AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2366580940
Éditeur : KERO (13/03/2014)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Suite à un accident, Max est devenu amnésique et n'a aucun souvenir des 16 premières années de sa vie.

Fraîchement divorcé, sans attache et sans passé, il choisit de s'installer à New York pour prendre un nouveau départ. Tout semble alors enfin s'apaiser dans sa vie: il rencontre Maureen, une jeune Irlandaise qui n'a pas froid aux yeux, il trouve la maison de ses rêves, et son éditeur français lui propose un contrat juteux: être le nègre de la célèbr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Analire
  24 mai 2014
Ne vous fiez pas au titre agressif de la tentation barbare, mais privilégiez le résumé détaillé et bien construit qui présente l'histoire générale.
Ce roman, à l'allure banale et à la face quotidienne, cache dans les tréfonds de ses pages, une enquête originale, novatrice et spectaculaire. Mêlé à ce regain d'intrigue policière, un passé troublant, angoissant, une identité perdue, un homme abandonné face à la vie, délaissé par ses passions et ses souvenirs, des histoires d'amour, maternelles comme fraternels, des sentiments purs et durs.
Le héros du livre, Maximilien Perrault, surnommé plus simplement Max, est un jeune nègre - tout comme l'auteur Pierre JB Benichou l'a été -, obligé de se cacher, sans réelle identité marquée, ombre de lui-même, ombre de sa vie. Effacé derrière une écriture sans signature, Max a également la particularité d'avoir effacé les quinze premières années de sa vie. Grand malheur, hasard ou souhait profond, sa mémoire lui joue des tours, et l'immobilise dans un gouffre noir rugueux. Parisien fuyant la France et son passé, il s'installe aux Etats-Unis, dans l'intime espoir de mettre la main sur sa mère, volatilisée à l'aurore de sa vie. Une nouvelle existence commence alors, peuplée d'amis hétéroclites, de sa dose de joie, d'amour, de désillusions et d'espoir. Un nouveau travail de nègre lui a été confié, une écriture pointilleuse pour une ou un auteur mystérieux, dont le pseudonyme s'intitule Emilie Roubaix.
Parallèlement, une jeune journaliste française du nom d'Olivia, semble lassée de son travail quotidien, des articles insipides que publie son magazine Wanda. Pour monter en grade dans l'échelon de l'entreprise, il lui faut un scoop inédit, qu'elle trouvera accidentellement au détour d'un site Internet. Il lui faut découvrir la véritable identité de la célèbre Emilie Roubaix. Faisant preuve de ses meilleurs qualités journalistiques, de son talent, de sa détermination et de sa persuasion sans bornes, Olivia va être amenée à une piste sérieuse aux Etats-Unis, sur la trace des Amish, peuple ancien et reculé d'Amérique du Nord, vivant de façon simple, à l'écart de la société moderne.
Toute une trame s'organise autour de l'intrigue principale, assez étoffée pour embarquer littéralement le lecteur dans la danse. La course-poursuite à la vérité est lancée, en même temps que les voyages entre la France, Paris, Marseille et le continent Américain. Un condensé de paysages changeants au gré des émotions des protagonistes, très instables et imprévisibles dans leur façon d'être et d'agir.
Le dépaysement se passe au niveau des Amish d'Amérique du Nord. Alors qu'ils n'étaient que de parfaits inconnus pour moi, cette population, groupée, soudée, très religieuse, ne peut qu'émerveiller autant qu'effrayer. Vus comme une tribus à part entière par les hommes extérieurs à eux, ils sont couramment visités par les touristes, qui apprennent leur mode de vie, se régalent de leurs habitudes, et s'enivrent de leurs loisirs.
Sans pour autant vouloir dévoiler le dénouement du récit, je peux vous dire que Pierre JB Benichou mène d'une main de maître son histoire, ne laissant dévoiler que très peu d'indices concernant la fin du roman.
Une fin qui paraît brève et rapide, compte tenu des larges descriptions principales, de l'ampleur des nombreux chapitres, qui se glissent dans le court de la réalité. L'auteur ne s'élargit pas davantage, il plante le roman de quelques mots forts, bien choisis, tournés de façon à s'incruster dans la mémoire du lecteur aussi longtemps que possible. Si une petite objection été à rajouter, j'aurais sans doute voulue une plus large vision de l'émotion rencontrée lors de cette rencontre finale. Je suis restée sur la fin de ma faim.
Laissez-vous bercer par la plume chantante de l'auteur, glissez-vous dans la peau des personnages et ressentez les événements qui se déroulent. Malgré les côtés sombres qu'offrent l'intrigue, La tentation barbare est gorgé d'amour, de lumière et de chaleur. Une fois la dernière page tournée, une petite pointe de tristesse m'a traversée : j'aurais voulu que l'expérience dure plus longtemps, me délecter de la sympathie des personnages, et connaître leurs avancées et leurs évolutions. Un très bon livre, dont le titre reste encore à percer...
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Colombedelesperance
  22 mai 2014
Ce livre, je n'en avais pas du tout connaissance avant que les Editions Kero ne me proposent ce partenariat. Alors merci beaucoup, beaucoup, surtout de m'avoir fait confiance et aussi parce que ce livre est une superbe surprise !
Venez, je vais vous expliquer.
Max est un nègre, ces écrivains qui écrivent à la place des auteurs. Peu glorieux, hein ? Pourtant, c'est bien son métier. Mais Max veut refaire sa vie, et il pense qu'à New York, il aura sa chance. Il cherche à fuir quelque chose, quelqu'un… on ne sait pas trop. Toujours est-il que notre protagoniste souffre d'une amnésie assez impressionnante, puisqu'il ne se souvient pas des 15 premières années de sa vie et qu'il se réveille la nuit, parfois, en la voyant elle. La petite. Il ne sait pas qui elle est, mais il croyait s'en être débarrassé. On ne peut pas fuir son passé, hélas. Et il semblerait que le dernier roman qu'il ait accepté d'écrire pour le compte d'une autre le mène sur les pas de sa mémoire disparue.
Première impression que j'ai eue : un mouvement de recul. Vous le savez assez, pour certains, je suis sensible et au vu du titre, je me suis « qu'est-ce que c'est encore que ce cheni ? ». J'ai regardé le résumé, et enfin la couverture et… quel contraste ! J'ai décidé de laisser sa chance à cet ouvrage, et je peux vous dire que je ne le regrette nullement ! Loin de là !
J'ai plongé dans une histoire qui me rappelait un peu celles de Musso et de Levy, mais avec quelque chose en plus. Dans celle-ci, différents sujets de société sont abordés, parfois très durs, et c'est un bagage qui fait aussi la force du livre. Je ne vous décrirai pas lesquels, mais rien que le fait que l'auteur soit un nègre vous plonge dans une certaine dimension qui n'a pas été pour me déplaire.
Surprenant, n'est-il pas ? Je vous parle de choses sombres, et après je vous dis que j'ai beaucoup aimé. Ce n'est pas mon genre. C'est bien simple ! C'est que l'auteur a su les approcher de la bonne façon, en nous présentant des personnages carrément humains, fragiles et qui font des erreurs. Je me suis tout de suite attachée à Max, parce qu'on nous le présente immédiatement comme un homme qui n'est pas tout blanc, même si on ignore beaucoup de choses sur lui, mais qui veut refaire sa vie. C'est le genre de personnage que vous appréciez suivre, parce qu'il est… il est quand même droit.
Après, j'ai fait aussi la rencontre d'Olivia, et je me suis demandée longtemps quel rôle elle avait à jouer dans cette histoire. La réponse, je n'allais l'obtenir que vers la fin, lorsque tout se mettrait en place. Mais elle aussi, j'ai apprécié la suivre, par sa détermination et pour son entièreté.
Que vous dire ? L'histoire m'a prise entière, je me suis retrouvée embarquée, parce que dès le début, j'ai trouvé la plume belle et je me suis laissé entraîner, sans me rendre compte qu'inexorablement, tout montait en tension, et qu'au final, à 50 pages de la fin, j'étais totalement électrisée alors que tout se connectait.
Et là, il me faut saluer avec ferveur le talent de Pierre JB Benichou, parce que quand j'ai vu comment il faisait se recouper les évènements, et comment toute la trame de l'histoire était somptueusement imbriquée, j'ai juste pu dire « wouahou » ! Ça s'appelle tout simplement du travail de maître, moi, je vous le dis ! Quand vous vous retrouvez accro à un livre, je ne vois pas quoi dire d'autre.
J'ajouterai quand même que j'étais très fière d'avoir compris quelques trucs avant qu'ils ne soient explicitement écrits. (bon, d'accord, 50 pages avant la fin, ou quelque chose comme ça… mais même ! J'étais trop électrisée pour relativiser !)
Les histoires d'amour ne sont pas ce qui prime, dans ce roman. Elles ont un rôle important dans l'intrigue, mais au second plan. La quête de la mémoire de Max, fascinante, est, elle, au premier plan et vous fascinera tout bonnement comme moi !
A mesure que les pans de l'affaire se dévoilent, je peux vous dire, vous en restez scotchés. Je veux dire, ce n'est pas un truc horrible horrifique, mais on comprend pourquoi Max l'a oublié. C'est dur et ce n'est pas facile à surmonter, loin de là. Mais encore une fois, les sujets abordés à ce propos sont assez rares, et j'ai trouvé cela original, réaliste et poignant. Beaucoup de sphères de notre vie quotidienne sont abordées, et d'autres plus éloignées mais qui ne manquent pas d'intérêt !
Autre chose, on sent la recherche et le travail méticuleux chez l'auteur. Nous rencontrons plusieurs théories, ou encore des petits détails qui nous font dire (ou en tout cas moi) qu'aucun détail n'a été laissé pour compte et que tout a été passé au peigne fin. On sent le travail et c'est fichtrement agréable.
Sans compter aussi que la réalité que vit Max prend une autre dimension quand on sait que l'auteur lui-même, Pierre JB Benichou, a été nègre avant de publier La Tentation Barbare sous son vrai nom.
Je ne sais pas quoi vous dire pour vous donner envie de vous procurer ce livre. Il sort du lot, il vous embarque, la plume est juste belle et elle a un cachet certain, on ne peut le nier ! Plus vous tournez les pages, plus vous vous rendez compte que cette histoire vous ligote et vous prend l'esprit au point que vous désiriez absolument savoir où tout ceci va aboutir. Ce n'est pas un thriller, ça parle peut-être de sujets assez sombres, mais comme la couverture, mine de rien, ce livre est un peu gorgé de lumière. Il n'y a rien d'effrayant dedans, bien au contraire, et ça n'est au final que du pur plaisir. Laissez-vous emporter par cette histoire qui vous électrisera et saura vous ravir sur plusieurs tableaux !
Si moi j'ai été emportée, ce qui n'était pas un mince pari, je suis sûre que d'autres le seront tout autant que moi !
Je compte bien suivre cet auteur de près par la suite, parce que là… s'il continue sur la même lancée, il pourrait bien toucher les étoiles !
J'enrage de ne pas trouver mieux mes mots alors que les impressions se bousculent encore dans mon esprit et au fond de moi ! La Tentation Barbare, malgré son nom légèrement… hum, est bel et bien un bijou !
Ce sera un 19/20 pour moi !
Lien : http://leden-des-reves.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Kathleene
  21 juin 2014
Lu dans le cade de Masse critique avec les éditions Kero que je remercie pour m'avoir envoyé ce livre.

Dans les sillons d'une écriture fluide, l'auteur aborde l'amnésie et le lot de souffrances et d'incertitudes qui en découle. D'autant plus douloureuse, quand elle reste enfouie dans un coin de l'esprit laissant croire à Max qu'il n'a pas besoin de l'affronter. D'autant plus lourde à « vivre » que le déni, à fin de protection, est omniprésent, et que la recherche permanente de la vérité reste sous-jacente au quotidien.
Confronté à ce dilemme permanent, Max choisi un autre lieu de vie, un environnement différent qui pourrait lui permettre peut-être, de retrouver son chemin dans le dédale obscur de son cerveau.
Car comment occulter complètement ces seize années qui ont laissé un si grand vide dans sa mémoire ? Comment accepter d'avoir perdu un pan entier de sa vie ? Comment arriver malgré tout à reconstituer ces fragments éparpillés et pourtant forcément présents quelque part dans sa tête ?
En choisissant de vivre sur un autre continent, de se préparer à l'écriture d'un nouveau roman car « Max croit volontiers à la capacité créatrice des mots. le monde ne saurait exister sans la possibilité d'exprimer par écrit les sensations qu'il produit. »
L'écriture, pour l'aider petit à petit à rassembler des bribes éparses par la magie des mots qui ont ce pouvoir fabuleux de faire remonter à la surface les émotions refoulées, voire de faire disparaître « la petite » si intangible et pourtant si présente quand Max la découvre au détour d'un de ses cauchemars ou de ses réveils nocturnes. Autant d'éléments révélateurs d'un besoin profond de faire resurgir le passé, car « les symptômes sont les gardes d'une mémoire cadenassée ».
Alors oui, il décide d'accepter la proposition de son éditeur et d'écrire le dernier livre d'Emilie Roubaix, dont seul le nom est connu du public. le fil directeur pour l'écriture de ce roman, dont il n'est absolument pas maître car imposé par l'auteur, va s'avérer être son fil d'Ariane, celui qui va lui permettre d'assembler et de retisser la toile de sa vie envolée, par le biais de rencontres insoupçonnées et aussi étonnantes les unes que les autres.
Incertitude, douleur et surprise vont habiter le quotidien de Max dans sa démarche de recherche de la vérité, qu'il a trop longtemps enfouie dans les méandres de son existence. le défi est d'autant plus important, que sa réussite peut lui permettre, non seulement de reconstruire son passé, mais également d'envisager un avenir plus serein.
« Comment devenir, alors, sans se souvenir ? Max connaît le prix de l'amnésie, c'est là toute son histoire. »

Une approche originale sur l'amnésie, son poids et ses conséquences, qui met en avant le pouvoir des maux/mots. Un récit qui a su aborder différents aspects d'un mécanisme si complexe et terrifiant, animé par une écriture simple et limpide. Un moment agréable de lecture où le côté angoissant de l'amnésie est balancé par le contact doux et fort agréable du papier sur lequel ce livre a été imprimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mabiblio1988
  21 mai 2014
Un grand merci à Benoit des éditions Kero pour sa confiance. Ainsi, j'ai pu découvrir un livre dont je n'avais absolument pas entendu parler. le résumé et la couverture m'ont donné envie de me laisser tenter et j'ai vraiment bien fait. Je vous conseille de faire la même chose.
Pierre JB Benichou a très bien construit son roman. du début à la fin, je me suis questionnée sur où on allait, sur les liens possibles entre les différents personnages, sur cette « petite » qui apparait dans la vie de Max, à me demander ce qui était vrai et ce qui était faux. Et puis, à une cinquantaine de pages de la fin, j'ai commencé à emboîter les pièces du puzzle et à comprendre.
Nous avons trois personnages principaux : Maximilien, Olivia et Emilie et plusieurs personnages secondaires dont Maureen et Russel qui ont le plus retenus mon attention.
Maximilien alias Max est un homme d'une quarantaine d'années totalement paumé. En effet, suite à un accident il a perdu une partie de sa mémoire : les quinze premières années de sa vie. de plus sa mère est partie sans laisser aucune trace. Grâce à l'écriture, il espère retrouver, un jour, sa mémoire. Ce personnage pour qui tout va mal m'a beaucoup touché. On sent parfois sont envie de tout laisser tomber mais il a toujours un regain de courage pour ne pas baisser les bras. Je me suis vraiment attacher à Max, à son histoire.
Olivia, est journaliste et mère divorcée. Tout semble allait plutôt bien dans son travail et heureusement parce que côté vie privée c'est assez catastrophique. Elle donne l'impression de faire partie de ses femmes pour qui la carrière passe avant tout mais d'un autre côté elle culpabilise de ne pas être la mère parfaite pour son fils. Un jour, tout va déraper côté vie professionnelle, pour se rattraper elle va devoir écrire le papier du siècle sur Emilie Roubaix… Olivia est un personnage qui sonne vrai. Son comportement, ses craintes, ses envies ressemblent vraiment à ceux des personnes de notre époque. Même si je me suis moins attachée à elle qu'à Max, j'ai aimé suivre son quotidien.
Emilie Roubaix est en même très présente et totalement absente. En effet, comme je le disais, c'est le personnage central du roman. Cette femme mystérieuse ne l'ai finalement pas tant que ça à la fin du roman car l'auteur a su nous donner des indices au cours de la lecture mais encore faut-il les voir sur le moment (cela n'a absolument pas été mon cas).
Maureen est une jeune femme pleine de fraicheur et de spontanéité. J'aurais aimé qu'elle soit plus présente et en apprendre plus sur son passé.
Russel, quant à lui, est tout à fait le genre de personne que l'on a envie de croiser quand on débarque dans une nouvelle ville. Il sait vous mettre à l'aise, sait être un ami à l'écoute quand il le faut mais aussi vous booster quand vous avez besoin.
La plume de l'auteur est géniale. Dès les premières pages, je suis tombée sous son charme. Les phrases sont simples et en même complexes. le vocabulaire est parfois soutenu mais il ne m'a donné l'impression d'être débile. Comme je le disais, l'histoire est très bien construite. Pierre JB Benichou sait nous emporter dans l'univers qu'il a créé.
Une histoire où réalité et fiction se mêlent, trouver la frontière entre les deux a été bien difficile et c'est une des choses qui m'a le plus plu. Les personnages sont très attachants et très réels. C'est vraiment le genre de choses qui me plait. Une lecture vraiment très agréable qui me donne envie de découvrir d'autres romans de l'auteur. J'espère que ça ne sera pas le seul.
Un dernier mot : laissez-vous tenter, vous ne serez pas déçu.
Lien : http://mabiblio1988.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cookies72
  12 juin 2014
Une très belle histoire surprenante et prenante. Une histoire racontée en parallèle jusqu'au moment où les personnages se rejoignent. Juste une précision cependant c'est que ce livre est catalogué thriller hors pour ma part, je le classe plutôt dans "contemporain". J'aurai pu être déçue du coup vu que je partais à la base pour un thriller mais j'ai tellement aimé l'histoire, les personnages Max, Olivia et puis un des thèmes de ce livre est l'écriture, la littérature.
Max est écrivain mais sa vie de tous les jours c'est être "nègre" pour d'autres auteurs. Suite à un accident, il a perdu la mémoire de ses seize premières années, depuis c'est toujours le même cauchemar: une petite fille qui hante ses nuits. Sa quête est de retrouver la mémoire et de mettre un nom sur "la petite". Il va devenir le "nègre" de Emilie Roubaix, une écrivain mystérieuse mais qui a énormément de succès et dont toutes les héroïnes de ses romans se prénomment Alice.
En parallèle donc, nous avons Olivia, divorcée qui est journaliste et qui cherche le "buzz du siècle". Elle décide de se mettre à la recherche de l'identité de cette fameuses Emilie Roubaix. Une "fausse rencontre" sur internet et voilà Max et Olivia connectés. Deux personnages brisés dans leurs vies et leurs carrières, deux êtres qui cherchent des réponses à leurs questions.
L'histoire se tisse tout doucement, l'air de rien et elle s'immisce telle une toile d'araignée et vous captive sans que vous ne vous en rendiez compte. L'auteur a une plume sensible, captivante. J'ai été émue par Max, j'ai eu envie de découvrir comme lui qui est cette petite fille, de retrouver sa mère, de parcourir le monde à sa recherche. Et lorsque la fin approche et qu'il est tout prêt du but, j'ai été bluffée! Je ne m'attendais certainement pas à ça. Lorsque je découvre qui est Emilie Roubaix, lorsque Olivia fait le geste d'aider Max, lorsque je sais qui est la petite fille. Tout se met en place, toutes les pièces du puzzle se complètent et comme Max, je suis touchée en plein coeur!
Une très très belle histoire, un auteur au grand talent et une maison d'éditions que j'apprécie de plus en plus. Merci!
Lien : http://chezcookies.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
EmilieVezEmilieVez   25 mars 2014
D’après certaines croyances kabbalistes, Dieu aurait créé le monde avec des lettres en commençant par la deuxième de l’alphabet hébreu, le « beth », b en français, « bravo » en code militaire. Max croit volontiers à la capacité créatrice des mots. Le monde ne saurait exister sans la possibilité d’exprimer par écrit les sensations qu’il produit. Une lettre peut tout changer, le sens d’un mot, le destin d’un être. Tu es n’est pas tuer. Mais cette magie a cessé d’émerveiller les hommes, blasés par érosion, au point de mépriser l’orthographe, et de préférer la phonétique, sans se soucier du risque que les mots leur échappent et les détruisent, par décomposition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
KathleeneKathleene   21 juin 2014
Il soulève de nouveaux les trois livres de poche aux couvertures écornées. Un ami collectionneur lui a dit un jour qu’il ne resterait peut être aucune trace écrite de notre époque dans deux mille ans, alors qu’on lira encore la Bible de Gutenberg, les manuscrits originaux de Voltaire et de Shakespeare et, bien sûr, les hiéroglyphes et les tablettes de l’Empire Romain. Car rien ne garantit que les archives nées des nouvelles technologies ne soient impérissables. Toute cette mémoire électronique qu’une panne de courant suffit à paralyser. De plus, les pages des livres publiés au XXe siècle sont blanchies par utilisation d’acides qui continuent leur œuvre destructrice longtemps après l’impression. Plus d’écrits, plus de mémoire collective. Comment devenir, alors, sans se souvenir ? Max connaît le prix de l’amnésie, c’est là toute son histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
KathleeneKathleene   21 juin 2014
En psychiatrie, la plupart des symptômes apparents n’ont d’autre but que d’en cacher d’autres, par couches successives, jusqu’au cœur de la maladie, qui n’en est souvent pas une, mais seulement l’expression d’une volonté d’apparence et de détournement d’attention en compensation d’un oubli. Les symptômes sont les gardes d’une mémoire cadenassée.
Commenter  J’apprécie          40
KathleeneKathleene   21 juin 2014
Les yeux de Melinda ont la couleur bleue de l’acier poli. L’énergie et la lumière qu’elle dégage la rendent intimidantes, malgré son allure frêle, et les termes qu’Olivia emploierait pour la décrire – spirituelle, éthérée, sage – lui semblent galvaudées. Il y a de la sainteté en elle, de celle qu’on acquiert lorsqu’on dépasse un certain seuil de douleur et qu’on accepte de vivre ensuite.
Commenter  J’apprécie          30
AnalireAnalire   14 mai 2014
Est-il possible qu'un homme soit si fragile lorsqu'il s'agit des autres, et par ailleurs tellement indifférent à lui-même ?
Commenter  J’apprécie          110
Video de Pierre J.B. Benichou (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre J.B. Benichou
ROUGE EDEN un roman de Pierre JB BENICHOU
autres livres classés : amnésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Autour de la route ...

Quelle est le nom de cette marche militaire du xviie siècle ou xviiie siècle, devenue très populaire en France au xixe siècle, reprise par les militaires pendant les guerres coloniales ?

Sur la Route de Dijon
Sur la Route de Bourgogne

11 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , expressions , routeCréer un quiz sur ce livre
.. ..