AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253936954
456 pages
Le Livre de Poche (09/11/2022)
3.59/5   103 notes
Résumé :
Rien ne peut arriver au Ritz : dans ce temple du luxe qui autorise les caprices les plus farfelus, le prestige protège de tout. Même du pire, pense-t-on avant que l'armée allemande n'occupe Paris en juin 1940. Les hauts dignitaires nazis, dont Hermann Göring, investissent l'hôtel ; les portiers élégants sont remplacés par des soldats aux portes d'entrée. L'insouciance cède à la peur.

Pour Blanche Auzello, l'épouse du directeur du Ritz, cette réalité e... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
3,59

sur 103 notes
5
12 avis
4
11 avis
3
10 avis
2
1 avis
1
0 avis

Quel beau roman !

Il te donne des frissons bien plus d'une fois.

Un très beau roman romancé sur la vie de personnes ayant réellement existés.

J'ai fortement apprécié la plume de l'auteure qui a su retraduire la haine de l'Allemand et les ignominies faites par ceux-ci avec brio et sans avoir besoin de descriptions détaillées et a rallonges.

On oublie souvent que les Parisiens ont du faire avec et se plier a la volonté nazie.

J'ai juste adoré ce roman, lu quasi d'une traite. Il est addictif et on se prend d'amitié pour les personnages et surtout Blanche. Un roman malin , maitrisé et prenant a souhait.

Commenter  J’apprécie          1033

1940 : Paris est occupé par l'armée allemande.

Blanche et Claude Auzello rentrent de Nice où ils s'étaient réfugiés. Ils reviennent à Paris pour reprendre leurs fonctions.

Claude est directeur au grand hôtel du Ritz et Blanche l'accompagne dans son travail .

L'hôtel est occupé par les hauts gradés de l'armée allemande. Claude continue à assurer son travail de façon polie.

Les chapitres s'alternent en donnant alternativement la vision des évènements à Claude et à Blanche.

- Avec Claude, les faits sont racontés à partir de 1923, jour où il a vu débarquer Blanche dans l'hôtel Claridge où il exerçait les fonctions de sous-directeur.

Blanche débarquait d'Amérique, voulait faire du cinéma et avait surtout rendez-vous avec un prince égyptien qui ne semblait pas venir.

- Avec Blanche, son point de vue nous est donné à partir de juin 1940 où elle découvre Paris et le Ritz envahi par les Allemands

Tout au début et entre les lignes, un personnage, Lily s'intercale et va avoir toute son importance.

En 1923, en toute hâte, Claude et Blanche se marient.

Trop hâtivement sans doute car les idées conservatrices de Claude et le désir d'émancipation de Blanche vont s'entrechoquer. le couple ne se fonde pas sur des bases enviables et pourtant, ils restent ensemble étant donné qu'on les retrouve au début de la guerre, à la fin et jusqu'en 1969 en couple où Lily reprend la parole comme au début mais tragiquement cette fois .

Blanche avait bien des choses à cacher sur ses origines, en arrivant en France. La guerre sera donc une période très troublée dans sa vie et dans la vie de Claude également. Ils seront loin de collaborer avec l'ennemi.

le roman aurait pu me plaire mais la narration est trop froide, trop dénuée de sentiments vibrants.

La scène du Ritz est éblouissante de luxe,mondaine, bien loin de ce que j'aime.

En voyant le nom de l'auteure, je pensais qu'elle était française. Et bien non, elle est américaine et a déjà écrit deux romans qui avaient attiré mon attention.

Commenter  J’apprécie          654

Ce roman est basé en partie sur une histoire vraie. L'auteure a voulu utiliser un bâtiment connu pour construire son récit autour et en faire son pilier, sa vedette. Les personnages principaux, Blanche et Claude Auzello, les propriétaires du Ritz ont réellement existé. Cependant, n'ayant pas réussi à trouver beaucoup de renseignements sur eux - sur leur personnalité, leur entourage, comment ils étaient vraiment dans la vraie vie, etc. - elle s'est servie de son imagination pour leur développer une attitude, une mentalité et tout ce qui va avec. C'est donc très intéressant de lire un roman qui se déroule pendant l'Occupation à Paris, plus particulièrement au Ritz car le décor fait changement de ce qu'on a l'habitude de lire. Ce n'en est pas plus doux pour autant...l'horreur et la mort planent, tel un vautour.

Le récit se raconte sur deux époques: au début des années 1920, lorsque le couple se rencontre. C'est dans ces chapitres que l'on découvre à quel point Blanche Ross (américaine) est exubérante, frivole et aime faire la fête. Elle a un penchant pour l'alcool. Claude, quant à lui, est un homme beaucoup plus sérieux, travaillant, qui tient beaucoup aux apparences et aux bonnes manières, toujours aux petits soins pour ses clients. Pour lui, le Ritz est toute sa vie. L'autre période se déroule de 1940 à 1945, pendant l'Occupation. Les chapitres alternent entre nos deux personnages. Ils ont leur propre vision des événements, chacun leur tour. le couple devra surmonter plusieurs embûches, d'autant plus que les nazis ont fait de leur hôtel leur quartier général ! Au fil des années, la relation entre les deux s'étiolera, ils se décevront constamment l'un l'autre. Peut-être ont-ils simplement oublié comment communiquer et comment se faire confiance à nouveau. Leur vie a beaucoup changé. Ils doivent jouer un rôle en permanence et cela devient lourd à porter...

Au Ritz, on voit défiler Ernest Hemingway, Coco Chanel, Göring, Marlene Dietrich...

Un roman agréable à découvrir qui nous montre une autre facette de Paris, celle des artistes pendant la guerre. Il comporte peut-être quelques lourdeurs mais cela n'entache pas le plaisir de lecture. Ce n'est pas mon préféré de cette époque mais quand même bien aimé !

Commenter  J’apprécie          341

Paris, juin 1940.

Nous sommes en pleine guerre. Paris voit l'armée allemande arriver et s'installer dans les plus beaux palaces. Les nazis ont pris leur quartier place Vendôme, au prestigieux hôtel du Ritz dirigé par Claude et Blanche Auzello. Dorénavant, devant les portes, on trouve des soldats armés. Les gradés occupent les plus belles suites. Sur la place, on ne voit plus les belles voitures de collection, mais les véhicules militaires et les drapeaux nazis.

Dans la capitale, si animée, il n'y a plus un bruit. Les parisiens sont terrifiés. Pourtant, Claude Auzello continue à diriger l'établissement de la meilleure des façons. Et Blanche n'a pas l'intention de se laisser malmener par les soldats. Pourtant, il faudra se méfier car elle cache un secret qui pourrait mettre sa vie en danger.

***

"La dame du Ritz" est l'histoire vraie du couple Auzello, gérant le Ritz dans les années 1940, l'un des plus luxueux hôtel du monde. Fondé par le suisse César Ritz, l'établissement représente Paris, le luxe, les artistes et les personnalités politiques. C'est l'endroit le plus prisé des touristes et des photographes. Ernest Hemingway y séjourne régulièrement et Coco Chanel y vit de manière permanente.

Lorsque la Luftwaffe le réquisitionne c'est pour y installer son quartier général. Les clients continuent à venir, le personnel est au complet et le couple Auzello vit dans l'aile de la rue Cambon.

Mais, malgré l'occupation, le Ritz cache des secrets.

***

De l'été 1940 à l'automne 1945, nous suivons Claude et Blanche. Lors de leur rencontre en 1923, Claude travaille déjà à l'hôtel depuis quelques années. Blanche Ross est une cliente. C'est une américaine qui commence une carrière d'actrice et se trouve à Paris avec une amie pour quelques jours. Pourtant, le destin en décide autrement. Elle finit par s'attacher à Claude et ne quittera plus la capitale. Ils se marient quelques mois plus tard. Blanche, qui parle parfaitement plusieurs langues, s'investit et participe à la vie du Ritz. On la surnomme "la dame du Ritz".

***

Quand la guerre éclate, le couple se trouve dans le sud de la France. Lors de son retour à Paris, le Ritz est déjà occupé par les allemands. Malgré la peur qui le glace, Claude tente bien que mal de tenir l'hôtel avec un main de maître et considère les allemands comme des clients classiques. Pourtant, il se fait de plus en plus distant avec son épouse, semble cacher des choses et disparaît souvent au milieu de la nuit.

De son côté, Blanche n'a pas l'intention de laisser les nazis semer la terreur et de tout piller. C'est une femme courageuse et pleine de ressources. Elle gardera la tête haute, supportera les cris et les bombardements sur la ville, malgré les absences de plus en plus répétées de son mari.

Durant les cinq années qui suivront, nous découvrirons les secrets et les risques encourus par le couple et le personnel.

***

Le livre est découpé en chapitres assez courts alternant entre le quotidien de Claude et celui de Blanche selon les périodes. L'histoire du palace, de sa création jusqu'à l'occupation, a été une lecture vraiment passionnante. On y fréquente les nazis dont Göring et von Dincklage. Et on voit s'installer tout doucement la Résistance parisienne tout en assistant aux pires actes depuis les fenêtres du Ritz.

On découvre également la véritable nature des personnages. J'ai beaucoup aimé celle de Blanche qui évolue et s'affirme au fil des pages. Celle de Claude m'a le plus surprise. Si au début, je l'ai trouvé peu aimable dans ses propos et attitudes, sa véritable personnalité se dévoile et déroute le lecteur.

"La dame du Ritz" est une excellente lecture de part son contexte historique,

la réalité de l'histoire et l'écriture de l'auteur.


Lien : http://labibliothequedemarjo..
Commenter  J’apprécie          340

Mais quel diable de projet avait donc en tête Mélanie Benjamin en écrivant cette histoire ?

Le titre de l'ouvrage induit le lecteur en erreur. Car c'est un tel mêli-mêlo de tout et n'importe quoi qu'on ne voit pas très bien où elle voulait en venir.

Il ne s'agit pas de l'histoire du Ritz, même si l'on y évoque, très brièvement, certaines des célébrités qui ont fréquenté le palace, même si l'on y voit les officiers nazis investir les lieux et s'y installer en terrain conquis, le gros Göring y promenant sa fastueuse bedaine,

pas plus qu'il n'est question de donner une image précise de la vie à Paris sous l'occupation, quand bien même l'auteur emmène ses héros dans certains lieux représentatifs de la capitale.

Ce n'est pas non plus une chronique de la Résistance à Paris, on n'entre pas dans ses arcanes, même si certains faits y sont retracés.

Il y a bien, dans la mesure où l'auteur parle de la Rafle du Vel d'Hiv., quelques considérations sur la judéité, vue par la lorgnette de l'antisémitisme primaire prôné par le nazisme : "on reconnaît le juif à ses cheveux gras, ses yeux de fouine, son nez crochu, ses mains pareilles à des serres".

Et en dehors de cela ? Il s'agit plutôt de raconter et d'imaginer la vie du couple Auzello, dont l'homme était le Directeur du Ritz et consacrait son existence à la grandeur de son précieux palace.

Un couple remarquablement assorti ! Jugez-en par vous même :

Lui, la parfaite caricature du mâle français (telle qu'un américain peut l'envisager) estimant nécessaire, tout en étant très amoureux de sa femme, d'avoir une maîtresse, régulièrement visitée le jeudi soir, au su de son épouse bien entendu ! Quel galant homme ! Il ne manque à ce pauvre crétin de séducteur à la manque que le béret et la baguette sous le bras !

Elle, américaine émancipée, bien sûr, rechignant à exécuter les tâches ménagères, selon le voeu de son macho d'époux, et passant son temps à se repaître des ragots du Ritz, véhiculés par les célèbres voix de Fitzgerald ou autre Hemingway, d'Arletty et Coco Chanel se pavanant aux bras de leurs amants nazis ou par celles des richissimes commères s'emmerdant dignement dans les salons prestigieux de l'hôtel à la recherche d'un possible gigolo !

Et le récit de Mélanie Benjamin de se traîner plus ou moins languissamment pendant les deux tiers de cet ouvrage, sauvé de l'ennui uniquement par le final où enfin se dessine une intrigue digne d'intérêt.

Et où le goût enivrant de la victoire est atténué par toutes les souffrances subies et prend alors une mauvaise saveur d'amertume.

Il était temps ! Mais ce n'est pas suffisant, à mon sens, pour provoquer l'enthousiasme du lecteur.

Commenter  J’apprécie          192


critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec
30 novembre 2020
La romancière américaine Mélanie Benjamin a le chic pour trouver des femmes dont l'histoire, atypique, n'a pas toujours été racontée.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeFigaro
12 novembre 2020
Pour les héros de La dame du Ritz, Melanie Benjamin a choisi les personnages anonymes qui ont existé. Elle les plonge dans une tragédie avec une science du suspense et une documentation sans faille.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation

Elle est donc désormais comme tout le monde a Paris - le cuir est réservé aux Allemands et tous les Parisiens doivent se contenter de semelles en bois dont le bruit sourd résonne sur le pavé parisien et se mêle au martèlement métallique des bottes nazies en un tel vacarme que les oreilles de Blanche bourdonnent. Bien que Paris soit une ville soumise depuis un bon moment, elle reste une ville bruyante,mais différente.

Commenter  J’apprécie          280

Il se laissa tomber sur un banc pour reprendre son souffle. Il était sur la Rive gauche, de l'autre côté de l'île Saint-Louis. Comme d'habitude, la silhouette de Notre-Dame se découpait sur le ciel obscur. Les cloches restaient muettes depuis l'invasion, et la plupart des vitraux récemment restaurés avaient été démontés et cachés quelque part, au cas où les Allemands auraient décidé de les garder en souvenir, s'ils s'en allaient un jour. Il faisait sombre ; tout devenait indistinct. Les réverbères étaient éteints comme partout ailleurs. Paris n'était plus éclairé. Les gargouilles n'étaient guère plus que des formes difficiles à deviner. Mais indistincte ou pas, la cathédrale était toujours là, depuis le douzième siècle - quand Paris n'était qu'un labyrinthe de maisons en bois et bâtiments branlants, quand les vaches se promenaient au milieu des rues et que les saints et les sorcières étaient craints -, ce qui était rassurant.

Commenter  J’apprécie          60

" Eh oui ! je vais apprendre à connaître le Ritz aussi bien que toi tu le connais - je vais essayer de comprendre pourquoi tu l'aimes autant que tu m'aimes moi. "

Claude manqua s'étrangler mais sourit.

...

Après tout, il était son mari, celui qui gagnait l'argent du ménage ; un homme avait une carrière à construire, tandis qu'une femme ne pouvait qu'avoir un passe-temps.

Commenter  J’apprécie          160

Au Ritz, il est vrai, il y a encore des fleurs partout - on dirait que seuls les engrais et la terre ne sont pas réquisitionnés par l'armée allemande ; mais ces fleurs, avec leurs pétales luxuriants, leurs tiges humides de rosée, ne parviennent pas à camoufler les drapeaux nazis plantés dans les bouquets.

Commenter  J’apprécie          100

Récemment, Blanche s'est rendu compte qu'elle considérait les gens uniquement comme des problèmes d'arithmétique - trois ont disparu, deux sont revenus, il en manque un pour agir. Cinq nazis, c'est mieux que dix, mais zéro serait préférable. Dix mille Juifs ne sont plus que huit mille qui ne sont plus que cinq mille et les nazis continuent à réduire leur nombre.

Commenter  J’apprécie          60

Videos de Melanie Benjamin (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Melanie Benjamin
Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • le Géant empêtré de Anne de Tinguy aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/le-geant-empetre.html • le Grand Théâtre du pouvoir de Catherine Nay aux éditions Bouquins https://www.lagriffenoire.com/le-grand-theatre-du-pouvoir.-quarante-ans-de-vie-politique.html • Histoire intime de la V République: La belle époque (2) de Franz-Olivier Giesbert aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/histoire-intime-de-la-v-republique-vol02-la-belle-epoque.html • Une route de Richard Paul Evans et Pierre Simon aux éditions Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/une-route.html • Super hôte de Kate Russo et Severine Weiss aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/super-hote-1.html • La Malédiction de la Madone de Philippe Vilain aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/la-malediction-de-la-madone.html • DOG de Clémentine Dabadie aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/dog.html • La Splendeur et l'Infamie de Erik Larson et Hubert Tézenas aux éditions Livredepoche https://www.lagriffenoire.com/la-splendeur-et-l-infamie-1.html • Churchill de Andrew Roberts et Antoine Capet aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/churchill.html • Pamela de Stéphanie des Horts aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/pamela.html • À ma table créole: Recettes iconiques des îles de Suzy Palatin aux éditions Hachette Pratique https://www.lagriffenoire.com/a-ma-table-creole-recettes-iconiques-des-iles.html • Hitler et Churchill de Andrew Roberts et Antoine Capet aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/hitler-et-churchill-secrets-de-meneurs-d-hommes.html • La Dame du Ritz de Melanie Benjamin aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/la-dame-du-ritz-2.html • Les Sorcières: L'encyclopédie du merveilleux de Cécile Roumiguière et Benjamin Lacombe aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/les-sorcieres-l-encyclopedie-du-merveilleux.html • Les Fées: L'encyclopédie du merveilleux de Sébastien Perez et Bluebirdy aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/les-fees-l-encyclopedie-du-merveilleux.html •
+ Lire la suite
autres livres classés : occupationVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2761 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre