AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070147854
528 pages
Gallimard (12/03/2015)
3.86/5   234 notes
Résumé :
Sliv Dartunghuver vient d'accéder aux instances dirigeantes du Consortium de Falsification du Réel, organisation secrète internationale qui s'efforce de maintenir une harmonie relative sur la planète en construisant de toutes pièces les légendes dont l'humanité a besoin. Or le CFR est dans la tourmente, menacé par la divulgation de documents internes et décrédibilisé par plusieurs échecs (dont la création d'Al-Qaida, pure fiction née des cerveaux des falsificateurs ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 234 notes
5
7 avis
4
11 avis
3
7 avis
2
1 avis
1
0 avis

Malivriotheque
  22 janvier 2022
Désormais au Comex, Sliv gère avec les autres membres les dossiers les plus délicats du CFR. le groupe doit maintenant composer avec internet et les réseaux sociaux qui ont pris une place prépondérante dans l'information et le déroulement d'évènements. Mais même si la menace de la révélation de leur existence plane au-dessus de leurs têtes, cela n'empêche pas Sliv, Lena et les autres de mettre leur grain de sel dans l'actualité pour influer sur des élections présidentielles ou tenter de rassembler le genre humain...
C'est avec satisfaction qu'on termine cette trilogie intelligemment menée, hyper ancrée dans l'actualité et teintée d'un réalisme foudroyant, quand bien même nous évoluons dans une histoire fictive. le rapport entre les évènements historiques, eux réels, et l'impact du CFR inventé par Bello se révèle fascinant car extrêmement plausible tant la manipulation de l'information aujourd'hui fait et défait l'Histoire de manière déconcertante.
Cette fois, on aborde l'élection d'Obama via surtout la candidature de Sarah Palin en tant que n°2 du candidat républicain McCain (ce qui nous vaut de belles analyses bien envoyées sur le parti politique en question), la crise des subprimes, la grippe H1N1 (qui nous offre en exclusivité des commentaires anticipatoires sur la pandémie du Covid 19), ainsi que l'éruption du volcan islandais d'Eyjafjallajökull (faut pas rêver, j'ai fait un copier-coller de Wikipédia). Pour qui a été impacté par l'un ou l'autre de ces évènements graves et marquants, la lecture ne laisse absolument pas indifférent.
Ce tome 3 développe surtout, et peut-être à mon grand regret, la création d'un pan de la civilisation maya dans le but de rapprocher les êtres humains. C'est louable, mais l'entreprise constitue le nerf principal de l'histoire et lui apporte sa finalité. On assiste à de très nombreuses pages qui développent les tenants de cette société perdue qui sont vraiment trop longs pour ce que ça apporte au récit, sachant que le plus intéressant, avec le CFR, c'est toujours la manipulation des faits pour faire croire à l'authenticité. Sur la fin, cette partie du roman apporte suspense et adrénaline. Mais à cause du temps passé à la création d'un élément totalement fictif plutôt qu'à réécrire de manière uchronique une portion de notre Histoire à nous comme Bello l'a fait dans le tome 2 avec Al-Qaïda, le livre perd sensiblement de son charme initial.
Néanmoins, on continue d'apprécier les personnages, les phrases et blagues bien placées, les boutades, l'humour simple mais qui fait mouche. On quitte Sliv avec un sourire, et encore plus quand on a lu la postface dans laquelle l'auteur se joue bien du lecteur.
"Rien ne résiste à la littérature"...
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
tilly
  21 juin 2015
Voilà la suite, et sans doute malheureusement la fin, de la formidable saga du Consortium de Falsification du Réel (CFR) d'Antoine Bello, commencée avec Les Falsificateurs (2007), poursuivie avec Les Éclaireurs (2009). Même si les premières pages des Producteurs sont consacrées à un résumé des volumes précédents de façon à pouvoir apprécier celui-ci indépendamment des deux autres, il serait vraiment ballot de se priver du plaisir de lecture des deux premiers romans de la série (disponibles en poche).
Quand nous le retrouvons au début des Producteurs, le héros-narrateur islandais, Sliv Dartunghuver, travaille depuis seize ans au CFR, l'organisation secrète mondiale qui « fait » l'Actualité ou « refait » l'Histoire, en montant des scénarios originaux, et surtout en créant de toutes pièces les sources sur lesquelles reposent les inventions de ses agents (juste un exemple parmi beaucoup d'autres : les fausses cartes du XVème siècle qui attestent que les Vikings ont découvert l'Amérique...).
Depuis sa cooptation en 1991, Sliv a brillamment gravi tous les échelons de l'organisation, jusqu'à siéger au comité exécutif, à Toronto. Alors que la grande affaire du moment (2008) est l'élection américaine et la candidature Obama (le CFR pousse McCain à prendre l'effarante Sarah Palin pour colistière, et précipite ainsi l'échec du candidat républicain), une sacoche contenant des dossiers CFR est malencontreusement égarée à Londres. Le Comex s'inquiète de voir les activités du CFR rendues publiques, ou pire, détournées à des fins malveillantes.
Ce n'est pas la première fois que le CFR tremble sur ses bases idéologiques. En 2002 (in: Les Eclaireurs), il n'avait tenu qu'à un fil que le Consortium se saborde, comprenant être à l'origine de rapports trafiqués sur lesquels les États-Unis avaient fondé leur décision de faire la guerre en Irak. Sliv en avait profité pour se faire révéler le secret de l'origine du Consortium, et surtout le pourquoi de son existence, sa finalité.
Le temps passe, le monde change, dans les romans aussi. Les réseaux sociaux, les blogs, les forums, sont les nouveaux supports de l'information et de la communication, et de puissants outils pour la manipulation de l'opinion. Au CFR, c'est la belle danoise Lena Thorsen, amie et rivale depuis toujours de Sliv, qui est la spécialiste des opérations d'influence à grande échelle de la communauté internet.
A quarante ans, la vie affective de Sliv n'est pas un désert, non, mais plutôt une morne plaine. Son hyperactivité professionnelle et son empathie pour ses collègues et amis ne lui font pas complètement oublier sa déconvenue amoureuse avec Lena qui rejette ses avances. Dépité, il rejette à son tour celles de la charmante Nina toujours prête à le consoler. Peu rancunier, incorrigiblement optimiste et chevaleresque, Sliv apporte son concours au nouveau projet de Lena : inventer une civilisation antique proche des Mayas, disparue au VIIIè siècle, basée sur les préceptes humanitaires de conciliation et de concorde, et sur la volonté de se mettre à la place de l'autre pour le comprendre. Épave, trésor, codex : Lena et Sliv se lancent avec enthousiasme dans une superproduction avec acteurs, décors, accessoires, mise en scène, et surtout, plan médias. Suspense, action, coups de théâtre, jusqu'au générique de fin : une postface fameuse dont je ne peux rien révéler ici !
La trilogie « Sliv Dartunghuver » est une construction romanesque totalement originale où la fiction et la réalité sont étroitement intriquées pour notre plus grand plaisir. Antoine Bello, en plus d'être doté d'une imagination incroyable, est un mécanicien de la narration hors pair. Grâce à l'humour et à la dérision, il rattrape sur le fil certains scénarios proches de verser du côté de la théorie du complot, ou de l'apologie du maniement de la rumeur (par exemple, entre autres, le réchauffement climatique, ou l'épidémie H1N1). Tout en amusant le lecteur, Antoine Bello l'invite à réfléchir sur le sérieux et l'indépendance de l'information livrée au grand public sur les sujets géopolitiques actuels. A réfléchir aussi sur la mémoire, les souvenirs, vrais, faux, recréés volontairement ou non. Dans Les Producteurs, c'est par la voix d'un second rôle haut en couleurs - mon préférré (Ignacio Vargas, inénarrable coach hollywoodien) - qu'il démonte les rouages de la crédulité humaine, et les multiples facettes de la vérité historique.
Divertissement et réflexion : la combinaison idéale pour une lecture d'été jubilatoire !

Lien : http://tillybayardrichard.ty..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Patience82
  12 février 2017
Ce tome clos la trilogie des Falsificateurs. J'avais adoré les 2 premiers. L'histoire est originale et le style est bien maîtrisé. le troisième tome n'est pas moins bon, mais ça se répète. L'histoire tourne en rond et une lassitude s'installe. J'ai mis un peu plus de temps à le lire que les 2 autres. Mais ça m'a quand même fait plaisir de retrouver Sliv, Lena et Gunnar, je les aime bien. J'ai apprécié les intrigues qui tournent autour de faits d'actualité récents comme l'élection d'Obama et l'éruption du volcan islandais en 2010.
Malgré ce dernier tome un peu moins attractif, je garde un avis très positif sur l'ensemble de la trilogie.
Commenter  J’apprécie          170
Lagagne
  01 septembre 2015
Ce livre est un petit pavé (+/-500 pages) mais un pavé qui se dévore comme rien. J'ai été de nouveau complètement embarqué par l'histoire (les histoires) de Sliv et du CFR. Mêler fiction et réalité politique, économique et culturelle, décidément cela fait banco chez moi. L'élection d'Obama et la montée de Sarah Palin, la plateforme pétrolière au large du Mexique, l'éruption du volcan en Islande (non, ne me demandez pas le nom, et puis je n'ai plus le livre sous les yeux). Ce livre m'a totalement transporté quelques années en arrière et n'a pas fait du bien au côté paranoïaque qui somnole quelque part au fond de moi. Par ce que toutes ses manipulations ont l'air plausibles ! c'est ça qui est si énorme ! Mais pas que ! Parce que le peuple Maya lui sort tout droit du cerveau de Bello (en tout cas il me semble). Et bien cela ne m'a pas empêché d'y sauter à pieds joints, et même en ce qui concerne le jeu de balle. J'aurai pu croire que ce sujet me passerait totalement au-dessus, mais en fait non. le talent de conteur de l'auteur a fait le job et a réussi à m'intéresser à un jeu de balle vieux de plusieurs millénaires avec une partie des règles fictives en plus.
Franchement : chapeau !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
sevm57
  05 décembre 2020
Avec Les producteurs, Antoine Bello clôt magistralement sa trilogie entamée il y a des années avec les falsificateurs et les éclaireurs.
Désormais membre du Comex du CFR, Sliv va devoir faire face à certaines remises en question.
Il va également être amené à collaborer à nouveau avec Lena Thorsen, et à découvrir certains de ses secrets intimes.
Dans ce troisième tome, j'ai particulièrement aimé la falsification autour de Sarah Palin, un peu moins celle autour du codex maya même si le personnage de Nick apporte un plus à l'histoire.
Je m'apprêtais d'ailleurs à mettre quatre étoiles bien méritées quand la postface m'a convaincue d'en rajouter une cinquième en hommage au talent de scénariste de l'auteur.
Commenter  J’apprécie          150


critiques presse (1)
Chro   31 mars 2015
Des scénarios ludiques et bien agencés, un goût prononcé pour les miroirs et mises en abyme, une écriture simple, précise et entraînante, neutre.
Lire la critique sur le site : Chro
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
gaetaneplatzergaetaneplatzer   10 mars 2021
- La vérité n'existe pas Sliv. Elle est constamment recréée. Vous connaissez l'adage "l'histoire est écrite par les vainqueurs" ?
- Oui, tout de même, dis-je, vexé. Son petit cours commençait à tourner à l'humiliation. Je ne l'aurais pourtant interrompu pour rien au monde.
- C'est une phrase d'une grande justesse. Imaginez à quoi ressembleraient nos manuels d'histoire si Hitler l'avait emporté. "L'un des grands bénéfices de la guerre aura été de débarrasser le monde des juifs, une race nuisible qui tenait tous les leviers de la finance internationale." Je vais plus loin : l'Histoire est écrite par quiconque tient la plume. L'Histoire est une histoire. C'est pour ça qu'elle change tout le temps, au point qu'étudier la Révolution française revient moins à reconstituer la façon dont les sans-culottes ont pris la Bastille qu'à comprendre quel regard les époques nous ayant précédés portaient sur ces événements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Charybde2Charybde2   16 mai 2015
Mais le danger principal d’Internet était selon moi d’une tout autre nature. La rumeur lancée par un gamin sur son téléphone portable avait presque autant de chances de faire le tour du monde qu’un dossier ayant demandé des mois de travail. Les théories du complot fleurissaient dans les forums recueillant un succès inversement proportionnel à leur plausibilité. Des sites en recensaient des pages entières, parmi lesquelles le visiteur pouvait choisir celles qui confortaient ses préjugés ethniques, politiques ou religieux : le FBI avait orchestré les attaques du 11 Septembre, un petit nombre de patrons présidait aux destinées du monde, le gouvernement américain avait favorisé la propagation du sida au sein de la communauté noire, etc. Ces sornettes ne dataient pas d’hier mais Internet avait à la fois accéléré leur propagation et assis leur légitimité. Le concept de vérité n’avait jamais semblé si relatif. La Toile fournissait des arguments aux champions de toutes les causes, aux sionistes comme à ceux qui cherchaient des raisons de casser du Juif, aux tenants de l’évolution comme à ceux du créationnisme. Tout était vrai et donc rien n’était vrai ; tout était faux et donc rien n’était faux. Pour le CFR, dont le fonds de commerce reposait sur cette distinction fondamentale, l’essor d’Internet représentait une catastrophe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
veronique55veronique55   24 novembre 2020
P99 l’homme moderne est le fruit de millions d’années d’évolution s’il continue à raconter des histoires, il en tire forcément un bénéfice. Lequel ? Pour faire simple l.histoire est un simulateur de vie, semblable dans le principe au simulateur de vol sur lequel s’entraîne un pilote. Les anecdotes qui émaillent nos conversations, les livres que nous lisons , les films que nous voyons nous préparent aux situations que nous allons rencontrer, nous évitant de coûteuses erreurs et nous permettant de vivre plusieurs existences à la fois. un adolescent a vécu par procuration des dizaines d’histoires d’amour avant de dire «  l love you » pour la première fois. Un soldat recevant son ordre de déploiements sait à qoi s’attendre grâce à Full métal Jacket ou Catch 22 . Et tous les maris du monde connaissent les risques d’une aventure extra conjugale depuis qu’ils ont vu Liaison dangereuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
gaetaneplatzergaetaneplatzer   10 mars 2021
- Que sait-on de l'histoire du jazz par exemple ? En gros qu'il s'agit d'une musique d'origine afro-américaine, née de la confluence du gospel, du blues et des chansons que fredonnaient les esclaves dans les plantations. On souligne aussi parfois l'importance des lois Jim Crow qui durcirent la ségrégation raciale dans les années 1890 et incitèrent les musiciens noirs à se regrouper en orchestres. Vous comprenez que tout cela n'est qu'une vue de l'esprit, une façon de relier entre eux des faits indépendants ?
- Certes, mais cette vue de l'esprit, comme vous l'appelez, contient une part de vérité, non ? Les historiens...
- Les historiens, comme leur nom l'indique, racontent des histoires. Comprenez s'il vous plait la différence entre le passé et l'histoire. Le passé, c'est ce qui est réellement survenu. Il est incontestable que les Noirs chantaient du gospel à la fin du XIXe siècle ou que le Parlement de Louisiane a passé certaines lois en 1892. Faire de ces événements les jalons de la naissance d'un mouvement que l'on appellera le jazz, c'est en revanche raconter une histoire. Tel professeur d'université de Harvard écrira la sienne, vous pourriez écrire la vôtre qui ne serait pas nécessairement plus bête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MalivriothequeMalivriotheque   16 janvier 2022
Les principaux reproches adressés aux candidats républicains sont bien connus : un conservatisme excessif sue les sujets de société tels que l'avortement, le port d'armes ou le mariage gay, leur bigoterie, leur inculture et leur manque d'ouverture sur le reste du monde.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Antoine Bello (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Bello
Une revue de la trilogie d'Antoine Bello (Les Falsificateurs, les Eclaireurs et les Producteurs).
autres livres classés : falsificationsVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Découvrez Antoine Bello

Le détective Achille Dunot souffre d’une étrange forme d’amnésie. Depuis un récent accident, sa mémoire ne forme plus de nouveaux souvenirs, si bien qu’il se réveille chaque matin en ayant tout oublié des événements de la veille.

La résurrection d'Emilie Brontë
La disparition d'Emilie Brunet

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Antoine BelloCréer un quiz sur ce livre