AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213607252
272 pages
Éditeur : Fayard (01/12/1999)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 21 notes)
Résumé :
1441. Jan Van Eyck est au soir de sa vie. Il ne le sait pas encore, il s'en doute peut-être, mais dans cette même année, il va mourir. En attendant, c'est un peintre parvenu à la reconnaissance, salué, écouté, célébré. Rescapé aussi, sauvé in extremis d'une agression, non loin de Bruges. Mais le prix de cette survie est élevé. Le grand peintre ne parvient plus à voir les couleurs. Son monde est désormais partagé entre le blanc et le noir, loin de ces flots de rouge ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
mariech
  04 juillet 2011
Un livre à mettre en exergue avec ' le tableau de Giacomo ' de Geneviève Bergé. L'auteur s'est bien documentée sur le XV ième siècle , mais en gardant un grand talent de conteuse pour notre plus grand plaisir.
Un premier roman très réussi qui me donne envie de lire les autres livres de l'auteur
J'ai fait quelques recherches sur le net pour connaître la nationalité de l'auteur mais je n'ai trouvé que près peu de renseignements , je ne suis donc par certaine qu'elle soit Belge.
Internautes qui me lisez , merci de me dire si vos recherches sont plus fructueuses que les miennes.
Commenter  J’apprécie          80
stephane69
  29 janvier 2020
J'ai enchaîné ce livre portrait après « Le valet de peinture » de Jean-Daniel Baltassat. Même si ce dernier ne relate qu'un épisode de la vie de van Eyck, j'ai noté des divergences à propos de la chronologie ou de l'entourage du peintre qui démontrent que peu de choses sont sûres à son sujet.
E. Belorgey imagine une vie de van Eyck à la première personne, avec détachement et pudeur. Elle peint le portrait d'un artiste ambitieux, conscient de ses qualités, orgueilleux et qui veut laisser sa marque dans l'histoire. le roman évoque moins la magie de l'acte créatif que l'état sensoriel du peintre quand il parvient à travailler. « Autoportrait de van Eyck » est un roman ennuyeux, même si on s'intéresse au peintre et à son époque.
Il faut toutefois reconnaître le mérite de l'écrivain qui, après un travail documentaire pour reconstituer une vie d'artiste dont on sait si peu, s'affranchit de son approche d'historien pour étoffer le récit d'anecdotes et de longues introspections, sur la base de faits ténus et incertains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Fleitour
  23 avril 2015
Autoportrait ? où est la réalité où est la fiction
le doute , au soir de sa vie , comment juger son oeuvre et cette agression que cache t elle ? C'est tout l'intérêt des livres sur les peintres ,il faut suivre plusieurs pistes , retourner le tableau , enlever les dernières touches ...on peut cerner l'homme , plus difficilement l'artiste , on ne capte qu'une parcelle de l'art ,c'est justement le mystère qui en fait la beauté .
Commenter  J’apprécie          50
VincentLavandier
  01 janvier 2012
cette biographie romancée, agréable à lire, nous plonge dans l'univers du peintre de "L'agneau mystique" ou du célèbre portrait "des Anorlfini". Un peintre qui n'hésitera pas à transgresser les règles. Un peintre qui finalement fait parti des précurseurs en matière d'art. A la lecture de ce portrait on peut penser que ce peintre est finalement très contemporain dans son attitude...
Commenter  J’apprécie          40
MonCharivariLitteraire
  21 novembre 2017
Beau livre sur van Eyck. Privé de la vision de la couleur, douleur suprême pour un peintre, van Eyck décide de faire un autoportrait d'un autre genre. Ses pinceaux et ses couleurs seront remplacés par une plume et des mots. Il va nous compter sa vie, sa famille, ses amours, son besoin impérieux de peinture. Nous allons parcourir les Pays Bas du XVIème siècle à ses côtés, le voir grandir et devenir un homme bon et un peintre toujours passionné.
L'écriture est agréable et nous suivons Elizabeth Belorgey avec plaisir sur le chemin de la vie du peintre et c'est à regret que nous le quittons alors qu'il regarde l'avenir avec le désespoir de celui à laquelle elle n'a plus rien à offrir.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   21 novembre 2017
Mon horizon visuel s'élargissant, du coup, la théorie du monde m'occupa. Spiritualia sub metaphoris corporalium: les choses, les évènements sont les métaphores sensibles de réalités spirituelles, signes d'une vérité immatérielle. ma mission était d'imiter la nature pour glorifier la Création; de sorte que le miroir parfait de la réalité en éclaire la dimension métaphysique.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   21 novembre 2017
Ne plus jamais peindre! jamais! ö la puissance de ce jamais! Plus jamais cette jubilation amoureuse de la palette! Plus jamais, cette caresse du pinceau, glacis après glacis, nuance après nuance....Fini, ce souci de la lumière....joyaux, armures, draperies.... Muet le mystère du monde...infinis, lancinants regrets... Exilé de mes œuvres! Maudit destin!
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   21 novembre 2017
Ma vision reste nette _ mais toute couleur a disparu. Un seul ton gris - du noir épais au blanc incertain - s'étale sous mes yeux. mes pansements, la chair de mes mains, les courtines, les géraniums aux fenêtre, le canal où se reflètent le ciel et les saules, tout est absolument sale- et gris, comme un manuscrit défraichi.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   21 novembre 2017

Je m'appliquais; je tendais que mon trait devienne une ligne juste, suggérant tout ensemble le relief, le volume et, si possible, la matière. Qu'il saisisse comme un souple mouvement la réalité.
Commenter  J’apprécie          10
DaphnemaDaphnema   26 août 2018
Pour le peu qui me reste à vivre, la beauté m'est aussi nécessaire que l'eau fraîche en été, et la soupe en hiver.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : biographie romancéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Elisabeth Bélorgey (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1108 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre