AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782081295636
255 pages
Flammarion (22/03/2013)
3.15/5   79 notes
Résumé :
En 1553, le poète originaire d'Anjou se rend à Rome afin d'y assister son oncle, le puissant cardinal Jean Du Bellay. Vivre entre les ruines du passé et les splendeurs du présent, c'est la promesse d'un rêve éveillé pour notre auteur nourri d'Antiquité et de civilisation italienne. Pour l'humaniste qu'il est, c'est aussi se retrouver aux sources d'une culture qui rayonne sur toute l'Europe. Pourtant, l'"étrange" séjour romain s'apparente bientôt à une descente aux E... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique

Dans ce recueil, Du Bellay raconte son voyage à Rome et sa déception face à sa vie dans la capitale pontificale.

Le thème essentiel des regrets est la nostalgie du pays natal, avec notamment le célèbre vers « Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage ».

Le principal intérêt de ce recueil de poésie est qu'il est l'un des premiers à avoir été écrit en langue française et non plus en latin. J'ai également apprécié la beauté classique des sonnets de du Bellay et la clarté de sa démarche et de la composition du recueil.

En contrepartie de cette clarté, on peut regretter un côté un peu répétitif. J'ai également été agacée au bout d'un moment par la tendance de l'auteur à se plaindre.

Commenter  J’apprécie          310

3 raisons de lire ce recueil :

- L'un des premiers recueils à mettre à l'honneur la langue française dans la poésie, genre noble qui appelait avant le travail du groupe de poètes de la Pléiade à l'utilisation du latin. Une conception remise en question par la Défense et Illustration de la Langue française (1549). Alors rien que pour ça, clap clap pour Du Bellay !

- Satire, élégie, lyrisme, éloge… on trouve un peu de tout dans Les Regrets, et surtout on s'attache à sa nostalgie du pays natal. le tout sous forme de poèmes brefs et réguliers : des sonnets. Soit deux quatrains suivis de deux tercets, composés en alexandrins.

- Difficile de parler des Regrets sans évoquer l'un des poèmes les plus célèbres de la littérature française : "Heureux qui comme Ulysse", mis en musique par Brassens et plus récemment par Ridan.

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,

Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,

Et puis est retourné, plein d'usage et raison,

Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village

Fumer la cheminée, et en quelle saison

Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,

Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,

Que des palais Romains le front audacieux,

Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

Plus mon Loire gaulois, que le Tibre latin,

Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,

Et plus que l'air marin la doulceur angevine.

Commenter  J’apprécie          130

Remarquable travail sur la langue,il est d'ailleurs le grand défenseur de la langue française et le fondateur avec notamment Pierre de Ronsard du groupe de la Pléiade.Un pilier de la littérature française.

Commenter  J’apprécie          80

Tranquille.

C'est le mot qui exprime le mieux ce que je ressens en lisant ces poèmes.

Du Bellay est toujours serein et si sa plume s'embrase parfois, la flamme n'atteint jamais la chair de la page.

Il y a là aussi la belle expression française et les phrases si bien charpentées qu'on ne trouve plus aujourd'hui.

C'est moins parfait que Racine, mais c'est plus incarné.

Commenter  J’apprécie          50

Il ne m'est pas toujours facile de comprendre la poésie, mais avec cet auteur, il y a quelque chose qui la rend accessible. C'est comme une douceur qui opère comme un charme.

Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
France, mère des arts, des armes et des lois,
Tu m'as nourri longtemps du lait de ta mamelle :
Ores, comme un agneau que sa nourrice appelle,
Je remplis de ton nom les antres et les bois .
Si tu m'as pour enfant avoué quelquefois,
Que ne me réponds-tu maintenant, ô cruelle ?
France, France, réponds à ma triste querelle .
Mais nul,sinon Echo, ne répond à ma voix .
Entre les loups cruels j'erre parmi la plaine,
Je sens venir l'hiver, de qui la froide haleine
D'une tremblante horreur fait hérisser ma peau .
Las, tes autres agneaux n'ont faute de pâture,
Ils ne craignent les loups, le vent, ni la froidure :
Si ne suis-je pourtant le pire du troupeau .
Commenter  J’apprécie          90
Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,

Ou comme celui-là qui conquit la toison,

Et puis est retourné, plein d’usage et raison,

Vivre entre ses parents le reste de son âge !


Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village

Fumer la cheminée, et en quelle saison,
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,

Qui m’est une province, et beaucoup d’avantage ?
Plus me plait le séjour qu’ont bâti mes aïeux,

Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plait l’ardoise fine,


Plus mon Loire gaulois, que le Tibre latin,

Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,

Et plus que l’air marin la douceur angevine.
Commenter  J’apprécie          62
Sonnet VIII
Ne t’esbahis Ronsard, la moitié de mon âme,
Si de ton Du Bellay France ne lit plus rien,
Et si aveques l’air du ciel Italien
Il n’a humé l’ardeur qui l’Italie enflamme.
Le saint rayon qui part des beaux yeux de ta dame,
Et la sainte faveur de ton Prince et du mien,
Cela (Ronsard) cela, cela mérite bien
De t’échauffer le cœur d’une si vive flamme.
Mais moi, qui suis absent des rais de mon Soleil,
Comment puis-je sentir échauffement pareil
A celui qui est près de sa flamme divine ?
Les côteaux soleillés de pampre sont couverts,
Mais des Hyperborés les éternels hivers
Ne portent que le froid, la neige, et la bruine.
Commenter  J’apprécie          50
Cent fois plus qu'à louer on se plaît à médire :
Parce qu’en médisant on dit la vérité,
Et louant, la faveur, ou bien l’autorité
Contre ce qu’on en croit fait bien souvent écrire.
Commenter  J’apprécie          80
Il fait bon voir, Magny, ces couillons magnifiques
Leur superbe arsenal, leurs vaisseaux, leur abord
Leur Saint-Marc, leur palais, leur Réalte, leur port
Leurs changes, leurs profits, leur banque et leurs trafiques.
Il fait bon voir le bec de leurs chapprons antiques,
Leurs robes à grand-manche et leurs bonnets sans bord,
Leur parler tout grossier, leur gravité, leur port
Et leurs sages avis aux affaires publiques.
Il fait bon voir de tout leur sénat balloter,
Il fait bon voir partout leurs gondoles flotter,
Leurs femmes, leurs festins, leur vivre solitaire :
Mais ce que l'on en doit le meilleur estimer,
C'est quand ces vieux cocus vont épouser la mer,
Dont ils sont les maris et le Turc l'adultère
Commenter  J’apprécie          11

Videos de Joachim Du Bellay (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joachim Du Bellay
Angers Tome 2 – de du Bellay à nos jours Résume : Suite et fin de la formidable histoire d'Angers.
Du séjour du poète Joachim du Bellay à l'épopée de la maison Cointreau, en passant par la préparation de l'Édit De Nantes, les Guerres de Vendée ou encore la dernière résidence du sculpteur David d'Angers.
Découvrez dans ce Docu-BD comment Angers est devenue la rayonnante capitale de l'Anjou. Bandes dessinées et documentaires se complètent à merveille pour vous dévoiler les petites et grandes histoires d'une ville au patrimoine exceptionnel.
A retrouver en librairie ou sur notre site web : https://www.petitapetit.fr/produit/angers-t2/
Pour nous suivre : Sur Facebook : https://www.facebook.com/petitapetit.... Sur Instagram : @editionspetitapetit Sur Twitter : @PETITAPETIT__ Sur Linkedin : https://www.linkedin.com/company/edit...
Service de presse : ilona@petitapetit.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1080 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre