AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021433272
176 pages
Éditeur : Seuil (20/08/2020)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 47 notes)
Résumé :
C’est le temps des révolutions. Une femme interpelle le monde. Elle incarne le corps du monde arabe. En elle sont inscrits tous les combats, toutes les mémoires douloureuses, toutes les espérances, toutes les avancées et tous les reculs des sociétés.
Plongée lumineuse dans l’univers d’une prostituée qui se raconte, récit d’une femme emportée par les tourments de la grande Histoire, Dans les yeux du ciel pose une question fondamentale : toute révolution ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  05 novembre 2020
°°° rentrée littéraire 2020 # 35 °°°
On ne dira jamais assez l'importance du choix de l'illustration sur la couverture d'un livre lorsqu'il y en a une. Celle de l'illustratrice libanaise Lamia Ziadé est juste parfaite tant elle incarne le texte puissant de Rachid Benzine, tant elle le prolonge, tant elle aimante et accompagne le lecteur. C'est le cri d'une femme, un cri de liberté poussé lors du Printemps arabe de 2011, un cri qui dit tout ce qu'il a sur le coeur sans chercher à plaire.
La pute qui parle à Dieu et le poète engagé qui aime les hommes. le choix de la narratrice et de son binôme au coeur du roman peuvent sembler très stéréotypés. Ils le sont mais, au-delà de leur marginalité magnifique, ils personnifient audacieusement l'archétype du peuple bafoué par la classe dirigeante dans la Tunisie de Ben Ali, comme des réceptacles de toutes les frustrations du monde arabe. Cela pourrai être très artificiel mais, non, ils sont tellement beaux ces personnages, tellement faits de chair, de sang et d'os qu'ils nous emportent derrière eux.
Après la douceur des mots de Dans les yeux de ma mère, son précédent roman, Rachd Benzine déploie un style explosif pour dire la violence faite aux faibles sur fonds de naissance de la Révolution tunisienne. Dès les premières pages, Nour interpelle le lecteur de façon cru et frontale pour raconter son histoire et celle de la société tunisienne. Nour, dans le texte coranique, c'est la lumière lunaire, celle qui guide les hommes au milieu du désert pour ne pas s'égarer dans le froid et l'obscurité, dans l'attente du jour.
Nour est fille de prostituée, prostituée elle-même, mère d'une fille qu'elle élève avec dignité pour lui éviter un destin similaire, ayant l'intuition profonde que l'éducation libérera un jour la femme. C'est la figure de l'altérité par excellence, le curseur pour juger comment une société traite ses minorités. Sa confession intimiste bascule dans un récit juste sur la place des femmes dans la société tunisienne, harcelée en permanence, soumise au patriarcat et à la misogynie
« Un corps de femme, même le plus beau du monde, c'est toujours une forteresse assiégée. Qu'il soit contraint dans un vêtement à la pudeur pathologique, ou révèle par un déshabillé suggestif. Les hommes l'ont réduit à cela. Une prison qui enferme nos désirs, nos passions, notre fragilité, notre créativité. Qui enferme notre honte. Si souvent. »
La Révolution arabe bouscule les vies, les croyances et les espoirs. Dans ce contexte effervescent, le destin de Nour mais aussi de Slimane, son ami étudiant poète homosexuel, sont sur une ligne de crête, entrainés tous les deux dans cet élan inattendu puis les désillusions qui ont suivi. le lecteur vibre pour eux, crie avec eux, pleure sur la Tunisie qui aspirait à se libérer de la dictature de Ben Ali et se retrouve avec une poussée d'un islamisme violent qui entend prendre la relève de l'oppression. Ce récit terrible plein de rage, d'âme et de coeur touche et révolte en faisant résonner haut la voix des faibles qui espèrent malgré la dureté de la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1016
hcdahlem
  23 novembre 2020
La terrible confession d'une prostituée
Dans son second roman, Rachid Benzine explore le printemps arabe à travers le regard d'une prostituée. Louvoyant entre dictature et islamistes, Nour va essayer d'offrir un avenir à sa fille Selma.
A première vue, rien de commun entre Ainsi parlait ma mère, qui marquait les débuts dans le roman de Rachid Benzine et dressait le portrait sensible de sa mère et cet autre portrait de femme, une prostituée, dans ce second roman intitulé Dans les yeux du ciel. Mais à y regarder de plus près, on y trouvera bien des points communs, à commencer par le courage de ces deux femmes, leur force de caractère et leur lucidité. «Je m'appelle Nour. Chez moi, on est prostituée de mère en fille. Enfin, depuis deux générations. Pas de quoi se vanter d'un savoir-faire ancestral. Mais ça laisse des marques. Sur le corps. Sur la peau. En dedans, quelque part.»
Tout au long du récit, le lecteur est invité suivre son quotidien, à explorer ces marques que le plus vieux métier du monde lui laisse, à comprendre les risques encourus dans un pays soumis à la dictature, puis aux islamistes. Avec Nour, on va ressentir cette amertume «qui donne envie de gerber. D'en finir. Comme ça, d'un claquement de doigts. Disparaître. Un dernier vol plané du haut d'un minaret. Sous les roues d'un char. N'être plus que de la bouillie. Une flaque de chair, de merde, de sang.»
Car la violence est omniprésente, soulignée par un style cru, vrai, direct, ne laissant guère place aux fioritures. Nour a pris soin de situer son studio loin de chez elle pour que personne ne se doute de ses activités. Mais, à l'image des clients qui s'y succèdent, la mise à nu est permanente, nous proposant ainsi un miroir à peine déformé de la société. Il y a là les postes-clé d'un pouvoir qui vacille et les tenants du changement. Une dictature qui s'accroche à ses privilèges, une révolution arabe qui gronde et enfle. Des tensions qui vont rendre la vie de Nour de plus en plus difficile. Outre ses «trois purgations: les conseils beauté des chaînes arabes pour me vider la tête; la prière pour me purger l'âme; la lecture pour ne pas crever. La plupart du temps, des essais philosophiques ou sociologiques. J'en lis chaque phrase comme si toute ma vie en dépendait.» elle va trouver un soutien auprès de Slimane, un homosexuel qui va lui apporter toute son affection. Mais qu'elle va pourtant trahir parce qu'il s'est rapproché de l'un de ses clients. Roué de coups, Slimane va alors s'engager dans la bataille pour un changement de régime, animant notamment un blog vidéo sur le soulèvement «Pour que chacune et chacun ait le courage d'être. Pour dire la liberté aussi. Celle des moeurs. Celle de la pensée surtout.»
On le voit, Rachis Benzine a construit son roman autour d'épisodes qui offrent au lecteur plusieurs niveaux de réflexion. Commençons par la place de la femme, brimée et avilie, harcelée en permanence et prisonnière de moeurs machistes qui rendent tout déplacement dangereux, y compris dans les défilés qui réclament davantage de liberté. le niveau politique est du reste tout aussi passionnant. L'aspiration du peuple à sortir d'un système corrompu qui tente de contrôler les faits et gestes de la population à l'aide d'espions va finir par gagner, mais à quel prix? L'auteur, lucide, montre qu'il ne suffit pas d'abolir un régime pour gagner, que les lendemains de victoire peuvent aussi être très douloureux. La religion et la façon dont l'islam est dévoyé pour en faire un instrument d'oppression est aussi parfaitement analysé ici, montrant notamment combien les homosexuels ont de la peine à se faire accepter dans une telle société.
Disons aussi un mot du niveau économique. Entre la morale et la nécessité de nourrir sa famille, on voit bien que la prostitution constitue pour des familles entières un moyen de survivre. Pour Nour, c'est aussi le moyen de payer des études de sa fille, de sortir de cette spirale infernale.
Un roman fort et dense, un constat lucide qui sonne aussi comme un avertissement. Intelligent et salutaire!

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Litteraflure
  02 octobre 2020
Le printemps arabe a fait tomber les tyrans mais un hiver de répression et de régression lui a succédé. La révolution populaire a été confisquée par l'armée et les islamistes : « en pleine révolution, cette société fait un tour complet sur elle-même et plonge dans son passé. Loin de vouloir s'émanciper, elle veut restaurer les tabous archaïques : l'illusion d'une société musulmane idéale est plus forte que les lumières de la modernité » (p97).
Rachid Benzine fait de cet effondrement un roman puissant dans lequel les deux personnages principaux, Nour (Malika) et Slimane, sont éclatants d'humanité. Nour est magnifique : « un corps de femme, même le plus beau du monde, c'est toujours une forteresse assiégée ». Nour est une pute. Dans son studio viennent s'échouer les âmes damnées d'une société pétrie d'hypocrisie, toute la misère sexuelle de ces hommes que la soumission et la frustration ont rendu violents. Nour fait de son mieux : « Rares sont ceux qui m'ont donné le sentiment qu'ils me quittaient vraiment ressourcés. C'est pourtant la fonction première de mon cul ». Slimane, lui, est un poète homosexuel qui n'a d'autre choix que de se prostituer pour survivre – sa verve et sa verge. Sa liberté de ton fera le bonheur de la révolte.
Il faut avoir vécu (pas seulement voyagé) dans un pays arabe pour comprendre à quelle point la société peut imploser à tout moment. le patriarcat, l'injustice et le retour d'idées rétrogrades minent des citoyens avides d'émancipation. La souffrance et l'inquiétude sont palpables. Rachid Benzine en montre parfaitement les symptômes.
Ce roman est aussi une déclaration d'amour à celles qui contiennent le désir des hommes. Ils leur confient leur honte et leur désespoir. Ils les humilient et trouvent dans leur avilissement la source de leur rédemption. Que serions-nous sans les putes et les poètes ? Cela me rappelle la réponse d'un ami psychanalyste à qui j'avais demandé quels étaient ses plus grands concurrents. « Les prostituées » m'avait-il répondu.
Bilan : 🌹🌹
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Verdure35
  06 décembre 2020
J'ai été bluffée par l'écriture de ce roman, qui en fait donne la vision de l'intérieur d'une des révolutions dites du "Printemps arabe"
Celle, décrite ici l'est par les yeux du femme du peuple qui, comme beaucoup d'entre elles n'a pas eu la chance d'être préservée dans son enfance et se retrouve à exercer le plus vieux métier du monde comme sa mère avant elle. Nour, fera tout pour s'installer "a son compte" pour ne pas trop déchoir et dans l'unique but d'offrir des études et un bel avenir à sa propre fille.
La révolution se prépare et se passe sous ses yeux, elle voit passer chez elle des individus qui représentent le présent et l'avenir de cette révolution et mesure la violence, la duplicité de cette société gangrénée par un catéchisme castrateur , et surtout la misogynie qui prend le visage de l'Islam. Son seul ami, poète, rebelle,homosexuel paiera très cher l'intolérance de cette société faite seulement d'interdits.
C'est un livre très dur , très cru, très réaliste, qui ne peut être écrit que par un homme qui a vécu cette période qui n'a été qu'une vaste illusion de liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
emilie31
  27 novembre 2020
Aujourd'hui, j'aurais dû vous raconter ma première rencontre littéraire mais non pas en tant que spectatrice mais animatrice. La situation sanitaire en a décidé autrement et faisant fi des regrets de cette rencontre manquée, j'ai décidé de vous parler sur mon blog du roman de Rachid Benzine Dans les yeux du ciel paru lors de la rentrée littéraire de septembre 2020.
Dans les yeux du ciel par Benzine
Je n'ai pas lu les autres écrits de cet auteur et je me jette donc sans le moindre a priori dans cette lecture afin de préparer la rencontre. Carnet et crayon sont à côté de moi – j'ai toujours eu un côté élève sérieuse, et souffrant du syndrome de l'imposteur, j'avais à coeur de bien préparer cette rencontre, j'ouvre le livre et me voilà projetée vers un ailleurs qui n'a pas de nom, vers l'ici de Nour, au coeur d'un pays qui vit les débuts du printemps arabe, d'une révolution qui germe dans ce pays de faux-semblants et d'hypocrisie.
En faisant de Nour son héroïne de son roman, Rachid Benzine choisit un prisme qui pourrait paraître déroutant mais la révolution, la colère ne peut venir que des opprimés, que des exclus et des marginaux. Nour est une exclue, de mère en fille. Fille de prostituée, elle l'est devenue à l'âge de 12 ans et sous le nom de Malika, elle reçoit dans son studio, loin de son appartement et de la vie qu'elle mène avec sa fille, des hommes, emplis de violence, de contradictions, de paradoxes, de mensonges et d'hypocrisie, ceux qui affichent une morale sans faille et qui se paient les services d'une prostituée, ceux qui préfèrent les hommes et que l'on rééduque dans les bras de Nour, ceux qui prennent le corps d'une femme pour un défouloir.
« EN PRÈS DE TRENTE ANS D'EXERCICE, J'AI ÉTÉ LE RÉCEPTACLE DE TOUTES LES FRUSTRATIONS DU MONDE ARABE »
Nour, c'est le corps et l'âme de ce pays qui ne dit pas son nom, c'est le corps colonisé par les hommes comme l'a été son pays, Nour, c'est aussi la lutte pour que sa fille, Selma, échappe à la terrible destinée qui s'est abattue sur elle. Nour, c'est la lumière.
A travers elle et Slimane, son ami, son confident, sa quasi âme soeur, poète et homosexuel, nous vivons les trois temps du printemps arabe, de sa montée en tension à sa réalisation dans la liesse et l'espoir qui ne laisseront la place qu'à la désillusion, aux « lendemains qui déchantent » et au retour à l'ancien ordre – en pire.
C'est aussi le roman miroir d'une société où le patriarcat règne en maître, où la femme n'est rien, si ce n'est un corps soumis aux désirs des hommes. En creux, pourtant Rachid Benzine délivre un message d'espoir pour ces femmes méprisées, oubliées, insultées et violentées. A travers Nour, sa force, son courage, son désir de protéger sa fille, il livre un vibrant hommage à l'éducation et à la lecture :
« ET CETTE INTUITION VENUE DE JE NE SAIS OÙ, QUE L'ÉDUCATION LIBÈRERAIT LES FEMMES UN JOUR »
« J'AI RECOURS À TROIS PURGATIONS : LES CONSEILS DE BEAUTÉ DES CHAÎNES ARABES POUR ME VIDER LA TÊTE, LA PRIÈRE POUR ME PURGER L'ÂME; LA LECTURE POUR NE PAS CREVER »
Plus qu'un roman sur le printemps arabe, Dans les yeux du ciel est une réflexion juste et percutante sur les sociétés arabes, leurs paradoxes, leurs désirs mais aussi leur réalité faite de violence et de poésie.
Construit comme une pièce de théâtre, comme une tragédie plus exactement, ce roman nous emporte par son écriture rythmée, percutante, jusqu'au cri de Nour, ce cri tragique qui émerge du chaos.
En résumé : j'aurais aimé échanger avec Rachid Benzine sur son roman, sur Nour et Slimane, mais faute d'avoir pu réaliser cette rencontre, j'espère que cet article vous donnera envie d'acheter, de lire et d'offrir Dans les yeux du ciel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (5)
Bibliobs   30 novembre 2020
Rachid Benzine est islamologue, chercheur associé au fonds Paul Ricœur et romancier. Il a a publié « Dans les yeux du ciel » aux éditions du Seuil.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Culturebox   22 septembre 2020
Pour évoquer les Printemps arabes et la question fondamentale de la liberté, l’écrivain Rachid Benzine, dans son livre "Dans les yeux du ciel", a choisi la voix d’une prostituée, dont le corps est une allégorie du peuple arabe en quête de dignité.

Lire la critique sur le site : Culturebox
Culturebox   22 septembre 2020
Pour évoquer les Printemps arabes et la question fondamentale de la liberté, l’écrivain Rachid Benzine, dans son livre "Dans les yeux du ciel", a choisi la voix d’une prostituée, dont le corps est une allégorie du peuple arabe en quête de dignité.

Lire la critique sur le site : Culturebox
Actualitte   24 août 2020
Nour et Slimane sont les symboles d'une société qui se cherche dans des espoirs qui sont tout sauf insensés. Des espoirs d'une vie collective apaisée, tolérante, bienveillante, respectueuse, non-violente, compréhensive [...] Quel choc [...] : à lire de toute urgence !
Lire la critique sur le site : Actualitte
LePoint   24 août 2020
L'Islamologue fait retentir, au plus fort du Printemps arabe, la voix d'une prostituée. Un roman audacieux, féministe et politique.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (81) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   23 novembre 2020
Je viens de prendre un immeuble de cent étages sur la tête. Mon enfant a vieilli de dix ans en cinq minutes. J’ai quitté une petite fille ce matin, je retrouve une adolescente. Une adolescente affranchie sur mon métier, celui de la mère de sa mère. Qui découvre les hommes. Qui fume. Qui sèche les cours et va risquer sa vie dans des manifs contre le pouvoir. Tout ce que j’ai construit vole en éclats. Je paie au prix fort mon silence.
– On fait rien de mal, maman. Et de toi, j’en ai parlé à personne. Je te jure. Je sais ce que les autres penseraient…
J’ai les yeux humides, la gorge sèche. Selma prend ma main et se serre contre moi. Je voudrais lui arracher la langue. J'ai juste la force de lui dire «Je t’aime». Mais j’ai aussi besoin de savoir. p. 130
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
hcdahlemhcdahlem   23 novembre 2020
INCIPIT
Il n’y a pas de Roméo sous ma fenêtre. Je ne suis pas Juliette.
Sous ma fenêtre, il y a des milliers de personnes descendues dans la rue pour protester. Aujourd’hui, c’est aussi hier. Depuis des semaines la même chanson. De nouvelles journées, de nouvelles tueries. La troisième immolation du mois. Au prix où est l’essence, se suicider n’est pas donné. Cette fois, un journaliste. L’autre fois, un marchand de poisson. Avant, un étudiant. Demain, une adolescente violée, abandonnée par sa famille. Tous à l’image de notre société.
Pourtant j’aime tant mon pays. Ses gens. Grandiloquents, perdus dans leurs certitudes, ignorants mais généreux jusqu’à l’oubli de leurs propres désirs. Un pays, ses gens. Meurtris. Meurtris mais vivants. Et d’autant plus vivants désormais que c’est la révolution. La nôtre. Celle de tous les espoirs.
Chacun a le sien. Son rêve. Sa soif. Qui pousse à croire. En demain.
Et au milieu de tout ça, moi.
Je m’appelle Nour. Chez moi, on est prostituée de mère en fille. Enfin, depuis deux générations. Pas de quoi se vanter d’un savoir-faire ancestral. Mais ça laisse des marques. Sur le corps. Sur la peau. En dedans, quelque part. Quelque chose que certains nomment l’« âme ». Peut-être que c’est ça. Je ne sais pas trop. En tout cas, une amertume, quand tu y penses, qui te donne envie de gerber. D’en finir. Comme ça, d’un claquement de doigts. Disparaître. Un dernier vol plané du haut d’un minaret. Sous les roues d’un char. N’être plus que de la bouillie. Une flaque de chair, de merde, de sang. S’imaginer comme ça. Une image toujours plus dégueulasse que celle que vous renvoient ceux qui vous croisent. Parce que l’image que vous avez de vous-même, vous ne pouvez pas la dissimuler. Le maquillage peut tromper. On ne trompe pas soi-même. Avec ou sans fond de teint, avec ou sans rouge à lèvres, avec ou sans fard, notre miroir intérieur reflète exactement qui nous sommes. Ni l’hypocrisie ni les flatteries ne s’y reflètent.
J’ai hérité de la chute de reins de ma mère. De son port altier, de sa démarche dansante. Je ne sais pas si elle aurait pu faire autre chose que pute. Princesse, peut-être. Personne ne lui a jamais offert de pantoufles de vair. Seulement des bas. Des jarretelles. Des bustiers. Des caracos. Des jarretières. Des strings. Des corsets. Pour l’humilier. Chaque jour davantage.
On se retournait sur son passage. Les hommes, pour l’insulter.
Les femmes, pour la maudire. Les hommes, par désir. Les femmes, par jalousie. Un corps de femme, même le plus beau du monde, c’est toujours une forteresse assiégée. Qu’il soit contraint dans un vêtement à la pudeur pathologique ou révélé par un déshabillé suggestif. Les hommes l’ont réduit à cela. Une prison qui enferme nos désirs, nos passions, notre fragilité. Celle qui enferme notre intelligence, notre sensibilité, notre créativité. Qui enferme notre honte. Si souvent.
Ma mère a été dès sa naissance frappée d’une double peine : être belle et être pauvre. Et tout ça dans un pays lui-même frappé d’une double malédiction : être pauvre et être colonisé. Ça transforme un avenir en destin. Un destin tout tracé. Certains disent par Dieu. D’autres par Satan. Plus trivialement, par l’Histoire, les bouleversements économiques ou sociaux. Ça a l’air compliqué mais ça se résume à cette mécanique : pas d’argent ; pas de relations ; pas de piston… Ne reste que les clients. Des clients qui te promettent un job. Un vrai. Où tu n’auras pas à détourner le regard. Où tu pourras t’observer dans une glace sans t’excommunier. Pour ma mère, les promesses de petits boulots s’arrêtaient à l’entretien d’embauche. Une main perverse cherchant dans sa culotte. La renvoyant invariablement à l’activité sordide qui lui faisait gagner son pain. Qui m’a nourrie, pendant toutes ces années.
Mais ma mère avait un projet qui lui maintenait la tête hors de l’eau. Moi. Sa fille. Et un objectif unique : « Ma fille ne sera jamais une pute. » Mais elle n’aura pas eu le temps de transformer mon destin en avenir. Elle a pourtant fait de son mieux en louant ses services à deux générations de militaires. Elle n’a lésiné ni sur les heures supplémentaires ni sur les fantasmes qu’on lui imposait. Pourvu qu’elle puisse me nourrir, payer mon éducation dans une école privée, si modeste soit-elle. Qui me promettait une autre vie.
Ma mère était une pute de garnison. Ce n’est pas une expression. C’est ce qu’elle était. Il n’existe aucune caserne sans bordel. « Une bonne place », estimait-elle. De petits gains par client mais toute une caserne de clients. Un logement morne mais propre. Et un service sanitaire assuré par l’État.
Les premières au front, les collègues de ma mère, bien plus âgées, ne savaient même plus si elles baisaient des Français ou des Anglais. Baisées pour baisées, peu importait le drapeau. Par bataillons entiers, armés ras la gueule, ces glorieux soldats étaient censés nous apporter leur civilisation libératrice et clinquante. Ces filles, ces femmes, ces dames n’auront connu que la sueur avide et le goût âcre des perversités des uns et des autres. Pour elles, l’époque de la colonisation ou les années twist, ce fut du pareil au même.
Puis les uniformes ont changé. Pas leurs manières. Toujours violents, toujours arrogants. Ma mère a fait son entrée sur scène alors qu’elle n’était qu’une campagnarde. Violée par son premier patron, elle n’a dû son salut qu’à la main tendue de ces travailleuses. C’est elles qui lui ont appris le métier. Elles qui l’ont introduite à la garnison. Ma mère acceptait tout des brutes de notre armée devenue nationale. Pourvu qu’elle puisse payer mon école. Le twist a cédé la place au disco. Le disco à la house, la house à la techno. Ma mère, elle, ne dansait pas. Elle était la piste de danse. C’est comme ça qu’elle m’a eue. Y a toujours un petit bonus si tu acceptes de baiser sans capote. C’est pas sans risque… Mais tout ça, pour elle, ce n’était rien. Rien d’autre que sa vie. Plus tard, j’ai appris que Nietzsche avait écrit : « L’âme n’est qu’une partie du corps. » Pourquoi pas ? Ce type n’a dû connaître que des putes avant de mourir de la syphilis… À moins que ce ne soit une légende. C’est Slimane qui m’en a parlé. Slimane, c’est mon amoureux.
Ma mère, c’est pas la syphilis qui l’a tuée. Mais ses grossesses. Surtout, ses avortements. C’est moi qui les exécutais. La première fois, j’avais huit ans. Elle m’a expliqué comment remuer les aiguilles à tricoter dans son bas-ventre pour tuer un petit frère ou une petite sœur qu’elle n’aurait pu nourrir. Mes mains malhabiles, tremblantes. La peur. Ses hurlements. Le sang coulant entre ses jambes. Enfin, elle m’a prise dans ses bras et j’ai pleuré longuement contre sa poitrine brûlante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
19chantal19chantal   15 décembre 2020
Quand il s'agit de son bon plaisir, la prostitution c'est halal...Osmane sait que je l'ai reconnu. De mon côté, je suis consciente que si je parle un jour, lui ou l'un des siens me tuera. L'hypocrisie est de toutes les religions, de toutes les obédiences, de toutes les idéologies. Le silence, son complice. Ce barbu crasseux d'Osmane frappe encore plus fort que Monsieur le gouverneur. Une violence pure. Il n'a pour moi que des mots blessants, infamants. Sans relief. Son champ lexical est un lopin de terre aride.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
19chantal19chantal   15 décembre 2020
De la naissance à la mort, nous n'avons d'autre vocation que de servir nos maîtres de droit divin : père, frères, oncles, époux. Califes et muftis maintiennent l'étau serré. Si peu de femmes se rebellent. Gamines puis épouses maltraitées, la plupart d'entre elles se vengent sur leurs filles. Leurs fils sont éduqués comme des princes. Ils ont autorité sur leurs soeurs, même ainées. Ce sont elles qui veillent au maintien de l'ordre établi. Elles les premières à jeter la pierre à la femme adultère et à la prostituée. Ce sont elles les gardiennes du temple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
19chantal19chantal   15 décembre 2020
Comme les divinités anthropophages, la liberté réclame ses sacrifices. Et le peuple n'est pas avare de martyrs. Pas de chômage lorsqu'il faut des héros. L'offrande de soi aux idéaux collectifs, quels qu'ils soient, est un mécanisme qui fonctionne à plein régime. Les plus chanceux auront leur patronyme sur une plaque de rue défraîchie. Certains, un nom dans une liste interminable sur un monument. Presque tous seront oubliés. Même s'ils auront contribué à écrire des pages qui feront la fierté des vivants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Rachid Benzine (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rachid Benzine
Rachid Benzine : Internet et les révolutions
autres livres classés : printemps arabeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Petit quiz sur la littérature arabe

Quel est l'unique auteur arabe à avoir obtenu le Prix Nobel de littérature ?

Gibran Khalil Gibran
Al-Mutannabbi
Naghib Mahfouz
Adonis

7 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : arabe , littérature arabeCréer un quiz sur ce livre

.. ..