AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226151803
304 pages
Éditeur : Albin Michel (04/02/2004)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 9 notes)
Résumé :

À tous ceux qui prétendent que le monde musulman est condamné à rester emmuré dans un passé figé et une théologie sclérosée, ce livre vient apporter un démenti magistral. L'islam contemporain, en effet, est traversé de débats fondamentaux, portés avec rigueur et courage par les « nouveaux penseurs » que nous présente ici Rachid Benzine. Ces hérauts de la pensée ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
chriskorchi
  16 mai 2013
Passionnant. Rachid benzine décrit quelques penseurs majeurs en présentant de façon synthétique leur apport. de quoi mettre en bouche pour ensuite aller se plonger ds leurs textes. une mention spéciale à quelques penseurs indiens (le fait d'une une minorité obligerait-elle à penser ?) : Muhammad iqbal, sayyid A Khan, shah wali allah al-dilawhi...
En définitive, les nouveaux penseurs de l'islam dépassent le face à face islam versus modernité, pour en arriver à une étape où ils intègrent pleinement la modernité dans leur approche de l'islam. Avec eux s'opère une véritable révolution épistémologique dans le rapport à la tradition, condition indispensable de la modernisation des sociétés musulmanes dans leur ensemble, et non plus seulement dans les domaines somme toute restreints des sciences et des techniques.
Voici enfin qui oblige à repenser toute notre approche de l islam
Commenter  J’apprécie          60
esperluette47
  15 octobre 2014
intéressant de découvrir les nouvelles pensées qui surgissent dans le monde musulman. Oui, il en est qui réfléchissent librement.
Il faut être courageux pour oser être minoritaire : à encourager donc!
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
AuroraeLibriAuroraeLibri   30 mai 2016
Sans doute le fait de vouloir approcher de manière scientifique le texte coranique représente-t-il la démarche la plus audacieuse des nouveaux penseurs, celle qui peut susciter le plus d'appréhensions chez les croyants de l'islam. Cette Parole divine peut-elle faire l'objet d'analyses qui ne soient pas pas tributaires d'une attitude de piété et de foi? Peut-on aborder le Coran comme on aborde n'importe quel autre texte de la littérature mondiale ? (...)
Les nouveaux penseurs prennent ainsi en compte les interrogations qui surgissent parmi les intelligences modernes concernant le Coran. Comment, se demandent certains, est-il possible d'avoir accès à la compréhension d'un texte si complexe, témoignant d'un univers culturel radicalement différent du nôtre ? Les nouveaux penseurs répondent en utilisant la méthode historico-critique, qui se propose de réduire la distance temporelle existant entre le texte et le lecteur, en opérant une étude historique et critique du Coran et en tentant de situer le texte dans son contexte de production. (....)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
enkidu_enkidu_   19 janvier 2017
C’est auprès de son père, dans les cours privés que celui-ci lui donne, que Fazlur Rahman acquiert l’essentiel de sa formation religieuse très poussée. Ainsi, à l’âge de dix ans, il connaît par cœur l’intégralité du Coran. Son enfance et son adolescence (notamment quand, à partir de 1933, son père prend un poste d’imam à Lahore et que lui-même suit sa scolarité dans un collège moderne) ont été bordées par l’étude du cours traditionnel appelé Dars-i-Nizami. Quand, après ses études initiales, Fazlur Rahman entre à l’université du Pendjab à Lahore, pour y obtenir un premier diplôme (puis une maîtrise) d’arabe, il possède un savoir islamique traditionnel complet : fiqh (jurisprudence), ‘ilm al-kalam (théologie didactique), hadith (traditions prophétiques), tafsîr (exégèse coranique), mantiq (logique) et falsafa (philosophie).
(…)
A cette époque, Fazlur Rahman parle déjà cinq langues : l’ourdou (sa langue maternelle), l’arabe, le persan, l’anglais et l’allemand (il est capable de traduire de l’allemand à l’anglais un gros ouvrage d’islamologie), mais il ajoutera d’autres par la suite dont le français, le turc et l’indonésien.

En 1946, Fazlur Rahman part pour l’Angleterre, à Oxford, afin de continuer ses recherches doctorales sous la direction de Simon Van den Bergh et de H.A.R. Gibb. Ses enseignants lui font apprendre le grec et le latin classiques (qu’il assimile avec une facilité déconcertante) afin d’être en mesure de pénétrer la philosophie occidentale.
(…)
Fazlur Rahman a tenté d’esquisser un cadre intellectuel de référence fondé sur le Coran lui-même pour comprendre le Coran… Pour cela, il a considéré qu’il fallait d’abord se préoccuper de l’exposé des valeurs morales du Coran, lesquelles doivent être tirées des faits historiques bien que leur interprétation ne puisse, en même temps, se limiter à l’histoire. Car ces valeurs ont aussi une existence extrahistorique, transcendante, et leur signification ne peut pas être épuisée par leur aspect pratique historique.
(…)
L’herméneutique de Fazlur Rahman repose sur deux piliers : une compréhension de l’histoire (nous l’avons évoqué) et une théorie de la prophétie et de la nature de la Révélation. C’est surtout l’hypothèse qu’il a formulée quant à la notion de Révélation, si différente de l’explication orthodoxe sunnite traditionnelle, qui lui a valu les plus sévères attaques des oulémas. Car dans son approche, Fazlur Rahman a pris en compte le rôle propre du Prophète en tant que récepteur de la Révélation. Et, prenant en considération cette subjectivité du Prophète, il a, bien entendu, interrogé le point de vue traditionnel selon lequel le Coran viendrait exclusivement et totalement de l’ « Autre » : Dieu, par l’entremise, cependant, de l’archange Gabriel. A la représentation d’un prophète « passif », Fazlur Rahman a, finalement, substitué l ‘image d’un prophète « actif ». (pp. 123-140)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AuroraeLibriAuroraeLibri   30 mai 2016
Mal à l'aise dans un islam centré sur la loi et le pouvoir politique, se fait sentir le besoin d'une distinction claire entre le message coranique et les structures juridiques héritées d'un certain passé. La réflexion des nouveaux penseurs se révèle susceptible de fournir les moyens de cette distinction. Car ils démontrent que ce sont les juristes médiévaux, et non la Révélation, qui ont défini les principes selon lesquels allaient être exploitées les données du Coran et de la tradition. Ce sont les mêmes juristes qui ont inspiré une vision de l'islam où le légal et le juridique sont devenus centraux au détriment du message théologique et éthique. Ainsi les nouveaux penseurs, explorant l'histoire de manière critique, viennent rappeler que le concept de la Chari'a conçue comme loi totale régissant la vie des croyants est d'abord une construction humaine qui s'est cristallisée près de deux siècles après la mort du Prophète. Ou encore que le dogme du "Coran incréé" s'est imposé trois siècles après la mort du Prophète, dans le cadre d'âpres débats entre théologiens, et dans un contexte politique sanglant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AuroraeLibriAuroraeLibri   30 mai 2016
Les études herméneutiques mettent ainsi en lumière le caractère polysémique du Coran. Non pas parce que le texte coranique serait un réservoir de sens qu'il suffirait de mettre en lumière grâce à une quelconque méthode, mais parce que l'acte de lecture lui-même est producteur de sens. Et la lecture, c'est d'abord l'oeuvre du lecteur ! Il n'y a pas de lecture sans lecteur. Le sens d'un texte se trouve d'abord chez celui qui le lit. Démonter un texte pour voir comment il fonctionne ne suffit pas à trouver le "sens" d'un texte. Un texte s'éclaire pour le lecteur quand il en vit quelque chose. Le lecteur est celui qui, dans le tissu du texte, découvre peu à peu les chemins qui ont de la saveur. Inévitablement, lire le Coran ou un autre texte, c'est aborder son texte à travers les lunettes d'une culture particulière, la sienne, et il y a toujours un caractère partiel et partial de la lecture lié à ce que le lecteur est. Toute lecture est une "relecture", c'est-à-dire une lecture en situation, une lecture contextuelle. Ainsi n'y a-t-il pas de méthodes qui permettent de tirer d'un texte un sens "objectif" unique. Le Coran ne peut être réduit à une seule perspective de lecture. Il n'y a pas de lecture unique valable en tous temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AuroraeLibriAuroraeLibri   30 mai 2016
Mais l'intelligence d'un texte, qu'il s'agisse du Coran ou d'un autre texte, ne se trouve pas seulement dans la "prétexte", dans ce qui est autour du texte (l'anthropologie, l'archéologie, l'épigraphie, l'histoire politique, sociale, culturelle du milieu ambiant...), ni dans la structure littéraire du texte (son vocabulaire, sa grammaire, ses styles, son lien aux langues précédentes ou environnantes...). Lire un texte ne peut être réduit à la connaissance de l'histoire de la formation du texte. Le sens du texte est autour du texte, dans le texte...et dans la lecture du texte. Car si un texte non lu existe tout autant qu'un texte lu, c'est néanmoins la lecture qui fait la vie du texte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Rachid Benzine (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rachid Benzine
Rachid Benzine : Internet et les révolutions
Dans la catégorie : Théologie doctrinaleVoir plus
>Religion comparée. Autres religions>Islam et religions dérivées>Théologie doctrinale (34)
autres livres classés : islamVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1375 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre