AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Claude Viot-Murcia (Traducteur)
EAN : 9782264025593
253 pages
Éditeur : 10-18 (21/10/1998)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :
L'action de L'Air d'un crime se situe à Région, scène imaginaire et habituelle des romans de Benet. L'apparition d'un cadavre, l'évasion de deux conscrits, les interférences entre le monde militaire et celui de la délinquance et de la prostitution viennent troubler quelque temps l'existence routinière du village. Mais les habitants ne tarderont pas à recouvrir de leur silence les événement insolites dont ils ont été les témoins.

On ne raconte pas L'Ai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Charybde2
  28 novembre 2013
Jouant avec brio au roman policier, un autre superbe point d'entrée dans la Région de Benet.
Publié en 1980, traduit en français en 1987 par Claude Murcia chez Minuit, le sixième roman de Juan Benet est à la fois celui de sa reconnaissance par le (relativement) « grand public » espagnol (le livre fut cette année-là finaliste du prix Planeta) et celui d'une incursion pleine de ruse et de malice dans le genre policier.
Un cadavre retrouvé au petit matin adossé à une fontaine d'un village de Région fournit l'occasion d'une enquête étonnante, toute en discrétion et en petites touches lâchées comme par inadvertance, juge et procureur s'effaçant de fait au profit du capitaine Medina, sévère et efficace militaire provisoirement en disgrâce, et cantonné de ce fait à la direction du petit détachement gardant une forteresse relique dans la montagne, lieu emblématique du terroir imaginaire de Benet. Sous ses faux airs de Langlois, cet autre possible roi sans divertissement (qui souligne au passage, l'air de rien, l'existence de plus d'une correspondance entre Benet et Giono) traque sans relâche les déserteurs tentant de rejoindre le maquis et de fuir ensuite le district, tout en ajustant délicatement les pièces d'un puzzle légèrement mafieux, et en se découvrant peu à peu des sentiments qu'il pensait devoir lui rester étrangers. Benet s'amuse ici énormément, construisant les faux-semblants par dizaines, usant de ses coutumières vraies-fausses digressions, dont l'utilité réelle se révèle souvent beaucoup plus tard dans la narration, toujours éclatée, même si l'on reste ici loin des extrêmes de l'inaugural « Tu reviendras à Région ». le docteur Sebastian, l'un des protagonistes centraux du premier roman de Benet, joue d'ailleurs un rôle essentiel dans cet « Air d'un crime », contrepoint permanent dont on se réjouira de découvrir la fonction au fil des pages…
Un roman très réussi qui, affectant une ambition moindre que d'autres écrits de Benet, parvient aisément à communiquer le charme trouble de Région et à subvertir au passage les versants procéduraux comme les paradigmes énigmatiques du roman policier « classique ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
la_fleur_des_mots
  11 janvier 2013
Voici sans doute le roman policier le plus déroutant que je n'ai jamais lu. le sujet du livre n'a rien de bien original. Il y tout d'abord un cadavre, celui d'un jeune homme blond, retrouvé sur la place d'un village. Il y a ensuite une enquête, celle menée par le capitaine Medina. Mais il y a aussi des déserteurs, de la prostitution, un fort abritant une garnison et des prisonniers, un exilé politique de retour au village, Regiòn, une province imaginaire, une atmosphère unique... Enfin, et surtout, il y a le talent de Juan Benet qui ne construit pas un récit linéaire et qui distille les indices au fil des chapitres mettant ainsi en place un piège dont le lecteur ne prend conscience qu'à la fin du roman, une fois qu'il en est sorti.
L'air d'un crime n'est pas un roman facile et demande un peu d'attention, mais c'est une oeuvre magnifique à côté de laquelle il serait dommage de passer.
Lien : http://bloglavieestbelle.ove..
Commenter  J’apprécie          20
viduite
  24 mars 2017
L'air d'un crime est un bref et grand roman. Sur une trame policière, Juan Benet donne à voir une humanité, perdue et attachante. Un roman plein d'ironie et avec une belle intrigue. Un auteur à découvrir absolument.
Lien : https://viduite.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
viduiteviduite   24 mars 2017
Et non seulement elle écrase tout, mais elle abrège. Dans la solitude il n'y a le temps pour rien. Elle est trop fidèle, la solitude, trop possessive et si perfide qu'elle ne te laisse pas jouir d'elle ; elle réserve ça à ceux qui lui rendent visite de temps en temps, pas à ceux qui viennent avec elle en permanence. Si seulement je pouvais aimer la solitude.
Commenter  J’apprécie          83
Charybde2Charybde2   28 novembre 2013
En privé, Domingo, à qui parvient immédiatement cette objection, se défendit en disant qu’avant d’adosser la charrette au conduit du haut il avait jeté un coup d’œil aux autres pour déterminer lequel d’entre eux donnait le plus d’eau, de sorte qu’il pouvait bien le jurer sur la tête de toute sa famille, quand il était arrivé pour la première fois sur la place, il n’y avait ni corps ni âme. Cette explication ne satisfit pas non plus pleinement, car un homme connaissant aussi bien le régime de la fontaine que Domingo Cuadrado devait très bien le savoir : quel que soit son comportement fantaisiste, ses quatre conduits donnaient toujours une eau semblable, abondante ou rare, fraiche ou chaude, sereine ou inquiète, silencieuse ou bruissante. Comme il se produit toujours lorsqu’une affaire grave dépend de la vraisemblance d’une autre, futile, très vite le village divisé en deux camps s’empêtra dans une controverse sur la similitude ou la disparité de comportement des quatre conduits : on allait jusqu’à affirmer à la fois qu’ils donnaient toute l’année la même eau, qu’il n’y avait pas deux jours pareils, qu’ils procédaient de quatre sources distinctes, que chacun correspondait à une saison différente, que les uns fournissaient de l’eau pour boire et les autres pour bouillir ; en somme, personne ne connaissait la fontaine dont ils avaient bu l’eau toute leur vie, comme leurs parents et leurs ancêtres. Et lorsque l’énigme du cadavre s’évanouit sans avoir été résolue, longtemps encore traîna le problème de la fontaine, à laquelle beaucoup consacrèrent des heures d’étude, d’analyse et de discussion, comme s’il s’agissait d’un objet tombé du ciel, sans histoire antérieure à ce torride samedi d’un mois de juillet inquiétant et augural.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
la_fleur_des_motsla_fleur_des_mots   10 janvier 2013
Il la renversa et la pénétra sans presque la déshabiller, sans presque faire d'efforts, mais en un instant il fut imprégné de toute sa sueur sans avoir consommé l'acte, et il haletait violemment. Alors la femme l'enlaça de ses jambes robustes et l'obligea à la pénétrer de nouveau, en soulevant un ventre en ébullition, avec les larges bulles et les molles éructations d'une lessiveuse où affleurent le savon et la graisse, à feu lent, la bouche à demi cachée et les yeux dépourvus d'une animation qui avait épuisé toutes ses ressources ailleurs. Une fois de plus Barceló renonça – ébouriffé et haletant, à quatre pattes – et une fois de plus fut répétée la tentative au mépris de la chair, de la sueur, des lamentations des ressorts et du regard sybillin de l'image sainte qui paraissait observer la scène avec bienveillance et une pointe d'inavouable satisfaction. La troisième fois, la femme y arriva et, accrochée aux barreaux du lit, elle écarta les jambes, tendues comme des câbles, ferma les yeux et rugit, expulsant un peu de bave.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
71 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre