AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782260018278
322 pages
Éditeur : Editions Julliard (23/08/2012)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 40 notes)
Résumé :


Laurent Minkowski, la quarantaine, est un chercheur en génétique qui ne veut pas se reproduire, comme il est des chirurgiens qui ne supportent pas la viande ou des pharmaciens qui ne jurent que par la tisane. Depuis quelque temps, il est à cran. Le laboratoire privé où il travaillait l'a licencié, plus personne n'embauche dans le public, et son médecin traitant lui a découvert une forte hypertension artérielle. Bon, vous me direz qu'il y a des millio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
StefEleane
  04 juillet 2015
Laurent Minkowski à la quarantaine passée. Il vient d'être renvoyer de son poste de généticien et par dessus le marché on vient de lui détecter une hypertension. le hic, c'est qu'il vit avec une jeune femme de vingt ans sa cadette. du coup, il a peur de ne plus avoir ce rôle de protecteur qui justifierai qu'elle soit avec lui et qu'elle se rende compte qu'il vieilli. Bah oui, c'est pas un playboy non plus le bonhomme!
Encouragé par un vol de téléviseur dans une camionnette de Darty au pied de son immeuble, il va se lancer dans le cambriolage afin d'assurer un minimum son pouvoir d'achat et taire sa nouvelle condition à sa compagne.
Le problème est qu'évidement un généticien cambrioleur sans aucunes expériences, c'est un peu risqué !! Il y aurait, comme qui dirait, un mauvais génie au dessus de sa tête que cela ne serait pas étonnant ... Surtout lorsqu'il se retrouve mêlé au meurtre du numéro 1 du grand banditisme.
Roman drôle qui raconte les mésaventures de notre personnage principal. Embarqué dans un vrai tourbillon assez rocambolesque parfois. Un humour qui vous donne une légèreté dans la lecture de ce bouquin.
- Pardon, je ne savais pas que vous teniez un journal intime...
- Moi non plus, s'amusa Juliette.
- Oui, j'ai commencé vendredi, j'ai arrêté samedi. Je trouve ça assommant. Je ne sais pas comment Chateaubriand a tenu cinquante ans...
Laurent Bénégui nous conte une histoire pleine d'autodérision avec brio . Il mérite d'être lu et d'avoir un peu plus de publicité !!!!!

Lien : http://lesciblesdunelectrice..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
lisalor
  04 septembre 2014
Mon avis : Grâce à Faurelix, j'ai découvert un autre auteur français pendant mon été : Laurent Bénégui. Je n'avais jamais rien lu de cet auteur mais il avait retenu mon attention avec ses titres de romans un peu décalés, comme je les aime.
Laurent vient d'être licencié d'un laboratoire pharmaceutique et n'ose pas l'avouer à sa compagne Juliette de vingt ans sa cadette. de plus des examens médicaux lui annonce qu'il est gravement malade, il va devoir prendre des cachets toute sa vie pour son hyper tension. Trop vieux, il pense que Juliette va le quitter ...
Complètement déconnecté, un matin en sortant de chez lui, il vole le téléviseur de sa voisine de palier dans la voiture de livraison de chez Darty. Ce sera le début de petits larcins à gauche à droite : 30 euros le vélib c'est pas mal. Pourtant les ennuis ne vont pas tarder à arriver.
Une véritable comédie humoristique et absurde, drôle et légère comme je les aime. Aventures, mésaventures seront le destin de Laurent mais le piège se referme doucement sur lui. Bon il est vrai que certaines situations sont parfois assez rocambolesques et improbables mais on passe dessus tellement on s'amuse. Un livre désopilant.
J'ai d'ores et déjà "SMS" dans ma PAL, il me tarde de le

Lien : http://lisalor.loulou.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
yv1
  06 septembre 2012
Fiez-vous au titre : à la fois drôle et un rien intrigant. Eh bien, le livre c'est ça ! Drôle, léger par moments, mais aussi moins à d'autres instants. On rit beaucoup aux aventures de Laurent, à ses mésaventures devrais-je même écrire. Rocambolesque, jubilatoire. Ça part dans tous les sens pour le plus grand plaisir du lecteur, enfin le mien au moins, mais je ne doute pas que vos zygomatiques travailleront dur à cette lecture. Laurent Bénégui met son héros dans des situations désopilantes et périlleuses pour lesquelles on ne voit pas d'issue heureuse, mais... (Oh, Yv ce suspense ! Insoutenable !)
l m'est difficile d'en parler beaucoup plus parce que je ne veux pas dévoiler l'intrigue de peur que vous manquiez les surprises et que vous ratiez quelques secondes de plaisir. Sachez qu'il y est question d'un bébé qui pourrait faire basculer la vie de tout ce petit monde, de relations difficiles entre tous les protagonistes et d'une véritable intrigue policière qui tient le lecteur jusqu'aux ultimes pages. Alors certes, ce n'est pas un polar proprement dit, mais l'auteur a le talent pour nous mener de bout en bout sans nous ennuyer, bien au contraire.
Je ne connaissais pas Laurent Bénégui -eh oui, j'ai honte, et j'étale là mon inculture ! Bon, en fait je connaissais son nom et le titre de certains de ses romans précédents (Au petit Marguery, le jour où j'ai voté pour Chirac, entre autres). Ce que j'ai pu lire ici où là me laisse accroire qu'il excelle dans le genre humoristico-romanesque.
J'espère vous avoir convaincu de plonger dans ce roman. Sinon, pour les dubitatifs -non, non ce n'est pas une grossièreté-, je peux rajouter que Juliette est une superbe rousse aux formes parfaites et que Laurent Bénégui n'est point avare de faire profiter de ses prouesses conjugales, en tout bien tout honneur, il va sans dire. Sexy, juste ce qu'il faut ! Ah, là, je vois que j'ai recruté du lectorat masculin ! (Eh, en plus, les mecs, Laurent Bénégui, il est aussi réalisateur : avec un peu de chance, il va en faire un film de son roman, très visuel)
Lien : http://lyvres.over-blog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Titine75
  10 décembre 2012
Laurent Minkowski est à une période de sa vie où son karma n'est pas au mieux de sa forme. La quarantaine ne lui réussit pas. Chercheur en génétique, il vient d'être licencié de son laboratoire et il découvre rapidement que le secteur est bouché. Laurent commence sérieusement à s'angoisser malgré ses qualifications professionnelles et comme il le dit : « Il y avait à peu près autant de chances de trouver un job intéressant en venant à Pôle Emploi que de trouver une perle dans une moule. » Pour couronner la situation, son médecin vient de lui trouver un problème d'hypertension artérielle. Laurent panique, tout ça à cause de Juliette sa compagne de vingt ans sa cadette. Il veut paraître fort, invincible devant elle et ne veut rien lui avouer de ses problèmes de santé ou de boulot. Et Laurent se met à faire absolument n'importe quoi en commençant par le vol d'un écran plat dans un camion Darty. La pente de la délinquance est difficile à remonter et notre héros a mis le doigt dans l'engrenage sans s'en apercevoir. Il se met ensuite au trafic de vélib ce qui le mènera au cambriolage d'un appartement du 18ème arrondissement. C'est là que les choses se corsent pour Laurent. Dans ledit appartement, il découvre un couple abattu et un bébé presque mort de froid. La cavalcade et les imbroglios ne font que commencer.
Je ne connaissais pas Laurent Bénégui avant d'ouvrir « Mon pire ennemi est sous mon chapeau » mais je me suis délectée de son imagination et surtout de son humour. L'auteur plonge son généticien dans une situation totalement abracadabrante et voit comment il peut s'en sortir. Un peu comme un scientifique réalisant une expérience. Ainsi Laurent Minkowski se retrouve-t-il mêlé aux affaires de l'ennemi public n°1 : Hassan Cherkaoui dit l'Albinos, particularisme génétique aussi étonnant que les aventures rocambolesques de notre héros ! Cet Albinos est un dangereux et violent truand qui a une passion pour Julien Lepers et « Questions pour un champion » ! Ce détail faisant sans doute de lui le plus grand psychopathe de tous les temps…
Outre son talent à créer des intrigues farfelues, Laurent Bénégui a surtout un humour et un sens de la formule irrésistibles. Deux exemples pour vous mettre en appétit : « Et si je commençais une psychanalyse ? Il paraît qu'après dix ou quinze ans de divan certains parvenaient à choisir le calendrier des éboueurs sans hésiter entre la photo du chaton et celle du chiot. » « J'étais passé du trafic de bicyclette à la scène crime en moins de 24 heures. A ce rythme on allait me retrouver mêlé à la pose d'une bombe sale dans le métro d'ici la fin de la semaine. »
J'ai donc passé un moment désopilant en compagnie de Laurent Minkowski, généticien immature qui a l'art de se mettre dans le pire des pétrins en un temps record !
Lien : http://plaisirsacultiver.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
nelson43
  20 août 2014
Je ne connaissais pas Laurent Benegui mais d'ores et déjà , je sais que je lirai d'autres romans de cet auteur car j'ai passé un bon moment de détente.
Laurent à 40 ans se retrouve au chômage alors que le docteur vient de lui diagnostiquer une hypertension. C'est la catastrophe lorsque on vit avec une jeunette de 22ans .Il n'ose rien avouer et tente de trouver une autre source de revenus. Et pourquoi pas se lancer dans les petits délits ? Comme il a de l'ambition , il va essayer de taper plus haut dans la délinquance mais c'est sans compter sur Cherkavoui , un malfrat notoire qui croise sa route.
Une lecture de vacances que je vous conseille
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
yv1yv1   06 septembre 2012
- Pardon, je ne savais pas que vous teniez un journal intime...

- Moi non plus, s'amusa Juliette.

- Oui, j'ai commencé vendredi, j'ai arrêté samedi. Je trouve ça assommant. Je ne sais pas comment Chateaubriand a tenu cinquante ans... (p.197)
Commenter  J’apprécie          50
yv1yv1   06 septembre 2012
Je venais de vaporiser une grande partie de ses illusions. Du moins celles entretenues à mon égard. Pour les autres, je ne m'inquiétais pas. Sa confiance en la vie était telle qu'elle aurait planté un rosier grimpant au pied de la tour Eiffel. (p.55)
Commenter  J’apprécie          40
yv1yv1   06 septembre 2012
Car c'est ce à quoi servent les mots. A transmettre à chacun le récit de ses origines. Les mots qui vont et viennent, que l'on perd et que l'on retrouve. Et qui forment l'héritage de l'homme. (p.312)
Commenter  J’apprécie          50
StefEleaneStefEleane   10 avril 2013
Je connaissais bien ma voisine du quatrième, toujours à l'affût du détail qui cloche. Elle aurait pu tenter sa chance en son temps à la CIA ou au KGB, si elle avait été moins bavarde. (P 125)
Commenter  J’apprécie          20
domitille2domitille2   04 mai 2014
- C'est usant... tu fais de l'humour quoiqu'il se passe.
-Ah bon?
- Oui, comme une mise à distance.
-Eh bien compte tenu de la tronche du réel, me défendis-je, ce n'est pas plus mal en l’occurrence...
-C'est aussi un moyen de se voiler la face, on ne peut pas tout tourner en dérision. page 144
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Laurent Bénégui (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Bénégui
Comment trouver sa place dans l'existence d'une femme qui cohabite avec un instrument de musique plus grand que soi ? • • • Heureux, l'homme amoureux qui, debout devant la mer, écoute, admiratif, la femme qu'il aime jouer de la harpe sur la terrasse. L'interprète est merveilleuse, la musique délicieuse, l'instrument magique mais… imposant. Allez ensuite trouver une voiture dans laquelle glisser un tel engin, un ascenseur aux bonnes dimensions ou un appartement susceptible d'héberger un objet si encombrant… Une harpe, c'est grand, cher et compliqué à transporter. Et, au-delà de ces contrariétés qui empoisonnent sa vie quotidienne, le mari de la harpiste doit aussi composer avec l'attachement viscéral qui lie sa femme à son instrument (elle en possède du reste toute une collection, du plus petit modèle au plus volumineux) et se manifeste à tout moment de la manière la plus surprenante. Au fond, c'est l'éternelle situation du triangle amoureux, sauf que cette fois le rival possède quarante-sept cordes et sept pédales… À travers des situations tour à tour drôles et poétiques, le narrateur, qui n'est autre que le double de Laurent Bénégui, raconte avec une tendresse contagieuse et un sens de l'humour toujours irrésistible, sa rencontre avec celle qui deviendra sa femme. En même temps qu'un livre hilarant, il nous offre son roman le plus personnel, et la plus belle des déclarations d'amour. • • • Romancier, mais aussi scénariste et réalisateur, Laurent Bénégui est l'auteur de treize romans, dont, entre autres, le jour où j'ai voté pour Chirac, SMS, Mon pire ennemi est sous mon chapeau, J'ai sauvé la vie d'une star d'Hollywood, La Part des anges, tous publiés aux éditions Julliard.
+ Lire la suite
autres livres classés : Paris (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15958 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..