AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B003WPJ5EC
Éditeur : L'Elan (01/01/1948)

Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
gill
  16 septembre 2016
Ce livre est présenté par son auteur comme le roman d'une aventure.
Il s'annonce plutôt comme un livre de parti pris, presque comme un règlement de compte.
C'est en tout cas le livre d'un homme blessé, déçu et meurtri.
Si tenté qu'il était de l'écrire, René Benjamin y avoue s'être demandé si le jeu en valait la chandelle.
"La beauté des lettres est de redresser les torts et de s'indigner contre les injustices" nous dit-il.
Mais de quels torts et de quelles injustices s'agit-il ?
En 1915, René Benjamin obtient le prix de l'Académie Goncourt.
En 1938, il y est élu.
A la libération, l'Académie ne le soutient pas lorsqu'il est inquiété pour avoir été un "écrivain pro-allemand".
En 1948, elle lui fait un procès ...
"La Galère des Goncourt" est un livre trouble qui pourtant s'éclaire parfois de magnifiques envolées où apparaissent notamment La Varende, Élémir Bourge et Rosny aîné.
C'est un livre de portraits.
Certains sont esquissés avec soin, d'autres sont réalisés au vitriol.
On y croise Lucien Descaves, Jules Renard, Courteline, Raoul Ponchon et quelques autres.
Un certain Lerouge, qui se prénomme certainement Gustave, y est fugitivement qualifié de "vibrion littéraire".
Tous passent sous la toise tendue pour une impitoyable mesure.
Leur talent est soupesé, souvent raillé et contesté.
René Benjamin ne semble pas croire en la littérature.
Il avoue ici d'ailleurs peu lire et ne pas connaître les oeuvres des membres de l'Académie qui l'ont accueilli en son sein.
Il préfère "regarder, écouter et ensuite dormir" !
"Il n'y a pas un bon livre tous les ans" nous dit-il.
Et ajoute : "Goncourt a été ingénu" ...
Sacha Guitry, est-ce un hasard, a préfacé "La galère des Goncourt".
Il a lui-aussi eu sa part d'inquiétude à la libération.
Car il serait naïf de ne pas croire que ce livre est aussi politique.
Les amis de René Benjamin, les écrivains qui comptent pour lui se rangent le plus souvent dans le clan des conservateurs, de la droite parfois la plus dure.
L'ouvrage s'embourbe, durant quelques chapitres, dans une longue apologie de Léon Daudet et dans le récit un peu flou de son célèbre procès.
Le propos de René Benjamin est dur. Il est souvent cruel.
C'est celui d'un homme aigri, blessé qui, ayant trempé sa plume dans la haine, se dresse face à l'Académie Goncourt.
Au final, il ressort que "la galère des Goncourt" est un livre sombre et fielleux.
Et Je lui préfère "L'académie Goncourt en dix couverts", le lumineux ouvrage de Georges Ravon ...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
moravia
  21 juillet 2018
Ah ! quand Benjamin écrit comme cela c'est du petit lait...corrosif.
Après cette lecture on peut se dire que la cuisine du premier prix littéraire Français ne date pas d'hier.
Jouissif et cocasse.
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
gillgill   16 septembre 2016
C'est une des figures les plus libres, les plus fortes de ce temps.
Il a des joies explosives et des mépris muets.
Il est en train d'écrire, avec une âme de chevalier, dans une langue reforgée par lui, une oeuvre puissante, loin de la canaille ...
(Jean de La Varende)
Commenter  J’apprécie          50
gillgill   16 septembre 2016
- La mort qui habite en Bretagne, prononça-t-il en confidence ... On ne sait pas exactement où, mais on la sent de tous les côtés.
La Bretagne sait que la vie n'est qu'un songe, et les bretons sont tous des rêveurs éveillés ...
Commenter  J’apprécie          40
gillgill   16 septembre 2016
L'homme de théâtre. Oui, Goncourt adorait le théâtre.
Il rêvait d'en faire.
Il savait que le théâtre est aux lettres ce que l'architecture est à la peinture et à la sculpture, l'art majeure, l'art de synthèse, celui qui compte si peu de réussites dans chaque siècle.
Quoi de plus rare qu'un grand auteur dramatique ? ...
Commenter  J’apprécie          20
gillgill   16 septembre 2016
Pourquoi est-ce que je suis sûr qu'une prison devrait avoir l'air juste ? ...
Commenter  J’apprécie          113
moraviamoravia   01 mars 2013
Or, du seul fait que j'étais Prix Goncourt, on se mit à me publier avec la plus extrême amabilité tous les textes qu'on m'avait refusés avec la plus extrême rigueur.
Commenter  J’apprécie          40

Video de René Benjamin (1) Voir plusAjouter une vidéo

Les Goncourt sont au complet
Au restaurant Drouant, les membres de l'Académie Goncourt se réunissent devant un repas, pour élire deux nouveaux membres en remplacement de René BENJAMIN et Sacha GUITRY. Ce sont Philippe HERIAT et Armand SALACROU qui sont élus. ...
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2380 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre