AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266168137
224 pages
Éditeur : Pocket (15/02/2007)
3.49/5   194 notes
Résumé :
Qu'en est-il du jeune auteur dont on a dit, à la sortie de son premier roman, Récit d'un branleur, qu'il " était à la littérature ce que les Sex Pistols ont été au rock "?
Samuel Benchetrit ne s'est pas calmé. Après des aventures au cinéma (lacis et John) et au théâtre (Moins deux), il revient aujourd'hui en librairie avec un projet tout à fait déraisonnable : raconter, en cinq livres, les trente premières années de sa vie.
Il aurait pu attendre d'avoi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,49

sur 194 notes
5
3 avis
4
8 avis
3
5 avis
2
3 avis
1
1 avis

Nowowak
  04 août 2021
« du talent à jeter en brume, de la poudre de perlimpinpin sur le monde, tendrement provocant, anar, antidépresseur », à force de trop faire l'article on vous ferait passer des merles pour des grives. Une année plus tard la presse se contente de décrire l'auteur comme « un romancier minimaliste et drôle, tendre, cru, toujours honnête, une plume qui crisse, une écriture aérienne et dense. » Assurément ce n'est pas du Marc-Édouard Nabe. Samuel Benchetrit a la frite et raffole des courtes phrases un rien graisseuses. Désolé mais après avoir feuilleté d'autres fast food trempés dans sa plume, ses livres sentent la merguez cramée et la branlotte facile.
Cet immeuble où l'ascenseur est continuellement en panne conte de petites histoires coincées entre deux étages qui ne devraient pas vous donner envie de vous relever la nuit. Okay ça se lit mais sans passion, sans rien de provocant, sans atteindre les sommets, un style pauvre et souvent cliché. Toutefois je m'intéresse à cet auteur un brin paresseux (tout talent mérite d'être travaillé) auquel il ne manque pas grand chose pour être meilleur et peut-être moins branquignole (allusion à son premier livre). Ses films sont plus intéressants que ses livres, grâce au jeu des acteurs. Il n'est pas seul pour les faire, ça change tout.
Tranches de vie immigrouillardes, radicalités populacières, ces honorables souvenirs d'enfance passés en banlieue parisienne tristounette sur un fond de bitume tuméfié sont inoffensifs tellement ils sont chargés de révérence plutôt que de références. Ces courtes nouvelles sont certes parfois décalées et surréalistes voire réjouissantes par courts instants mais inégales et pas très révolutionnaires dans le fond du pavé. « Tu sens la nuit tomber doucement dehors sur la banlieue électrique. Il n'y a pas de bruit. Ou juste cette rumeur éternelle qui existe seulement ici. Un silence de banlieue, c'est un silence différent ». Pas de quoi en pondre cinq tomes de cet asphalte aspartame ou alors juste pour exploiter le maigre filon. Pourtant si. Je m'épargnerai la lecture de ces autres morceaux de trottoir. Notez que je ne dis pas caniveau mais le coeur y est. L'humour en tant que religion s'appuie ici sur un langage parlé qui n'est pas ma tasse d'athée.
« Aujourd'hui nous sommes dimanche, il est dix-huit heures et je ressens à nouveau cette même mélancolie. D'où vient ce poids qui se pose si souvent sur mes épaules ? Et si les autres filles semblent légères, c'est peut-être qu'elles n'ont pas à supporter ce sentiment d'amertume que je transporte en moi. Maman n'est toujours pas rentrée, elle travaille tant que je n'ose pas lui parler de cette tristesse qui m'habite parfois, et je sais qu'elle souffre à chaque minute du départ de papa… »
C'est plutôt réaliste et manquant d'audace. Kikoz ? le narrateur est parfois un petit garçon, parfois un homme, parfois un mec, on s'y perd. le langage parlé dénonce une certaine nonchalance dans le boulot attendu chez un écrivain. C'est trop facile de dire que c'est pour faire banlieue parigote. D'autant plus que ses autres livres sont basés sur cette même absence de recherche stylistique. Bref je laisse cet auteur à ceux qui le suivent avec clémence. J'ai un taux d'exigence qui répugne à se baisser.
Nowowak

Lien : https://pasplushautquelebord..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5011
carre
  12 juillet 2012
Coup de coeur pour ce premier tome « des chroniques de l'asphalte ». En choisissant de nous raconter les trente premières années de sa vie, Benchétrit se lance dans un projet qui pourrait paraitre prétentieux. Mais, c'est mal connaitre ce touche à tout (il est aussi auteur et metteur en scène de théâtre, réalisateur cinéma).
La vie de banlieue au quotidien au début des années quatre vingt, à travers l'enfance du petit Benche dans une tour de banlieue, on fait le tour de chaque étage, avec des voisins bien ordinaires. Et c'est justement dans cette banalité que vient tout le plaisir. Car les portraits oscillent entre tendresse et dérision, entre humour et fatalité. Les potes dans les halls d'entrée ou sur les terrasses (pas de cafés, celles des toits) croient encore en un monde meilleur. Chacun se débrouille pour trouver sa place. Les dialogues sonnent justes, les anecdotes cocasses et pathétiques sont racontées avec un regard acéré plein de nostalgie et de sympathie. Un hommage plein de respect pour des gens trop souvent caricaturés et laissé pour compte. Bravo Benche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
marlene50
  13 mai 2021
Samuel Benchetrit né en 1974, a écrit ici son premier roman sur sa jeunesse en 5 Chroniques.
Voici la première chronique que j'ai savouré.
Immeuble de banlieue, 12 étages sans oublier le toit.
Au début, ça aurait pu s'intituler "Histoires d'ascenseur"
- mesquinerie - humiliation - cruelle vérité et surtout humour noire qui m'a bien fait rire.
On découvre, au fil des étages, tout un microcosme qui a fait son enfance et sa jeunesse.
Exemples :
- Doudou qui n'a pas de diminutif puisqu'il s'appelle Doudou, aimerait s'appeler Johnny ! Mais ce n'est pas un diminutif,
- le frimeur de Peter, a qui on a envie de casser sa sale petite gueule dès le matin,
- Nathalie Lafine (vous vous doutez qu'elle n'est pas fine dans tous les sens du terme) , histoires de filles et de mecs ; tellement bien raconté que ça m'a bien fait marrer.
Etc .......
On retrouve dans l'écriture la fraîcheur de cette jeunesse d'alors, c'est raconté avec tendresse, humour, drôlerie, fatalisme aussi .
C'est surtout une belle histoire d'amitié entre potes qui vivent les mêmes galères et sont soudés dans ce "béton" qui laisse peu de place aux beautés du monde - mais ils s'en inventent - mais permet, quand même, de rêver à des jours meilleurs.
"Je sortis l'appareil que je pointai vers la banlieue qui s'étendait devant moi. L'impression qu'au moment de déclencher, les immeubles de béton, les néons, les rideaux de fer, les graffitis, les terrains vagues, les usines, les gens et le monde tout entier s'engouffreraient en moi".
J'ai bien apprécié cette Première Chronique.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Bazart
  03 novembre 2015
Si Samuel Benchetrit pouvait m'interesser en tant que romancier, son statut de cinéaste m'a toujours laissé plus spectique, et semblait même sur une pente clairement descendante tant son dernier film Un Voyage était particulièrement pénible à regarder. ,
" Son dernier film en date " Asphalte" , adaptation cinématographique de son propre roman en partie autobiographique "Chroniques de l'asphalte", ensemble de souvenirs publié en 2005 de son enfance passée en banlieue parisienne un roman lu à sa sortie et qui est vraiment très réussi sur bien des plans.
Adaptation très libre de son ouvrage, car des personnages apparaissent alors que d'autres disparaissent, il en conserve la même toile de fond, cette banlieue qui pourrait sembler un peu terne et décrépie, mais évite habilement les clichés et les stéréotypes dont je parlais en début de billet, tant Benchetrit prend soin d'intégrer une part de rêve, de fantaisie et de magie et de se focaliser sur espoirs de ses habitants.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          270
LibrairePerigourdin
  19 février 2018
C'est le meilleur des trois tomes déjà sortis - et de très loin. Pour la simple et bonne raison, que c'est ( forcément ) le premier qu'il a écrit, et par conséquent, celui qui se rapprochait le plus - sur le plan temporel - de sa jeunesse en banlieue.
Et on le ressent. Benchetrit dépeint ces visages, ces décors, ces dialogues absurdes ( l'ascenseur, ce grand moment ) qui sonnent pourtant tellement justes, cette heureuse et insouciante misère, cet humour fou, mais surtout : ce vécu. Même s'il se défend de raconter son histoire.
Du coup, les personnages sont parfois violents, parfois idiots ( forcément toujours attachants, et avec une part de lumière, car l'auteur ne sait pas faire autrement ) mais ne sont pas que des personnages de roman. J'ai travaillé en banlieue, dans une autre vie, dans un quartier "difficile". J'ai été étonné et amusé par les nombreuses similitudes. Similitudes que je n'ai plus jamais eu la chance de retrouver dans les deux autres tomes et surtout dans le Coeur en Dehors, sorte de recueil de la niaiserie, soupe pseudo bien-pensante. Je suis en revanche persuadé d'aimer La nuit avec ma femme, car j'aime autant Benchetrit qu'il est capable de m'agacer, et je le fuis à toute allure quand son écriture vire à la posture - à l'imposture ? Mais assurément, dans ce premier tome ce n'est pas le cas. Car il l'a écrit sans tricher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
ChimereChimere   10 octobre 2014
"Aujourd'hui nous sommes dimanche, il est dix-huit heures et je ressens à nouveau cette même mélancolie. D'où vient ce poids qui se pose si souvent sur mes épaules? Et si les autres filles semblent légères, c'est peut-être qu'elles n'ont pas à supporter ce sentiment d'amertume que je transporte en moi. Maman n'est toujours pas rentrée, elle travaille tant que je n'ose pas lui parler de cette tristesse qui m'habite parfois, et je sais qu'elle souffre à chaque minute du départ de papa..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
marlene50marlene50   13 mai 2021
- T'es sympa mais je peux pas ce soir ... Je vais dormir chez Cathy Frementa, elle m'a invité à passer la nuit, et j'ai pas pu refuser si tu vois ce que je veux dire.
Un peu que je voyais ce qu'il voulait dire.
Cathy Frementa.
La plus belle femme de l'univers.
Tout le monde rêvait d'aller dormir chez Cathy Frementa, et je crois même que si elle nous avait proposé de nous vautrer en chien de fusil sur son paillasson, les trois quarts du quartier se seraient jetés dessus.
.... Il n'y avait pas d'homme chez les Frementa, juste trois femmes. Trois beautés qui sentaient le sexe à des kilomètres et qui rendaient dingues trois générations de types dans les alentours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
le_Bisonle_Bison   22 février 2012
Le lendemain soir, en fumant ma cigarette, je regardais le terrain vague, et deux gamins qui essayaient de faire rouler un vélo abandonné à une seule roue. Je me dis que les terrains vagues étaient des sortes de théâtres à représentation unique et aux spectacles parfois étonnants.
Commenter  J’apprécie          90
le_Bisonle_Bison   22 février 2012
Une nuit que j’étais à traîner dans le hall, deux types sont arrivés et m’ont demandé comment je m’appelais.

- Samuel
Ensuite, l’un des deux m’a demandé mes origines.
Juif par mon père. Gitane par ma mère.
Là-dessus, le premier m’a empoigné par les bras, et en un rien, je me suis retrouvé par terre. Le deuxième gars m’a attrapé par les cheveux et a tapé une dizaine de fois ma tête contre le sol carrelé pendant que son copain m’envoyait des coups de pied un peu partout dans le ventre et le dos. [...]

Quand je me suis réveillé, j’étais toujours étendu, apparemment personne n’était passé dans le hall, ou bien des gens qui avaient dû me prendre pour un camé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
marlene50marlene50   13 mai 2021
Tu sens la nuit tomber doucement dehors sur la banlieue électrique.
Il n'y a pas de bruit.
Ou juste cette rumeur éternelle qui existe seulement ici.
Un silence de banlieue, c'est un silence différent.
C'est un silence avec du bruit.
Ecoute le silence bruyant et ferme les yeux.
Tes rêves seront toujours d'asphalte mon petit Bench.
D'asphalte et de néons.
Ferme les yeux et endors toi enfin.
Tu es chez toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Samuel Benchetrit (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Samuel Benchetrit
L'Art bouleversé. Plus de 20 artistes se racontent en live de 17h à 00h !
Ecouter, soutenir, aimer les artistes. S'enrichir de leurs expériences… L'actuelle pandémie et les légitimes contraintes sanitaires qu'elle provoque les a durement éprouvés dans leur travail, leur capacité de création, leur imaginaire peut-être et leurs relations, sûrement, au public. Télérama et le CENTQUATRE-PARIS se sont associés pour leur donner la parole sur ce qu'ils vivent aujourd'hui et comment ils le vivent.
Avec
Mathieu Amalric Bartabas Samuel Benchetrit Rachida Brakni Camille Chamoux Matali Crasset Vincent Delerm Nicola Delon Laurence Equilbey Jacques Gamblin Nicole Garcia Barbara Hannigan Kaori Ito Christiane Jatahy Eva Jospin JR Maylis de Kerangal Helena de Laurens Edouard Louis Vincent Macaigne Alexis Michalik Tommy Milliot Vanessa Paradis Suzane ...
+ Lire la suite
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1192 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..