AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782262028404
736 pages
Éditeur : Perrin (04/09/2008)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 23 notes)
Résumé :
La destinée de Frédéric II de Hohenstaufen (1194-1250) a inspiré deux maîtres livres : l'exceptionnel ouvrage d'Ernst Kantorowicz et cette biographie, vite devenue un classique. Comme si Jacques Benoist-Méchin, grand connaisseur de l'Islam et de l'Allemagne, avait trouvé le héros qui incarnait ses rêves d'historien. Voilà un empereur couronné à Rome qui déteste le pape, s'intéresse à l'Islam et n'envisage de croisade que pacifique et diplomatique. Voilà aussi un sou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
dbacquet
  12 mai 2019
Frédéric de Hohenstaufen, dont le prestige a été immense, fascine. Héritier du Christ, des Césars, de Charlemagne, des Normands, petit fils de Roger II de Sicile et de Frédéric Barberousse, son pouvoir était en grande partie sacralisé. S'il se rendit en Terre Sainte, après bien des retards, ce fut pour libérer le royaume de Jérusalem, non pas par les armes, mais par la négociation. Bien que souvent hautain et cruel, comme la plupart des princes du moyen âge, Frédéric apparaît davantage comme un esprit éclairé avide de paix que comme un implacable homme de guerre. Il était curieux des arts et des sciences, fondant les universités de Naples et de Salernes, et la Sicile, à laquelle il fut toujours très attaché - il passa son enfance à Palerme -, devint alors un important foyer de culture. Il parlait, dit-on, six langues, le grec, le latin, l'arabe, le sicilien, le normand et l'allemand. Sa vie a été marquée, dès son plus jeune âge, par les dissensions et les périls, se heurtant aux manoeuvres, souvent sordides, et aux haines de plusieurs papes, plus politiques que religieux, dont Grégoire IX qui l'excommunia.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Sarindar
  23 septembre 2014
S'il fallait choisir entre les ouvrages écrits sur Frédéric II de Hohenstaufen, celui de Jacques Benoist-Méchin ne serait sûrement pas à dédaigner. Mais j'ai du mal à croire que Benoist-Méchin soit le grand biographe de cet Empereur "germanique" du XIIIème siècle : il y a tout de même eu, avant lui, Ernst Kantorowicz (1927), Marcel Brion (1948), et, depuis, Georgina Masson, Pierre Boulle et Anne-Marie Flambart Héricher.
Commenter  J’apprécie          244
Martin903931
  07 décembre 2020
Frédéric de Hohenstaufen, allias Frédéric II. Nom qui ne m'évoquait absolument rien jusqu'à ce qu'un ami passionné me recommande cette biographie.
En refermant ce livre, deux pensées me viennent spontanément. La première rejoint la thèse du merveilleux Nos ancêtres les Gaullois de François Reynaert sur le caractère hautement subjectif de l'Histoire, telle qu'elle nous parvient. Sinon comment imaginer qu'une personnalité aussi exceptionnelle que Frédéric II ait pu à ce point être oubliée ? Sa vie semble un éclair de lumière et d'humanisme dans une période généralement associée aux ténèbres. Diplomate, amoureux des arts et de la science, fin connaisseur de l'Islam, il semble n'avoir que peu à envier à l'homme d'Etat moderne. Mais oublié, en dehors de cercles érudits, son nom l'est certainement pour la majorité de nos contemporains : sans généraliser, je pense qu'un rapide sondage auprès de mes amis français et allemands le confirmerait, la Sicile offrant potentiellement une exception.
La deuxième pensée réside dans la facilité avec laquelle j'ai dévoré cette biographie. Cela s'explique par la vie de Frédéric II : enfant abandonné de tous, n'ayant que sa lignée pour lui, il devient empereur du Saint-Empire pratiquement sans combattre. Excommunié deux fois, sa relation avec la papauté est un thriller passionnant, révélateur du pouvoir temporel de l'église au cours de la période. Sa connaissance de l'Islam, sa gestion pacifique de la 6e croisade et son ouverture aux sciences vont à contre-courant de tout ce qu'un lecteur béotien pouvait imaginer d'une telle période.
Mais cette facilité de lecture s'explique également par un trait littéraire surprenant et rafraichissant : Jacques Benoist-Méchin nous offre un récit très proche des évènements, n'hésitant pas nous partager sa représentations très concrètes des scènes, de l'effet de la lumière sur un vêtement au sourire narquois de Frédéric, de la colère qui peut l'envahir aux sentiments d'affection qu'il génère. Probablement peu fiable sur le plan historique, cet effort place le lecteur au plus proche de Frédéric de Hohenstaufen.
Le résultat est un récit passionnant et très bien écrit, largement à peine de réconcilier n'importe quel lecteur avec le Moyen-Age et avec le difficile travail de biographe historique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Fabrice38
  29 juillet 2016
Frédéric de Hohenstaufen fut empereur du Saint-Empire romain germanique dans la première moitié du XIIIe siècle. Grâce à sa mère, il hérite du royaume de Sicile où il grandira. Il parle plusieurs langues dont l'arabe et vit dans une cour raffinée et cosmopolite.
Mais le XIIIe siècle est synonyme de libération de la terre sainte et le pape Grégoire IX contraint l'empereur à partir en croisade. Frédéric réussira à négocier un traité de paix avec le sultan d'Égypte et deviendra roi de Jérusalem. C'est la VIe croisade qui est l'une des plus intéressantes puisqu'elle abouti à la reprise de Jérusalem sans avoir à verser le sang.
Commenter  J’apprécie          00
GuyLongeaux
  01 juillet 2015
Personnage politique de première importance au 13 ème siècle, roi de Sicile et empereur du Saint Empire Romain Germanique, très en avance sur son temps par sa vision pacificatrice de l'Europe, sa tolérance, ses amitiés arabes, sa croisade de négociation avec le Sultan d'Égypte, sans conflit armé, et, à cause de cela, aux prises avec l'hostilité de la papauté à son égard. Un Benoist-Méchin qui reste pleinement d'actualité.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
JcequejelisJcequejelis   05 septembre 2012
La bataille avait commencé à dix heures du matin; à cinq heures du soir tout était terminé. L'héritier de Hugues Capet était victorieux; les coalisés écrasés. Il ne restait plus sur le terrain, pour témoigner de leur défaite, que des monceaux de cadavres, des mares de sang, des armes brisées et un nom glorieux : Bouvines! dont l'écho n'allait cesser de grandir dans la conscience des Français.

Une fois la nuit tombée, Philippe Auguste fit rassembler les débris de la puissance impériale qu'Othon avait abandonnés sur le champ de bataille : le carrosse à quatre roues « si richement ouvragé », les fragments de l'aigle d'or qui s'était rompue dans sa chute, une brassée d'étendards et les insignes originaux d'Aix-la-Chapelle qu'Othon avait emportés avec lui « pour empêcher qu'oncques ne profitât de son absence pour se faire couronner à sa place. »

Le roi de France les envoya à Frédéric II, pour bien montrer qu'il le considérait comme le seul empereur légitime. "Jamais le sort d'un empereur germanique ne fut aussi totalement décidé à l'étranger », écrit un historien allemand, « et cela sans que le principal bénéficiaire y ait pris la moindre part.»

536 - [Pocket-Histoire n° 2190, p. 88]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Video de Jacques Benoist-Mechin (2) Voir plusAjouter une vidéo

Les injustices de l'histoire
Bernard PIVOT consacre son émission au thème des injustices de l'histoire, ainsi reçoit-il quatre auteurs venus parler de livres d'histoire. Benoit MECHIN à propos de son livre "Alexandre le grand ou le rêve dépassé". Il raconte l'entrée d'Alexandre en Perse après sa victoire sur Darius, la fougue du jeune grec, et son projet d'empire universel. Il évoque l'importance d'Alexandre et...
autres livres classés : histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2260 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre