AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2375790340
Éditeur : Critic (15/02/2018)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 32 notes)
Résumé :
2182. A bord d'arches géantes, les humains fuient une Terre sur le déclin. Leur destination ? Sinisyys, une autre planète bleue découverte aux confins du système Eridani. Parmi ceux qui rêvent de la rejoindre, Eric et Johanna. Or, après avoir émergé du sommeil cryogénique, ils comprennent qu'ils n'ont pas atteint Sinisyys mais une structure artificielle si grande que l'esprit humain ne réussit même pas à en imaginer les limites. Où sont-ils ? Comment sont-ils arrivé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
boudicca
  21 octobre 2018
Je sais que je vais sans doute me faire taper sur les doigts par certains de mes camarades blogueurs (un lutin et un dieu égyptien, pour ne pas les nommer...), mais le « space-opera » a, jusqu'à très récemment, toujours été un genre pour lequel je n'avais absolument aucun attrait. Brian K. Vaughan est heureusement arrivé il y a quelques années avec sa série de comics « Saga », et m'a fait découvrir quelques unes des merveilles que ce sous-genre de la SF pouvait receler. Et puis, Dionysos m'a dernièrement convaincu de lire « Pyramides », le dernier roman de Romain Benassaya paru chez Critic, et me voilà désormais pleinement réconciliée avec le space-opera (ce qui n'était pourtant vraiment pas gagné !). le roman débute par une scène qui pose les bases d'un concept qui, à priori, n'a rien de bien original : les passagers d'un immense vaisseau spatial se réveillent après un temps indéterminé passé en stase. Sauf qu'en lieu et place de la nouvelle planète qu'ils étaient censés atteindre au terme de leur long sommeil, les voilà coincés au milieu de nul part. Les commandes du vaisseau baptisé le « Stern III » ne répondent plus, les appareils de repérage ne détectent rien, et surtout plusieurs indices laissent à penser que le sommeil des passagers a duré bien plus longtemps que les deux siècles prévus. Vraiment plus longtemps. Très vite, les différents membres du conseil chargés d'administrer l'arche et de représenter ses habitants vont se diviser sur la manière de gérer la crise. Pour certains, la priorité reste de comprendre où ils se trouvent afin de tout mettre en oeuvre pour repartir et atteindre leur destination initiale. D'autres aspirent en revanche à consacrer tous les moyens possibles à bâtir un nouveau monde ici même, sur cette arche dont les ressources (correctement utilisées) devraient permettre de subvenir aux besoins de tout le groupe. Les deux théories se valent et le conseil va, pendant un temps, favoriser à tour de rôle l'un ou l'autre des deux camps qui font chacun des avancées significatives.
Du côté des « Explorateurs » (ou des « Téméraires » pour leurs détracteurs), on découvre que le vaisseau est pris au piège d'un immense tunnel dont la dimension équivaut à celle de plusieurs galaxies et qui est traversée par d'étranges courants qu'ils tardent à certains de comprendre. du côté des « Bâtisseurs », on mise en revanche tout sur les Jardiniers, ces petites créatures insectoïdes implantées lors de la création du vaisseau dans ce qui tient lieu de forêt pour l'arche, et qui ont profité du très long sommeil des passagers pour évoluer en une espèce bien plus intelligente qu'à l'origine... L'auteur pose donc les bases d'une situation explosive qui ne tarde effectivement pas à dégénérer jusqu'à prendre des proportions dramatiques. La grande majorité du roman se déroule en huis-clos, même si les quelques missions d'exploration lancées par les Téméraires nous permettent de sortir quelque peu du vaisseau pour explorer le vide à la recherche des mystères qu'il peut receler. Impossible de ne pas se prendre au jeu tant le récit est immersif et bourré de rebondissements. Chaque chapitre comporte son lot de petits ou grands événements qui viennent chambouler la vie à bord du Stern III et vont faire pencher l'adhésion du lecteur tour à tour vers l'un ou l'autre des deux camps. L'auteur a en effet l'intelligence de ne pas chercher à nous faire prendre parti, et tente au contraire de nous prouver ce que chacune de ces visions radicalement différentes de la catastrophe peuvent avoir de bon ou de mauvais. Si l'évolution du conflit opposant les passagers du vaisseau suffit à lui seul à maintenir l'intérêt du lecteur en éveil, il est toutefois un autre aspect qui vient ajouter encore plus de sel au récit : le mystère du tunnel. Car là encore, l'auteur joue très finement avec le lecteur en lui donnant tout au long du roman, et de manière régulière, de nouveaux indices intéressants concernant le lieu d'échouage du vaisseau... sans pour autant que la curiosité du lecteur (et des personnages) ne soit jamais pleinement satisfaite. C'est bien simple, plus le lecteur avance dans sa lecture et plus certaines questions trouvent leurs réponses, celles-ci posant à leur tour d'autres questions encore plus passionnantes que les précédentes, et ce jusqu'à la fin.
C'est donc à vitesse grand V que j'ai terminé le roman dont le rythme ne ralentit à aucun moment et dont la qualité ne faiblit jamais non plus (sur près de six cents pages, il faut avouer que c'est un bel exploit !). Si l'immersion est à ce point réussie, c'est aussi et surtout grâce au puissant lien d'empathie qui se créé dès les premières lignes entre le lecteur et les personnages. Ils sont deux, surtout, à se partager le coeur du lecteur. le premier, Eric, est plus naturellement attiré par le clan des Explorateurs, d'abord de part sa carrière, mais aussi de part son désir viscérale d'offrir à celle qu'il aime la vie et les paysages promis. La seconde, c'est justement cette femme, Johanna, qui se prend très vite de passion pour les Jardiniers et entend bien construire une nouvelle vie ici même. Outre l'histoire d'une communauté qui se déchire, le roman de Benassaya est aussi celle d'un amour tragique entre deux personnes forcées de choisir entre leurs sentiments et leur vision du monde qu'ils entendent construire. Là encore l'auteur ne cherche pas vraiment à nous faire prendre parti, si bien que le lecteur s'attache et comprend les deux personnages, y compris dans leurs excès. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, et participent à faire de ce récit une aventure avant tout profondément humaine. L'auteur nous décrit en effet l'évolution du conflit entre Téméraires et Bâtisseurs d'une manière presque sociologique qui permet de mettre en lumière ce dont l'homme est capable de pire comme de meilleur. Même si le roman appartient clairement au domaine de la SF, Romain Benassaya ne s'attarde ainsi que relativement peu sur des détails techniques, privilégiant an contraire les relations entre les différents individus de cette communauté. Si on entend parler à quelques reprises de la composition et du fonctionnement du vaisseau, ou encore de phénomènes physiques particuliers, les explications restent donc simples, compréhensibles, et relativement marginales. Idem pour la description des races extraterrestres dépeintes ici qui se révèlent franchement atypiques et qui ne manquent pas de susciter elles aussi la curiosité du lecteur.
Grâce à Romain Benassaya je ne pourrais à présent plus dire que je n'aime pas le space-opera ! L'auteur signe avec « Pyramides » un excellent roman qui place l'humain au centre du récit et qui séduit aussi bien par la qualité de son intrigue que par l'épaisseur du mystère qui entoure le naufrage du vaisseau spatial. Voilà une lecture que je recommande chaudement à tous, amateurs de SF ou non.
Lien : https://lebibliocosme.fr/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Dionysos89
  24 février 2018
Après Arca, Pyramides est le deuxième roman de Romain Benassaya aux éditions Critic et il propose à nouveau un space opera d'envergure.
Le pitch est simple et astucieux, d'autant que la quatrième de couverture semble tout dévoiler, alors qu'en fait non puisqu'on dépasse le stade donné dès les premières pages du roman. Au XXIIe siècle, des vaisseaux sont envoyés pour coloniser une planète ressemblant à la nôtre et pas trop éloignée, Sinisyys. Toutefois, il est nécessaire de plonger l'équipage et les futurs colons triés sur le volet dans un long repos cryogénique d'environ deux cents ans. le problème est qu'à leur réveil, ils ne sont pas à destination, leur vaisseau (le Stern III) semble échoué et aucune constellation n'est visible pour se repérer. Autant dire que tout cela part bien mal, ne sachant même pas ni où ni quand ils se trouvent.
Parmi eux, nous suivons avant tout Éric et Johanna qui ont décidé de faire le voyage ensemble pour se construire une nouvelle vie loin de la Terre. Lui est explorateur, elle est plutôt biologiste. Il préfère sortir du vaisseau pour tenter de trouver une nouvelle oasis, elle préfère davantage optimiser les ressources pour assurer l'installation de la colonie à l'endroit où le vaisseau s'est arrêté. L'opposition est un peu binaire, présentée ainsi, tout comme les choix proposés au sein de la future colonie et qui ne tardent pas à la scinder en deux tendances, l'une plutôt exploratrice, l'autre plutôt pour l'installation. Pour autant, nous suivons d'abord une grande aventure en couple et c'est sûrement le plus intéressant, puisqu'en se rapprochant ou en s'opposant, Éric et Johanna sont deux beaux personnages avec leurs atouts et leurs défauts dans leur quête de survie. Ils se démènent comme ils peuvent pour émerger de ce huis-clos au fin fond de l'espace.
Mais d'ailleurs où s'est arrêté ce vaisseau pour que l'équipage ait besoin de se torturer le cerveau pour assurer sa survie ? Est-il le seul vaisseau dans cette situation ? Une fois levées les premières interrogations liées à la survie quotidienne, viennent les interrogations plus métaphysiques à propos de leur place dans l'univers. Ils cherchent leur place, spatialement bien sûr, mais aussi vis-à-vis d'éventuelles autres espèces qu'ils pourraient rencontrer. Les réponses viennent, doucement certes, mais en temps utile, d'autant plus que chaque découverte amène en gros une réponse et deux questions supplémentaires... Il faut avouer qu'au niveau émotionnel, Romain Benassaya sait mener sa barque. L'impression est toujours donnée qu'à chaque nouvel événement les possibilités sont énormes, mais que le destin est déjà écrit, un peu à la manière de ces sagas familiales où le malheur est inéluctable. Difficile de lâcher ce roman quand arrivent des décisions fatidiques pour ces personnages.
En définitive, un petit coup de coeur personnel pour ce planet opera très sympathique et ambitieux, dont la fin pourra laisser un goût amer à certains, mais qui fournit un beau voyage avec un bel imaginaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
pictura
  02 mai 2018
Un régal, une came, un kif, du velours, un velouté servi dans une porcelaine fine de Chine, un bonheur absolu, un dimanche à la campagne, une journée de pluie dans le désert, une journée de soleil en Picardie, la rencontre dans une vie, le regard de la fille, le bois qui brule dans la cheminée un soir d'hiver…
Romain Benassaya écrit ici un livre de science-fiction comme les Anciens écrivains savaient seuls le faire (à part Dan Simmon). A travers Pyramides, c'est une part des oeuvres de Dick, de Simak, de Silverberg, de van Gogt et de tant d'autres qui me viennent à l'esprit.
C'est sous les traits d'une SF extraordinaire, une aventure hors du commun, un questionnement de l'humanité ou sur l'humanité que seuls pratiquaient les Anciens (oui, je me permets de dire les Anciens alors que ça ne fait qu'une cinquantaine d'année en gros), questionnement oublié par la nouvelle génération qui confond SF et nouvelles technologies (rien à voir) que signe l'auteur.
Pyramides est un oeuvre vraiment admirable. D'autant plus que je ne suis pas trop dithyrambique de manière générale. Il n'y a qu'à voir le nombre de livres auxquels j'ai attribué 5 étoiles (à ce jour 16 livres). Ami lecteur, vous allez embarquer dans un roman ô combien palpitant, ô combien grandiose, ô combien jouissif. C'est toute une flopée de phrases de ce style simpliste que j'ai envie de balancer, d'euphoriques éloges, de surdoser des compliments sur ce Romain Benassaya tant la lecture m'a passionné. Un grand moment de béatitude. Oui, tout simplement. Une épopée surhumaine, un récit intense et juste, une aventure sur trame énigmatique…. Oui, j'abuse de qualificatifs, je suis en mode superlatif.
Allez, stop, c'est quoi l'essentiel ?
Vous ouvrez le livre, et dès les premières pages, les premiers mots, vous êtes happés et comme dans un tunnel (clin d'oeil, non c'est pas mon genre de spolier…), vous n'avez pas d'autre choix que de poursuivre votre route jusque la sortie, et bien, c'est cela un livre passionnant. Je radote, et cela m'est bien égal. Je crois pas l'avoir dit une fois dans la centaine de critiques établies, juste deux petits mots rattachés ensemble, deux petits mots que je ne dirai pas avant longtemps : Quel talent !!!!
Qu'il est bon de dire à l'auteur ou à mon ami lecteur qu'un livre vous a enchanté. Ahhhh, je peux mourir en paix maintenant. En ferais-je un peu trop ? Bah, je m‘en fous. Je suis sur un nuage…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
Tarann
  24 juillet 2018
Passionnant, palpitant, immersif. La dernière page lue, quittant à regret ce roman, ce sont ces trois adjectifs qui me sont spontanément venus à l'esprit.
Une nouvelle fois édité chez Critic, Pyramides est le second roman de Romain Benassaya et le moins que je puisse dire, c'est que le talent n'attend point le nombre de romans !
Pyramides aurait pourtant pu donner lieu à une histoire relativement classique : en 2182, les humains ont saccagé la Terre, ou du moins subissent-ils les erreurs des précédentes générations (montée des eaux, pollution de l'air etc). La solution à ces problèmes ? Tenter de rendre habitables certaines planètes de notre système solaire et, cela sera le sujet du roman, programmer des missions de terraformation d'exoplanètes. Parmi celles-ci, Sinisyys a tout pour plaire : mille six cent colons sont alors choisis afin d'effectuer ce grand voyage qui, de par sa durée atteignant les 200 ans, nécessite la mise « animation suspendue » de tout ce beau monde.
Comme je le disais : plutôt classique, non ?
Cependant, lorsque qu'Eric Rives -personnage que l'on suivra en priorité tout au long du récit- est réveillé par le commandant du Stern III, on comprend rapidement que rien ne va se dérouler comme prévu. « Où nous trouvons-nous ? » est la première question qui va se poser. A l'extérieur du vaisseau, aucun signe de vie : pas de ciel visible, pas d'étoiles avec lesquelles se repérer, pas de végétation, une absence quasi irréelle du moindre relief et, surtout, pas le moindre signe d'activité humaine. A l'intérieur , la situation semble stable mais pas dénuée de problèmes  : les ordinateurs de bord et leurs précieuses données sont inaccessibles et l'ensemble des autres colons sur le point d'être à leur tour réveillés.
Commence alors Pyramides, soit la survie de femmes et d'hommes au sein d'un environnement aussi étrange qu'incompréhensible.
Le début du roman est selon moi la partie la plus faible du récit. Après une introduction qui ne peut qu'éveiller la curiosité, l'histoire devient moins intéressante : on apprend à mieux connaître connaître Eric, sa compagne, Johanna, les quelques membres du Conseil qui dirige la vie du Stern III ainsi que d'autres...passagers que je vous laisse le plaisir de découvrir. le début de l'organisation de la vie au sein du vaisseau est un passage obligé mais assez peu palpitant.
Fort heureusement, tout devient bien plus intéressant dès lors qu'émergent deux courants au sein de la communauté du Stern III avec d'un côté ceux voulant affecter en priorité les ressources à l'exploration de la mystérieuse zone et ceux qui, au contraire, considèrent ces dépenses comme inutiles, pour ne pas dire criminelles, et souhaitent développer des infrastructures afin que les colons s'installent durablement dans la zone en question.
Cette opposition va alimenter une grande partie du livre, l'auteur nous faisant vibrer à coup d'ultimatum, de complots, trahisons et relations brisées. En suivant Eric, on suit un homme tiraillé entre son envie de quitter cette zone morte, aussi bien pour sa famille que pour lui, et le désir parfois étouffant de Johanna de le voir abandonner son exploration. Un homme qui va souvent être acteur mais parfois témoin de l'évolution d'une communauté dont l'existence est conditionnée à l'inexplicable.
Je n'en dirai pas plus mais je dois souligner le fait que le roman est riche en rebondissements, l'auteur sachant bien se jouer de nos attentes. Il m'est arrivé à plusieurs reprises de retenir mon souffle, les pages défilant à un rythme bien plus élevé que ma moyenne !
Le grand, très grand plaisir de lecture s'explique donc par ce suivi maîtrisé et fort en émotions des colons du Stern III, par une curiosité sans cesse renouvelée qui nous pousse à avaler ces chapitres courts et rythmés. On veut savoir pourquoi, comment, depuis combien de temps...
Voilà ce qu'est Pyramides : un récit humain. A taille, dimension humaine allais-je ajouter... Ça, je vous laisserai le soin d'en juger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
saphoo
  23 décembre 2018
!lu dans le cadre du multidéfis 2018, j'annonce de suite que ce fut difficile pour moi de m'atteler à cette lecture d'une part pour son genre et d'autre part pour son volume. le voyage fut long c'est le moins que l'on puisse dire, mais ma fois je ne suis pas déçue. ALors n'étant pas une spécialiste du genre, je ne peux donc pas comparer ni dire si c'est bon, excellent, etc... j'ai passé de bons moments et de moins bons. J'ai ressenti des ralentissements, une baisse de régime, des longueurs, je pense que quelques coups de ciseaux ici et là auraient donner plus de punch à ce roman.
L'histoire est intéressante mais le fait d'être enfermé cela m'a donné cette sensation d'étouffement , heureusement qu'il y avait le Jardin pour prendre l'air.
Sinon c'est une bonne façon d'imaginer le devenir de l'espèce humaine contraint à fuir notre belle planète Terre dévastée, polluée, épuisée par une génération d'inconscients. Puis on retrouve incontestablement les conflits d'une communauté, le pouvoir ça fait perdre la tête !
Tout cela n'était pas une grande surprise.
Après le côté SF, très peu pour moi, sauf peut être l'évolution d'un être, ses capacités au delà du rationnel.
Malgré ma crainte de me plonger dans ce monde sidéral, j'ai apprécié ma lecture, longue et parfois sans grand intérêt pour moi, j'ai aimé malgré tout le côté explorateur d'Eric, Sarah, le Bleu-Gris et Vert-Gris, Jia.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
LenocherdeslivresLenocherdeslivres   30 juin 2018
Tandis que le sol blanchâtre défilait sous les chenilles du véhicule, dans l'éclat des phares, Eric éprouvait un malaise grandissant. Aucune irrégularité ne troublait l'uniformité de la plaine. Il n'y avait ni montagnes, ni dépressions, seulement un sol lisse, comme si un gigantesque rouleau compresseur avait tout aplani.
Commenter  J’apprécie          40
RadinovitchRadinovitch   17 octobre 2018
Cette nuit-là, Éric rêva qu’il était enfermé dans les boyaux d’une pyramide, avec une simple lampe de poche, dont les piles faiblissaient. De grands scarabées dorés le poursuivaient, et de tous les recoins obscurs, d’horribles momies surgissaient, affamées de chair humaine. Il était pris au piège. Dans une pyramide.
Commenter  J’apprécie          30
Dionysos89Dionysos89   20 février 2018
Une faible chance de survie vaut mieux que pas de chance du tout.
Commenter  J’apprécie          180
KyokotofKyokotof   09 octobre 2018
"Dans le fond, ce qui arrive, nous l'avons tous voulu. Nous l'avons tous cherché."
- Alors nous sommes tous suicidaires.
- Ou simplement humains.
Commenter  J’apprécie          60
picturapictura   21 avril 2018
Un désert de sable, ou un désert d'étoile, tout valait mieux que le tréfonds obscur d'une tombe.
Commenter  J’apprécie          80
Video de Romain Benassaya (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Romain Benassaya
"Arca" de Romain Benassaya éd: Critic
autres livres classés : explorationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2752 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..