AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782234083608
336 pages
Stock (02/05/2019)
3.92/5   116 notes
Résumé :
Il était resté glissé dans la poche intérieure du vieil étui en cuir acheté sur Internet. Un tout petit répertoire, comme ceux vendus avec les recharges annuelles des agendas, daté de 1951.

A : Aragon. B : Breton, Brassaï, Braque, Balthus… J’ai feuilleté avec sidération ces pages un peu jaunies. C : Cocteau, Chagall… E : Éluard… G : Giacometti… À chaque fois, leur numéro de téléphone, souvent une adresse. L : Lacan… P : Ponge, Poulenc…
>Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 116 notes
5
16 avis
4
18 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
0 avis

fanfanouche24
  28 octobre 2020
Un choix fait par hasard en furetant à ma médiathèque ; hasard toutefois favorisé par les bibliothécaires qui avaient mis en avant, avec d'autres ouvrages, cette publication, sur une table !
« Cruelle postérité qui ne retient que la maîtresse , et enterre toute une oeuvre à l'ombre d'un géant. Cruelle mais sans appel. Qui connaît l'oeuvre de Dora Maar ? Qui se souvient qu'elle a été l'une des rares femmes photographes admises parmi les surréalistes ? Qui sait qu'elle a consacré soixante ans de sa vie à la peinture ? “
De Dora Maar, comme tant de personnes, je n'avais en mémoire que des images stéréotypés de cette femme, peinte et immortalisée par Picasso, comme « La Femme qui pleure » !...ignorant totalement qu'elle était elle-même une artiste confirmée, peintre et photographe, avec un vrai tempérament.
Une biographie des plus instructives sur une artiste méconnue, mais combien célèbre pour avoir été une des femmes –muses de Picasso, Dora Maar…Vie aussi palpitante que malheureuse… racontée par un biais et des circonstances insolites, originales. L'auteure …par un concours de « hasards » va se retrouver , avec , dans les mains un carnet-agenda téléphonique, et qu'elle n'est pas sa surprise de croiser les noms les plus illustres de l'histoire de l'art du XXe et plus spécifiquement du surréalisme… Ainsi, titillée par une curiosité démultipliée, Brigitte Benkemoun va se lancer dans une enquête au long cours, à laquelle elle va nous, lecteur, faire participer !
La « biographe » nous fait partager la genèse des circonstances l'ayant mis sur le chemin de Dora Maar, par le biais d'un mystérieux carnet d'adresses…ainsi que ses hésitations, questionnements inévitables, pour s'assurer qu'elle est prête à passer des mois ou des années avec la personne choisie, dont elle veut parler, et retracer l'existence, le cheminement sentimental et artistique !
Un engagement et une immersion qui réclament une exclusivité intransigeante !!
De l'admiration à l'exaspération, la « biographe » passe par toutes les émotions possibles, en fréquentant de trop près « l'objet » de ses recherches ! L'extrait suivant l'exprime au plus juste…variations d'humeurs et d'appréciations que nous, lecteurs, partageons avec l'auteure !
« D'autant qu'au fil des jours, la compagnie de la dame au carnet devient pesante. Je suis comme tous ceux que la douleur de l'autre finit par lasser…Comment va Dora ? me demande-t-on souvent. A mes amis comme à mon éditeur, je réponds que « j'avance »…Mais non, je n'avance pas beaucoup. J'ai du mal avec elle. le plus difficile est de s'attacher à une femme si différente et parfois si peu sympathique. Pour essayer de la comprendre, je puise au plus profond de moi le souvenir d'un chagrin qui vous ronge, d'un crabe qui vous dévore jusqu'à vous rendre dingue. Mais je ne suis pas assez sombre ou trop peu tourmentée…Elle m'ennuie, elle me fatigue. Comme Picasso, je la délaisse.. .J'ai besoin de respirer , rencontrer des gens heureux, lire des histoires légères. (p. 153)
Un très intéressant moment de lecture nous faisant revisiter les parcours d' artistes très connus, et d'autres personnalités secondaires tout aussi passionnantes, comme cette artiste découverte (pour ma part), Jacqueline Lamba…peintre rebelle et muse d'André Breton
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
Lune
  13 mai 2019
Le hasard?, la coïncidence?, on y croit ou pas.
Des rencontres ont parfois lieu.
Ici, un agenda dont le modèle à « l'ancienne » devait être un cadeau.
L'auteure le parcourt.
Stupéfaction et nous vibrons avec elle.
Les noms qui apparaissent sautent à nos yeux ébahis.
On se prend à rêver : Aragon, Breton, Cocteau, Chagall, Eluard… la liste est longue, évocatrice, tentante.
Quelques recherches, une authentification confirme qu'il appartenait à Dora Maar, la photographe, l'artiste peintre, l'amoureuse, la passionnée, surtout connue comme celle que Picasso aima, rejeta, peignit en « La femme qui pleure ».
Commence alors une enquête, un travail de fourmi, une biographie originale favorisée par quelques noms qui permettent à Brigitte Benkemoun de relier la propriétaire à ces adresses et numéros de téléphone qu'elle a noté en l' année 1951.
Le passé arrive en flash-back dans ce présent retrouvé. Et aujourd'hui nous découvrons : une époque, un milieu (un « village » comme dit l'auteure), des peintres, des poètes, des surréalistes et LE plus grand de tous : Picasso.
Des rapports humains contrariés, difficiles, compétitifs, la souffrance d'une femme brisée, malade qui se relèvera en cheminant dans une analyse avec Lacan et une religion quelque peu excessive.
90 ans d'une vie qui défile devant nos yeux, une femme qui intrigue et répulse parfois, un monde dans le monde, monde de souffrances, d'excès, de solitude douloureuse.
Le livre est intense et court, on le quitte à regret, on devine tant de méconnaissance de cette femme qui la souhaita elle-même, le poème qu'elle écrivit et que l'auteure nous transmet en fin de livre le dit : « Dans le secret de moi-même à moi-même secret … ».
Respectons-la comme la respecte l'auteure qui nous raconte le chemin qu'elle a entrepris pendant deux ans à partir de cet agenda que le hasard? ou la coïncidence? a porté jusqu'à elle.
Une magnifique et pudique approche qui, dans un style très agréable, nous propulse dans le monde artistique d'un XXème siècle révolu mais inscrit dans la mémoire des amateurs des Arts et des Lettres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
saphoo
  27 mars 2020
Une biographie originale sous forme de jeu d'énigmes grâce à un carnet dégoté par hasard. C'est très intéressant de pouvoir remonter le fil du courant avec des personnages inscrits dans le répertoire de Dora Maar, tour à tour, l'auteure tente de savoir quand cela n'est pas lisible ou bien inscrit, qui peut bien être ce quidam ? Par le biais des recherches, des croisements, elle arrive à ses fins, et de fil en aiguille, elle brode le canevas de la vie de Dora Maar. Je dois dire que j'ai mieux cerné le personnage grâce à toutes ces indications qu'avec d'autres biographie, et il serait bien dommage de résumer cette artiste à "la femme qui pleure", compagne d'une époque de Picasso.
Au delà de Picasso, l'auteure nous fait découvrir maintes poètes, peintres, photographes etc... c'est très intéressant.
Une lecture donc instructive sur Dora Maar.
Commenter  J’apprécie          270
Christian_Attard
  28 novembre 2019
Nos relations, nos amis peuvent-ils permettre de dresser un portrait fidèle de nos personnalités ?
Et à propos de portrait, Dora Maar devait-elle se résumer à cette « femme qui pleure » de Pablo Picasso ?

Amour et affection, besoin et nécessité, ennui et orgueil… doivent conduire à se constituer un panel de relations répondant à ces multiples attentes. Comme nous tous, Dora Maar ne devait pas présenter le même visage à chacun de ses contacts. Quoique …
Brigitte Benkemoun a réalisé une véritable enquête sur l'artiste. Tenace, précise, elle ne la lâche pas les fils de tous ces noms du petit agenda retrouvé.
Et quels noms !
Tous le gratin des milieux artistiques et intellectuels des années 50. Un monde d'artistes brillants, surdoués parfois, mais vaniteux, couards, jaloux, méchants souvent. le livre n'en épargne aucun et il tourne comme un papillon de nuit autour de ce diable de Picasso. Dora eut tort de trop s'en approcher, elle s'y est brûlée les ailes…
On s'y perd un peu en aller et retour sur des mêmes phases de son existence, mais cela à l'avantage de les éclairer différemment. On s'instruit aussi si on ne connait pas tous ces artistes. Et j'avoue avoir lu l'ouvrage tout en allant chercher des photographies ou en lisant leur notice biographique sur le web.
Mais au final, le livre nous a beaucoup plus apporté par ce regard sur ces milieux car il est bien difficile de s'attacher à la personnalité trouble et superficielle de cette Dora, si peu attirante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
mfrance
  17 juillet 2022
Il y a des gens qui ont vraiment une sacrée chance ! Pensez-donc, tomber, grâce à un achat effectué en ligne, sur un agenda en cuir contenant, planquée dans un rabat, une liste de numéros de téléphone et adresses, tous ou presque concernant des personnalités artistiques célébrissimes, allant de Aragon à Nicolas de Staël, en passant par Cocteau, Chagall, Eluard, Poulenc etc .... il y a de quoi choper le tournis !
Brigitte Benkemoun en frétille de plaisir, on la comprend, et s'empressera de mener une enquête qui va lui permettre de dater ledit carnet, 1951, et de découvrir qu'il appartenait à Dora Maar, pas moins.
Mais qui donc est Dora Maar, hélas plus connue du grand public comme une des nombreuses maîtresses de Picasso, que pour ses propres vertus : photographe d'exception et peintre ?
C'est le projet que l'auteur va se donner, en essayant de tracer un portrait de cette femme, qu'elle fait apparaître par le biais de témoignages de première ou seconde main, obtenus grâce aux noms du fameux carnet, ce qui nous permet de découvrir quelques pans de sa liaison orageuse d'environ dix ans avec le peintre, celui-ci n'apparaissant pas sous un jour bien favorable, compte tenu de son comportement, heu ... un peu douteux, (doux euphémisme) avec les femmes !
Et là, on se rend compte que Google et Wikipedia sont véritablement une sacrée mine d'or pour pêcher de l'information ! car en effet, c'est grâce à ces médias d'exception (!) que Brigitte Benkemoun parvient à dénicher témoins et informations.
Ainsi tente-t-elle de restituer la réalité de la femme et artiste que fut Dora Maar. On percevra donc très vite la vanité d'une telle entreprise, car tous ceux qu'elle a pu rencontrer ainsi que les éléments glanés ça et là ne permettent rien d'autre que de tracer une esquisse forcément réductrice, vue par le prisme évidemment limiteur de ceux qui l'ont aimée, admirée ou détestée, donnant une image kaléidoscopique de cette femme fantasque, intelligente et très séduisante, brillante, ambitieuse et passionnée, fière, entière et coléreuse, mais aussi fragile et dépressive ... devenue peu à peu bigote et conservatrice.
Ces réserves faites, l'ouvrage se lit sans déplaisir, voire avec plaisir, tant il fourmille d'anecdotes intéressantes, surprenantes, amusantes, cocasses même, concernant non seulement Dora Maar, mais aussi ses amis et connaissances , et voir défiler en farandole tous les artistes mondialement reconnus cités dans cet ouvrage vous met carrément l'eau à la bouche !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (3)
LaCroix   12 juillet 2019
La découverte d’un répertoire ayant appartenu à Dora Maar est l’occasion de plonger dans la vie intime de la photographe et peintre, par ailleurs muse de Picasso.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Lexpress   17 juin 2019
A partir du carnet d'adresses de Dora Maar, déniché par hasard, Brigitte Benkemoun mène une véritable enquête de voisinage sur la muse de Picasso. Pétillant.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeFigaro   29 avril 2019
Dans un livre savoureux, la journaliste Brigitte Benkemoun raconte comment, à partir d’un agenda acheté sur eBay, elle a rencontré par hasard la mythique muse de Picasso. Et en dresse un portrait éclaté.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
AllilyAllily   12 juin 2019
Je pourrais laisser la chance continuer à guider mes pas, feuilleter les yeux fermés, et accepter comme un défi le premier nom sur lequel mon doigt se poserait : Eluard, comme par hasard...

Mais, puisque j'ai décidé de faire parler ce carnet, il suffit peut-être de l'écouter. Il chuchote les mots de trouvaille, objet trouvé, chance ou coïncidence...Il me conduit forcément chez Breton, immense théoricien du hasard objectif.

"La trouvaille d'objet, disait-il, remplit ici rigoureusement le même office que le rêve, en ce sens qu'elle libère l'individu de scrupules affectifs paralysants, le réconforte et lui fait comprendre l'obstacle qu'il pouvait croire insurmontable est franchi."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ApoapoApoapo   12 décembre 2021
3. « Et en 1983, dix ans après sa mort [de Picasso], un médecin canadien trouve de façon assez mystérieuse chez le peintre un paquet où il est écrit : "Pour Dora". Il essaye de la joindre. Elle ne répond pas. Alors, il finit par l'ouvrir et découvre une bague, gravée P et D. À l'intérieur ; il y a un petit clou qui l'aurait forcément blessée si elle y avait glissé son doigt... Comme autrefois le couteau des Deux Magots. » (pp. 315-316)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
saphoosaphoo   27 mars 2020
Aimer la poésie c'est vouloir approcher l'indicible de la vie intérieure. Aimer la poésie c'est être capable de se laisser emporter par des images, des émotions, c'est savoir écouter la musique des mots, parfois aimer sans comprendre, juste ressentir...
Commenter  J’apprécie          112
fanfanouche24fanfanouche24   28 octobre 2020
Je lui raconte -Guernica-, ces quelques mois d'extase, en 1937, où elle s'imagine peindre avec lui en le photographiant. "Oui c'est exactement ça..." Mais il pense qu'elle devait être déjà fragile avant de le rencontrer. "Il ne l'a pas rendue folle, ils se sont trouvés. Cette osmose totale, qu'elle a cru vivre, a rendu la rupture plus douloureuse encore...Puis Dieu a dû remplacer Picasso..." (p. 151)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SpilettSpilett   18 décembre 2019
Comme avec Dora, le peintre [Picasso] s'est toujours acharné à convaincre Brassaï de lâcher la photo pour reprendre le dessin: "Vous avez une mine d'or, et vous exploitez une mine de sel."
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Brigitte Benkemoun (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brigitte Benkemoun
Je suis le carnet de Dora Maar de Brigitte Benkemoun aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1098326-romans-je-suis-le-carnet-de-dora-maar.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionslivredepoche
autres livres classés : agendaVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1395 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre