AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
3,59

sur 93 notes
5
3 avis
4
3 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
MatthieuMouquet
  18 février 2022
Quelle poésie !!
Ça fait le quatrième recueil de poésie que j'ai lu..
Bellay un poète assez mis à l'écart et assez oublié de tous...
Et pourtant même si c'est pas très "original" je trouve j'aime certaines tournures de ces poèmes...
Le truc lourd c'est qu'il reprend certains
mots déjà utiliser pour un autre poème...
Si vous voulez découvrir un classique peu connu et un poète méconnu du public ! C'est fait pour vous :)
Trouvé encore par hasard dans les "suggestions de poésies" suite à une rencontre dans mon établissement d'une poétesse qui était venu dans mon lycée malheureusement j'ai pas pu lui parler...
Vive la poésie.
VIVE LA LANGUE FRANÇAISE !!!
Commenter  J’apprécie          1818
michfred
  29 juillet 2015
Parti plein d'enthousiasme pour Rome,ville des "armes et des lois", paradis humaniste rêvé des philologues, haut lieu des échanges culturels entre les humanistes européens, convié à la cour du Pape, en qualité de secrétaire de son oncle évêque, du Bellay l'angevin se morfond tristement...
Cruelle déception: rien qu'un champ de ruines plein de marchands du temple, des courtisans jaloux, intrigants ,ridicules...mais surtout: où est son petit Liré? où la douceur angevine? où l'ardoise fine?
Après les rêves bâtis sur la vision de la ville éternelle, ce sont les tristes réalités, d'une ville en chantier, chaotique, loin de ce que le poète avait imaginé.
Aux Antiquités de Rome succèdent alors Les Regrets. C'est toute l'amertume d'une déception qui se lit dans ce deuxième recueil..
La nostalgie à l'état pur et étymologique: le tourment du retour...
Commenter  J’apprécie          180
Lamifranz
  12 septembre 2022
J'aime beaucoup Ronsard, mais allez savoir pourquoi, j'ai toujours trouvé un charme infini à lire Du Bellay. Sans doute, comme beaucoup d'entre vous, cela vient-il de ce poème que nous avons tous appris à l'école « Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage… », plus sûrement encore à la lecture de ce recueil (ce double recueil) paru en 1558 (quatre siècles et demi, ça ne nous rajeunit pas) qui est une véritable merveille.
Les deux recueils sont indissociables, l'un et l'autre étant relatifs au voyage que Du Bellay entreprit en Italie entre 1553 et 1557. A son retour il publia ces deux recueils : le premier « Les Antiquités de Rome » comporte 32 sonnets (l'un des modèles poétiques les plus prisés du poète) en décasyllabes ou alexandrins. le thème est une méditation poétique sur la grandeur et la décadence de Rome, au vu des vestiges (« antiquitez ») qui s'offrent aux yeux du visiteur. Du Bellay montre ici, non seulement une grande culture antique, comme en avaient tous les grands poètes de la Pléiade, mais également une grande sensibilité, qui annoncent certains poètes du XVIIIème siècle (Chênedollé, Millevoye, Chénier) et bien entendu les romantiques.
Cette sensibilité, nous la retrouvons, encore plus accentuée, dans les « Regrets » : cet ouvrage se compose de 191 sonnets, tous en alexandrins, et tous de toute beauté. le sonnet XXXI est le plus connu « Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage… », mais beaucoup d'autres valent qu'on s'y arrête. Je prends la liberté de vous en proposer quelques-uns en citation, mais en attendant, pour vous mettre en appétit, voici le sonnet V :
Ceux qui sont amoureux, leurs amours chanteront,
Ceux qui aiment l'honneur, chanteront de la gloire,
Ceux qui sont près Du Roy, publieront sa victoire,
Ceux qui sont courtisans, leurs faveurs vanteront :

Ceux qui aiment les arts, les sciences diront,
Ceux qui sont vertueux, pour tels se feront croire,
Ceux qui aiment le vin, deviseront de boire,
Ceux qui sont de loisir, de fables escriront :

Ceux qui sont mesdisans, se plairont à mesdire,
Ceux qui sont moins fascheux, diront des mots pour rire,
Ceux qui sont plus vaillans, vanteront leur valeur :

Ceux qui se plaisent trop, chanteront leur louange,
Ceux qui veulent flater, feront d'un diable un ange :
Moy, qui suis malheureux, je plaindray mon malheur.

Beaucoup de ces sonnets, sont comme celui-ci, élégiaques et mélancoliques. D'autres sont plus sentencieux et prennent l'allure de proverbe, ou de sagesse populaire, et parfois ironisent sur le ton de la satire. Enfin, Du Bellay fait le tour de ses amis en leur dédicaçant des poèmes familiers : tous ses amis de la Pléiade (Ronsard, Baïf, Tyard, etc.) mais également des confrères en poésie comme Scève, ou des personnalités comme Michel de l'Hospital, et bien entendu ses amis personnels.
Un trésor du patrimoine poétique français, trop souvent réduit à un seul poème (même s'il est magnifique). A redécouvrir, si vous êtes amateur de poésie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Laureneb
  03 février 2021
Je ne vais commenter ici que les "Antiquité de Rome" et "le Songe", n'ayant pas les Regrets dans mon édition - mais que je vais m'empresser de découvrir ensuite.
Du Bellay a imaginé la Ville éternelle, il l'a même rêvée, mais la réalité se révèle désespérante. Tout n'est que ruines, poussières et cadavres. le poète déçu n'aperçois "Rien de Rome en Rome"" Car les Barbares sont passés, le temps est passé, et la grandeur a disparu : "le Temps mit si bas la Romaine hauteur". Du Bellay n'utilise que le passé simple pour montrer cette antériorité, avec une accumulation de termes évoquant le passé : "autrefois", "jadis", "antique", "vieux", "rien"... La ville qui était la Ville, avec une majuscule, celle qui a dominé le monde par les armes et par la croyance, n'existe plus, "le grand Tout a péri". Les Romains eux-mêmes ne sont plus que des pâtres menant leurs bêtes au milieu des ruines.
Plus qu'un accent nostalgique, c'est un chant de désespoir de du Bellay. Lui qui semblait rêver de voir de ses yeux ce qu'il avait lu et admiré de la culture latine, pense être non à Rome mais sur les rives du Styx. Que ses vers sont beaux, mais qu'ils sont tristes !
Cependant, si "Rome vivant fut l'ornement du monde / Est morte elle est du monde le tombeau", si elle devenue un tombeau de marbres en ruines, si ses traces glorieuses ont disparu, elle reste justement éternelle grâce à la lyre, grâce aux poètes. Si les monuments disparaissent, la gloire ne disparaîtra donc jamais grâce au pouvoir d'évocation de l'art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90


olivberne
  21 décembre 2011
Etudié à la fac. On se laisse vite emmener dans ce voyage d'abord heureux puis désespéré. Certaines poésies font partie des classisques, à connaître pour se les réciter.
Commenter  J’apprécie          80
crapahutevida
  08 juin 2017
Lecture imposée au collège mais qui s'est vite imposée à moi...
Commenter  J’apprécie          10
VACHARDTUAPIED
  15 avril 2013
Magnifiques !!!!!!!!!!!
Commenter  J’apprécie          10
phedra
  22 novembre 2012
un livre remplit de mélancolie. poémes tres doux ,mots bien chosi , un voyage s' offre à nous
Commenter  J’apprécie          10





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1056 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre