AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2505013446
Éditeur : Dargaud (27/02/2015)

Note moyenne : 3.1/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Londres, 1887. Jerrold Piccobello, magicien parmi les plus prestigieux du royaume britannique, se fait une nouvelle fois remballer d'une audition comme un malpropre. Désespéré, l'homme revient sur les lieux de son enfance, là où tout a commencé et où il fera une rencontre pour le moins inattendue...

Premier tome du Magicien de Whitechapel, une trilogie qui oscille entre l'aventure humaine et le récit fantastique.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  18 mai 2016
Londres, Piccadilly Circus, 1887. Sur la scène de ce cabaret, le magicien Jerrold Piccobello, venu passer une audition. Malheureusement, il ne sera pas retenu. le magicien de renommée internationale subit véritablement un affront. Honteux de se faire remballer ainsi comme un malpropre. Quelle déchéance pour lui... Une déchéance qu'il met surtout sur la perte de son ami et mentor, Virgill Webb. En errant dans les rues londoniennes, Jerrold se retrouve devant le théâtre The Eagle. Remontent alors à la surface la mort de sa mère, les coups foireux de son père, ses premiers pas dans le monde de la magie, sa rencontre avec le grand Virgill Webb...
Premier tome d'une trilogie, cet album met en avant l'enfance de Jerrold Piccobello, magicien de grande renommée. À travers les souvenirs qu'il nous conte, l'on apprend ainsi comment il est devenu l'homme qu'il est aujourd'hui. Même si tout se met en place gentiment et que les actions se font rares, l'ensemble est tout de même intéressant et les personnages sont plus que jamais vivants. André Benn plante son décor dans l'Angleterre Victorienne, son dessin colle d'ailleurs parfaitement à cette période: un trait élégant et tout en finesse, des dandys vivants et raffinés, une ambiance mystérieuse et romantique, un vocabulaire parfois désuet. Ce premier volet attise fortement notre curiosité, la fin inattendue aidant fortement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
Crossroads
  22 avril 2016
Jerrold Piccobello était un prince, que dis-je, un roi dans son domaine.
Majax l'adorait, Garcimore le vénérait, c'est dire le niveau stratosphérique atteint par cet homme que rien ne prédisposait à la magie.
Plus vous montez haut, plus rude est la chute.
Jerrold en a fait l'amère expérience.
Il se remémore ses vertes années et un apprentissage empli alors de gaieté et d'insouciance.
Grandeur et décadence d'un p'tit gars sorti du ruisseau avec pour seule ambition de se faire une place au soleil.
Tout comme Icare, il s'y est brûlé les ailes.
Ce récit est déconcertant car le scénario tient la route, le dessin est plaisant et l'encrage saisissant.
Pourtant, j'en ressors avec une impression mitigée. Je reste sur ma faim et lorsqu'on connaît ma propension à me sustenter d'un rien, 5 à 6000 cal/h font largement l'affaire, c'est jamais très bon.
Alors peut-être que ça pêche du côté du tempo, c'est bien possible.
Le fait d'user d'un argot généreux y a certainement contribué.
La difficulté à dissocier Jerrold de son mentor ne lassa pas d'énervasser le non physionomiste que je suis.
C'était pas le jour de la magie pour les nuls, j'en sais foutre rien.
Ce que je sais, c'est que l'ensemble, mais surtout un twist final intrigant, poussera cependant ma curiosité plus avant.
Faut dire que le tome 2 m'attend bien sagement sur une étagère, ce serait ballot de briser là sur un malentendu…
3.5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402
stokely
  13 juin 2017
En feuilletant cette bande dessinée, j'ai apprécié le trait de crayon d'André Benn et puis l'action se déroulant à Whitechapel au 19 ème siècle cela augurait des situations bien glauques.
Il est question ici de magie avec Jerrold Piccobello qui revient sur les lieux de son enfance, nous suivons son exil forcé avec sa soeur, sa découverte du théâtre, de la magie, son mentor Virgil Bell pour qui il voue une admiration sans borne.
Il n'y a pas vraiment de grande action majeure mais cette bande dessinée se lit toute seule et on a envie de continuer sur les tomes suivants.
Commenter  J’apprécie          140
belette2911
  28 juin 2019
La magie, ce n'est pas que l'affaire d'Harry Potter et consorts (ou qu'on ne sort pas).
Ici, même les Moldus peuvent être magicien. de très grands magiciens.
Hélas, d'aussi qu'on soit monté, on n'est jamais assis que sur son cul, mais la chute n'en est pas pour autant aussi douloureuse que si on avait chu de l'Empire State Bulding.
Pourtant, Jerrold Piccobello a commencé dans la bas du panier, avec une père décédée et un père qui jouait au Grec, c'est-à-dire qu'il trichait avec les dés (entre autre).
C'est après avoir été refusé pour son numéro et s'être senti devenu has been que Jerrold revient sur les terres qui l'ont vu grandir. Se remémorant sa jeunesse et tous les mauvais coups du sort, il repense aussi avec nostalgie à son mentor, Virgil Webb, Ze best magicien. Celui qui lui a tout appris.
Les dessins ne m'ont pas trop emballés, de plus, à certains moments, on a du mal à différencier Jerrold de Virgil, si on n'est pas trop attentifs.
Dommage que je n'ai pas accroché aux dessins parce que le scénario, de son côté, appelle à la curiosité, à l'envie de découvrir la jeunesse de Jerrold, les coups durs, son insouciance de jeunesse…
Son apprentissage auprès du Gérad Majax de l'époque, du Harry Houdini qui ne s'évade pas, du David Copperfield qui séduit toute les dames après leur avoir montré sa baguette magique, était bien mis en scène et je n'ai pas vu le temps passer durant ma lecture.
Malgré tout, il me manquait un truc pour me faire revenir pour le deuxième acte, pour aller chercher la suite de cette bédé dans les étagères de la biblio et ce truc qui manquait, il est arrivé en final de ce tome et là, je me suis dit que j'allais suivre cette série – au diable les dessins que je n'aime pas – afin de savoir ce qui allait se passer maintenant que notre Jerrold avait passé un contrat inhabituel.
Faudrait peut-être lui signaler qu'il devra utiliser une longue cuillère, car lorsqu'on dîne à la table de ce personnage, vaut mieux en avoir un longue (de cuillère !).
Cul entre deux chaises pour cette chronique. La curiosité est plus forte, je ne résisterai pas, faudra que je lise la suite.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Arthore
  22 mai 2019
Londres au XIXeme, l'histoire d'un magicien de renom, mister Jerrold Piccobello, le tout avec le diable qui va s'en mêler....
il n'en fallait pas plus pour piquer ma curiosité d'autant que le trait est attirant!
Malheureusement la magie a beaucoup de mal à opérer dans ce premier tome, l'histoire se met en place mais peu de choses se passe; les deux principaux personnages, notre magicien et son mentor, sont difficiles à dissocier... et fait rare, la police de caractère, doublée du côté chargé et noir du graphisme, rend la lecture du texte difficile!!!!
N'aimant pas laisser de côté un T2 pour voir s'il y a confirmation ou pas (c'est préférable lorsque l'on se met à lire de la BD...) je vais enchaîner avec la suite mais.... sans conviction! le T3, bien que sous la main, à ce stade la, ne recevra pas forcément un avis.... à suivre
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (2)
ActuaBD   25 août 2015
Une découverte diablement sympathique.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   06 mars 2015
L’artiste conserve ce style semi-réaliste qu’il a su faire évoluer depuis Mic Mac Adam et qui, maintenant, lui assure une reconnaissance évidente.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
marina53marina53   18 mai 2016
Comme c'est curieux... Lorsque l'on erre sans but précis en ressassant les souvenirs de notre existence, nos pas nous ramènent souvent sur les lieux de notre passé...
Commenter  J’apprécie          300
ArthoreArthore   22 mai 2019
Les hommes qui s'imaginent être complément civilisés et qui croient maîtriser en toutes circonstances leurs instincts se trompent lourdement. Les êtres humains sont et resteront toujours des animaux et ceux qui jouent avec les désirs jouent avec le feu.
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de André Benn (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Benn
Interview de André Benn, auteur et dessinateur de la bande dessinée "Le Magicien de WhiteChapel"
autres livres classés : londresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3442 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre