reprit Ida, qu’on peut considérer la finance, au même titre que l’algèbre ou la géométrie, comme une branche spécifique des mathématiques.

Ida sembla particulièrement heureuse de sa formule. Un peu perdu, Jan la vit sourire, vider son verre et noter quelques mots dans son agenda.

— C’est exactement cela, reprit-elle. La banque est une branche des mathématiques. Et quel est son objet d’étude ?

— L’argent, je suppose ?

— Mieux. Son objet d’étude, c’est la valeur en général. Et où est la valeur ? Elle est à la Bourse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KichigaiKichigai   10 août 2020
« D'ailleurs qu'est-ce que la construction européenne ? C'est
un complot de gibelins. Une autre tentative de faire triom-
pher l'empereur et d'abaisser le pape. La suite du travail
de réforme anthropologique commencé par Luther : il faut
que l'Europe catholique du Sud se soumette aux standards
du capitalisme rhénan et anglo-saxon. On ne discute pas de
normes, à Bruxelles, on y parle exclusivement de Dieu, et
comment il pourra le plus efficacement se retirer du monde
pour laisser les hommes enfin s'organiser seuls selon les com-
mandements de la grâce économique. »

p.483.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Petit-JeanPetit-Jean   13 juillet 2020
Il avait souvent eu cette discussion à la tombée du jour, sur le pont d’un yacht, avec tel ou tel de ses clients : les atouts physiques des femmes sans enfants étaient incontestables ; elles étaient, dans ses fantasmes sexuels, les équivalents un peu vieillis des vierges.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Aurélien Bellanger (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aurélien Bellanger
Les désirs comme désordre - Pauvert
autres livres classés : politique fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox