AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Les Cygnes de la Cinquième Avenue (20)

Crazynath
Crazynath06 mars 2017
Les quatre femmes courbèrent leurs cous toujours aussi élégants, rapprochèrent leurs têtes impeccablement coiffées, pour se concerter. Des colifichets et des plumes frémissaient à leurs bras à mesure qu'elles gesticulaient.
Commenter  J’apprécie          160
mumuboc
mumuboc12 mars 2017
Et Babe, qui n'avait jamais raconté d'histoires à ses enfants pour les endormir quand ils étaient petits - car elle devait toujours se préparer pour sortir dîner à l'heure du coucher, et elle avait besoin de temps, bien évidemment, pour être parfaite afin que peut-être Bill la remarque, et, tout au moins qu'il soit fier de l'avoir à son bras.
Commenter  J’apprécie          130
mumuboc
mumuboc12 mars 2017
- Nous sommes des collectionneurs tous les deux. Nous collectionnons les femmes? Toi et tes..... comment tu les appelles déjà, Babe et ses amies ? Tes cygnes ?
- Ah mais c'est là où nous sommes différents, répliqua Truman avec un sourire bien peu chaleureux.
- Pourquoi ?
- Je ne les traite pas comme de la merde.
Commenter  J’apprécie          60
MurielT
MurielT21 mars 2017
Et pourtant, il ne faisait aucun doute que pour ses enfants elle n'était qu'un fantôme. Un fantôme merveilleusement habillé, un fantôme inaccessible. Elle les avait laissés se débrouiller afin de pouvoir s'occuper d'elle et de Bill. Et de pouvoir s'occuper de ses hôtes, de sa maison, ses jardins, ses vêtements, ses œuvres de bienfaisance. Et de s'occuper de Truman ; Elle lui avait ouvert son cœur comme elle ne l'avait jamais fait avec ses enfants, elle le savait, ils le savaient, et donc, elle se rendait compte que si on l'assassinait en pleine nuit comme on avait assassiné Bonnie Clutter - Bonnie Clutter, déboussolée, imparfaite, fragile ! - personne ne verserait la moitié des larmes qu'on avait versées pour elle.
Commenter  J’apprécie          40
PLUMAGILE
PLUMAGILE06 mai 2017
Les traumatismes de l'enfance sont comme des squatteurs. Ils profitent d'une négligence, d'une faiblesse, pour s'installer, à tel point que vous ne pouvez plus imaginer votre vie sans eux.
Commenter  J’apprécie          30
PLUMAGILE
PLUMAGILE05 mai 2017
Elle leva son verre et, comme par miracle, il était plein. Oh, être riche c'est tout simplement merveilleux, quand on y réfléchit bien. Vous tendez un bras et il est habillé de la manche doublée de satin d'un manteau de fourrure. Vous pointez un doigt et il est orné de bijoux.
Commenter  J’apprécie          30
mumuboc
mumuboc12 mars 2017
Babe n'avait jamais senti son coeur battre à la perspective de voir Bill. Alors que chaque qu'elle devait retrouver Truman, elle était si excitée, si convaincue du plaisir à venir, que sa peau picotait sous l'effet de l'adrénaline et elle se retrouvait à rire toute seule, avant même qu'il ne soit arrIvé. Elle voulait toujours être parfaite pour Bill, alors qu'elle rompait avec ses habitudes et essayait de trouver un petit quelque chose de décalé, ou de surprenant, pour le plaisir de Truman : des clochettes cousues sur sa jupe....
Commenter  J’apprécie          30
Prailie
Prailie11 août 2017
Cette minuscule créature efféminée, affublée de costumes en velours rouge, de chaussettes rouges, et d'une écharpe ridiculement longue, le plus souvent nouée autour de sa gorge, traînant dans son sillage comme une robe de cérémonie, et qui après dîner déclarait:" Je vais m'asseoir là-bas avec les filles et raconter des potins!". Ce lutin qui , soudain, pouvait sauter en l'air, mimer une ruade en arrière et s'exclamer:"Oh, c'est amusant, si amusant, tellement amusant d'être moi. Je suis fou de joie!"
Commenter  J’apprécie          20
floresta
floresta24 mai 2017
Je déteste les gens qui agissent timidement. N'aie pas peur de te montrer et de dire, si c'est ce que tu crois: " Je suis le meilleur, le plus grand. Je suis génial. C'est moi le chef!" Et Truman trinqua- un martini- avec Bill.
Commenter  J’apprécie          20
Prailie
Prailie12 août 2017
"True Heart", dit Slim dans un soupir mouillé de wisky. Elle tapota la main de Truman, avala une gorgée et eut le hoquet. " Je t'aime. Je t'aime vraiment. Raconte-moi une histoire. Quelque chose d'amusant. Remonte-moi le moral, car j'ai le cafard".
Soudain Truman eut la nausée ; tous ces gens avec leurs drames, leur égoïsme, les services rendus, le dégoûtaient. Il en eut assez de leur richesse et de leurs privilèges avec lesquels ils obtenaient ce qu'ils voulaient, avec lesquels ils l'avaient eu, lui.
Commenter  J’apprécie          10




    Acheter ce livre sur

    AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





    Quiz Voir plus

    Dead or Alive ?

    Harlan Coben

    Alive (vivant)
    Dead (mort)

    20 questions
    1063 lecteurs ont répondu
    Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre