AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266151665
Éditeur : Pocket (03/02/2005)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Dans un mois, dans un an, le souverain va mourir. Torturé par la maladie, lâché par une partie des siens, despote presque fantôme d’un règne crépusculaire, le vieux chef français n’a pas renoncé à poser pour l’Histoire.
Mille jours à vivre, sous le regard fasciné d’un jeune journaliste choisi pour être le dernier témoin de sa grandeur et de ses faiblesses, de son courage et de son épouvante devant la mort qui vient.
Ombre shakespearienne de l’Élysée, a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
cicou45
  09 avril 2011
Par l'intermédiaire du journaliste Georges-Marc Benamou, François Mitterrand nous fait un récit sélectif de sa vie. Assistant et confident de ce grand homme qui a marqué l'histoire de France, Benamou assiste à la fin du règne de ce grand personnage. En effet, que de lois ont été adoptées sous le règne de Mitterand et de son gouvernement (l'abolition de la peine de mort, la loi sur le Prix unique du livre...) et de monuments inaugurés (le Louvre, le centre Georges Pompidou...), actes qui nous semblent mémorables mais Mitterrand a aussi eu ses mauvais côtés. Eh oui, il n'était qu'un homme et il a lui aussi commis son lot d'erreurs. Bien que Mitterrand (probablement par honte ou par pudeur) ne revienne que très peu sur sa collaboration pendant le régime de Vichy, iBenamou nous trace cependant un portrait de ce grand homme, affaibli par la maladie durant les dernières années de sa vie, qui se veut être au plus proche de la vérité. Portrait attendrissant et livre extrêmement bien écrit puisqu'on y découvre que Mitterrand n'était qu'Un Homme, avec ses sautes d'humeur ou ses caprices mais aussi Un Homme qui s'est battu pendant une grande partie de sa vie pour la France et les français. À découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DonaSwann
  07 avril 2016
Voici la biographie qui a inspiré le film "Le Promeneur du Champ-de-Mars" : Robert Guédiguian l'a d'ailleurs préfacée.
L'élection de François Mitterrand marque la naissance de mon intérêt pour la politique, mais pas pour lui : je me suis contentée pendant très longtemps des épigrammes et des cris d'orfraie que sa politique a engendrés, agacée symétriquement par la mise en place d'un véritable aréopage monarchique autour de sa personne.
Ce récit montre ledit aréopage : une sorte de cour complètement tétanisée autour des (mauvaises) humeurs du roi, ne se risquant à lire le Monde qu'en cachette puisqu'il avait maille à partir avec ce journal, ne le contredisant qu'à ses risques et périls et essuyant des sortes de scènes ironiques ma foi pénibles... Il faut dire que c'est la fin, et que ce n'est pas un homme âgé et souffrant, dont le médecin dort au pied de son lit, qu'on va soudain s'amuser à contrarier, contredire, voire attaquer.
On voit un homme obsédé et terrifié par l'héritage qu'il laisse à la gauche, soudain très inquiet à l'idée qu'on puisse dire de lui qu'il l'a stérilisée par orgueil, multipliant les signes à l'égard de Jospin, avec la difficulté, venant de ce dernier de ne justement pas trop se prévaloir de Mitterrand : le fameux "droit d'inventaire" a beaucoup blessé Mitterrand.
On le voit aussi très rétif avec son biographe, qui essaie - en vain - de lui faire clarifier ses positions sur l'Algérie, sur Bousquet...
Il s'émeut in extremis sur Chirac, puis sur Balladur en les découvrant émus par son calvaire, se pare comme un amoureux avant d'aller retrouver sa fille, contemple les gisants de Saint-Denis...
Ce livre ouvre des pistes pour qui aimerait savoir quelles tranches de sa vie Mitterrand a le plus aimées, ce qui compte pour lui en définitive. J'ai juste souri de voir que Benamou semblait ou feignait d'ignorer que la fascination de Mitterrand pour les Valois venait sans doute qu'il savait descendre d'eux. Une chose est certaine : la frustration du biographe de voir Mitterrand perdre de vue l'importance qu'il y aurait à clarifier enfin pour la postérité les zones d'ombre et les ambiguïtés qui ont peuplé ses positions idéologiques ; on le sentait prêt à l'épauler pour cela, mais face à lui, le silence, les pirouettes, des mots décousues sous forme d'énigmes dont on n'ose plus réclamer la clé...
Lien : http://aufildesimages.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
DonaSwannDonaSwann   07 avril 2016
"En fait, je suis le dernier de grands présidents... (...) Enfin, je veux dire le dernier dans la lignée de De Gaulle. Après moi, il n'y en aura plus d'autres en France... A cause de l'Europe... A cause de la mondialisation... A cause de l'évolution nécessaire des institutions... Dans le futur, ce régime pourra toujours d'appeler la Vème République... Mais rien ne sera plus pareil. Le Président deviendra une sorte de super-Premier ministre, il sera fragile. Il sera obligé de cohabiter avec une Assemblée qui aura accumulé bien des rancœurs et des rivalités et qui, à tout moment, pourra se rebeller. Et ce sera la cohabitation permanente, une sorte de retour à la quatrième."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AurelienHuet1AurelienHuet1   06 août 2016
Il parle, je l'observe, et je me souviens de ce montage photographique de Krystof Pruszkowski. […] L'artiste polonais avait superposé les négatifs des visages de tous les présidents de la Ve République, qui ne formaient plus qu'un portrait. Il avait empilé de Gaulle, Pompidou, Giscard d'Estaing et Mitterrand. Mais on ne voyait qu'eux deux, de Gaulle et Mitterrand. En cherchant, on retrouvait le sourcil de Pompidou, mais de Giscard il ne restait rien, pas même un cil. Non, vraiment, on ne voyait qu'eux deux, de Gaulle et Mitterrand, qui ne faisaient plus qu'un, mais lequel ? On n'aurait su dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DonaSwannDonaSwann   07 avril 2016
Le silence des intellectuels pendant ces grèves ? "La Bosnie, ça ne leur fait pas peur, mais dès qu'il faut s'exprimer sur la France, on ne les entend plus." (...) Le silence de la gauche pendant ces grèves ? "Cette incapacité à trouver le ton est un mauvais signe pour le futur." Est-ce la faute de Jospin ? "Pas seulement..."
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Georges-Marc Benamou (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges-Marc Benamou
Pour Alain Duhamel et le journaliste Georges-Marc Benamou, François Mitterrand marquera l'histoire politique. Mais peut-être pas l'histoire de France...
autres livres classés : républiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
445 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre