AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070329305
Éditeur : Gallimard (19/10/2006)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 113 notes)
Résumé :
" Léonard attendrait que sa mère soit couchée pour la tuer.
Il la tuerait dans son lit. Bientôt... ". L'incroyable est parfois possible...Le génie scientifique de Marc Lacroix lui inspire une expérience sans précédent qui nous amène au bord du fantastique, et au comble de l'horreur. Un suspense inouï, un hallucinant drame humain - et une formidable machine littéraire.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
latina
  26 janvier 2019
« Un suspense implacable qui nous mène au comble de l'horreur », dit la 4e de couverture.
Suspense : oui.
Implacable : non.
Au comble de l'horreur : oui !!!

Alors, que dire ?
Que je n'ai pas été subjuguée, mais que je voulais connaitre la fin.
C'est que ce n'est pas courant, quand même, qu'un scientifique invente une machine à interchanger les cerveaux... Marc Lacroix, lui, l'a fait. Et il l'a expérimenté sur lui-même et sur un « fou » qu'il soignait depuis longtemps et avec qui il entretenait une relation assez amicale, si on peut parler d'amitié entre un médecin et son patient. Mais l'opération ne se passe pas comme prévu. Et voilà Marc, sa Marie, leur fils, sa maitresse, leurs amis, embarqués dans une aventure aux confins de la science-fiction...

Cela aurait pu être diabolique, c'est certain. le concept, d'ailleurs, l'est. Et le dénouement bascule dans l'horreur.
Mais le style de Belletto n'est pas à la hauteur de son idée horrifique, et tout au long du roman, un léger ennui planait au-dessus de moi. Pas assez de profondeur dans l'analyse des personnages, trop de manichéisme. Un peu cliché, aussi. Et puis, vous me connaissez, l'horreur, je déteste ça ! Alors, terminer une histoire dans laquelle je me suis un peu ennuyée avec une scène effroyable qui dure, qui dure, et que je voudrais oublier...

Ceci donc me permet de déclarer que Belletto, pour moi, n'a pas mis en branle « une formidable machine littéraire », comme le dit enfin la 4e de couverture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
zabeth55
  23 janvier 2018
Publié en 1990, depuis combien d'années est-il dans ma PAL ?
Un certain temps…..
Et bien voilà, c'est fait, je l'ai lu.
Oh là là, c'est du copieux, c'est du lourd., ça vous prend la tête !
Le docteur Marc Lacroix, psychiatre, chercheur a une femme, un fils, une maîtresse.
Michel Zito a poignardé plusieurs femmes. Il est soigné par Marc.
Marc a inventé en secret une machine révolutionnaire qu'il expérimente sur Zito, et là, c'est l'engrenage, la machine infernale est en route et nous entraîne dans un suspense haletant.
On s'y perd un peu entre Marc et Zito mais c'est captivant.
Un véritable apprenti sorcier ce Marc. Finalement, malgré les horreurs qu'il a engendrées, il s'en sort plutôt pas mal.
C'était bien, mais plutôt angoissant. Vite, passer à une lecture un peu plus soft !
Commenter  J’apprécie          200
UglyBetty
  19 février 2015
Jusqu'où peut-on aller dans le registre du merveilleux?
Comme Mary Shelley avec le monstre de Frankenstein,Belletto passe la barrière et nous fait vivre, l'exploit scientifique d'un psychiatre/chercheur, dont l'ambition est d'explorer le cerveau humain. Un étrange échange "d'idées" entre un "chercheur de tête" passionné et son patient,un dangereux psychopathe,non moins intéressant.
Le récit évolue dangereusement dans un fascinant volte face entre Marc/Zyto et Zyto/Marc...
Et,comme Prométhée,le voleur de feu ,condamné par Zeus,à être la proie d'un aigle qui lui dévore indéfiniment le foie,le docteur Marc Lacroix est à l'origine de sa propre ruine...
Alors qui du créateur et de la créature est le vrai monstre?
Un roman fantastique,dirais-je.
Commenter  J’apprécie          162
absolu
  31 juillet 2012
Bon, je l'avoue, en fait je ne sais pas trop comment en parler. Il peut paraître simple, comme ça, de prime abord, quand on se laisse prendre la main pour tourner la page, pour en savoir un peu plus sur le personnage central, et puis un peu plus sur le deuxième personnage central, et puis surtout ce qui les réunit, ce qui va les opposer.
Oui, on peut penser que l'histoire est de bas étage, qu'elle a pour point de départ une expérience scientifique moult fois imaginée, décrite, exploitée… Après tout, quoi de plus classique que de vouloir s'immiscer dans le cerveau d'un autre, de voir, de savoir ce qu'il pense, comment il pense, comment il voit le monde. Oui, c'est banal.
Dites-moi donc pourquoi, malgré cette aspect « niais », cette simplicité extrême, ce vocabulaire peu recherché, je n'ai pu lâcher le livre qu'au pris d'une lutte acharnée avec Morphée, qui me laissait endormie, tenant encore le livre, la lumière allumée et les lunettes sur le nez. Dites-moi donc pourquoi je me suis laissée embarquer dans le quotidien d'apparence banal d'une famille dont le patriarche est médecin psychiatre et à ses heures oisives « chercheur » ?
Car tout cela n'est qu'apparence. En effet. Je me suis laissée hypnotiser, tout « simplement ». Tout s'emboîte si simplement, si parfaitement, en somme, que l'intrigue se tisse progressivement, et quand l'univers de nos protagonistes est bouleversé, nous sommes happés par ce tourbillon. On ne peut plus lui échapper.
On passe d'une personnalité à l'autre, sans se perdre, chacune ayant une écriture, un style, un rythme propre. Pourtant la narration est à la troisième personne. On pourrait se demander si elle n'est pas dans la tête d'un des personnages. Si ça n'est pas un personnage à part entière. Allez savoir…
Comme quoi, vouloir être dans un autre esprit, même en partie, n'est peut-être pas souhaitable. Comme quoi, la liberté de l'un commence là où s'arrête la boîte crânienne de l'autre.
(oct 2006)
Lien : http://www.listesratures.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
diablotin0
  21 octobre 2014
J'ai été surprise par ce livre, je me suis laissée embarquée par l'histoire. Une vraie découverte. Se retrouver dans le corps d'un autre, savoir ce que vit l'autre est certes un sujet souvent évoqué mais ici l'auteur arrive à nous faire vivre avec une certaine angoisse ce que vit Marc. Comment va se dénouer l'intrigue ? comment marc va réussir ( ou pas) à s'en sortir ? J'ai donc lu ce livre avec avidité et curiosité, tout ce que j'aime.
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
KrisPyKrisPy   05 novembre 2015
Après 20 minutes d'immobilité totale, Léonard alluma et se releva.
Il tira à lui le dernier tiroir de la commode. Il en sortit un drap, qu dissimulait la paire de gants, les deux revolvers, le long couteau de cuisine. Ses yeux brillèrent.
Il passa les gants, le droit, le gauche, et prit le couteau dans sa main droite.
Il sortit de sa chambre. Le silence était total. Pieds nus sur la moquette, il ne faisait aucun bruit. Il s'avança dans le couloir obscur. Il se déplaçait vite. Il s'arrêta devant la chambre de sa mère.
Il lui sembla alors entendre un faible cri. Il n'était pas certain. L'un des deux autres à la cave ? Qui aurait réussi à se défaire de son bâillon ? Sûrement pas. Plutôt un animal, dans la campagne. La porte de la cave était bien fermée. Et d'ailleurs il allait bientôt s'occuper d'eux. En attendant, ils pouvaient crier !
Il dissimula le couteau derrière son dos.

Marie Lacroix crut aussi entendre quelque chose, un chien qui aurait hurlé au loin. Elle se redressa et prêta l'oreille. Plus rien.
Elle entendit frapper à la porte, pas très fort. En même temps, elle vit bouger la poignée. Elle se redressa davantage;
- Léonard ? dit-elle d'une voix anxieuse.

pages 14-15.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
julienraynaudjulienraynaud   29 septembre 2016
Avec une ironie atroce, il imagina deux coups de couteau, voilà ! et voilà !
Commenter  J’apprécie          40
Video de René Belletto (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Belletto
Péril en la demeure (1985), film de Michel Deville. Le scénario est adapté du roman Sur la terre comme au ciel de René Belletto.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2912 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre