AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782841610334
168 pages
Albouraq (21/04/2006)
4.56/5   9 notes
Résumé :
Le changement de l'état civilisationnel d'une communauté étant subordonné au changement profond de l'Homme dans toutes ses dimensions, il est primordial que celui-ci en éprouve le besoin et possède le programme idéologique susceptible de lui en tracer la voie.
C'est dans ce souci que les éditions El BAY'YINATE mettent entre les mains du lecteur une collection qui aspire à penser le changement, en espérant qu'il y trouvera l'instrument avec lequel il s'attelle... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
minou4joker
  30 mars 2019
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   12 mars 2017
Il y a des institutions, comme le mariage, qui ne vieillissent pas.

Si le mariage était aboli dans une société, on ne dira pas que l'institution a vieilli mais que la société est malade.

L'origine du mal, dans ce cas, est localisée dans l'univers culturel.

Dans certains pays de l'Europe du Nord, la crise culturelle qui a engendré le hippy tend à substituer au mariage traditionnel, l'union libre ou une union plus complexe ou plus anormale encore quand l'union est homosexuelle.

Ce sont des modifications d'ordre psychologique qui amènent à la surface de la vie sociale des modifications économiques et politiques.

Le psychologique précède et conditionne le social. Par toutes les voies on débouche toujours sur le principe formulé par le Coran sous forme de sentence : « Dieu ne change pas l'état d'un peuple que celui-ci n'ait changé ce qu'il y a dans son âme. »

Le verset contient en germe toutes les conclusions qu'on peut tirer sur la Némésis des idées trahies.

Ce n'est pas Jules César qui a tué la République de Rome. Sa mort est la conséquence des modifications imperceptibles survenues dans l'esprit romain, et il est significatif à cet égard que la mort de Jules César sous le poignard de Brutus et des conjurés n'a pas restauré la République à Rome.

La République n'est pas morte à Athènes à cause de Jules César mais des suites des mêmes modifications psychologiques qui ont amené sa mort à Rome.

Les modifications psychologiques, qui interviennent dans le processus et deviennent visibles sur le plan social ou politique, se produisent au niveau des motivations qui déterminent le comportement. (pp. 131-132)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
enkidu_enkidu_   10 septembre 2018
La cité musulmane est fondée sur cet ensemble de vertus de l'homme du pouvoir et des administrés.

Pour veiller à la conservation de ces vertus, le droit musulman instituera la ''hisba'' - ce système qui paraisse de loin ce qu'on appelle aujourd'hui l'auto-critique et la critique - pour contrôler leur continuité effective et leur efficacité dans la vie publique.

La cité musulmane n'est pas un assemblage plus ou moins hétéroclite de groupes sociaux divers, mais le foyer d'une communauté unie par la confiance réciproque de tous ses membres, gouvernants et gouvernés.

Son image n'est pas la république de Platon plus ou moins plagiée par El-Farabi dans sa cité idéale.

Son modèle c'est Médine elle-même, à l'époque d'Omar. C'est à ce haut classicisme, qu'il faut référer les structures et les idées politiques actuelles du monde musulman pour mesurer notre décolage par rapport à ce modèle.

Nous en sommes loins. Dans les deux versions de la politique musulmane actuelle, celle qu'on trouve dans les pays retardataires dits "conservateurs '' et celles qu'on trouve dans les pays dits ''progressistes'' on ne trouve pas (comme un souci majeur) la préoccupation d'avoir la confiance des peuples dans les pouvoirs qui les gouvernent.

Sauf Ayoub Khan, donnant à son pays la plus haute leçon de démocratie, de belle humilité politique, le jour où il avait librement renoncé à ses charges de chef d’État. Le monde musulman actuel n'a pas connu dans sa vie politique de geste comme celui de De Gaulle après le référendum qui ne lui avait pas donné la majorité, en 1968.

La politique doit être morale, esthétique et scientifique pour avoir un sens dans l'histoire. (pp. 111-112)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
enkidu_enkidu_   23 novembre 2018
La société musulmane a reçu son message imprimé il y a quatorze siècle sous forme de révélation. Il s'était imprimé dans la subjectivité de cette génération contemporaine de Ghar Hira qui a fait entendre la symphonie héroïque d'une ''religion d'hommes'', selon le mot de Nieztsche à propos de l'Islam.

Les idées imprimées sur ce disque ont soulevé des tempêtes dans l'histoire de l'humanité depuis 14 siècles.

Et d'abord elles avaient transformé de fond en comble un milieu primitif, mettant son énergie vitale entre les limites d'une civilisation et la soumettant à ses règles, à ses normes, à sa discipline rigoureuse.

Le moment d'Archimède vécu par l'Arabie lorsqu'elle recevait son message fut incomparablement grand.

Dans l'ordre matériel, il déterminait de nouveaux effets des résultats sociaux nouveaux avec les mêmes moyens ; car le monde des choses ne pouvait pas encore avoir changé, par exemple au moment où les Ançars et les mohadjirines mettaient en commun leurs ressources pour faire face aux besoins de la nouvelle étape.

Dans l'ordre intellectuel, il créait de nombreux critères, une nouvelle forme de pensée pour répondre aux impératifs d'une nouvelle organisation et orientation des activités d'une société naissante.

Enfin, dans l'ordre psychologique et moral, il créait de nouveaux centres de polarisation de l'énergie vitale. (p. 52)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
zhorhibiscus21zhorhibiscus21   21 septembre 2016
"les idées ont un effet plastique qui différencie, deja a leur aspect, un illetré d'un individu qui a utilisé les lettres pour lire une pensée ou transmettre sa pensée"
Commenter  J’apprécie          160
zhorhibiscus21zhorhibiscus21   22 septembre 2016
"il convient de noter que l'activité sociale a pour canevas l'idée, non pas a l’état pur mais dans l’état ou elle est intégrée au comportement, c'est a dire telle que nous l’interprétons, la comprenant et l'assimilons"
Commenter  J’apprécie          110

Lire un extrait
Videos de Malek Bennabi (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Malek Bennabi
Présentation du livre par Thomas Sibille de la Librairie al-Bayyinah "Que sais-je de l'Islam" de Malek Bennabi aux Editions Héritage.
autres livres classés : musulmanVoir plus





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1630 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre