AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782081395268
496 pages
Flammarion (07/10/2020)
3.64/5   129 notes
Résumé :
L'ultime expérience

Mourir pour fuir, fuir pour comprendre

Sylvain Guérin est un employé sans histoire à la routine millimétrée. Un matin, le JT annonce qu'un accident a eu lieu sur la route de son travail. La seule victime s'appelle Sylvain Guérin. S'agit-il d'un homonyme ? Quelques minutes plus tard, un SMS l'exhorte à ne surtout pas se rendre au bureau...

Entre courses-poursuites, machination scientifique et engrenage ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
3,64

sur 129 notes
5
5 avis
4
20 avis
3
2 avis
2
5 avis
1
0 avis

Bon bon bon.

Il se trouve que Bruce Benamran est l'un de mes youtubers préférés. Cela ne vient pas uniquement du fait qu'il porte le même prénom que le plus charismatique des justiciers masqués (ai-je vraiment besoin de le nommer ?). Non, le palmarès de Bruce ne s'arrête pas là.

Il est l'auteur de la chaîne e-penser, et produit depuis des années un contenu de qualité sur un nombre de sujets aussi impressionnants que captivants. Une source d'inspiration et de connaissance à portée de clic.

Il possède un art de la narration que j'aime beaucoup, fait d'humour et de digressions. Il traite les sujets les plus complexes en y apportant une légèreté non dénuée de précision.

Tant de qualités que je n'ai malheureusement pas retrouvées ici.

SPOILER !

Un fond d'histoire intéressant : La mémoire assimilée à l'immortalité. Des espions endormis, programmés et pour la plupart défectueux. La menace d'un virus qui agit sur commande. Je dis oui.

Du hacking à tout va. du vocabulaire informatique, accompagné de formule, de balises. Je dis oui.

Malheureusement, ces idées sont desservies par une écriture sans relief.

Oui le style est fluide. Limpide même. Les chapitres sont extrêmement courts, ce qui encourage la lecture. le livre se tient. C'est un bon début.

Mais les tournures de phrases sont impersonnelles et ne procurent aucune émotion. Je ne parle pas ici de simplicité. Une écriture peut être simple et efficace, en restant habitée.

Parlons des personnages.

Ils étaient nombreux, mais peu marquants. À vrai dire, j'ai trouvé qu'ils sonnaient creux... je m'explique :

Les méchants ne font pas peur. le héros passe du "mec le plus chiant du monde" au "fantasme du super agent plein d'assurance" qui peut résoudre chaque problème d'une clé de bras. Catherine, jeune femme sortie de nul part, sauve le héros et l'aide dans sa quête, sans raison, pour ensuite tomber sous son charme. Elle risque sa vie pour un parfait inconnu.

Il y a aussi la policière, dont le rôle n'apporte rien à l'intrigue. Son arc n'a pas vraiment d'intérêt.

Ajoutons à cela des scènes parfois stéréotypées, qui sont, je pense, satisfaisantes pour celui qui les imagine, mais moins pour le lecteur. Comme si l'auteur s'était contenté de mettre sur papier ses rêveries, bonnes pour un trajet en train, mais insuffisantes à mes yeux. J'ai ressenti son amusement certain. Et c'est une bonne chose. Mais le mien n'a pas pris, je l'avoue.

Pour conclure sur une note plus optimiste, un jour j'ai entendu cette phrase : "Ecrire un livre c'est comme raser une forêt pour en faire une boîte d'allumettes."

Elle traduit l'immense travail préliminaire à faire avant d'écrire un livre. Qu'il s'agisse de recherches sur le sujet, mais aussi sur ce qui a été fait avant, en terme de style, de structure... Bref, avoir un bagage solide. C'est d'autant plus important à notre époque, où tellement de choses ont déjà été faites.

Je suis persuadé que Bruce Benamran possède ce bagage. Une connaissance acrue aux perspectives séduisantes ! Espérons qu'il puisse trouver sa place parmi les auteurs de fictions, à l'image de ses références (Chuck palahniuk, Bernard Werber...) dont je partage également l'intérêt.

Commenter  J’apprécie          61

Je connais ce youtubueur uniquement de nom, je n'ai jamais regardé l'une de ses vidéos, son livre étant mis en avant à la bibliothèque j'ai décidé de tenter cette lecture.

La quatrième de couverture m'a en effet attiré l'histoire d'un homme lambda qui en se levant un matin en allant au travail voit son nom en une des journaux indiquant qu'il a eu un grave accident de voiture et qu'il en est décédé.

A partir de ce moment sa vie va prendre un autre tournant il va d'ailleurs rapidement recevoir un message lui demandant de ne pas se rendre au travail.

La plume est fluide, les chapitres très courts mais si le début de l'histoire parait crédible j'ai malheureusement vite déchanté de mon côté ne croyant guère à ce récit. Je n'ai pas adhéré aux personnages ni à la suite de ma lecture ne la jugeant pas crédible pour un sou.

Dommage cela aurait pu être une bonne surprise mais cela n'a pas été le cas. Ce genre de courses poursuites peut bien fonctionner avec moi mais malheureusement ici la raison de tout ce changement ne m'a pas paru tellement crédible.

Commenter  J’apprécie          120

C'est toujours délicat de chroniquer un livre au bout duquel nous ne sommes pas arrivés. Ça l'est d'autant plus lorsqu'on s'est engagé à fournir une critique suite à notre lecture. Ces quelques prochaines lignes sont alors à prendre avec des pincettes mais j'espère qu'elles suffiront pour vous expliquer pourquoi L'ultime expérience n'a pas marché avec moi.

Et ça, je le regrette beaucoup ! En effet, j'avais vu passer quelques fois ce roman sur Instagram notamment et il m'avait rapidement intriguée. le résumé avait renforcé ma curiosité. C'est avec une certaine excitation que j'ai commencé à lire ce roman juste après l'avoir reçu suite à la dernière Masse Critique de Babelio.

Mais j'ai été vite déstabilisée. Les chapitres sont courts, ce qui peut séduire certains lecteurs et certaines lectrices et ça peut aussi s'avérer pratique et agréable. le rythme en est d'autant plus dynamique, parfois effréné. On s'essouffle avec le personnage principal au coeur d'une expérience étrange qui se dévoile très lentement dans les pages. Cependant, ces chapitres courts m'ont rapidement perdue. L'auteur passe très vite d'un personnage à un autre ou d'un lieu à un autre dès lors qu'il entame un nouveau chapitre et c'est sans attendre que je n'ai plus réussi à suivre. L'intrigue intrigue, certes, mais sa construction quelque peu chaotique plaît ou ne plaît pas, vous immerge dans cette course folle ou pas... Moi, je n'ai pas réussi à suivre la cadence.

Je n'ai pas non plus trouvé l'écriture assez bonne pour me donner envie de poursuive ma lecture. Elle a le don d'être vive et sans chichi, efficace et à l'image du récit qui bouillonne mais elle n'a pas su faire mouche avec moi. L'auteur a sans doute des tas de bonnes idées mais c'est comme s'il avait été trop excité à l'idée de les coucher sur le papier pour le faire d'une façon organisée et posée.

Je ne doute pas que chaque livre doit être lu au bon moment et peut-être que L'ultime expérience n'a pas su pointer le bout de son nez durant une bonne période de ma vie. J'aimerais faire honneur au travail de l'auteur, découvrir un peu plus l'histoire qu'il nous a raconté ici et je tiendrai ma promesse auprès de l'éditeur et de Babelio et reviendrai alors sur ma chronique lorsque j'aurai laissé une seconde chance à L'ultime expérience.

En attendant, chers amateurs et amatrices de science-fiction, d'expériences futuristes, de récits dynamiques, de courses poursuites, de complots et d'enquêtes, laissez-vous tenter par L'ultime expérience ; je suis sûre que vous saurez trouver votre bonheur ici !

Commenter  J’apprécie          40

Une bonne surprise... mais...

Commençons par le positif, l'écriture est fluide, les chapitres ultras courts donnent un rythme intense au récit et ce dernier est hyper addictif, impossible de lâcher ce roman sans avoir obtenu le fin mot de l'histoire !

Le personnage de Sylvain est complexe. Très vite embarqué dans une histoire improbable, cet homme sans histoire va nous livrer un récit intense qui ouvrira les portes sur un passé sombre.

Catherine est adorable. Franchement cette petite nenette sortie de nulle part va mettre son gros grain de sable dans cette histoire et c'est agréable !

Les personnages secondaires sont étoffés, et j'ai apprécié ne pas savoir qui était dans quel camps dés le début.

L'intrigue est prenante, les révélations cohérentes et c'est une lecture que je recommande.

Mais...

Mais pour commencer j'ai très vite fait le rapprochement entre ce roman et la série Doll House (une super série méconnues au passage!) du coup, cela m'a fortement spoiler l'intrigue.

Ensuite j'aurais apprécié un développement plus prononcé sur le passé de Sylvain. Ici toutes les révélations se concentre sur quelques chapitres, ce qui donne une impression de tout balancer pour passer à autre chose. Je pense sincèrement qu'il y avait matière à faire deux livres. le premier prendrait place dans le présent avec l'intrigue que nous avons dans ce roman. Et le deuxième prendrais place dans le passé, car y avait franchement des choses à dire ! du coup je suis un peu frustré de ça.

Enfin... Fin ouverte et je déteste ça. C'est personnel bien sur, mais je n'adhère pas au fin ouverte donc forcément petite déception pour moi.

En bref, ce roman est super, je ne dirais pas le contraire, je suis conscience que si je n'avais pas vu la série Doll house, j'aurais totalement adhéré à cette intrigue et me serait laissé happée... C'est pourquoi je recommande ce roman et aussi la série au passage ! Et pour ma part je lirais le prochain roman de cet auteur afin de me faire une idée plus ample de son talent !

Belles lectures à tous.

Commenter  J’apprécie          40

« Un premier thriller trépidant qui n'est pas sans rappeler les maîtres français du genre »

Une telle accroche sur la 4ème de couverture était aussi alléchante que risquée, mais je dois dire que l'exercice est assez réussi.

« Trépidant ». de fait, l'auteur a visiblement décidé de ne pas laisser à son lecteur un seul moment de répit. du rythme, du rythme, du rythme. On est happé dès les premières pages et, grâce à des chapitres très courts et un style nerveux, il est très difficile de lâcher ce livre avant d'en arriver à sa conclusion. Lecture haletante de bout en bout.

Au détriment peut-être de l'écriture. le manque de profondeur des personnages, la quasi absence de réflexion autour des thèmes présentés et les descriptions volontairement succinctes font que l'écriture est globalement un peu trop simpliste. L'auteur a clairement donné la priorité à l'intrigue et au rythme. C'est un choix qui s'entend et le moins qu'on puisse dire c'est qu'ici, ça fonctionne.

Expériences médicales, manipulations génétiques, des cobayes soumis à des protocoles dont ils n'ont pas conscience, une organisation prête à tout pour développer sa technologie qui, si elle aboutit, risque bien de bouleverser l'ordre du monde et de l'humanité.

Ce sont des thèmes qui ont déjà été abordés, à la lecture on retrouve un peu de Thilliez et de Loevenbruck, mais il faut reconnaître que c'est rudement bien fait.

La construction du roman est épatante. Sans jamais sacrifier le rythme, l'auteur se plaît à nous laisser dans un brouillard quasi complet jusque tard dans l'histoire. Alors on lit, on avance, on essaye de comprendre et de donner un sens aux multiples informations égrenées au fil des pages.

Et finalement, vers les deux tiers du roman, ce qu'on commence à entrevoir est vertigineux. Un peu tiré par les cheveux, soyons honnête. Mais cohérent avec la tournure que prenait l'aventure dès le début. C'est pour ça que j'étais là et je n'ai pas été déçu. Dans cet esprit, la fin est tout à fait satisfaisante.

Je ne connaissais pas du tout le youtubeur "E-Penser" mais je suis ravi d'avoir découvert l'auteur Bruce Benamran. Pour un premier roman c'est une sacrée réussite. Malgré quelques critiques que chacun jugera légitimes ou non, je ne peux qu'applaudir des deux mains après en avoir récupéré l'usage une fois cette lecture haletante terminée.

Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation

L’objet du message était « URGENT » écrit en lettres majuscules. Il cliqua sur l’entête pour ouvrir le mail et soupira. C’était un pavé.

E-mail daté du 20 mai 2018 à 21 h 04

De : Inconnu

Objet : URGENT

Sylvain,

On ne se connaît pas mais je dois t’informer que tu es en danger.

Pour des raisons que je ne peux pas détailler ici, j’ai eu accès à tout un tas d’informations et je sais qu’on va essayer de te tuer dans les prochaines 24 heures. D’après ce que j’ai pu trouver comme info, les personnes qui en ont après toi planifient de te faire disparaître dans un accident de voiture. Je connais suffisamment bien les individus en question pour savoir qu’ils sont déterminés et plein de ressources. Je ne sais pas ce que tu leur as fait ou pourquoi ils t’en veulent. Ils semblent tout savoir de toi ; j’ai vu passer tout un tas d’infos à ton sujet : adresse, téléphone, immatriculation de ta voiture, les trajets que tu fais régulièrement…

Je ne sais pas si c’est lié à ton boulot, mais compte tenu de la société pour laquelle tu travailles, c’est une probabilité à envisager. Je ne peux malheureusement pas en dire beaucoup plus pour l’instant, l’information est un pouvoir dont il ne faut pas abuser. Je pense qu’il faut que tu disparaisses sans laisser de trace. Tu dois quitter ton travail, ton appartement, ta voiture, tout laisser derrière toi. Garde ton téléphone le temps que je te contacte, je te dirai ensuite quoi faire.

Tu dois te dire que c’est une blague, je t’assure que non.

K.

Commenter  J’apprécie          10

L’explication la plus plausible que j’avais, à ce moment, c’est que le Sylvain Guérin qui était mort quelques heures plus tôt avait été assassiné, et qu’il n’avait pas pu se sauver parce que le message qu’on avait envoyé pour le prévenir avait atterri dans ma boîte mail. « Et comment ça se fait que dans le message suivant, il te parle de Michael, alors ? », tu vas me dire… euh… facile : quand on cherche « Sylvain Guérin » sur Internet, on tombe rapidement sur mon CV ; partant de là, c’est plutôt facile, sachant où je bosse actuellement, de savoir pour qui. Non, non, c’était bien à l’autre que ce message était adressé. En tout cas, c’est ce que j’ai décidé de croire. Et sincèrement, je pense que j’aurais repris naturellement le cours de ma journée en espérant oublier tout ça si la suite des événements n’avait pas précipité mon départ. Si tu veux mon opinion, c’est là que le plan a merdé : si le but n’était pas de me faire paniquer, m’envoyer un gorille était sans doute la dernière chose à faire. Tu t’en rends compte, quand même, non ?

Commenter  J’apprécie          10

Le capitaine des pompiers sur place était perplexe. Tout d’abord, la voiture semblait s’être projetée contre la glissière de sécurité après une vive accélération, ce qui semblait pour le moins inhabituel. D’ordinaire, lorsqu’un accident est sur le point de se produire, on distingue très nettement des tentatives de freinage, et même quand ce n’est pas le cas, c’est le signe que le conducteur a perdu connaissance, ce qui exclut l’accélération. Pourtant, il le savait, on ne doit jamais s’étonner du comportement des gens : il avait vu dans sa longue carrière bien plus insolite. Mais ce n’était pas ce qui l’étonnait le plus. Dans ce genre de situations, la procédure consistait en priorité à tenter de sauver les occupants du véhicule. Personne ne pouvait en être sûr tant que les flammes léchaient la carrosserie de la voiture, mais il semblait bien au capitaine qu’il n’y avait personne dans l’habitacle. Les portières étaient fermées, et une fois le feu éteint, l’habitacle fut forcé, mais il n’y avait aucune trace du conducteur.

Commenter  J’apprécie          10

Il faudrait du temps à la police pour comprendre que la voiture avait été télécommandée, les mécanismes ayant pour la plupart fondu et s’étant mêlés avec la mécanique de la voiture. Il leur faudrait également du temps pour trouver les traces d’un explosif, et ce, seulement s’ils décidaient de chercher des traces d’explosif.

En revanche, l’absence de quiconque dans l’habitacle, portières fermées, sur l’échangeur d’une autoroute, cela suffisait à déclencher une enquête ; ils avaient la marque et le modèle du véhicule, ainsi que son numéro d’immatriculation. Il suffisait que le commissariat compétent assigne l’affaire à un inspecteur. Et c’est Marion Lambert qui allait tirer la courte paille, ce matin-là.

Commenter  J’apprécie          10

Sylvain se laissa tomber en arrière sur son fauteuil, il était perplexe. De nombreuses questions lui venaient à l’esprit : Qui était ce K ? Qui pouvait bien en avoir après lui ? Tout cela semblait complètement idiot, mais d’un autre côté, ce message parlait d’un accident de voiture ; s’agissait-il de l’accident de ce matin ? Ce message était-il destiné à son homonyme récemment décédé ? Et pourquoi diable avait-on annoncé le nom de la victime de cet accident à la télévision ? D’autres questions commençaient à se bousculer dans sa tête lorsque l’une d’entre elles éclipsa toutes les autres : comment ce message avait-il pu être envoyé plusieurs heures avant le fameux accident ?

Commenter  J’apprécie          10

Videos de Bruce Benamran (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruce Benamran
‘ Nos Retrouvailles ‘ Festival du livre de Colmar, 32è édition. Retour filmé de la rencontre littéraire avec Bernard MINIER et Bruce BENAMRAN. « Quand les maîtres du thriller s'emparent des dérives de notre époque » samedi 27/11/2021 Modérateur : Jacques LINDECKER conseiller littéraire du Festival du livre de Colmar.
autres livres classés : expérienceVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2507 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre