AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754066896
Éditeur : First (11/09/2014)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 19 notes)
Résumé :
De mensonges en manipulations, de complaisances en lâchetés, notre intelligence collective se délite jour après jour. Ne cherchons pas ailleurs qu'en nous-mêmes les responsables de cette décadence intellectuelle : nous en sommes tous coupables.

Nous sommes devenus cons parce que nous avons renoncé à cultiver notre intelligence commune comme on cultive un champ pour nourrir les siens. Oubliés le questionnement ferme, le raisonnement rigoureux, la réfut... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
amaryllis
  19 octobre 2014
"Comment sommes-nous devenus si cons ?" est une question qu'on semble se poser de plus en plus souvent. Derrière cette phrase un peu abrupte, un peu choquante se cache un cri d'alarme, et surtout pour que chacun d'entre nous soit interpellé par ce problème. Bien sûr derrière les attendus : les dangers d'Internet, la télé-réalité, Bentolila étudie avec précision les failles de notre société et celles de notre système scolaire en particulier. Personne n'y échappe, c'est en cela que chacun peut et doit se sentir concerné. C'est une réflexion pleine de bon sens, rien de révolutionnaire, mais c'est tout de même très intéressant de s'interroger et surtout que chacun à son niveau peut aussi agir.
J'ai particulièrement aimé l'attachement de Bentolila à une pensée bien construite, formulée de manière concise, l'attachement au mot, à la structure bien choisis dans leur contexte et donc l'idée qu'un esprit armé pour une société sans scrupule est un esprit bien formé, de l'éducation des parents, à l'école, à la religion, il faut éviter les pièges de l'endoctrinement, de la facilité et faire travailler son cerveau pour gagner en efficacité dans tous les domaines. Fini l'obscurantisme, il ne faut pas se laisser gagner par la facilité, mais lutter et viser l'idéal : un esprit éclairé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
prune42
  16 juillet 2017
Abandonné cours de lecture, au 3ème chapitre. Dommage car à sa sortie, j'avais bien envie de lire cet essai au titre polémique et virulent mais une fois en ma possession (heureusement emprunté et pas acheté), j'ai mis du temps à l'ouvrir et ensuite, j'ai été bien déçue.
J'abandonne très très rarement un livre avant de l'avoir fini mais là, la difficulté de la langue riche de mots savants et recherchés et la tournure des phrases, la complexité des idées émises, m'ont vite lassée de poursuivre ma lecture. Pourtant, il y avait des chapitres qui m'auraient bien tentée comme ceux sur l'éducation, les programmes scolaires ou la famille, mais si je dois mettre des jours avant de trouver un petit intérêt à ce livre, alors que tant d'autres livres de qualité m'attendent en piaffant, je préfère refermer celui-ci et le laisser à d'autres lecteurs qui auront peut-être un avis pus positif que le mien.
Je connaissais M. Bentolila par mon cursus universitaire, ces retrouvailles n'auront pas été celles que j'espérais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          95
MonsieurPiu
  03 novembre 2014
Avec un titre accrocheur un brin provocateur, je m'attendais à un moment vivifiant ou tout le monde allait en prendre pour son grade. Je me suis un peu méfié au départ du livre, car dans l'adresse Alain Bentolila calme un peu le jeu sur le "con" en question. Ce n'est que très temporaire,fugace même : il déroule ensuite son discours construit et impeccablement illustré d'exemples édifiants que nous sommes tous à même de constater. Nous sommes responsables de cette situation, et l'auteur pousse un bon coup de gueule salvateur, à la limite du cathartique (mais là je parle de moi) sur une forme de décadence silencieuse et implacable. Un ouvrage qui ne va pas vous ébouriffer, mais qui fait du bien quelque part.
Commenter  J’apprécie          80
gemini
  06 novembre 2014
"Comment sommes-nous devenus si cons", d'Alain Bentolila est un questionnement sociétal qui nous rappelle à nos responsabilités face à l'intelligence collective sur différents sujets, dont l'un des principaux est l'éducation.
Un titre un brin provocateur qui éveil l'orgueil d'un lecteur à l'affût de la moindre approximation dans l'argumentaire de l'auteur. Autant vous dire qu'il met en oeuvre, de manière consciencieuse, ce qu'il défend tout au long de son livre : l'utilisation de mots précis et justes, ainsi qu'une pensée claire, aiguisée qui n'admet pas l'interprétation erronée d'un lecteur peu averti.
Bentolila utilise des mots forts et porteur qui nous impose une vérité qui nous devons accepter sans oser réfuter l'argumentation. Mais comme l'auteur le dis-lui : apprenons, comprenons, réfléchissons et surtout, gardons un esprit critique.
Ce livre nous permet de ne plus être démissionnaire. Car en ne nous plaçant plus uniquement comme les victimes d'une politique, mais comme acteur responsable, nous prenons conscience du rôle que chacun d'entre nous peut jouer sur l'avenir.
Un livre intéressant plutôt intéressant et bien construit. A tout ceux qui se posent des questions sur notre société moderne, ce livre s'adresse à vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jefdebourges
  05 avril 2019
Tombé par hasard sur cet ouvrage, d'abord attiré par le titre provocateur, puis inspiré par la 4ème de couverture.
Le contenu est juste excellent.
Le déclin de l'intelligence collective, la perte de l'esprit critique, le repli sur soi .... le tout argumenté sur nos erreurs (école et famille), notre passivité, nos regards détournés...
Sans esprit critique, le communautarisme (le tribalisme, le sectarisme) attire et séduit (endoctrine) ceux qui se sentent riens, rejetés, inutiles. Avec le repli sur soi et le rejet des autres, puis la haine et la violence.
Comment développer l'entre-nous (nous tous, avec nos différences), si ce n'est en communiquant ?
Rappelez-vous l'étymologie grecque de communiquer : partager la victoire.
Savoir écouter, entendre et comprendre. Mais aussi savoir s'exprimer, se faire entendre et comprendre.
Les abandonnés du système scolaire n'en n'ont quasiment pas les moyens.
Bref, lecture enrichissante. Merci à vous Alain Bentolila.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
prune42prune42   15 juillet 2017
Jour après jour, la télévision formate les cerveaux des plus fragiles, les rendant souvent, à des moments clés de leur apprentissage, sémiologiquement réfractaires à la lecture, à l'écriture et à toutes formes d'heureux labeur intellectuel.
Commenter  J’apprécie          110
philo741philo741   11 février 2015
Messages de la communion plutôt que de la communication , messages de la ressemblance plutôt que de la différence, messages de l'image plutôt que du concept, les SMS condamnent ceux dont ils constituent le seul instrument d'écriture à renoncer à mettre en mots écrits leur propre pensée a l'intention de ceux qui ne partagent pas leurs usages, leurs habitudes ou leurs croyances. Le langage SMS renforce l'entre-soi et semble donc plus un facteur excluant et enfermant, qu'une source contemporaine d'intégration, de création et d'ouverture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
geminigemini   08 novembre 2014
Nous sommes devenus cons parce que nous avons renoncé à cultiver notre intelligence commune comme on cultive un champ pour nourrir les siens.
Commenter  J’apprécie          70
MonsieurPiuMonsieurPiu   10 décembre 2014
Si l'on veut que dans la « culture familiale » la téléréalité ne soit pas le seul paradigme commun, il faut tenter de créer un continuum culturel entre l'école et la maison.
Commenter  J’apprécie          40
philo741philo741   11 février 2015
Ils clament a qui veut l'entendre que tous les langages sont égaux alors que certains livrent les clés du monde et que d'autres ferment les portes du ghetto.
Commenter  J’apprécie          31
Videos de Alain Bentolila (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Bentolila
Un linguiste et universitaire, Alain Bentolila, s?est permis de déclarer dans une interview au journal le Monde en 2005 qu?il y aurait des jeunes qui ne possèderaient que 350 à 400 mots de vocabulaire. Les autrices du « Français est à nous ! », Maria Candéa et Laélia Veron, lui répondent !
Pour poursuivre la réflexion sur la langue, lire « le Français est à nous ! Petit manuel d'émancipation linguistique ». L'occasion de voir qu?on peut à la fois aimer le français, sa richesse, sa complexité et son histoire, et avoir confiance dans sa vitalité, sans se complaire dans la nostalgie d?un passé mythique. Avoir l?ambition de se saisir de la langue française est une démarche exigeante, mais c?est une exigence joyeuse. Alors n?ayons pas peur de le proclamer : le français est à nous !
En librairie le 11 avril 2019 Pour en savoir plus ? https://bit.ly/2WP5yPy
Editions La Découverte Réalisation vidéo © Johanna Bourgault
+ Lire la suite
autres livres classés : education nationaleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre