AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266108212
Éditeur : Pocket (04/11/2004)

Note moyenne : 2.82/5 (sur 135 notes)
Résumé :
Roman Stern a un vrai problème : les dingues et les dépressifs du globe semblent l'avoir choisi comme confident exclusif. Au comptoir d'un café, dans la rue ou sous un Abribus... A chaque fois, le jeune homme devient la cible privilégiée de tous ceux qui ont besoin de se
plaindre. Et Roman ne s'emporte jamais. Il a toujours été comme ça. Plutôt spectateur qu'acteur, docile, adepte des salles obscures et du repli sur soi. Jusqu'au jour où son alcoolique de tan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
LUKE59
  05 septembre 2012
Sous ce titre provocateur, Samuel Benchetrit, à la base jeune réalisateur de cinéma , signe en 2000 ce premier et court roman dont l' idée de départ est originale.Son héros - ou plutôt anti-héros-, Roman Stern, jeune homme oisif,totalement désabusé, fauché comme les blés, doté d' une faible estime de soi et dénué de toute compassion pour son prochain , a la fâcheuse particularité d' attirer à lui les dingues et les paumés . Il endure alors stoïquement, davantage par lâcheté que par politesse le récit détaillé de leurs petites misères quotidiennes.D' un coup de génie, il lui vient à l' idée de tirer avantage de ce handicap en créant une société des plaintes qui va lui permettre de faire commerce de son écoute , par ailleurs parfaitement neutre sinon passive , à la manière d' un psychanaliste. Un évenement familial puis un fait divers le ramenant à son passé vont venir ébranler son cynisme.....Avec un bémol pour le style parlé et cru de l' auteur ; j' ai apprécié, dans l' ensemble son humour politiquement incorrect ,un peu cruel, pouvant parfois rappeler Houellebecq ou Cavanna.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
isajulia
  21 mars 2013
Samuel Benchetrit,ne passez pas par la case départ et ne touchez pas 20000 francs.
Non sans rire,c'est ce que j'appelle se foutre de la gueule du lecteur.Un héros insipide et naze au possible,une histoire qui part en sucette,il n'y a absolument rien de drôle dans ce livre...En fait le titre et la quatrième de couverture suffisent amplement,ce n'est même pas la peine de l'ouvrir ou alors c'est à vos risques et périls.
A éviter!
Juste un coup de gueule : quand je vois de la daube pareille qui est éditée et que des écrivains plein de talents rament cela me rends folle,certains éditeurs ont vraiment du fric à perdre!
Commenter  J’apprécie          196
marion_b
  12 mai 2013
J'ai tendance à m'attendrir dès qu'un loser décide de s'épancher dans un bouquin . En voici un très beau spécimen!!!
Ce livre n'a pas la prétention d'être un chef d'oeuvre de la littérature et c'est très bien comme ça. Avachie sur mon canapé je me suis contentée comme l'auteur, de me laissée porter par cette chtite histoire molle et rigolote. C'est tout.
Commenter  J’apprécie          100
loloM
  15 janvier 2014
Ecrit comme parlé, raconté comme vécu, ça file. Un "débit d'écriture" plutôt agréable.
Pas de folie ou d'extraordinaire dans le fond, des bizarreries tout de même, une trame disons étonnante, mais plausible juste ce qu'il faut.
On ne le déteste pas, ne l'envie pas, ne le comprend pas forcément mais on le suit, ce "branleur", pas si sûr de lui. Et avec intérêt.
Pas de sentiment poignant, rien de violent, mais un fond, une ambiance étrange et intéressante. Et, il nous faut aller au bout.
Une petite pause lecture qui d'après moi vaut le détour. Se laisser guider dans une histoire de vie, sans grande surprise, mais dotée d'une touche pinçante, voire un peu touchante finalement. Ca manque sûrement de piquant et de rebondissement, mais ça n'en reste pas moins un bon moment, étrange, simple et franc.
Commenter  J’apprécie          20
LibrairePerigourdin
  23 octobre 2015
Le meilleur roman du Bench ( avec le premier opus des chroniques de l'asphalte ) et de loin. Un personnage moyen et désabusé, de l'humour, et un clébard attachant.
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LUKE59LUKE59   05 septembre 2012
J' ouvris l' un des livres du colis. Non pas pour le lire, mais pour garder ma place assise dans le métro bondé, et ne pas prêter attention à la vieille qui, debout près de moi , me regardait d' un mauvais oeil en faisant semblant de tomber à chaque secousse.../...Je n' aimais pas cette tradition de la hiérarchie de la place assise dans les transports en commun. Qui peut décider quel est le passager le plus piteux méritant de s' asseoir confortablement? J' étais moi-même convaincu d' être moins en forme que la vieille, qui, maintenant, tentait lamentablement d' attirer l' attention par une crise de suffocation.(p138)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
mgeffroymgeffroy   15 avril 2008
En repensant à mon rêve je le trouvai ridicule. Et je me dis que j'étais aussi con dans mes rêves que dans la vie. Et que ça m'aurait bien arrangé d'être un génie dans mes rêves. Que ça m'aurait reposé de ma connerie éveillée.
Commenter  J’apprécie          140
LUKE59LUKE59   30 août 2012
Vautré dans un nouveau fauteuil, je voyais la fin du film pris en cours et son long générique final. Pourquoi tous ces noms ? Rarement lus ou si vite oubliés. Si vous achetez une armoire, il n' y a pas écrit les noms de chaque personne qui a servi à sa fabrication.( p 49/50)
Commenter  J’apprécie          100
LUKE59LUKE59   05 septembre 2012
De toute façon les machins d' art faut pas s' en mêler. Les gens qui achètent ce genre de tableau, ça fait des lustres qu' ils suivent l' évolution de la peinture. Eux ils savent bien pourquoi un type peint des taches bariolées cinq cent ans après un autre qui peignait des anges super appliqués.(P110)























Commenter  J’apprécie          10
MarcPruvostMarcPruvost   24 mars 2012
Et je ne sais pas pourquoi, j'ai pensé à la lune. A être seul sur la lune. Protégé des pleureurs et de leurs complaintes. Regarder la terre et lui gueuler : je t'emmerde !
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Samuel Benchetrit (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Samuel Benchetrit
Samuel Benchetrit propose une variation iconoclaste et hilarante sur la figure de l?écrivain loser, à côté de la plaque et du succès, dans « Reviens », qu?il publie aux éditions Grasset et Fasquelle.
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14890 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre